Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Tokyo : Différence entre versions

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
(Taxi)
(Comprendre : comme dit plus bas, et je ne le conteste pas: "le niveau d'anglais des japonais est assez bas")
(Une révision intermédiaire par un utilisateur est masquée)
Ligne 22 : Ligne 22 :
  
 
==Comprendre==
 
==Comprendre==
'''Langue'''. Il est facile pour un anglophone de circuler à Tokyo. Pour ce qui est des francophones, à part dans de très rares endroits comme les offices de tourisme, il faut savoir que peu de Japonais parlent français. Les indications dans les stations de métro et de train ont aussi les noms de station en romaji (caractères Latins). Il y a également beaucoup de zones de Tokyo (telles que [[Tokyo/Roppongi|Roppongi]]) avec des établissements qui sont spécifiquement tournés vers les ''gaijin'' (étrangers). Une fois que vous avez décidé d'oser aller au delà de la scène des ''gaijin'', alors, la barrière linguistique peut devenir un problème, ainsi il peut être utile de savoir quelques mots pour passer commande dans les restaurants, faire des emplettes dans les magasins, et demander son chemin. Les japonais sont généralement très heureux de vous montrer le chemin et n'hésitent pas à vous accompagner si vous n'arrivez pas à comprendre ce qu'ils vous disent. Il faut cependant savoir que le niveau d'anglais des japonais est assez bas aussi certains n'oseront pas répondre à vos interpellations. Ne vous en offusquez surtout pas !
+
'''Langue'''. Il est relativement facile pour un anglophone de circuler à Tokyo. Pour ce qui est des francophones, à part dans de très rares endroits comme les offices de tourisme, il faut savoir que peu de Japonais parlent français. Les indications dans les stations de métro et de train ont aussi les noms de station en romaji (caractères Latins). Il y a également beaucoup de zones de Tokyo (telles que [[Tokyo/Roppongi|Roppongi]]) avec des établissements qui sont spécifiquement tournés vers les ''gaijin'' (étrangers). Une fois que vous avez décidé d'oser aller au delà de la scène des ''gaijin'', alors, la barrière linguistique peut devenir un problème, ainsi il peut être utile de savoir quelques mots pour passer commande dans les restaurants, faire des emplettes dans les magasins, et demander son chemin. Les japonais sont généralement très heureux de vous montrer le chemin et n'hésitent pas à vous accompagner si vous n'arrivez pas à comprendre ce qu'ils vous disent. Il faut cependant savoir que le niveau d'anglais des japonais est assez bas aussi certains n'oseront pas répondre à vos interpellations. Ne vous en offusquez surtout pas !
  
 
==Arriver==
 
==Arriver==
Ligne 134 : Ligne 134 :
 
===Taxi===
 
===Taxi===
  
Il y en a absolument partout et à toute heure'''lol''lol'''''''''.
+
Il y en a absolument partout et à toute heure.
  
 
Mais le taxi doit plutôt être réservé aux courtes distances ou lorsqu'aucun autre moyen de transport n'est pas disponible. En effet, le prix de la course, fixé à 660 yens pour les deux premiers kilomètres, grimpe très rapidement ensuite. Par ailleurs, il existe un tarif de nuit (30% en plus) entre 23 heures et 5 heures du matin.
 
Mais le taxi doit plutôt être réservé aux courtes distances ou lorsqu'aucun autre moyen de transport n'est pas disponible. En effet, le prix de la course, fixé à 660 yens pour les deux premiers kilomètres, grimpe très rapidement ensuite. Par ailleurs, il existe un tarif de nuit (30% en plus) entre 23 heures et 5 heures du matin.

Version du 15 février 2013 à 17:04

Tokyo (東京, « Capitale à l'Est ») [1] est la capitale du Japon.

Quartier Shinjuku, la nuit


Au sens strict, Tokyo (東京) est une préfecture, comprenant 23 arrondissements (ku, 区) et quelques dizaines de villes (shi, 市). Pour le visiteur cependant, Tokyo sera réduite aux arrondissements centraux, et grossièrement délimitée par la ligne de train circulaire Yamanote.

La mégalopole de Tokyo quant à elle inclut les villes voisines de Kawasaki et Yokohama (deuxième ville du Japon par sa population).

Le « centre » de Tokyo est occupé par le vaste Palais Impérial, dont seule une petite partie se visite. Il n'y a donc pas à proprement parler de centre-ville, ce rôle étant principalement partagé par les stations importantes de la ligne Yamanote, dont :

  • Shinjuku (新宿) avec Kabukicho, un des quartiers « chauds »
  • Akihabara (秋葉原), le royaume de l'électronique et des ordinateurs
  • Harajuku (原宿) : quartier « jeune », attenant au sanctuaire Meiji (Meiji-jingū) et au parc de Yoyogi
  • Shibuya (渋谷), principal quartier des jeunes, très vivant. C'est un quartier, mais aussi un arrondissement (très vaste, comprenant notamment Harajuku, Omote-sando, Ebisu, Naka-Meguro)
  • Ueno (上野) : musées, parc, zoo, marché

D'autres quartiers sont également intéressants pour le visiteur :

  • Ginza (銀座), le quartier chic et d'affaires
  • Roppongi (六本木) : quartier culturel le jour et prisé par les occidentaux la nuit (nombreux bars et boîtes)
  • Asakusa (浅草) le quartier traditionnel
  • Tsukiji (築地) le marché aux poissons

Sommaire

Comprendre

Langue. Il est relativement facile pour un anglophone de circuler à Tokyo. Pour ce qui est des francophones, à part dans de très rares endroits comme les offices de tourisme, il faut savoir que peu de Japonais parlent français. Les indications dans les stations de métro et de train ont aussi les noms de station en romaji (caractères Latins). Il y a également beaucoup de zones de Tokyo (telles que Roppongi) avec des établissements qui sont spécifiquement tournés vers les gaijin (étrangers). Une fois que vous avez décidé d'oser aller au delà de la scène des gaijin, alors, la barrière linguistique peut devenir un problème, ainsi il peut être utile de savoir quelques mots pour passer commande dans les restaurants, faire des emplettes dans les magasins, et demander son chemin. Les japonais sont généralement très heureux de vous montrer le chemin et n'hésitent pas à vous accompagner si vous n'arrivez pas à comprendre ce qu'ils vous disent. Il faut cependant savoir que le niveau d'anglais des japonais est assez bas aussi certains n'oseront pas répondre à vos interpellations. Ne vous en offusquez surtout pas !

Arriver

Envoyez vos bagages en ville avant que vous y alliez. Tokyo est une ville « serrée » : porter une valise énorme ou même modérée dans le métro ou à travers des escaliers peut être un cauchemar même s'il y a très souvent des ascenseurs. En outre, les stations de métro sont parfois immenses. Que faire pour éviter de trimbaler de lourds bagages au milieu de la foule ? Employer les services de livraison qui sont omniprésents (takkyuubin en Japonais) qui fournissent un service rapide sûr, n'importe où et bon marché.

Comment cela fonctionne ? À n'importe quel aéroport ou station principale, recherchez un signe qui indique la "Baggage Delivery" ou quelque chose de semblable. Le plus commun est une compagnie appelée Kuroneko, avec son symbole conspicu noir-sur-jaune d'une chatte qui porte son enfant (kuro - noir ; neko - chat). Écrivez l'adresse de votre hôtel, payez les honoraires basés sur la taille et la distance. Retrouvez votre sac le jour suivant à votre hôtel.

Ceci fonctionne de la même manière pour le départ. La plupart des hôtels et même des "convenience store" peuvent s'occuper de ça à votre place. Le service est extrêmement sûr. Vous pouvez envoyer une variété de sacs et même une bicyclette à l'aéroport en avance. Ils n'arrivent jamais en retard et toujours en bon état. Ensuite il vous suffit de récupérer vos bagages à l'entrée de l'aéroport. Cela simplifie grandement les transports entre l'aéroport et la ville.


En train

La gare principale de Tokyo est appelée Tokyo ou Tokyo Station. Des trains à grande vitesse (Shinkansen) relient Tokyo aux autres grandes villes du Japon. A titre d'exemple, Kyoto se trouve à 2h40 et 14 000 yens de Tokyo. La gare est grande, et on peut s'y perdre les premières fois.

En voiture

En autobus

Il existe un certain nombre de services de bus de nuit partant de la région du Kansai (Ôsaka, Kôbe, Kyoto) le soir et arrivant à Tokyo le matin. Il peut être intéressant de prendre ce genre de moyen de transport, ce qui permettra d'économiser une nuit à l'hotel (ce qui est très cher). On peut trouver des compagnies offrant un voyage au alentours de 10 000 yens.

En bateau

Se loger

Il y a des milliers d'hôtels dans la région de Tokyo, allant du bon marché au très cher.



Routard

Les hôtels "capsule" sont généralement l'option meilleur marché. Ils peuvent être peu disposés à accueillir des étrangers car il y a quelques règles de comportement qu'il peut être difficile de leur expliquer. Les bibliothèques de "mangakissa" Manga/cafés internet ouverts 24 heures sur 24 sont devenus communes autour de Tokyo. C'est l'une des manières meilleur marché de se reposer si vous manquez votre dernier train et devez attendre jusqu'au matin. Il n'y a pas de lit, mais vous avez un fauteuil confortable et un ordinateur et/ou un DVD si vous ne pouvez pas dormir. Dans certaines, il y aura même une douche pour se détendre.

Il existe quand même quelques hôtels exceptionnels qui ils ne sont pas du tout touristiques et parfois avec quelques conditions spécifiques comme «men only» ou «women only». Vous pouvez vous renseigner et réserver un lit par les adresses suivantes.

la liste des tarifs et des liens



Classe moyenne

Recherchez les hôtels appelés «business hotel» (hôtels d'affaires). Le personnel peut parler un anglais... un minimum... mais il n'est pas trop difficile de se faire comprendre. La chaîne d'hôtels Tokyu est l'un des meilleurs rapports qualité/prix. Les chambres commencent à environ 80$US par nuit. L'accès a Internet et le petit déjeuner sont inclus. Tous ont une machine à laver/sèche-linge dans la chambre. Des cuisinettes sont également disponibles.

Une autre option reste le ryokan (auberge japonaise), qui est un peu plus cher mais qui vous donne un goût de la culture japonaise. Les chambres à la japonaise sont généralement recouvertes de tatamis, avec des futons et une table basse, les propriétaires peuvent être très amicaux. quelques adresses de ryokan: - le tama ryokan, à Shinjuku, 4000 yen/nuit Tel: 81 (3) 3209-8062 begin_of_the_skype_highlighting              81 (3) 3209-8062      end_of_the_skype_highlighting begin_of_the_skype_highlighting              81 (3) 3209-8062      end_of_the_skype_highlighting turner@idiom.com - le taito ryokan, très bon marché 3000 yen/nuit jptaito@libertyhouse.qr.jp - le ryokan Andon, Telephone: 0081 (0)3-3873-8611 reservations@andon.co.jp

Plein aux as

L'hôtel ANA est un hôtel international, et tout le personnel parle anglais. Les chambres sont d'une taille décente comparées à la plupart des hôtels américains, et les prix commencent à partir de 200$US par nuit. Le ANA Hotel Tokyo est situé entre la station de métro Tameike-Sanno et celle de Roppongi Ichome. C'est environ une promenade de 5 minutes de chacune d'elles. Il y a également un autobus de limousine reliant l'hôtel d'ANA à l'aéroport de Narita - cela prend approximativement 2 heures et est à la disposition des deux invités de l'hôtel et gens avec un autre logement. [1]

  • ANA Strings Hotel
  • Villa Fontaine

On retrouve aussi les grandes chaines hôtelières mondiales tel que Hilton qui se trouve à West Shinjuku où de nombreuses autres grandes chaines ont élu domicile.

Parmi les grands hotels tokyoïtes, citons aussi :

  • L'hôtel Imperial, en face du parc Hibiya, proche du quartier Ginza, metro Hibiya
  • L'hôtel New Otani, metro Kamiyacho
  • Le Park Hyatt, se situe à Shinjuku, ayant servi au tournage du film Lost in Translation, metro Shinjuku
  • Le Grand Hyatt, dans la tour Mori dans le quartier de Roppongi, metro Roppongi
  • Le Cerulean, a Shibuya, metro Shibuya

Les limousines-bus circulent entre tous ces hotels et l'aeroport de Narita.

Circuler

Métro et Train

Le réseau de transport de Tokyo est constitué par :

- 2 compagnies de métro

- La compagnie ferroviaire JR East, exploitant notamment la ligne circulaire Yamanote autour du centre-ville et la ligne Chuo traversant la ville d'est en ouest

- Plusieurs autres compagnies ferroviaires privées (Tokyu, Keio, Tobu, Sobu...), déservant la banlieue.

Dans tous les cas, le prix du trajet dépend de la destination, et est indiqué sur des plans situés au-dessus des distributeurs de tickets. Pour simplifier les déplacements, il est possible de se procurer des cartes prépayées : - carte PASMO unique pour les 2 compagnies de métro et les ferroviaires de banlieue hors JR East - carte Suica sans contact pour les lignes de JR East dont la Yamanote, inutile pour les possesseurs d'un Japan Rail Pass

Depuis Mars 2007, Il est possible d'emprunter tous les metros de Tokyo (y compris les lignes JR) à l'aide de la Carte Suica. Plus besoin de posséder de carte PASMO.

La ligne de train JR Yamanote fait le tour du centre de Tokyo et dessert les principaux quartiers suivants: Tokyo, Shinagawa, Shibuya, Harajuku, Shinjuku, Ikebukuro, Ueno. Cette ligne est accessible gratuitement aux possesseurs d'un Japan Rail Pass, sans quoi le ticket coûte au minimum 130 yens.

Les métros sont relativement bon marché entre 160 et 300 yens, fréquents, et parfois le seul choix pour un endroit comme Roppongi (loin de la station voisine de JR). Les deux compagnies de métro sont Tokyo Metro (anciennement TRTA ou EIDAN pour les gens du pays) qui gère 8 lignes, et TOEI, qui comporte 4 lignes. Malheureusement, il est difficile de changer de train entre TRTA < - > TOEI à moins d'acheter un nouveau billet, ou de disposer de la carte PASMO. Il y a également d'autres ligne privées, comme le métro automatique aérien Yurikamone.

  • La "vie" en métro...

Aux heures de pointe les métros sont parfois bondés (à prendre en considération si l'on doit s'y rendre avec une grosse valise...), mais la légende des "pousseurs" est rare à vérifier sur place ; cela tient davantage du mythe que de la réalité ! En outre, le métro tokyoïte n'est pas davantage plein à craquer que le métro parisien aux heures de forte affluence... et au moins, il dispose de la climatisation tandis qu'aucune présence de pickpocket n'est à craindre !

Dans les rames, les sièges sont généralement des banquettes le long des murs. A bord, les systèmes d'information ne manquent pas : annonce vocale des stations et des correspondances en anglais et en japonais, panneau à diodes affichant au moins le nom de la prochaine station, et éventuellement plans de ligne montrant la progression du train par le biais de voyants, parfois même écran plat au dessus de la porte donnant toutes sortes d'informations. Les stations sont généralement numérotées et les lignes, comme pour tout bon métro qui se respectent, sont identifiables par leur couleur, leur nom et leur destination finale.

Certains wagons sont réservés aux femmes pendant les heures de pointe (une inscription au sol sur le quai le mentionne). Attention, on ne rentre pas dans le métro de Tokyo comme dans celui de Paris : on fait la queue sur le quai, sans passer devant les autres personnes, puis on attend sagement que les passagers qui descendent soient sortis avant d'entrer.

Quand vous achetez votre ticket au distributeur, pensez à mettre de l'argent avant de choisir votre tarif. Pensez également aux cartes à la journée pour le métro : One-Day Open Ticket pour Tokyo Metro (les 8 lignes) : 710 yens, Pass journée pour les 2 réseaux (12 lignes) : 1000 yens, Pass journée métro et bus : 1500 yens.

Si vous avez dépassé la station prévue ou que vous décider d'aller au-delà de la valeur de votre billet, vous pourrez, avant de sortir de la station, aller au "far adjustment" qui permet de payer le complément. Attention à bien garder son ticket sur soi : il faut le repasser en sortant !

Bus

Le réseau de bus est important, mais difficile d'accès pour un touriste. La fréquence des bus est très faible sur certaines lignes, les plans de bus sont souvent uniquement en japonais. Vous pouvez toujours tenter l'aventure...

Taxi

Il y en a absolument partout et à toute heure.

Mais le taxi doit plutôt être réservé aux courtes distances ou lorsqu'aucun autre moyen de transport n'est pas disponible. En effet, le prix de la course, fixé à 660 yens pour les deux premiers kilomètres, grimpe très rapidement ensuite. Par ailleurs, il existe un tarif de nuit (30% en plus) entre 23 heures et 5 heures du matin.

Pensez à avoir sur vous la carte du lieu où vous allez que vous montrerez au chauffeur, car il est peu probable que celui-ci ne parle le moindre mot d'anglais.

La porte arrière du taxi s'ouvre et se ferme automatiquement. Il ne faut pas laisser de pourboire. Ne pas prendre le taxi pour aller à Narita : il vous coûterait une fortune !

Voiture

Cette variante est à bannir dans les grandes villes car les transports en commun sont très développés et la voiture sera, comme dans une grande ville d'Europe, davantage un fardeau qu'un outil de liberté. À Tokyo, si la circulation est en fait assez fluide, il sera difficile de stationner à bas prix.

Si vous y tenez vraiment, vous devez disposer d'une traduction officielle de son permis de conduire national. Attention le permis international n'est pas reconnu.

L'utilisation d'une voiture sera en revanche appréciable pour découvrir la campagne et la montagne japonaise.

À voir

  • Si vous recherchez un bon point de vue, la tour de Tokyo (Tokyo Tower) est l'endroit le plus connu. L'accès à cette tour Eiffel japonaise (un peu plus haute que son modèle français, avec ses 330 mètres) est bien sûr payant. Avantage par rapport à la tour Eiffel : il n'y a pas foule. Un autre bon choix - bien que moins haut - est l'hôtel de ville de Tokyo et ses deux observatoires (tour nord et tour sud) au 45ème étage, accessible gratuitement.
  • A la station Ryogoku (à l'est d'Akihabara) se trouve le Ryogoku Kokugikan où se disputent trois des six tournois annuels officiels de sumo professionnel.
  • Toujours à Ryogoku, derrière le Kokugikan se trouve le musée Edo-Tokyo sur l'histoire de la ville, avec une reconstitution d'époque grandeur nature !
  • La ligne de métro Yurikamome entièrement aérienne permet d'avoir une vue sur la baie, et passe à l'intérieur du grand pont suspendu Rainbow Bridge.

Principaux sites d'intérêt:

  • Les quartiers jeunes de Shibuya (à consommer sans modération et à toute heure... bien qu'un peu calme après 1 heure du matin) et Harajuku (à faire plutôt le dimanche après-midi)
  • Omotesando (arrondissement de Shibuya), avenue appelée à tort les Champes Elysées de Tokyo. Une rue commerçante plutôt huppée, intéressante pour son architecture. Attention, beaucoup de monde le dimanche !
  • Shinjuku, quartier commerçant mais aussi d'affaires à l'ouest et plutôt jeune à l'est : Kabukicho, mais aussi Shinjuku ni-chome, le principal quartier gay du Japon
  • Le quartier de l'électronique, Akihabara
  • Les musées (en particulier le musée national qui est immense et bien fourni) et le parc de Ueno
  • Le quartier des grands magasins de Ginza ; sorte de petit Manhattan de Tokyo, à fréquenter également pour ses innombrables bars ouverts toute la nuit... à n'importe quel étage des immeubles. Quartier plutôt à éviter le dimanche, qui devient souvent piéton et perd de son intéressant côté actif.
  • Le temple Sensoji, a Asakusa, lui, à faire le dimanche pour l'ambiance ; nombreux petits restaurants de rue à découvrir.
  • Roppongi, davantage fréquenté par les occidentaux (donc moins intéressant que la plupart des autres quartiers de Tokyo), mais qui regorge de bars de toutes sortes le soir et qui dispose d'un intérêt culturel le jour avec les complexes urbains et culturels de Roppongi Hills et Tokyo Midtown
  • La baie de Tokyo, vue depuis la ligne de métro Yurikamome
  • Des quartiers périphériques, comme Daikanyama ou Shimokitazawa.

Apprendre

Travailler

Acheter

Tokyo est dans la moyenne des grandes métropoles occidentales pour ce qui est du coût de la vie. Dans les combini (supérettes, à tous les coins de rue), le prix de la nourriture n'est pas très élevée. Les transports et en particulier le bus, sont assez chers, mais la qualité, la propreté et la sûreté du voyage compensent.

Il est possible de trouver des magasins et des restaurants très bons marchés, surtout aux alentours d'Akihabara. Il faut cependant quelques notions de japonais ou alors ne pas avoir peur de s'exprimer avec les mains.

La plupart des magasins sont ouverts le dimanche. Certains ferment un ou deux jours par mois, mais pas forcément le dimanche.


Sortir

Les lieux de sortie les plus courus sont : Roppongi, Shibuya, mais aussi Kabukicho et Shimokitazawa. Vous trouverez de bons petits bars et restaurants partout. Vous constaterez également que vous n'êtes jamais loin d'un distributeur automatique de bière à Tokyo. On boit souvent dans les restaurants. Le type de bar et de gril le moins cher s'appelle l'izakaya en Japonais. Vous pouvez obtenir toutes sortes de nourriture et de boissons. Les izakaya en chaîne meilleur marché ont habituellement des menus avec images ainsi la commande est plus simple. Quelques chaînes populaires d'izakaya incluent Tsubohachi et Shirokiya. Si vous voulez un bar de type occidental qui sert des boissons, mais n'est pas un restaurant, essayez n'importe lequel des hôtels réputés, ceci vous coutera cependant assez cher.

Tokyo regorge de boîtes de nuit, aux ambiances diverses et variées. En voici quelques-unes:

  • A Shibuya : Club Asia, Harlem, Nuts (hip-hop), La Fabrique, Module, Womb (electro/house)
  • A Daikanyama/ Ebisu : Air, Liquidroom, Unit (electro/house)
  • A Roppongi : TWENTY FOUR SEVEN 24/7 (Ambiance de folie, excellent dj japonais qui parle courrament français !), le Gas Panic étant à éviter

L'admission ne pose généralement aucune difficulté, il suffit juste de s'acquitter d'un droit d'entrée compris entre 2000 et 3000 yens. La plupart de ces clubs sont ouverts entre 23 heures et 5 heures du matin.

À voir pas loin

  • Kamakura l'ancienne capitale, nombreux temples, bouddha de bronze géant
  • Nikko : Nombreux temples, dont certains très richement décorés
  • Yokohama La ville portuaire, une immense galerie chinoise (Chuka Gai)
  • Le parc de Fuji-Hakone-Izu pour ceux qui recherchent un peu de verdure ou de beaux paysages. Ce parc naturel a l'ouest de Tokyo est compose de trois parties: Le celebre Mont Fuji, la region montagneuse et volcanique d'Hakone et la peninsule d'Izu.
  • Tokyo Disneyland
  • Nippon Minka-en: un musee en plein air qui expose d'anciennes maisons japonaises authentiques recuperees des quatre coins du Japon.

Rester en contact

Sécurité

Tokyo est l'une des villes les plus sûres que vous pouvez visiter. La criminalité est rare, et la nuit exceptionnellement sûre, d'autant plus si l'on prend en compte la taille de la ville. Vous pouvez demander à la police si vous avez besoin d'aide. Vous vous trouverez rarement loin de l'une des sous-stations locales de police appelé koban en japonais. Celles-ci sont généralement tenues par un ou deux officiers de police. N'hésitez pas à y aller si vous êtes perdus, ils ont de grandes cartes locales (en japonais). Les officiers de police parleront un anglais de base si vous êtes chanceux car la plupart ne parlent pas un mot d'anglais. En revanche ils sont souvent très serviables et gentils. D'autre part, si vous avez une assurance de voyage, signalez tous les vols ou articles perdus au koban. Ils peuvent avoir des formulaires aussi bien en anglais qu'en japonais. Toujours dans l'embarras ?

  • Appeler le 110 pour la police
  • 119 pour les pompiers et les urgences.

Partir

Pour ceux qui vont à l'aéroport Narita de Tokyo, le JR rail service propose le Narita Express Train « train express de Narita «  (ou NEX). Vous pouvez monter à bord de ce train à la station centrale de Tokyo et certains trains s'arrêtent également à Ikebukuro, Shinjuku, Shibuya et Shinagawa. Les billets coûtent approximativement 3000 Yens. Compter une heure de trajet entre la gare centrale Tokyo et l'aéroport.

Si vous êtes devenu à l'aise avec le système de train, la Keisei a également un service de train express pour Narita qui coûte moitié moins que NEX.

Une autre option est le service d'autobus limousine proposé par la plupart des grands hôtels. Vous n'avez pas besoin d'y être logé pour réserver des billets. En plus, vous pouvez enregistrer vos sacs à l'hôtel jusqu'à votre départ en autobus. C'est d'un grand secours pour les dernières heures avant que vous décolliez.




Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites