Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Patras

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher
Patras

Default Banner.jpg

Coucher de soleil estival depuis la forteresse, en haut de la rue Agiou Nikolaou

Patras est la plus grande ville du Péloponnèse dont elle est la capitale, elle est située au nord-ouest de celui-ci, à l'embouchure du Golfe de Corinthe.

Comprendre[modifier]

Patras figure parmi les plus grandes villes de Grèce. Principal port d'échange avec l'Italie, Patras est idéalement située à l'entrée du Golfe de Corinthe. Ville étudiante, elle constitue pour le touriste une option intéressante en tant que camp de base, étant à peu près équidistante d'Athènes, de Delphes, d'Olympie et de Killini (on y on y embarque pour les îles de Zakynthos, Céphalonie et Ithaque pour ne citer que ces destinations).

Notez que si vous voyagez hors-saison, vous pourriez être surpris par le climat de Patras, qui de novembre à avril est assez exécrable. (Humidité, pluies fréquentes) En revanche, d'avril-mai à novembre, la ville bénéficie d'un temps splendide et d'une très belle lumière.

Enfin, Patras est célèbre pour son carnaval, le plus important de Grèce et- peut-être de tous les Balkans. Il dure techniquement un mois complet (entre février et mars).

Longtemps mal aimée des guides touristiques, Patras gagne à être découverte. Comme nombre d'autres villes grecques, elle a souffert de grandes destructions (guerres, tremblements de terre, incendies) et de la voracité sans contrôle des promoteurs immobiliers.

Pourtant, ce chaos architectural où se télescopent en permanence les immeubles de béton et les anciennes maisons néoclassiques (certaines joliment restaurées, d'autres en ruines) n'est pas dépourvu de charme, particulièrement depuis qu'une grande partie de son centre ville est devenu piéton. Petites tavernes familiales, cafés branchés de tous styles, snacks et restaurants permettent d'y profiter du style de vie "à la grecque", dès les beaux jours, en terrasse sous les galeries de colonne du centre ville ou l'ombre des places arborées. Mais aussi presque partout au bord de l'eau (au petit port de plaisance ou au pied du phare ainsi que sous les parasols des plages du Nord de la ville ou les eucalyptus de Monodendri).

Car la situation géographique exceptionnelle de la ville, entre les reliefs du Péloponnèse et, de l'autre côté du golfe, ceux du continent, contribue également à transfigurer son atmosphère : un décor naturel de montagne et de mer, visible de toutes parts, et qui fait contraste avec l'agitation du cœur de la ville. Quatrième agglomération du pays, mais aussi la plus pauvre d'entre-elles, Patras demeure une ville très vivante, malgré la crise, et permet au voyageur de connaître la Grèce réelle, autorisant des contacts authentiques avec la population, loin des artifices et du mercantilisme touristiques.

Se repérer[modifier]

Patras est une ville très étendue, mais sa partie la plus dynamique, le centre (kendro), est situé dans la ville basse qui s'étend le long du vieux port.

La "vieille ville" est située autour et au-delà de la colline du château (kastro). Aménagées en jardin public, les ruines de la forteresse offrent de très beaux panoramas sur la ville, la montagne et la mer. Sur les flancs de la colline du Kastro, les petites maisons s'étagent dans un labyrinthe d'escaliers.

Au nord (direction Corinthe), se trouve un port de plaisance, puis un plus loin, des plages s'enchaînent jusqu'à Rio et au-delà.

Au-delà du vieux port, se trouve un petit port de pêche, puis un parc et encore plus loin, le nouveau port.

Au sud, à une dizaine de kilomètres du centre-ville, une petite route bordant étroitement le bord de mer conduit à Monodendri. On y trouve nombre de petits restaurants installés quasiment les pieds dans l'eau : leurs terrasses protégées par de vieux eucalyptus s'intercalent avec de petites plages familiales (cabines et douches).

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

Le village d'Araxos abrite l'aéroport de Patras. Il est situé à quelques 50 km vers l'ouest. Il s'agit d'un minuscule aéroport militaire, ne recevant des vols commerciaux (compagnie RyanAir) qu'aux mois d'été. En revanche, les tarifs sont très intéressants, bien que les vols nécessitent de transiter par Milan.

En bateau[modifier]

Des ferries desservent les deux ports actifs de Patras : le vieux port, qui donne sur la rue Agiou Nikolaou (St Nicolas), en plein centre, et le nouveau port, situé à 10km du centre, à l'entrée sud de la ville.

  • Patras reçoit des ferries des villes italiennes de Bari, Brindisi, Ravenne, Venise et Ancône. (Les deux premiers arrivant au Nouveau Port, le dernier arrivant au Vieux Port.) Notez que la traversée vous prendra entre une nuit et 24 heures. Les ferries relâchent habituellement à Igoumenitsa, qui est donc également desservie depuis/en direction de Patras.
  • L'île de Corfou (en grec Kerkira) est également connectée à Patras, mais si vous êtes pressé(e), mieux vaut transiter par Igoumenitsa et finir en autocar.
  • Les îles de Céphalonie (Kefalonia), Ithaque (Ithaka) et Zakynthos (ou Zanté) ne présentement desservent pas Patras, les ferries arrivant (et partant de) Kyllini. Ce port est connecté à Patras par une ligne d'autocars.

En train[modifier]

Patras ne possède à ce jour (janvier 2015) plus de connexion au réseau ferroviaire nationaux. Le tracé de la ligne existe toujours, mais est à l'abandon en dehors des services effectués par le train local.

En autocar[modifier]

Notez que si Patras dispose d'une gare routière "centrale", il se trouve une multitude d'autres "gares" à utiliser selon où vous vous rendez/arrivez. Heureusement, elles se trouvent toutes sur l'avenue Othon Amalias, qui est un axe important parallèle au port.

  • Des départs pour Athènes ont lieu toutes les 30 minutes de 5h30 à 22h30. Tarif normal : 18,90€ (2014). La gare routière desservie à Athènes est celle de Killini, peu pratique pour le métro (surtout si vous êtes chargé, la station la plus proche étant Agio Antonio) mais parfaite si vous partez directement à l'aéroport : le bus de ville X93 vous y emmène directement depuis cette station. (comptez ~5€ pour l'aéroport depuis Killini.)

Gare routière centrale de Patras (en bas de la rue Zaïmi)

  • Liaisons régulières avec Kalamata, au sud-est. L'autocar est accessible en bas de la rue Pantanassis.
  • Liaisons régulière avec Itea (d'où vous prenez un autre bus pour Delphes, Galaxidi etc.) La petite gare se trouve au bas de la rue Gerostopoulou (c'est la rue coupée par l'immense place Georgiou, considérée comme le cœur de Patras)
  • Liaisons régulières avec l'Albanie.

En voiture[modifier]

Impressionnante route de littoral à partir d'Athènes.

Se déplacer[modifier]

La ville dispose d'un réseau de bus, de taxis est d'une micro ligne ferrée (un embryon de RER, si vous voulez), utile pour se rendre à Rio, pour aller aux plages etc. En 2014 ont commencé des travaux qui devraient déboucher à terme sur la connexion du nouveau port avec le centre ville. Tarifs 2014 : étudiants 1€, tout le reste 1,40€. Un contrôleur passe dans le train régulièrement pour vendre ses tickets et les poinçonner. Si vous ne le voyez pas, alors vous aurez voyagé gratuitement. Ce train est sûr, climatisé, et d'une propreté impeccable. La ligne actuellement compte environ 7 stations, la plus au sud étant Agiou Andreou (après l'énorme église du même nom) et la plus au nord, Rio et au-delà.

Le centre de Patras est plat est très concentré, on s'y déplace donc très facilement à vélo ou à pied. De plus, étant coincé entre la colline du Kastro et la mer et suivant un plan rectiligne, il est quasiment impossible de s'y perdre.

À voir[modifier]

Ville haute[modifier]

  • Kastro (la forteresse). Château de l'époque croisée, construit sur l'ancienne acropole (on remarque des tronçons de colonne en réemploi dans les murs d'enceinte). Visite (libre et gratuite) de 8h à 15h (fermé le lundi). Très belle vue sur le port et le centre-ville. Autour du château se trouvent quelques tavernes qui figurent parmi les meilleures de Patras.
    Le Kastro. Vue sur la ville et la mer.
  • Odéon romain Patras ayant connu plusieurs tremblements de terre ainsi que des bombardements allemands durant la Seconde Guerre mondiale, il n'est pas étonnant qu'il ne s'y trouve plus de vestige de la période hellénistique. Cet odéon est donc le plus ancien bâtiment antique de la ville. On peut toujours assister à des concerts dans son enceinte. Ouvert à la visite tous les jours sauf lundi de 8h à 15h (entrée gratuite). En contrebas, vestiges à ciel ouvert du stade romain.
Odéon romain
  • Eglise Pantokratoras Construite au XIXe siècle, sur le modèle de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople

Ville basse[modifier]

  • Eglise Agiou Andreou(église Saint-André) Monumentale église dédiée à l'apôtre Saint-André qui mourut à Patras et abrite ses reliques. Très imposante, elle compte parmi les plus grandes églises orthodoxes existantes. On y fête en grandes pompes le jour de la Saint André, le 30 novembre. On y vient en pèlerinage depuis l'étranger, de Russie notamment. Construite au XIXème siècle, elle est en parfait état.
  • Cimetière To proto nekrotafio Patron (le premier cimetière de Patras) est situé non loin du musée archéologique. Planté de cyprès, il s'étage comme une grand jardin dans une atmosphère romantique (avec des tombes du XIXe siècle à découvrir dans ses profondeurs).
Cimetière de Patras
  • Musée archéologique Situé à la sortie nord de la ville, sur la route de Corinthe (et d'Athènes), il a été inauguré en 2009 et est le second plus grand musée de Grèce, en plus d'être à ce jour le plus moderne. Intéressante collection couvrant la Préhistoire et l'antiquité.
  • Pont de Rio Ouvrage moderne, ce pont à haubans est l'un des plus longs du monde dans sa catégorie. Vous pourrez le voir aisément par la route du littoral en venant d'Athènes, du château de Patras, ou bien de n'importe quelle plage au nord de Patras.
Plage, avec vue imprenable sur le pont de Rio.

À faire[modifier]

Marcher, danser, courir, sauter, rire et partager ; c'est ça le Carnaval !

Souffrant d'une mauvaise réputation injustifiée, Patras est une ville où l'on passe, mais où peu de visiteurs s'arrêtent.

  • Flânez dans le centre-ville, dont plus de la moitié des rues sont piétonnes, notamment les fameuses Riga Fereou et les perpendiculaires Agiou Nicolaou, Gerostopoulou, et Pantanassis. Vous y verrez les vestiges d'une superbe architecture néo-classique malheureusement mal entretenue, et un nombre incroyable de cafés d'allures bien diverses, où les gens aiment à se retrouver... Pour le café du matin, et/ou la pause déjeuner, et/ou le goûter et/ou un dernier café avant d'aller manger et/ou après mangé. Le café à 1€ n'est pas systématique mais n'est pas rare non plus, et les autres boissons demeurent très abordables. On trouve également des boutiques de toutes sortes.
  • Carnaval de Patras On y vient de toute la Grèce pour célébrer l'un des plus incroyables carnavals d'Europe : vieux de plus de 160 ans et bien loin des prétentieux et coûteux carnavals de Venise et Rome, le carnaval de Patras se fait dans un esprit de fête bon enfant, où personne ne se prend au sérieux. Durant un mois durant, la ville se prépare, se chargeant chaque jour un peu plus en nouvelles statues géantes, musique et autres décorations, jusqu'au point d'orgue qui est défilé du dernier week-end. (date mobile, généralement vers la mi-mars). De janvier jusqu'à cette date, les jeunes investissent les nombreuses boutiques inoccupées du centre-ville pour travailler dur au choix et à la confection du costume/uniforme de leur groupe. Le jour de la Grande Parade ce sont des dizaines de groupes qui défilent dans une rue fermée à la circulation. Parfois marchant, parfois courant et dansant, cette procession se déroule pendant des heures. La nuit venue, un feu d'artifice et la mise à feu du Roi du Carnaval marquent traditionnellement la fin de cette célébration.
  • Plages De mai à novembre, de nombreuses plages, donnant sur le canal de Corinthe, ouvertes au public et facilement accessible depuis le centre (en vélo, voiture, métro, pied...) permettent de prendre un bain rafraîchissant très rapidement. Ces plages ne sont absolument pas comparables aux merveilles que recèlent le Péloponnèse et les îles, mais elles sont pratiques et fonctionnelles, et permettent de pratiquer gratuitement et facilement l'un des meilleurs sports possible, la natation. Toutes ces plages sont bien entendu bordées de beach bars qui n'ont rien à envier à ceux de Thaïlande et sont, pour la quasi totalité d'entre elles, publiques.
  • Casino de Rio
  • Patras étant entourée de montagnes, vous aurez la possibilité en hiver de partir en bus pour une journée de ski. Comptez env. 50€ par personne, départ à 5h du matin.

Apprendre[modifier]

l'Université de Patras est dite la plus importante de Grèce après celle(s) d'Athènes. De faite, Patras est véritablement une ville étudiante.

Travailler[modifier]

Situation économique catastrophique. Le partenaire économique numéro 1 naturel de Patras est l'Italie, pays plongé dans une crise à peine moins grave que celle frappant la Grèce...

Emplettes[modifier]

Si Athènes à son patrimoine historique et Thessalonique ce qu'il reste de l'économie grecque et de vie culturelle, Patras est supposée être la ville de l'élégance, peut-être à cause de sa proximité avec l'Italie. On y trouve donc de nombreux magasins de marque, mais les prix seront cependant généralement plus élevés qu'à Athènes. En revanche, les produits artisanaux (les fameuses sandales grecques en cuir, par exemple) demeurent intéressants.

Si vous restez plusieurs jours à Patras, faites un tour au Laïki, le marché frais qui se tient les lundis, jeudis et samedi matins. Fruits et légumes de saison sont abordables à des prix dérisoires et suivant les arrivages, vous pouvez avoir du poisson frais dès 1 ou 2€ le kilo. en dehors des fruits et légumes, on y trouve des vêtements (surtout féminins) à très bon prix et également vins et liqueurs de village, vendus en bouteille en plastique. Le vin blanc n'est pas mal !

Le Laïki du samedi est le plus accessible, il est en haut de la rue Agiou Nikolaou.
Le Laïki (marché) de la rue Saint-Nicolas (Agiou Nikolaou)
Depuis la jetée de Molos, le paquebot figé (aujourd'hui départi), la forteresse et un mont enneigé (hiver uniquement)
  • Le Mavrodaphné est une spécialité de la région, une sorte de Porto local.
  • La Tentura est une liqueur de vin épicée, plus forte (et plus ancienne) que le mavrodaphné et est également une spécialité de Patras.

Se restaurer[modifier]

Patras n'étant pas une ville touristique, attendez-vous à trouver des prix de restauration relativement plus attractifs que dans les zones touristiques. Salades, viandes (hormis bœuf et agneau) et plats traditionnels seront moins chers que les fruits de mer et poissons. Patras à ce jour (2014) ne compte ni fast-food américains, ni Starbucks (qui se trouvait sur la place centrale) et ça n'est pas plus mal ! Notez qu'il est facile de manger bien et pas cher à Patras, pour autant, il ne s'agit pas d'une capitale gastronomique : en dehors de quelques restaurants italiens et des pubs, vous ne trouverez quasiment pas de cuisine non-grecque. Même la cuisine grecque en elle-même est plus simple que ce que vous pourrez trouver à Athènes et Thessalonique, par exemple. Elle est très saine quoi qu'il en soit.

  • Arpentez la rue centrale piétonne Riga Fereou pour y trouver cuisine italienne, souvlakis, kebabs et autres pains et sandwiches, glaces artisanales.

Près de l'église Saint André (agiou Andreou), se trouve la rue (perpendiculaire, également piétonne) Trion Navaron C'est probablement le meilleur endroit pour un dîner en terrasse en groupe. Cuisine simple, bonne et bon marché. Attention, les soirs de match, attendez-vous à voir des écrans partout. Descendez cette rue jusqu'à la côte, vous y trouverez Pharos un café-restaurant chic installé au pied du phare de Patras. Joli parc longeant la mer, beaux couchers de soleil. Remontez la rue et gravissez les quelques escaliers, vous débouchez sur la place "Ipsilon Alonion", comptant plusieurs cafés en terrasse d'ambiance divers, un bon restaurant à burger et un asiatique. Sur Riga Fereou, n'hésitez pas à arpentez les rues parallèles (notamment Pantanassis, Patreon, Gerostopoulou etc. et ce jusqu'à la place Olga (plateia Olga) où vous trouverez tout autour cafés et fast-food grecs. La place a mauvaise réputation, mais là encore, ça ne veut pas dire grand-chose. La rue Gerostopoulou vous emmène sur la place Georgiou et continue au-delà, proposant notamment un petit restaurant asiatique. les marches que vous trouverez juste après vous conduiront droit à l'odéon romain, dont la place qu'il occupe propose également sur son pourtour plusieurs restaurants un peu plus huppés que ce que vous trouverez en contrebas. Certains ont une belle vue sur la baie. Au lieu de gravir les marches, vous pouvez prendre sur la gauche (rue Ifestou, -ou, si vous lisez le grec ancien, "'Ephaistos"-) La rue porte bien son nom, car elle ne paye pas de mine, pourtant elle regorge de petits restaurants en enfilade pour une ambiance très "village grecque" très plaisante.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Vous serez surpris par l'étendue du choix s'offrant à vous pour une ville de cette taille. En revanche, il est difficile d'énumérer les bons établissements car ceux-ci ont tendance à fermer aussi vite qu'ils ouvrent.

  • Parcourez simplement la rue piétonne de Riga Ferreou et laissez-vous tenter. Perpendiculaire à cette dernière, se trouve
  • Trion Navarhon, une autre rue piétonne fameuse pour ses bars et restaurants ; plus décontracté, on y vient en famille ou entre amis. (à proximité de l'énorme église Agiou Andreou, les établissements sont spacieux et agréables en été.)

Au croisement de ces deux rues majeures (en matière de bars et restaurants) se trouve Beer Bar Q, un grand pub qui ne désemplit pas, très large choix de bières et excellente cuisine de pub réinterprétée façon grecque, parfois de la musique live. Si le temps ne vous permet pas de rester dehors, mais que la fumée de cigarette vous incommode, cet endroit est parfait pour vous, car l'espace et le plafond haut assurent une bonne ventilation.

A Patras, le voyageur curieux se trouvera récompensé par la découverte de beautés insoupçonnables. Ici, un magnifique café caché derrière une librairie (Poluedro, 147 Kanari Roufou).
  • Gerostopolou, une autre rue piétonne identifiables à ses marches. chaque palier est bordé des deux côtés de terrasses où les étudiants viennent volontiers prendre un verre. Ambiance jeune, très "fac de Lettres". Dans les bars, on peut y entendre des musiques de film ou du Métal.
A Patras, il faut savoir lever le nez pour dénicher des merveilles, ici une allée couverte de la rue Agiou Nikolaou
  • Sur le vieux port, se trouve Molos, un endroit familial au bout de la jetée qui sert aussi boissons que plats (étonnamment abordables, vu que l'endroit est classe) doté d'une grande terrasse. En descendant la jetée, vous tombez sur les marbres de la rue Agiou Nikolaou, probablement la plus belle rue de Patras, même si son heure de gloire est depuis longtemps passée. cette rue vous mène à une sérieuse volée de marches conduisant directement au
  • Château (Kastro) : autour de ce dernier, se trouvent plusieurs établissements beaucoup plus dans l'esprit grec des "tavernas". On y vient pour boire un verre, manger une petite collation et écouter de la musique grecque live.

Excentré mais incomparable pour qui aime l'authenticité, se trouve Ta Megalo Mas Tsirko : bar-restaurant (bref, une taverne) unique en son genre, (le nom signifie "notre grand cirque"), alternatif, propose des prix très bas et des produits excellents. Tous les serveurs et cuisiniers sont partenaires et patrons ; ils ne se soucient pas tant de faire de l'argent que d'offrir une prestation de qualité. On sait quand on y arrive, mais jamais quand on en repart ! Adresse 14 Archiepiskopou Kyrillou +302610312110 (le personnel parle anglais, même si c'est pas souvent). Facilement accessible en vélo et en taxi, à pied préparez-vous à une petite trotte. Le café se trouve sur une petite place (qu'il squatte allègrement quand il fait beau) juste derrière le centre commercial bien connu des locaux ("Veso Mare", vous pouvez juste dire ces deux mots avec un ton interrogatif en roulant le R), on vous montrera la direction. pour faire simple, il faut passer la grosse église Saint André, et soit suivre la voie rapide qui longe la mer jusqu'à tomber sur la rue en question (il y a une voie ferrée désaffectée jouxtant le café) soit suivre une petite rue assez moribonde longeant d'ancien entrepôts transformés en bars -ou vous pouvez aussi prendre un verre, ils disposent de terrasse sur le toit très plaisante-, passer derrière quelques supermarchés, longer une haie dans une rue aveugle et hop vous arrivez. Le Mall Veso Maré possède lui aussi un café-bar en terrasse assez haut de gamme. Pour en revenir à Tsirko, y aller après 21h est risqué, vous pouvez ne pas trouver de place. Le dimanche après-midi, il n'est pas rare d'y avoir de la (bonne) musique live, du genre qu'on peut entendre dans les "vraies" tavernes grecques.

  • La Marina Au nord du vieux port se trouve un port de plaisance, bordé de cafés.
  • Rio : cette banlieue branchée est sensée abriter les meilleurs boîtes de nuit de Patras, sans compter le casino. Les soirs d'été, la ville se dépeuple à la faveur de Rio, c'est impressionnant. En revanche, il faut aimer la musique (très) forte, et les endroits surpeuplés.

Passer la nuit[modifier]

Patras dispose de plusieurs hôtels, en général situé près du Vieux Port.

Routard[modifier]

Classe moyenne[modifier]

Plein aux as[modifier]

Rester en contact[modifier]

La quasi totalité des cafés disposent du wifi. La place centrale, Georgiou, est également équipée d'un réseau ouvert. Les boutiques de téléphonie également. Il existaient plusieurs cybercafés, mais ils ont eu tendance à fermer les uns après les autres.

Gérer le quotidien[modifier]

Le centre ville de Patras est plat, et doté d'un plan à angle droit très commode, qui fait qu'il est très difficile de s'y perdre. La rue principale, Korinthou (rue de Corinthe), est une voie traversant entièrement cette partie de la ville de part en part, débouchant au nord sur la voie rapide vous conduisant à Corinthe, puis de là à Athènes. On circule aisément à pied ou en vélo. La grande majorité des magasins suivent les horaires d'ouverture traditionnels de la Grèce, à savoir lundi : 8h-14h ; mardi 8h-14h / 18h-20H+ ; mercredi 8h-14h ; jeudi et vendredi 8h-14h / 18h-20H+ ; samedi 8h-14h. Les supermarchés, supérettes type Carrefour (très implanté à Patras) et cafés observent des heures d'ouvertures plus standards. Certains n'hésitent pas à dire que c'est pour cette raison que la plupart des habitants de Patras paraissent beau et en excellente santé, car ils font la sieste ! L'absence de fast-food américains y est peut-être aussi pour quelque chose. L'hôpital est situé dans la vieille ville. N'hésitez pas à interpeller un agent de police (et dire "nosokomio (= hôpital)" ou un taxi car vous ne pourrez pas le trouver par vous-même.


Sécurité[modifier]

Si vous parlez avec des Grecs, ils vous diront sans nul doute que Patras est une ville laide, dangereuse, mal fréquentée mais en réalité, c'est faux, Patras est bien moins dangereuse qu'Athènes. Il est vrai que plus vous vous approcherez du nouveau port (situé à 10 km du centre, vers le sud), plus vous aurez tendance à voir des immigrés clandestins dont le seul objectif est de s'infiltrer dans l'enceinte du port, et de là, se cacher dans un camion partant pour l'Italie. Ces clandestins ne sont absolument pas dangereux, ils savent qu'à la moindre infraction, les choses se gâteraient pour eux. Vous verrez forcément également à Patras un nombre important de Gens du Voyage. Certaines familles sont intégrées, se mêlant aisément à la population, s'occupant de petits travaux, etc. D'autres sont plus marginaux, se contentant de mendier ou de zoner, mais ne sont pas dangereux non plus. Surveillez tout de même leurs enfants, qui peuvent rapidement voler tout et n'importe quoi, y compris des bouteilles d'eau. (Véridique !)

Aux environs[modifier]

Rio (Rion) Rien à voir avec la ville brésilienne, si ce n'est un air de fête dans cette banlieue branchée de Patras. Plages, nombreux restaurants, bars et clubs, ainsi qu'un casino. Destination préférée des noctambules de Patras en été. On s'y rend en train (station Rio) ou en bus, la nuit, il vous faudra rentrer en taxi. Rio dispose de pas moins de trois attractions majeures : son pont, devenu icône de Patras (et on peut le traverser à pied !) ; ses ferries, qui vous permettent de traverser, gratuitement, jusqu'à l'autre rive (nommée, logiquement, "Antirio"). Si vous n'êtes pas pressé, c'est un moyen amusant (et rafraîchissant, encore que si vous restez sur le pont, gare aux coups de soleil !) de quitter le Péloponnèse. (Pour visiter Delphes et rentrer pas Athènes, par exemple) ; et enfin son fort vénitien, assez bien conservé, mais qui ne se visite à priori pas.

Château d'Achaia Clauss (8km, 15 min en voiture). Une des plus anciennes productions viticoles grecques

Plage de Kalogria (50 km à l'ouest de Patras) Très grande plage de sable blanc, très fréquentée l'été. Pour la rejoindre, on traverse une magnifique forêt de pins parasol.

Petit train de Kalavryta (50 km à l'est)

Château de Chlémoutsi (78 km)

Le coeur de Patras, la Place (du Roi) George. Ici, flanqué de deux fontaines, le théâtre Apollo, toujours en activité.

Situé sur "l'autre" rive du Canal de Corinthe, Naupacte (Nafpaktos) est un charmant petit bourg, très touristique (mais on comprend pourquoi) qui constitue une sympathique excursion pour une journée. (Architecture vénitienne bien conservée, nombreux cafés en terrasse...) On y a en autocar (liaisons régulières depuis Patras ou Rio).

En poussant un peu plus loin, vous avez les sites antiques de Delphes (le plus majestueux), Olympie (tout aussi renommé, mais légèrement moins impressionnant), Corinthe (la traversée du Canal par le pont est brève mais fascinante), Sparte (les ruines malheureusement ne sont pas très impressionnantes ; Némée (oui, vous avez déjà entendu ce nom-là ! Et c'est aussi une région vinicole très réputée); les îles, Kalamata, de nombreuses plages magnifiques... Le Péloponnèse en somme.


Important : cet article est une Ébauche et a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !