Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Dorlisheim

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher
Dorlisheim

Default Banner.jpg

Située sur la Route des Vins d'Alsace, Dorlisheim[1] est une commune située du Bas-Rhin, en Alsace près de Strasbourg. Elle compte 2297 habitants. Le village est surtout connu depuis le début du XXème siècle lors de l'installation des usines Bugatti. Le blason de Dorlisheim représente un fer à cheval sur un linteau de porte du XVIème siècle.


Comprendre[modifier]

Dorlisheim

Située au pied des collines sous-vosgiennes, la localité s'est établie sur une ancienne voie romaine, dite "Bergstrasse", reliant Wissembourg à Belfort. Habité sous les Mérovingiens, Dorlisheim est cité en 737 dans un acte de donation attribuant le village à l'abbaye de Murbach. D'autres établissements religieux y possèdent des biens, dont le monastère de Sainte-Odile, l'abbaye bénédictine d'Altorf et les couvents lorrains de Hesse et de Haute-Seille. Cet ancien domaine de la famille d'Eguisheim est transmis au début du XIIIème siècle à l'évêché de Metz puis à l'évêché de Strasbourg. Morcelés entre plusieurs familles, les droits seigneuriaux sont progressivement rachetés par la ville de Strasbourg, qui introduit la Réforme dans le village en 1525. Vers 1600, la localité est dotée d'une enceinte entourée d'un fossé rempli d'eau. Au cours de l'année 1632, les troupes autrichiennes du général Montecucculi rasent et détruisent entièrement le village. Ce n'est qu'au milieu du XIXème, avec le développement du chemin de fer, puis avec l'installation de Ettore Bugatti au début du XXème siècle, que le village connaît une nouvelle ère de prospérité. Du point de vue confessionnel, il constitue la seule commune du canton de Molsheim à majorité protestante.

À voir[modifier]

  • L'église Protestante À l'origine, l'église faisait partie de la dotation de l'abbaye d'Altorf,
    L'église Protestante
    fondée par les Comtes d'Eguisheim. En 1225, l'évêque Berthold de Teck incorpore l'édifice à l'abbaye cistercienne de Haute-Seille. La Réforme est introduite à Dorlisheim au XVIème siècle, et l'église est affectée au culte protestant jusqu'en 1685, date à laquelle Louis XIV instaure le simultaneum. En dépit de ses dimensions modestes, le sanctuaire construit en plusieurs étapes révèle une structure particulièrement complexe. Il se compose d'une triple nef d'origine romane, d'un clocher-porche gothique et d'un chœur flanqué de deux chapelles carrées. Le clocher-porche est une adjonction du XIVème siècle masquant le portail occidental roman. L'archivolte est surmontée de deux dragons à la queue enroulée, qui ouvrent leurs gueules vers la tête d'un fauve. Le bandeau est orné d'un rinceau de sarments de vignes et de grappes de raisin coulant de la bouche d'une figure représentant le Christ. Placées en retrait, deux torsades soulignent le contour de l'arc en plein cintre.
  • L'église Saint-Laurent Mettant fin à deux siècles de simultaneum à Dorlisheim, l'église catholique est érigée à la périphérie du vieux bourg, dans un jardin dont le propriétaire est alors de confession protestante. Cette église néo-romane est ornée en façade des statues de Jeanne d'Arc et de Saint-Martin. L'intérieur est éclairé de grandes verrières offertes vers 1912 par des notables du village, dont le baron Hervé-Gruyer. Celles du choeur évoquent des épisodes de la vie de Saint-Laurent. L'orgue réalisé en 1900 par Franz Kriess, de Molsheim, est équipé d'un ventilateur électrique offert par le constructeur automobile Ettore Bugatti.
  • Le Caveau de la Famille Bugatti Installée à partir de 1909 aux confins de Dorlisheim, la famille Bugatti est restée très proche du village où reposent les principaux membres du clan, Carlo Bugatti (1856-1940), patriarche de la famille, et son épouse Thérèse, née Lorioli, ainsi que leurs enfants : Deanice, Rembrandt et Ettore Bugatti (1881-1947). Celui-ci repose aux côtés de sa première femme Barbara Mascherpa. Enfin, deux enfants d'Ettore Bugatti, L'Ebé et Jean (1909-1939), sont également enterrés ici.
  • Le Château Saint Jean Entouré d'un parc de 6,5 hectares, ce manoir est érigé par les Wangen de Geroldseck
    Château Saint-Jean
    à l'emplacement de l'ancienne commanderie. la demeure change plusieurs fois de propriétaires, avant d'être finalement utilisée par Ettore Bugatti dans les années 1930 pour ses réunions publiques et ses réceptions. Dominant le perron et l'escalier d'honneur, le fronton arbore fièrement la devise Semper fidelis, toujours fidèle. C'est une demeure privée, elle ne se visite pas.
  • Le Château du Baron Hervé Selon une inscription figurant sur la voûte de la cave, cette demeure aurait été érigée en 1714. Restaurée en 1820, puis transformée sous le Second Empire par l'adjonction d'une tourelle ronde, elle est flanquée de deux petites dépendances. Le château est construit sur un plan rectangulaire, à deux niveaux de fenêtres. Seuls le perron et la balustrade en fer forgé semblent remonter à l'époque baroque, alors que le reste de la construction n'est guère antérieur à la fin du XIXème siècle. Propriété de la branche protestante des Montbrison, la maison passe ensuite à la famille Hecht, d'où le brochet servant de girouette à la tourelle, puis au baron Hervé-Gruyer.
  • La Maison de Retraite Sarepta Fondée en 1903 par le Pasteur Paul Ziegel-Meyer, la maison des Diaconesses est appelée à ses débuts Diakonessen Verein Sarepta. Entre 1914 et 1917, l'établissement sera transformé en hôpital militaire. L'entre-deux guerres va marquer le développement de la station de soins car on y construira plusieurs pavillons. La communauté des Diaconnesses se dissoudra en 1982. Cependant les personnes âgées y sont toujours accueillies. C'est un lieu privé qui ne se visite pas.

À faire[modifier]

  • Lasermaxx : zone de loisirs, lieu-dit "Burgweg" - 03 88 508 508 - Site Lasermaxx - Jeux de pistolets laser dans un labyrinthe avec jeux de lumière et ambiance musicale.
  • Goolfy : zone de loisirs, lieu-dit "Burgweg" - 03 88 508 508 - Site Goolfy Jeu de mini-golf dans une salle couverte et plongée dans une semi-obscurité.
  • Fun City : zone de loisirs, lieu-dit "Burgweg" - 03 88 04 76 97 - Site Fun City. Mini parc d'attraction couvert pour des enfants de 0 à 12 ans.
  • Escape Game : zone de loisirs, lieu-dit "Burgweg" - 06 38 96 56 91 - Site Escape Game. Jeu d’aventure où, enfermé(e)s dans une salle aux décors incroyablement immersifs vous avez à mener à bien une mission et à vous évader.

Viticulteurs[modifier]

  • Nadine et Francis Backert : 3, faubourg des Vosges - [email protected] - 03 88 38 35 89.

Emplettes[modifier]

Se restaurer[modifier]

  • Restaurant le Forum : 4, Avenue de la Gare - 03 88 38 14 28. Relais routier, plat ou menu du jour. Déjeuner entre 11h45 et 13h30, dîner entre 18h30 et 21h. Ouvert du lundi au samedi midi inclus.

Ristorante italiano, avec les saveurs de l'Italie: charcuteries fines, aromates, pasta, pizzas, antipasti Le petit plus : vente de produits Horaires de service: 11h30-14h30 / 18h30-22h30.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Passer la nuit[modifier]

  • Best Western : Hôtel le Rhénan 1 chemin des moissons village de loisirs le trèfle - [email protected] - Hôtel Le Rhénan 03 88 20 50 85. chambre modernes, contemporaines & climatisées (3 accès personnes à mobilité reduite), plateau de courtoisie, businesscorner,fitness situé dans le village de loisirs, proches restaurants, boutiques,cinéma, bowling, goolfy, fun city, lasermaxx. petit+ en périphérie ville/village, sur le tracé d'une véloroute (-de 5 km).
  • Le dormeur-le Schloffer : 25 grand'rue - [email protected] - Hôtel le Dormeur - 03 90 22 22 10. Chambres grand confort, 1 chambre pour personnes à mobilité réduite et 3 chambres sur le tracé d'une véloroute (- de 5km).(Capacité:15 Chambres).