Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Dinsheim-sur-Bruche

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher
Dinsheim-sur-Bruche

Default Banner.jpg

Dinsheim-sur-Bruche[1] est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en Alsace, près de Strasbourg. Elle compte environ 1373 habitants aujourd'hui. Comme son nom l'indique elle fait partie de la Vallée de la Bruche. Le blason de Dinsheim-sur-Bruche, reproduit d'après une ancienne borne du village, rappelle le flottage du bois, une activité pratiquée dans la commune par le passé.

Comprendre[modifier]

La Mairie de Dinsheim-Sur-Bruche

Aux Ier et IIème siècles, des artisans romains exploitent, près de l'actuel village, une officine spécialisée dans la production d'une poterie de couleur rouge brique, dite "céramique sigillée". Ils confectionnent plusieurs dizaines de milliers de vases, comme en témoignent les nombreux tessons, fragments de moules et accessoires de cuisson découverts sur le site. Mais il faut attendre l'an mille pour voir apparaître dans les textes la localité de Dunginisheim. Possession de l'évêché de Strasbourg, le village fait partie de la prévôté d'Ochsentein, rattachée au baillage de Schirmeck. La population atteint 1453 habitants sous le Second Empire. Il s'y trouve alors un martinet de forge, dit "Breuschwerk", un laminoir, trois marteaux avec moteur hydraulique, une scierie, une tuilerie, un four à chaux, des carrières, trois huileries et une féculerie de pommes de terre. Désormais, la majeure partie de la population active travaille à l'extérieur du village, qui connaît une régression démographique.

À voir[modifier]

  • Notre Dame du Schiebenberg Au nord du village, le Schiebenberg est dominé
    La vierge à l'enfant
    par une imposante statue votive de Notre-Dame, solennellement inaugurée le 18 juillet 1875. Elle tire son origine des évènements de 1870, durant lesquels le maire, le curé et le sacristain ont été arrêtés par les Prussiens pour connivence avec l'ennemi. En réalité, la sonnerie de l'angélus a coïncidé avec une attaque des francs-tireurs sur Mutzig, et a été interprétée comme un signal par l'état-major prussien. Les habitants ayant été relaxés, une statue de la Vierge a été érigée en remerciement.
  • La Chapelle de la Vierge Ce petit sanctuaire dédié à Notre-Dame était particulièrement fréquenté par les femmes enceintes et par les personnes atteintes de la teigne. Vendue comme bien national à la Révolution et restaurée en 1804, la chapelle se compose d'une courte nef de deux axes et d'un choeur à pans coupés. A l'intérieur se trouvent deux vitraux issus des ateliers Berges, de Toulouse, une meule servant d'autel et une Vierge à l'Enfant, de style baroque, qui orne l'entrée du choeur.
  • Église Saints Simon et Jude Commencée sous la Restauration, cet édifice néo-classique,
    Eglise Saints Simon et Jude
    qui remplace un ancien édifice - proche du cimetière - jugé trop petit et délabré - comprend un clocher semi-engagé à portique, une spacieuse nef de six travées et un choeur polygonal plus étroit. Le fronton du portail principal, soutenu par deux colonnes doriques, mentionne la traduction allemande d'un verset de l'Ancien Testament : "Ce lieu n'est autre que la maison de Dieu, c'est la porte du ciel." L'église est restaurée en 1987 après un grave incendie. L'orgue de l'église provient des ateliers Seltz, cet instrument est transformé en 1896 par Franz Kriess qui y installe une console indépendante mécanique et remplace le positif par un récit expressif. Le buffet néo-classique possède trois tourelles droites encadrant deux plates-faces, et un positif de dos avec deux tourelles et une plate-face centrale.
  • Anciennes usines Jacquel Attesté vers 1600, la "Breuschmühle" est, à l'origine, un moulin à papier établi sur la Bruche, en amont de Dinsheim. Ce moulin est acquis en 1903 par l'industriel Frédéric Jacquel, de Natzwiller, qui y construit un tissage de coton qu'il complète en 1908 par une filature. Les bâtiments sont ensuite occupés par une fabrique de volets roulants connue sous le nom de Fermetures Weber. Créée en 1898, cette entreprise florissante a fait connaître la localité dans le monde entier, avant de déménager en 1994 à Saint-Pierre, dans le Bas-Rhin.

À faire[modifier]

Emplettes[modifier]

Apiculteur professionnel, miel d'Alsace certifié IGP. Production de miel et pain d'épices, bougie. Ouvert du mercredi au vendredi de 14h à 18h, et samedi de 10h à 12h et de 14h à 16h. Visite de la Miellerie et des ruches de juin à septembre (selon la météo).

Se restaurer[modifier]

Salle de restaurant de 76 personnes, claire et chaleureuse. Terrasse d'été de 40 personnes. Plusieurs menus sur la base d'une cuisine du marché, faite maison.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Passer la nuit[modifier]