Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Palais Gyeongbokgung

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher
Palais Gyeongbokgung

Default Banner.jpg


Le palais royal Gyeongbokgung (hangul : 경복궁, hanja : 景福宮, McCune–Reischauer : Kyŏngbokkung), ou palais de Gyeongbok (palais du Bonheur resplendissant ), est un monument au nord de Séoul (Corée du sud). Il est aussi communément appelé « Palais du nord », parce qu'il est situé au nord de ses voisins, le palais de Changdeokgung (Palais de l'est) et le Gyeongheegung (Palais de l'ouest). Le palais Gyeongbokgung est sans doute le plus beau et le plus imposant des cinq palais royaux de Séoul.

Histoire[modifier]

Le palais Gyeongbokgung est construit, à partir de 1394, par Taejong (1335-1408), le fondateur, en 1391, de la dynastie Joseon, lorsque celui-ci installe sa capitale à Hanyang (qui deviendra Séoul). Le nom de Gyeongbokgung lui est donné par Jeong Dojeon, un ministre du roi. C'est le plus grand des cinq palais royaux construits sous la dynastie Joseon (les autres sont les palais Gyeonghuigung, Deoksugung, Changdeokgung et Changgyeonggung). Le site choisi est entouré des monts Bugaksan, Namsan, Insangwan et Naksan. Situées au nord du palais, ces montagnes le protègent des vents froids. Le palais fait face au sud pour bénéficier du rayonnement solaire.

La construction du Gyeongbokgung est achevée en 1395. Le palais est étendu pendant les règnes des rois Taejong et Sejong le Bon. C'est là qu'est créée l'écriture coréenne, en grande partie dérivée du chinois.Le palais Gyeongbokgung est gravement endommagé par un incendie en 1553, et sa coûteuse restauration, ordonnée par le roi Myengjong, est achevée l'année suivante. Il est à nouveau brûlé, au cours des invasions japonaises de 1592–1598, et abandonné. La Cour royale s'installe alors au palais de Changdeokgung.

Le prince-régent Heungseon Daewongun donne l'ordre de reconstruire le palais Gyeongbokgung en 1867-1868. Le complexe comporte alors 330 bâtiments et 5 792 chambres, sur 432 703 mètres carrés de terrain. En 1895, après l'assassinat de l'impératrice Myeongseong par des agents japonais, son mari, l'empereur Kojong (1852-1919), quitte le palais, dans lequel la famille impériale ne revint jamais.

Le palais Gyeongbokgung est ravagé durant l'occupation de la Corée par le Japon, de 1910 à 1945. En 1911, la propriété du Palais est transférée au gouverneur général japonais. En 1915, sous prétexte d'organiser une exposition, plus de 90 % des bâtiments sont démolis. Seuls dix d'entre eux sont conservés. Après l'exposition, les Japonais rasent ce qui reste encore debout et construisent, sur le site, en face de la salle du trône sud, leur siège colonial, le Bâtiment du gouvernement général (1916–26). La porte Gwanghwamun est déplacée du sud à l'est. Sa structure en bois est complètement détruite pendant la guerre de Corée.

En 1989, le gouvernement sud-coréen lance un programme de reconstruction, d'une durée de 40 ans, qui commence en 1990. Après de nombreuses controverses sur son sort, le bâtiment colonial du gouvernement japonais est démoli en 1995. La porte Heungnyemun et ses cloîtres sont restaurées en 2001. Les quartiers royaux et le Palais de l'Est du prince héritier sont remis en état. Le Musée national de Corée, alors situé sur l'enceinte du palais, est déménagé à Yongsan-gu en 2005. Dans le cadre de la phase 5 de l'initiative de rétablissement de Gyeongbokgung, Gwanghwamun, la porte principale du palais, est restaurée dans son état original en 2006-2010. Le palais est reconstruit à l'identique, en faisant appel aux techniques traditionnelles de l'époque. Le chantier est permanent, des nouvelles parties ouvrent d'année en année. Cependant, en 2009, environ 60 % des bâtiments n'ont pas encore fait l'objet d'une remise en état.

Bâtiments[modifier]

Entre montagne et gratte-ciels, le palais Gyeongbokgung comporte 500 bâtiments, sur une superficie de plus de 40 hectares, et constitue une petite ville enclose dans une enceinte. Il est construit en pierre et orné de statues Haetae. Il abrite la Cour externe (oejeon), des bureaux pour le roi et les représentants de l'Etat, et la Cour interne (naejeon), qui comprenait le logement de la famille royale et des jardins de plaisir. Sa vaste enceinte comporte d'autres palais, grands et petits, notamment le Junggung (résidence de la Reine) et le Donggung (résidence du prince de la Couronne).

Les édifices les plus représentatifs de l'architecture de la dynastie Joseon, le pavillon Gyeonghoeru et le Hyangwonjeong, sont encore relativement intacts. Le Woldae et les sculptures du Geunjeongjeon (salle du trône) présentent la sculpture de l'époque. Outre les bâtiments, les jardins méritent également la visite.

Le Musée du palais national de Corée est situé au sud de la porte Heungnyemun et le Musée national de folklore est à l'est, dans le Hyangwonjeong.

Le palais est classé Site historique n° 117. La visite est particulièrement recommandée en automne, lorsque les couleurs des arbres s'ajoutent à celles des bâtiments. En 2011, une enquête menée par l'Institut de développement de Séoul interroge 800 résidents et 103 urbanistes et architectes. 39 pour cent des résidents désignent le palais Gyeongbokgung comme site le plus pittoresque de Séoul, derrière le Mont Namsan et la rivière Han. C'est le monument favori des touristes français, à Séoul. La fréquentation est importante.

Portes principales[modifier]

Gwanghwamun (porte du Sud)[modifier]

La porte Gwanghwamun (hangul : 광화문, hanja : 光化門) est la porte principale du palais Gyeongbokgung. Elle ouvre sur la rue Sejongno (rue des Six-Ministres). Elle se trouve au sud du palais. La porte Gwanghwamun est composée de trois arches cintrées, appelés Hongyemun. La porte centrale est réservée auroi et les deux autres à ses fonctionnaires. La porte Gwanghwamun est gravement endommagée durant l'occupation japonaise et la guerre de Corée. Même l'emplacement de la porte est modifié. La porte est restituée à son emplacement d'origine et rouverte au public, le 15 août 2010.

Heungnyemun (seconde porte interne)[modifier]

La porte Heungnyemun est, par la taille, la deuxième grande porte du Gyeongbokgung et la première porte que les visiteurs découvrent, après la porte Gwanghwamun. La porte Heungnyemun est totalement détruite pendant l'occupation japonaise, lorsque le gouvernement japonais construit un bâtiment pour le gouverneur général japonais de la Corée. Le portail est restauré, dans sa forme originale, en 1995.

La reconstitution de la relève de la garde royale et le rituel de la patrouille sont effectuées, au son des fanfares et des trompettes, tous les jours, entre 10 h et 15 h, en face de la porte Heungnyemun. Les gardes du corps, vêtus de robes colorées, généralement rouges, mais, parfois aussi, bleues ou vertes, effectuent plusieurs cérémonies, notamment l'ouverture et la fermeture de la porte du Palais royal et la relève de la garde, qui a lieu toutes les heures. Certains portent des lances, d'autres des arcs et des étendards. La reconstitution est suivie par le rituel de patrouille en face de la porte Heungnyemun, ce qui permet de prendre facilement des photographies. L'été, un auvent est installé, afin que les photographes puissent opérer à l'ombre.

Lors d'un sondage efectué auprès de 2 000 visiteurs étrangers et mené par le Gouvernement métropolitain de Séoul, en novembre 2011, la relève de la garde, à la porte Gwanghwamun, arrive en troisième place des activités préférées, à Séoul.

Autres portes[modifier]

  • Sinmumun (porte du nord)
  • Geonchunmun (porte de l'est)
  • Yeongchumun (porte de l'ouest)

Oejeon (Cour externe)[modifier]

Geunjeongjeon (salle du trône)[modifier]

Le Geunjeongjeon (hangul : 근정전, hanja :勤政殿), également connu sous le nom de Salle du sud, est la salle du trône où le roi, durant la dynastie Joseon, accordait des audiences officielles à ses fonctionnaires, faisait les déclarations d'importance nationale et accueillait les ambassadeurs et les émissaires étrangers. C'était aussi le bâtiment principal où se tenaient les cérémonies de couronnement. Le bâtiment a été désigné Trésor national n° 223 de la Corée le 8 janvier 1985.

Le Geunjeongjeon est construit, en 1395, sous le règne du roi Taejong, mais est incendié, en 1592, lorsque la Corée est envahie par les Japonais. Le bâtiment actuel est édifié en 1867, quand le Gyeongbokgung est reconstruit. Le nom de Geunjeongjeon, créé par le ministre Jeong Dojeon, signifie « La diligence aide la gouvernance ».

Construit principalement en bois, le Geunjeongjeon se trouve au centre d'une vaste cour rectangulaire, sur une plate-forme de pierre à deux gradins. Cette plate-forme est bordée de balustrades sculptées et est ornée de nombreuses sculptures, représentant des animaux imaginaires et réels, tels que dragons et phénix. La cour, pavée, est bordée de deux rangées de pierres dressées, appelées pumgyeseoks (hangul : 품계석, hanja :品階石), qui indiquent où les fonctionnaires de la Cour se tenaient, en fonction de leur rang. La cour est entièrement entourée d'une clôture en bois.

A côté du Geunjeongjeon, se trouve le cloître Haenggak.

Geunjeongmun (troisième porte interne)[modifier]

La porte Geunjeongmun (hangul : 근정문, hanja :勤政門) est située directement au sud du Geunjeongjeon et dans son alignement. C'est la porte principale du Geunjeongjeon et de sa cour. Le portail est divisé en trois nefs séparées et seul le roi pouvait passer par la nef centrale.

Sajeongjeon (cabinet)[modifier]

Le Sajeongjeon (hangul : 사정전, hanja : 思政殿), aussi appelé Salle du Sajeongjeon, est un bâtiment utilisé comme siège de l'exécutif royal durant la dynastie Joseon. Situé derrière le Geunjeongjeon, c'est l'endroit où le roi exerce sa fonction exécutive et tient des réunions avec les hauts responsables du gouvernement. Deux bâtiments latéraux, le Cheonchujeon (hangul : 천추전, hanja : 千秋殿) et le Manchunjeon (hangul : 만춘전, hanja : 萬春殿), le flanquent à l'ouest et à l'est, et, tandis que le Sajeongjeon n'est pas équipé d'un système de chauffage, ces bâtiments sont équipés d'ondols, qui permettent leur utilisation durant les mois les plus froids.

Sujeongjeon[modifier]

Le Sujeongjeon (hangul : 수정전, hanja : 修政殿), un bâtiment situé au sud du Gyeonghoeru, est construit en 1867 et utilisé comme cabinet par la dynastie Joseon.

Naejeon (Cour interne)[modifier]

Gangnyeongjeon (quartiers du roi)[modifier]

Le Gangnyeongjeon (hangul : 강녕전, hanja :康寧殿), aussi appelé Salle Gangnyeongjeon, est un bâtiment utilisé comme quartiers de résidence principale du roi. Construit en 1395, la quatrième année du règne du roi Taejong, le bâtiment abrite la chambre à coucher du roi. Détruit lors des invasions japonaises de la Corée, en 1592, le bâtiment est reconstruit lorsque le Gyeongbokgung est relevé, en 1867, mais est à nouveau victime d'un important incendie en novembre 1876 et doit être restauré en 1888, sur les ordres du roi Kojong.

Lorsque le Huijeongdang du palais de Changdeokgung est détruit par un incendie, en 1917, le gouvernement japonais démembre le Gangnyeongjeon et ses matériaux de construction permettent de restaurer le Huijeongdang, en 1920. Le Gangnyeongjeon actuel est reconstruit en 1994, restaurant méticuleusement le bâtiment dans sa conception originale.

Le Gangnyeongjeon se compose de quatorze chambres rectangulaires, sept chambres situés à gauche et sept à droite de l'édifice, dans une disposition en damier. Le roi occupait la chambre centrale, alors que les serviteurs de la Cour, dont le rôle était de protéger et aider le roi, et en recevoir des ordres, occupaient les chambres restantes. Le bâtiment repose sur une fondation de grandes pierres, avec une terrasse de pierre ou véranda devant le bâtiment.

La caractéristique la plus remarquable du bâtiment est l'absence, sur le toit, d'une crête faîtière blanche, appelée yongmaru, en coréen (hangul : 용마루). Plusieurs théories existent pour expliquer cette absence, notamment une qui affirme que, puisque le roi était symbolisé par un dragon, durant la dynastie Joseon, le yongmaru, dont le nom contient la lettre dragon ou yong, 龍, ne peut pas reposer au-dessus du roi lorsque celui-ci est endormi.

Gyotaejeon (quartiers de la reine)[modifier]

Le Gyotaejeon (hangul : 교태전, hanja : 交泰殿), également appelé Salle Gyotaejeon, est un bâtiment utilisé comme quartiers de résidence principaux par la reine, durant la dynastie Joseon. Le bâtiment est situé derrière le Gangnyeongjeon, les quartiers du roi, et contient la chambre à coucher de la reine. Il fut d'abord construit vers 1440, la 22ème année du règne du roi Sejong le Grand. Celui-ci, qui avait une santé fragile vers la fin de son règne, avait décidé d'exercer ses fonctions de direction à partir du Gangnyeongjeon, où se trouvait sa chambre à coucher, plutôt que du Sajeongjeon. Étant donné que cette décision signifiait que de nombreux fonctionnaires allaient fréquenter le Gangnyeongjeon, le roi Sejong fait construire le Gyotaejeon, afin de protéger la vie privée de son épouse, la reine.

Le bâtiment est incendié, en 1592, lorsque la Corée est envahie par les Japonais, mais est reconstruit en 1867. Lorsque le Daejojeon du palais de Changdeokgung est détruit par un incendie, en 1917, le gouvernement japonais démonte le Gyotaejeon et ses matériaux de construction sont recyclés pour restaurer le Daejojeon. Le bâtiment actuel est reconstruit en 1994, selon le plan originel. Ce bâtiment, de même que le Gangnyeongjeon, ne porte pas le faîtage supérieur appelé yongmaru.

Amisan[modifier]

L'Amisan (hangul : 아미산, hanja : 峨嵋山) est un célèbre jardin, créé sur une colline artificielle. Il se trouve derrière le Gyotaejeon. Quatre cheminées hexagonales, construites, vers 1869, en briques orange et tuiles décoratives, ornent l'Amisan, sans posséder de fonction utilitaire, et sont des exemples remarquables d'art formatif créés durant la dynastie Joseon. Ces cheminées ont été enregistrées comme Trésor national de Corée n° 811 le 8 janvier 1985.

Jagyeongjeon (quartiers de la dernière reine)[modifier]

Le Jagyeongjeon (hangul : 자경전, hanja : 慈慶殿), aussi appelé Salle Jagyeongjeon, est un bâtiment utilisé comme quartiers de résidence principaux de la reine Sinjeong (hangul : 신정왕후, hanja : 神貞王后), la mère du roi Heonjong. Initialement construit en 1865, il subit deux incendies, et est reconstruit en 1888. Le Jagyeongjeon est la seule résidence royale du palais Gyeongbokgung qui a survécu aux campagnes de démolition du gouvernement japonais, pendant l'occupation japonaise de la Corée.

Les cheminées du Jagyeongjeon sont ornées de dix signes de longévité, souhaitant une longue vie à la dernière reine, tandis que les murs ouest du Jagyeongjeon sont ornés de motifs floraux. La partie saillante du Jagyeongjeon, au sud-est, nommée Cheongyeollu (hangul : 청연루, hanja : 清讌樓), est conçue pour offrir un espace plus frais pendant l'été, alors que la partie nord-ouest, nommée Bokandang (hangul : 복안당, hanja : 福安堂), est destinée à être occupée durant les mois d'hiver. La partie orientale, nommée Hyeopgyeongdang (hangul : 협경당, hanja : 協慶堂), qui se distingue par sa moindre hauteur par rapport au reste du bâtiment, était utilisée par les assistants de la dernière reine.

Le bâtiment et les murs décoratifs sont classés comme Trésor national de Corée n° 809 le 8 janvier 1985.

Donggung (Palais du prince héritier)[modifier]

Le Donggung, situé au sud du pavillon Hyangwonjeong, était le complexe habité par le prince héritier et son épouse. Les quatre principaux bâtiments du complexe sont le Jaseondang, le Bihyeongak, le Chunbang (salle de conférence, où le prince suivait des enseignements destinés à le préparer au trône), ainsi que le Gyebang (le bâtiment de la sécurité). Au 19ème siècle, le futur roi Sunjong a vécu dans le complexe. Le Donggung est rasé pendant l'occupation japonaise. La restauration commence en 1990, seuls le Jaseondang et le Bihyeongak ont été restaurés.

  • Jaseondang (quartiers du prince héritier et des princesses)
  • Bihyeongak (étude du prince héritier) (丕顯閣) - Ce nom signifie " Grand et lumineux ". C'est un palais royal où le prince héritier étudiait avec son précepteur.

Pavillons[modifier]

Gyeonghoeru (salle de banquet royal)[modifier]

Le pavillon Gyeonghoeru (hangul : 경회루, hanja : 慶會樓), également connu sous le nom de Pavillon du sud,accueillait les banquets donnés aux déléguations étrangères et au roi et ses dignitaires, durant la dynastie Joseon. Il est enregistré comme Trésor national n° 224 de la Corée depuis le 8 janvier 1985.

Le Gyeonghoeru est construit en 1412, durant la douzième année du règne du roi Taejong, mais est incendié pendant l'invasion japonaise de la Corée, en 1592. Le bâtiment actuel est reconstruit en 1867 (la 4ème année du règne du roi Kojong), sur une île d'un lac artificiel, rectangulaire, de 128 m de long et 113 m de large. C'est un des rares bâtiments à ne pas avoir été détruit durant l'occupation japonaise.

Construit principalement en bois et pierre, le Gyeonghoeru est constitué d'une ossature en bois posée sur 48 piliers massifs en pierre, avec des escaliers en bois reliant le rez-de-chaussée à l'étage. Le périmètre extérieur du Gyeonghoeru est soutenu par des piliers carrés, tandis que les colonnes intérieures sont cylindriques, elles ont été conçues ainsi pour représenter l'idée de yin et de yang. Quand le Gyeonghoeru est construit, en 1412, ces piliers en pierre étaient ornés de sculptures représentant des dragons s'élevant vers le ciel, mais ces détails n'ont pas été repris lorsque le bâtiment a été reconstruit au 19ème siècle. Trois ponts de pierre relient le bâtiment à l'enceinte du palais, et les coins des balustrades ceinturant l'île sont ornés de sculptures représentant les douze animaux du zodiaque.

Le Gyeonghoeru est représenté sur les billets de banque coréens de 10 000 wons (série 1983-2002).

Hyangwonjeong[modifier]

Le pavillon Hyangwonjeong (hangul : 향원정, hanja : 香遠亭) était un lieu de détente. C'est un petit pavillon hexagonal, de deux étages, construit autour de 1873 sur ordre du roi Kojong, quand la résidence Geoncheonggung est édifiée, au nord, au sein du palais Gyeongbokgung. Il est utilisé par le roi pour les loisirs et la détente. C'est un des rares bâtiments à ne pas avoir été détruit durant l'occupation japonaise.

Le pavillon est construit sur une île artificielle d'un lac nommé Hyangwonji (hangul : 향원지, hanja : 香遠池) et un pont nommé Chwihyanggyo la relie à l'enceinte du palais. Le nom Hyangwonjeong peut se traduire par « Pavillon du parfum de grande portée ».

Ponts[modifier]

Yeongjegyo[modifier]

Après avoir traversé la porte principale et la porte secondaire (porte de Heungnyemun), les visiteurs passent sur un petit pont, nommé Yeongjegyo. Sur le canal, juste à côté du pont, se trouvaient plusieurs créatures imaginaires, appelés Seosu.

Chwihyanggyo[modifier]

Le pont de Chwihyanggyo (hangul : 취향교, hanja : 醉香橋) est, à l'origine, situé sur le côté nord de l'île du lac Hyangwonji et est le plus long pont entièrement en bois construit durant la dynastie Joseon. Il est détruit pendant la guerre de Corée. Il est, reconstruit dans sa forme actuelle, du côté sud de l'île, en 1953. Chwihyanggyo se traduit par « Pont ivre de Parfum ».

Autres bâtiments[modifier]

Jibokjae[modifier]

Le Jibokjae (hangul : 집옥재, hanja : 集玉齋), situé à proximité de la résidence de Geoncheonggung, est une bibliothèque privée de deux étages, utilisée par le roi Kojong. En 1876, un important incendie a lieu dans le palais Gyeongbokgung et le roi Kojong, pendant une brève période, réside au palais de Changdeokgung. Il revint finalement au Gyeongbokgung, en 1888, mais, entre temps, il a fait démonter le bâtiment préexistant du Jibokjae, qui est transféré du Changdeokgung à l'emplacement actuel, en 1891. Son nom, Jibokjae, se traduit approximativement par « Salle de la Récolte du Jade ».

Le bâtiment montre une forte influence de l'architecture chinoise, en lieu et place de l'architecture palatiale coréenne traditionnelle. Ses parois latérales sont entièrement construites en brique, une méthode couramment employée par les Chinois contemporains, et la forme de ses toits, les écrans et colonnes intérieurs montrent aussi des influences chinoises. Son architecture était peut être conçue pour lui conférer un aspect exotique.

Le Jibokjae est flanqué, sur sa gauche, du Parujeong (hangul: 팔우정, hanja : 八隅亭), un pavillon octogonal à deux étages, et, sur sa droite, du Hyeopgildang (hangul : 협길당, hanja : 協吉堂). Le Parujeong a été construit pour stocker des livres, tandis que le Hyeopgildang a servi de bibliothèque, comme le Jibokjae. Les deux bâtiments sont reliés intérieurement au Jibokjae.

Le Bohyeondang (hangul : 보현당, hanja : 寶賢堂) et le Gahoejeong (hangul : 가회정, hanja : 嘉會亭), deux bâtiments qui constituaient aussi une bibliothèque, au sud du Jibokjae, ont été démolis par le gouvernement japonais au début du 20ème siècle.

Geoncheonggung[modifier]

Le Geoncheonggung (hangul : 건청궁, hanja : 乾淸宮), également connu sous le nom de résidence Geoncheonggung, était autrefois la résidence privée royale du roi Kojong (26ème roi de la dynastie Joseon) et son épouse, la reine Myeongseong. Il est situé dans le complexe du palais de Gyeongbok et date de 1873. Le roi Kojong réside au Geoncheonggung à partir de 1888 et la résidence est étendue en permanence. C'est ici que la reine Myeongseong est assassinée par des agents japonais, le 8 octobre 1895. Son corps est incinéré et les cendres enterrées près de la résidence. Le roi quitte ensuite le Palais, en janvier 1896, et ne revient jamais à la résidence.

Démoli entièrement par le gouvernement japonais, en 1909, le Geoncheonggung est fidèlement reconstruit et rouvert au public, le 15 août 2010, par l'Administration du patrimoine culturel de Corée, dans le cadre d'un projet de restauration des cinq grands palais. Sur le site du Geoncheonggung se trouve le Jangandang, quartiers du roi Kojong et le Gonnyeonghap, quartiers de la reine Myeongseong. La résidence royale fût un lieu d'innovation, avec le premier éclairage électrique de Corée, installé ici en 1887. A l'intérieur du palais, les visiteurs peuvent voir quelques-unes des possessions personnelles de la famille royale.

Mangyeongjeon[modifier]

Taewonjeon[modifier]

Le Taewonjeon (hangul : 태원전, hanja : 泰元殿), ou sanctuaire de Taewonjeon, est un temple des ancêtres, construit en 1868 pour abriter un portrait du roi Taejong, le fondateur de la dynastie Joseon, et permettre d'effectuer des rites consacrés aux ancêtres royaux. Complètement détruit par le gouvernement japonais au début du 20ème siècle, le sanctuaire a été restauré avec précision en 2005.

Résidence du gouverneur général japonais[modifier]

L'arrière-cour du palais de Gyeongbok abritait la partie principale de la résidence japonaise du gouverneur général. Elle est construite au début du 20ème siècle, dans l'enceinte du Cheongwadae, pendant l'occupation japonaise. Après la création de la République de Corée en 1948, le président Syngman Rhee l'utilise comme bureau et résidence. En 1993, lors de l'arrivée au pouvoir du président Kim Young Sam, ce symbole majeur du colonialisme japonais est détruit.

Musées[modifier]

Musée national de folklore[modifier]

Le palais Gyeongbokgung abrite le Musée national de folklore. Ce bâtiment de cinq étages a inspiré l'architecture de la pagode Palsangjeon, au temple Beopjusa. Il expose des objets de la culture coréenne.

L'entrée du musée est gratuite.

Musée National du palais[modifier]

Les visiteurs peuvent y découvrir la vie de la famille royale, durant la dynastie Joseon.

Renseignements pratiques[modifier]

Adresse : 22, Sajik-ro 9-gil, Jongno-gu.

Téléphone :

+82 2-3700-3900, +82-2-3700-3904, +82-2-3700-3905 et +82-2-738-9171
+82-2-1330 (anglais, chinois, coréen et japonais)
+82-2-732-1931 et +82-2-734-2457 (coréen)

Site Internet, en anglais et coréeen : [1]

Tarifs[modifier]

Adultes, de 19 à 64 ans : 3 000 wons pour les visiteurs individuels et 2400 wons pour les groupes de plus de 10 personnes

Enfants de moins de 18 ans : gratuit pour les Coréens. Pour les étrangers, 1 500 wons pour les visiteurs individuels et 1 200 wons pour les groupes de plus de 10 personnes.

Le billet d'entrée permet également l'accès au Musée du palais national de Corée et au Musée national de folklore.

Un billet d'entrée commun au sanctuaire Jongmyo et aux trois autres palais royaux de Séoul ((Palais de Changdeokgung, (y compris le Jardin secret Huwon, Palais Changgyeonggung et Palais Deoksugung) est disponible, au prix de 10 000 wons. Il est valable un mois à partir de la date d’achat. Il n'est plus remboursable à partir du moment où au moins un monument a été visité.

Les animaux ne sont pas admis.

Visite[modifier]

Ouverture : du mercredi au lundi (fermé le mardi), de 9 h 00 à 18 h 00, de mars à octobre, et de 9 h 00 à 17 h 00, de novembre à février. La dernière entrée se fait 1 h avant la fermeture. Lors de la fête de Bouddha (fin mai), le temple reste ouvert après la tombée de la nuit.

La visite nécessite de deux heures à une journée.

Visites guidées (durée : 1 h à 1 h 30)

en anglais, à 11 h, 13 h 30 et 15 h 30
en chinois, à 10 h 30, 13 h et 15 h
en coréen
du lundi au samedi, à 11 h, 13 h, 14 h, 15 h et 16 h (15 h 30 en hiver)
dimanche, à 12 h 30, 13 h 30 et 14 h 30
en japonais, à 10 h, 12 h 30 et 14 h 30

Réservation nécessaire, pour les groupes de 10 à 30 personnes.

Installations[modifier]

  • Pour les personnes handicapées, service de location de fauteuil roulant (à côté de la porte Geunjeongmun), toilettes, entrée accessible en fauteuil roulant, places de parking réservées.
  • Location de poussette pour bébé (près de la porte Geunjeongmun).
  • Consigne, boutique de souvenirs, fontaine à eau, snack-bar, toilettes, etc.

Animations[modifier]

Outre la relève de la garde, des concerts en plein air sont donnés dans le palais.

Accès[modifier]

Transports publics[modifier]

  • Métro
Station de Gyeongbokgung (n° 327), ligne 3 , sortie n° 5, 5 min à pied.
Station de Gwangwhamoon, ligne 5, sortie n° 2, 10 min à pied.

En mars 2012, pendant la campagne électorale, Hong Sa-duk promet l'extension de la ligne Bundang Sin voisine jusqu'au palais de Gyeongbok.

Pour Kyeongbokgung sud-est : lignes 1020, 109, 171, 272, 602, 602-1(limousine), 606, 7025 et 708
Pour Kyeongbokgung sud-ouest : ligne 9708

Le parking du palais offre 40 places de stationnement aux bus de tourisme.

Voiture individuelle[modifier]

Le parking, de 280 places, coûte 2 000 wons pour 2 heures, puis 500 wons supplémentaires toutes les 15 min.

Acheter[modifier]

Se loger[modifier]

  • New World Hotel. A partir de 70 601 KRW.  edit
  • Best Western Premier Seoul Garden Hotel. A partir de 100 000 KRW.  edit
  • Co-op city House. A partir de 80 500 KRW.  edit
  • Fraser Place Namdaemun Seoul.  edit
  • Family & Friends House.  edit
  • Girls Generation Hostel.  edit
  • Apple Guesthouse.  edit
  • Soriwool Guesthouse.  edit
  • Best Western New Seoul Hotel.  edit
  • Kimchi Guesthouse.  edit
  • Koreana Hotel.  edit
  • Prince Hotel Seoul.  edit
  • Yellow Brick Hostel.  edit
  • Namsan Guesthouse Insadong Branch.  edit
  • Rakkojae Seoul.  edit
  • Hotel 2 Heaven.  edit
  • 126 Mansion.  edit
  • Mizo Hotel.  edit
  • Goldfish Inn Seoul.  edit
  • Ramada Hotel and Suites Seoul Namdaemun.  edit
  • Raon Guesthouse.  edit
  • Sophia Guest House.  edit
  • Agrina Guesthouse.  edit
  • Ibis Ambassador Seoul Insadong, (A 1 km).  edit
  • Ibis Ambassador Seoul Myeong-dong, (A 1 km).  edit
  • Grand Ambassador Seoul associated Pullman, (A 3 km).  edit
  • Novotel Seoul Ambassador Gangnam, (A 9 km).  edit

Aux environs[modifier]

  • Changgyeonggung (palais de Changgyeong)
  • Bukchon
  • Palais de Changdeokgung
  • Sanctuaire Jongmyo
  • Insadong
  • North Seoul Tower
  • Mémorial de la Guerre de Corée
  • Théâtre MyeongDong NANTA
  • Parc national Bukhansan
  • Métro de Séoul
  • Théâtre Hongdae NANTA
  • Stade de base-ball Jamsil
  • Temple de Bongeunsa
  • Musée d'art Leeum Samsung
  • Musée national de Corée
  • Centre d'arts de Séoul
  • Environs de l'université Hongik
  • Musée Trickeye
  • Parc de Hangang
  • Parc de Namsan - A 2 km du palais Gyeongbokgung.
  • Maison bleue - Résidence du président.
  • Centre commercial COEX
  • Seoul Plaza
  • Bibliothèque municipale de Séoul
  • Immeuble 63
  • Namdaemun - La porte de Séoul, située à 2 km du palais Gyeongbokgung.
  • Times Square
  • Cité D-Cube
  • Cheonggyecheon
  • Quartier de Hongdae
  • Itaewon
  • Marché Namdaemun
  • Teheranno
  • Forêt de Séoul
  • Parc du lac de Séoul-ouest
  • Cathédrale Myeongdong
  • Jogyesa
  • Bibliothèque nationale de Corée
  • Parc olympique
  • Stade de la Coupe du monde de Séoul
  • Gare de Séoul
  • Aéroport Gimpo
  • Gare de Yongsan
  • Everland
  • Lotte World
  • Village Namsangol Hanok - Un village traditionnel coréen, situé à 2 km du palais Gyeongbokgung.
  • Incheon
  • Tour Jongno
  • Palais Deoksugung
  • Temple Jogye