Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Singapour : Différence entre versions

De Wikitravel
Asie : Asie du Sud-Est : Singapour
Aller à : Navigation, rechercher
(cuisine Peranakan/Nonya)
(10 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
'''Singapour''' (新加坡) est une cité-État d'[[Asie du Sud-Est]], au sud de la [[Malaisie]]. Comptoir commercial britannique fondé en 1819, Singapour est devenue depuis son indépendance l'un des pays les plus prospères au monde et abrite l'un des ports les plus actifs qui soit tout en étant très orienté vers le tourisme et la bio-diversité.
 +
 
[[File:1007 Singapore Panorama SGP.jpg|thumb|center|upright=3.5]]
 
[[File:1007 Singapore Panorama SGP.jpg|thumb|center|upright=3.5]]
 
{{InfoPays
 
{{InfoPays
Ligne 18 : Ligne 20 :
 
[[File:Singapore overview.jpg|thumb|Sur les quais]]
 
[[File:Singapore overview.jpg|thumb|Sur les quais]]
 
[[File:Singapore CBD Dusk.JPG|thumb|Gratte-ciels au crépuscule]]
 
[[File:Singapore CBD Dusk.JPG|thumb|Gratte-ciels au crépuscule]]
''Singapour est une ville immense, comprenant plusieurs "districts", chacun d'entre eux disposant de sa propre page référençant les attractions, restaurants, ambiance ethnique, hôtels et bien d'autres choses, n'hésitez donc pas à tous les imprimer !''
 
  
[http://www.yoursingapore.com/ '''Singapour'''] (新加坡) est une cité-État d'[[Asie du Sud-Est]], au sud de la [[Malaisie]]. Comptoir commercial britannique fondé en 1819, Singapour est devenue depuis son indépendance l'un des pays les plus prospères au monde et abrite l'un des ports les plus actifs qui soit.
+
''Singapour est une ville immense, comprenant plusieurs [[#Singapour/Districts|Districts]], chacun d'entre eux disposant de sa propre page référençant les attractions, restaurants, ambiance ethnique, hôtels et bien d'autres choses, n'hésitez donc pas à tous les imprimer !''
+
 
Combinant les gratte-ciels et le métro d'une ville riche et moderne à un mélange d'influences culturelles chinoises, malaises et indiennes sous un climat tropical ; Singapour dispose d'une cuisine délicieuse et variée, d'innombrables boutiques et d'une vie nocturne très animée qui font de cette cité-jardin une escale de choix lors de l'exploration de la région.
+
Combinant les gratte-ciels et le métro d'une ville riche et moderne à un mélange d'influences culturelles chinoises, malaises et indiennes sous un climat tropical ; [http://www.yoursingapore.com/ '''Singapour'''] dispose d'une cuisine délicieuse et variée, d'innombrables boutiques et d'une vie nocturne très animée qui font de cette cité-jardin une escale de choix lors de l'exploration de la région.
  
 
==Districts==
 
==Districts==
Ligne 83 : Ligne 84 :
 
L'histoire de Singapour telle que nous la connaissons aujourdhui début en 1819, quand Sir Thomas Stamford Raffles passa un pacte avec un prétendant au trône de Johor : ce dernier recevrait l'appui des Britanniques tandis que ceux-ci se voyaient autorisés à établir un comptoir sur l'île.  
 
L'histoire de Singapour telle que nous la connaissons aujourdhui début en 1819, quand Sir Thomas Stamford Raffles passa un pacte avec un prétendant au trône de Johor : ce dernier recevrait l'appui des Britanniques tandis que ceux-ci se voyaient autorisés à établir un comptoir sur l'île.  
  
Bien que les Hollandais protestèrent au début, ils finirent par signer le traité Anglo-Néerlandais de 1824, qui partageait la sphère malaise entre les deux pouvoirs rivaux (avec pour conséquence les frontières [[Malaisie]]-[[Indonésie]] et Singapour-Indonésie actuelles) et mettait un terme à leur conflit. Les Néerlandais renonçaient Singapour et cédaient leur colonie de [[Malacca]] aux Anglais, tandis qu'ils récupéraient en échange les colonies de [[Sumatra]].  
+
Bien que les Hollandais protestèrent au début, ils finirent par signer le traité Anglo-Néerlandais de 1824, qui partageait la sphère malaise entre les deux pouvoirs rivaux (avec pour conséquence les frontières [[Malaisie]]-[[Indonésie]] et Singapour-Indonésie actuelles) et mettait un terme à leur conflit. Les Néerlandais renonçaient Singapour et cédaient leur colonie de Malacca aux Anglais, tandis qu'ils récupéraient en échange les colonies de [[Sumatra]].  
  
 
[[Image:Singapore_botanic_garden_pond.jpg|thumb|left|upright=1.6|Singapour, "Cité-Jardin"]]
 
[[Image:Singapore_botanic_garden_pond.jpg|thumb|left|upright=1.6|Singapour, "Cité-Jardin"]]
Idéalement située à l'entrée du détroit de Malacca, au carrefour des routes commerciales entre la Chine, l'Inde, l'Europe et l'Australie, Raffles joua pour Singapour un coup de maître en déclarant Singapour '''port franc'''. (Sans taxe commerciale). Les marchands ne tardèrent pas à affluer en masse afin d'échapper aux lourdes taxes des Hollandais  et le petit comptoir devint bientôt l'un des ports d'Asie les plus achalandés, attirant des gens de tous horizons.  Avec [[Penang]] et [[Malacca]], Singapour devint l'un des "Établissements des Détroits" (''Straits Settlements''), -dénomination officielle de la colonie ainsi constituée- et l'un des joyaux de la couronne britannique. Sa situation économique reçu un élan supplémentaire lorsque l'huile de palme et le caoutchouc de la Malaisie voisine commencèrent à être commercialisés et expédiés via Singapour.
+
Idéalement située à l'entrée du détroit de Malacca, au carrefour des routes commerciales entre la Chine, l'Inde, l'Europe et l'Australie, Raffles joua pour Singapour un coup de maître en déclarant Singapour '''port franc'''. (Sans taxe commerciale). Les marchands ne tardèrent pas à affluer en masse afin d'échapper aux lourdes taxes des Hollandais  et le petit comptoir devint bientôt l'un des ports d'Asie les plus achalandés, attirant des gens de tous horizons.  Avec [[Penang]] et Malacca, Singapour devint l'un des "Établissements des Détroits" (''Straits Settlements''), -dénomination officielle de la colonie ainsi constituée- et l'un des joyaux de la couronne britannique. Sa situation économique reçu un élan supplémentaire lorsque l'huile de palme et le caoutchouc de la Malaisie voisine commencèrent à être commercialisés et expédiés via Singapour.
  
 
A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, la "Forteresse Singapour" était perçue comme un formidable bastion britannique, doté d'impénétrable fortifications navales prévenant de toute intrusion maritime. Le rappel de la flotte pour défendre l'Angleterre contre les Allemands ne fut cependant pas ce qui causa sa chute, car les Japonais, évitant soigneusement les défenses maritimes, lancèrent leur assaut par voie terrestre, ayant traversé la Malaisie à bicyclette !  
 
A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, la "Forteresse Singapour" était perçue comme un formidable bastion britannique, doté d'impénétrable fortifications navales prévenant de toute intrusion maritime. Le rappel de la flotte pour défendre l'Angleterre contre les Allemands ne fut cependant pas ce qui causa sa chute, car les Japonais, évitant soigneusement les défenses maritimes, lancèrent leur assaut par voie terrestre, ayant traversé la Malaisie à bicyclette !  
Ligne 102 : Ligne 103 :
 
Singapour est fier d'être un pays multiethnique, et de pouvoir représenter autant de cultures si riches et si diversifiées en dépit de sa petite taille. Le groupe le plus large est composé de Chinois (quasiment 75% de la population).
 
Singapour est fier d'être un pays multiethnique, et de pouvoir représenter autant de cultures si riches et si diversifiées en dépit de sa petite taille. Le groupe le plus large est composé de Chinois (quasiment 75% de la population).
 
   
 
   
Parmi les sinophones, les locuteurs  de min, teochew et cantonais constituent les sous-groupes les plus importants et utilisant le mandarin en ''lingua franca''. Parmi les autres dialectes fréquents citons le hakka, le hai'anais et le foochow.   
+
Parmi les sinophones, les locuteurs  de ''min'', ''teochew'' et ''cantonais'' constituent les sous-groupes les plus importants et utilisant le mandarin en ''lingua franca''. Parmi les autres dialectes fréquents citons le ''hakka'', ''le hai'anais'' et le ''foochow''.   
  
 
Le groupe malais, qui comprend tant des descendants des véritables autochtones de Singapour que des personnes plus ou moins récemment émigrés de Malaisie, d'Indonésie et de Brunei, forment environ 14% de la population. 9% de celle-ci est composée d'Indiens, parmi lesquels on trouve une écrasante majorité de Tamouls, puis des représentants d'autres groupes ethniques parlant des langues tels que l'hindi, le malayalam et le punjabi.  
 
Le groupe malais, qui comprend tant des descendants des véritables autochtones de Singapour que des personnes plus ou moins récemment émigrés de Malaisie, d'Indonésie et de Brunei, forment environ 14% de la population. 9% de celle-ci est composée d'Indiens, parmi lesquels on trouve une écrasante majorité de Tamouls, puis des représentants d'autres groupes ethniques parlant des langues tels que l'hindi, le malayalam et le punjabi.  
Ligne 165 : Ligne 166 :
  
 
=== Évènements ===
 
=== Évènements ===
Singapour organise [http://Singapour.travelxem.com/culture-heritage/festivals-events/ évènements chaque année].Parmi ces évènements et festivals célèbres, on peut la '''Fête de la Nourriture de Singapour''', le '''Grand Prix de Singapour''', le ''' Festival des Arts de Singapour ''', la '''Parade de Chingay''', le '''Sommet Mondial de la Gastronomie''' et le '''ZoukOut'''.   
+
[[Image:Singapore_Grand_Prix.jpg|thumb|110px|right|Le Grand Prix de F1 de Singapour]]
 +
Singapour organise certains évènements majeurs [[http://Singapour.travelxem.com/culture-heritage/festivals-events/|évènements]] chaque année. Parmi ces évènements et festivals célèbres, on peut citer entre autres la '''Festival Gastronomique de Singapour''', le '''Grand Prix de Singapour''', le ''' Festival des Arts de Singapour ''', la '''Parade de Chingay''', le '''Sommet Mondial de la Gastronomie''' et le '''ZoukOut'''.   
  
 
La '''Fête du Soleil de Singapour''' est un autre évènement populaire,  auquel ont participé  par exemple en  2010 des personnalités telles que David Foster, Natalie Cole, Jose Carreras et Sharon Stone.  
 
La '''Fête du Soleil de Singapour''' est un autre évènement populaire,  auquel ont participé  par exemple en  2010 des personnalités telles que David Foster, Natalie Cole, Jose Carreras et Sharon Stone.  
 
Citons également le  ''' Festival de la Joaillerie de Singapour''' qui attire de nombreux touristes chaque année et voit être présentées des collections de pierres précieuses, bijoux célèbres et autres chefs-d’œuvre réalisés par des maîtres du genre.
 
Citons également le  ''' Festival de la Joaillerie de Singapour''' qui attire de nombreux touristes chaque année et voit être présentées des collections de pierres précieuses, bijoux célèbres et autres chefs-d’œuvre réalisés par des maîtres du genre.
 +
 +
  
 
== Arriver ==
 
== Arriver ==
Ligne 197 : Ligne 201 :
 
===En Avion===
 
===En Avion===
  
Singapour est situé sur l’une des routes aériennes les plus fréquentées du Sud-Est asiatique, aussi, à moins que vous n’arriviez de la péninsule malaisienne ou de [[Batam]]/[[Bintan]] en Indonésie, la façon la plus simple d’entrer à Singapour est  par les airs. En plus de la compagnie nationale [[Singapore Airlines]] [http://www.Singapourair.com] et de sa filiale régionale '''SilkAir''' [http://www.silkair.com], Singapour est également le foyer de quelques compagnies low-cost telles que '''Tiger Airways''' [http://www.tigerairways.com], '''Jetstar Asia''' [http://www.jetstar.com] et '''Scoot''' [http://www.flyscoot.com].
+
Singapour est situé sur l’une des routes aériennes les plus fréquentées du Sud-Est asiatique, aussi, à moins que vous n’arriviez de la péninsule malaisienne ou de Batam/Bintan en Indonésie, la façon la plus simple d’entrer à Singapour est  par les airs. En plus de la compagnie nationale '''Singapore Airlines''' [http://www.Singapourair.com] et de sa filiale régionale '''SilkAir''' [http://www.silkair.com], Singapour est également le foyer de quelques compagnies low-cost telles que '''Tiger Airways''' [http://www.tigerairways.com], '''Jetstar Asia''' [http://www.jetstar.com] et '''Scoot''' [http://www.flyscoot.com].
  
 
En plus de ces lignes locales, toutes les compagnies asiatiques de la plus humble à la plus importante proposent des vols pour Singapour, comme la compagnie discount pan-asiatique  '''AirAsia''' [http://www.airasia.com] et la compagnie malaisienne '''Firefly''' [http://www.fireflyz.com.my] qui génèrent un important trafic depuis Singapour.  On trouve également des vols directs depuis l’Europe, le Moyen-Orient, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Amérique du Nord et même l’Afrique du Sud. Sur la "Route du Kangourou”, entre l’Australie et l’Europe, Singapour constitue une étape incontournable, notamment avec le concours de compagnies telles que '''Qantas''' [http://www.qantas.com.au] et la '''British Airways''' [http://www.britishairways.com].
 
En plus de ces lignes locales, toutes les compagnies asiatiques de la plus humble à la plus importante proposent des vols pour Singapour, comme la compagnie discount pan-asiatique  '''AirAsia''' [http://www.airasia.com] et la compagnie malaisienne '''Firefly''' [http://www.fireflyz.com.my] qui génèrent un important trafic depuis Singapour.  On trouve également des vols directs depuis l’Europe, le Moyen-Orient, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Amérique du Nord et même l’Afrique du Sud. Sur la "Route du Kangourou”, entre l’Australie et l’Europe, Singapour constitue une étape incontournable, notamment avec le concours de compagnies telles que '''Qantas''' [http://www.qantas.com.au] et la '''British Airways''' [http://www.britishairways.com].
  
 
==== Aéroport de Changi ====
 
==== Aéroport de Changi ====
L’aéroport principal de Singapour, l’un des plus importants de la région, l’'''Aéroport de Changi ''' ({{IATA|SIN}}; {{ICAO|WSSS}}) [http://www.changiairport.com/changi/en/index.html] a été officiellement déclaré “meilleur aéroport du monde” (à consulter : Skytrax ({{IATA|SIN}};  {{ICAO|WSSS}}) [http://www.airlinequality.com]) car il est grand, agréable, bien organisé, et les formalités ainsi que la distribution des bagages s’effectuent remarquablement rapidement. L’aéroport est divisé en trois terminaux (T1, T2 et T3).  
+
L’aéroport principal de Singapour, l’un des plus importants de la région, l’'''Aéroport de Changi '''  [http://www.changiairport.com/changi/en/index.html] a été officiellement déclaré “meilleur aéroport du monde” car il est grand, agréable, bien organisé, et les formalités ainsi que la distribution des bagages s’effectuent remarquablement rapidement. L’aéroport est divisé en trois terminaux (T1, T2 et T3).  
  
 
Savoir à quel  terminal  vous arriverez peut être difficile : par exemple, Singapour Airlines utilise T2 aussi bien que T3, et n’annonce le terminal d’arrivée que deux heures avant l’atterrissage.  Heureusement, les transferts se font assez aisément, car les trois terminaux sont connectés par la navette gratuite « Skytrain », qui peut être empruntée sans passer par la douane.  Le Terminal 1 est physiquement connecté aux Terminaux 2 et 3. Vous pouvez les parcourir de bout en bout sans remarquer que vous êtes passé d’un terminal à l’autre, si ce n’est en lisant les panneaux. Bonne nouvelle, le terminal de départ est plus facile à deviner, car les vols de la Singapore Airlines pour le Sud-Est asiatique, le Sous-continent indien, le Moyen-Orient et l’Afrique partent du T2 tandis que toutes les autres destinations seront desservies par le  T3.  Si vous faites appel à cette compagnie, n’oubliez pas d’indiquer au chauffeur qui vous amène à l’aéroport au moins votre destination, afin qu’il puisse déterminer le terminal auquel il doit vous emmener.  
 
Savoir à quel  terminal  vous arriverez peut être difficile : par exemple, Singapour Airlines utilise T2 aussi bien que T3, et n’annonce le terminal d’arrivée que deux heures avant l’atterrissage.  Heureusement, les transferts se font assez aisément, car les trois terminaux sont connectés par la navette gratuite « Skytrain », qui peut être empruntée sans passer par la douane.  Le Terminal 1 est physiquement connecté aux Terminaux 2 et 3. Vous pouvez les parcourir de bout en bout sans remarquer que vous êtes passé d’un terminal à l’autre, si ce n’est en lisant les panneaux. Bonne nouvelle, le terminal de départ est plus facile à deviner, car les vols de la Singapore Airlines pour le Sud-Est asiatique, le Sous-continent indien, le Moyen-Orient et l’Afrique partent du T2 tandis que toutes les autres destinations seront desservies par le  T3.  Si vous faites appel à cette compagnie, n’oubliez pas d’indiquer au chauffeur qui vous amène à l’aéroport au moins votre destination, afin qu’il puisse déterminer le terminal auquel il doit vous emmener.  
Ligne 218 : Ligne 222 :
 
Dans tous les terminaux, l’accès internet est fourni gratuitement via le réseau wifi et les quelques 200 postes mis à la disposition des utilisateurs. L’accroc aux jeux vidéos pourra se trouver attiré par les Xbox également à sa disposition. Il est également possible d’écouter de la musique live dans certains salons.   
 
Dans tous les terminaux, l’accès internet est fourni gratuitement via le réseau wifi et les quelques 200 postes mis à la disposition des utilisateurs. L’accroc aux jeux vidéos pourra se trouver attiré par les Xbox également à sa disposition. Il est également possible d’écouter de la musique live dans certains salons.   
 
Pour communiquer avec l’extérieur, des machines SingTel et Starhub vous permettent de passer des appels locaux illimités.  
 
Pour communiquer avec l’extérieur, des machines SingTel et Starhub vous permettent de passer des appels locaux illimités.  
On trouve de nombreux distributeurs et les bureaux de change vous proposeront un taux intéressant, quoique légèrement moins bon qu’en ville.  
+
On trouve de nombreux distributeurs et les bureaux de change vous proposeront un taux intéressant, quoique légèrement moins bon qu’en ville.
 
+
  
 
=== En bateau ===
 
=== En bateau ===
Ligne 241 : Ligne 244 :
 
Il existe deux voies d'accès terrestre à Singapour :
 
Il existe deux voies d'accès terrestre à Singapour :
 
   
 
   
The '''Causeway''' ("La Chaussée") est l'axe très populaire et très souvent encombré qui ouvre sur les Woodlands, au nord de Singapour et conduit directement au coeur de [[Johor Bahru]]. Bien que les embouteillages soient un peu moins omniprésents que par le passé, la Chaussée est toujours quasiment les '''vendredis soirs''' (en direction de la  Malaisie) et les '''dimanches soirs''' (en direction de Singapour). La Chaussée peut être empruntée en car, train, taxi or voiture, mais on ne peut désormais plus traverser à pied.  
+
The '''Causeway''' ("La Chaussée") est l'axe très populaire et très souvent encombré qui ouvre sur les Woodlands, au nord de Singapour et conduit directement au cœur de Johor Bahru. Bien que les embouteillages soient un peu moins omniprésents que par le passé, la Chaussée est toujours quasiment les '''vendredis soirs''' (en direction de la  Malaisie) et les '''dimanches soirs''' (en direction de Singapour). La Chaussée peut être empruntée en car, train, taxi or voiture, mais on ne peut désormais plus traverser à pied.  
  
Un second point d'entée, au nom tout aussi prosaïque ('''Second Link''', ''Second Lien'' en français) a été construit entre Tuas, sur la côte nord-ouest de Singapour, et Tanjung Kupang, situé dans l'état de [[Johor]], en Malaisie. Plus rapide est moins encombré que la Chaussée, Second Link est notamment emprunté par les services d'autocars de luxe en direction de [[Kuala Lumpur]]. Cet accès est hautement préférable si c'est vous qui conduisez, d'autant plus que les transports en communs y sont rares : un seul bus local, et seules les "taxi-limousines" malaisiens ont l'autorisation de traverser (et facturent minimum 150RM pour ce privilège). La traversée à pied n'est pas autorisée non plus.  
+
Un second point d'entée, au nom tout aussi prosaïque ('''Second Link''', ''Second Lien'' en français) a été construit entre Tuas, sur la côte nord-ouest de Singapour, et Tanjung Kupang, situé dans l'état de Johor, en [[Malaisie]]. Plus rapide est moins encombré que la Chaussée, Second Link est notamment emprunté par les services d'autocars de luxe en direction de [[Kuala Lumpur]]. Cet accès est hautement préférable si c'est vous qui conduisez, d'autant plus que les transports en communs y sont rares : un seul bus local, et seules les "taxi-limousines" malaisiens ont l'autorisation de traverser (et facturent minimum 150RM pour ce privilège). La traversée à pied n'est pas autorisée non plus.  
  
 
'''Conduire dans Singapour''' une voiture dotée d'une plaque non locale est aussi compliqué que coûteux ; pour plus d'information vous pouvez consulter (en anglais) le site du '''Land Transport Authority''' ''Driving Into & Out of Singapore'' [http://www.lta.gov.sg/motoring_matters/index_motoring_guide.htm] pour les modalités administratives et les coûts, tant pour les véhicules malaisiens que venant d'autres pays.  
 
'''Conduire dans Singapour''' une voiture dotée d'une plaque non locale est aussi compliqué que coûteux ; pour plus d'information vous pouvez consulter (en anglais) le site du '''Land Transport Authority''' ''Driving Into & Out of Singapore'' [http://www.lta.gov.sg/motoring_matters/index_motoring_guide.htm] pour les modalités administratives et les coûts, tant pour les véhicules malaisiens que venant d'autres pays.  
Ligne 257 : Ligne 260 :
 
Se déplacer dans Singapour est très facile : le réseau public est clair et efficace et les taxis proposent des tarifs raisonnables (quand vous arrivez à en attraper un !) Par conséquent, il n'est pas vraiment nécessaire de louer un véhicule. Niveau site web (en anglais)  '''Gothere.sg''' [http://gothere.sg/] est très pratique, permettant de calculer les trajets les plus courts en MRT et bus et même de simuler une course de taxi pour en connaître le coût.
 
Se déplacer dans Singapour est très facile : le réseau public est clair et efficace et les taxis proposent des tarifs raisonnables (quand vous arrivez à en attraper un !) Par conséquent, il n'est pas vraiment nécessaire de louer un véhicule. Niveau site web (en anglais)  '''Gothere.sg''' [http://gothere.sg/] est très pratique, permettant de calculer les trajets les plus courts en MRT et bus et même de simuler une course de taxi pour en connaître le coût.
  
Le '''the Singapore Tourist Pass''' [http://www.thesingaporetouristpass.com.sg/] est un forfait permettant l'accès aux stations de MRT majeures (dont Changi Airport et Orchard) et offrant bon nombre d'avantages sur certaines attractions et permet en premier lieu de voyager en illimité en MRT et en bus (mais pas tous) et coûte 10$ pour 1 jour, 16$ pour  2 jours, ou 20$ pour 3 jours (incluant un système de caution restituée dans certaines conditions). Le passe expire à la fin de la dernière journée payée.   
+
Le '''Singapore Tourist Pass''' [http://www.thesingaporetouristpass.com.sg/] est un forfait permettant l'accès aux stations de MRT majeures (dont Changi Airport et Orchard) et offrant bon nombre d'avantages sur certaines attractions et permet en premier lieu de voyager en illimité en MRT et en bus (mais pas tous) et coûte 10$ pour 1 jour, 16$ pour  2 jours, ou 20$ pour 3 jours (incluant un système de caution restituée dans certaines conditions). Le passe expire à la fin de la dernière journée payée.   
  
 
Comme partout, on peut acheter des tickets à usage unique pour le MRT et les bus. Notez que les tarifs en bus sont très variables, donc le conducteur doit se livrer à de savants calculs qui peuvent mettre en retard sur l'horaire... Attention, on ne vous rendra pas la monnaie, prévoyez donc du liquide. Enfin, vous faudra acheter un ticket pour chaque bus que vous prendrez.  
 
Comme partout, on peut acheter des tickets à usage unique pour le MRT et les bus. Notez que les tarifs en bus sont très variables, donc le conducteur doit se livrer à de savants calculs qui peuvent mettre en retard sur l'horaire... Attention, on ne vous rendra pas la monnaie, prévoyez donc du liquide. Enfin, vous faudra acheter un ticket pour chaque bus que vous prendrez.  
Ligne 278 : Ligne 281 :
  
 
Le prix de base est assez homogène quelque soit la compagnie choisie, cependant de nombreux facteurs viennent s'additionner : les gros véhicules genre VIP, les trajets en heures de pointe (+25%), nocturne (+50%), vers ou de la CDB (+$3), voyages depuis l'aéroport (+3-5$), réservation par téléphone (+3$ minimum)... Ces informations toutefois sont visibles sur le compteur. En théorie, les taxis sont tous équipés de lecteurs de cartes de crédit, mais dans la pratique, le refus est assez fréquent (donc demandez avant si vous n'avez pas de liquide !) et appliquent un surcoût de +17% centre.
 
Le prix de base est assez homogène quelque soit la compagnie choisie, cependant de nombreux facteurs viennent s'additionner : les gros véhicules genre VIP, les trajets en heures de pointe (+25%), nocturne (+50%), vers ou de la CDB (+$3), voyages depuis l'aéroport (+3-5$), réservation par téléphone (+3$ minimum)... Ces informations toutefois sont visibles sur le compteur. En théorie, les taxis sont tous équipés de lecteurs de cartes de crédit, mais dans la pratique, le refus est assez fréquent (donc demandez avant si vous n'avez pas de liquide !) et appliquent un surcoût de +17% centre.
Il est possible de réserver par centrale, aut ☎ +65 6342 5222 (6-DIAL-CAB). Certaines sociétés proposent des réservations par SMS, internet et applications de téléphone portable.   
+
Il est possible de réserver par centrale, au ☎ +65 6342 5222 (6-DIAL-CAB). Certaines sociétés proposent des réservations par SMS, internet et applications de téléphone portable.   
  
  
Ligne 422 : Ligne 425 :
 
; ''tang hoon'' : Nouilles transparentes (du hokkien 冬粉)}}
 
; ''tang hoon'' : Nouilles transparentes (du hokkien 冬粉)}}
  
La cuisine la plus originale de la région est sans doute la '''Peranakane''' (aussi appelée '''Nonya''') née de la fusion des communautés malaise et chinoise à l’époque des colonies britanniques appelées « Établissements des Détroits » (‘’Straits Settlements’’)(qui sont devenus par la suite [[Singapour]], [[Penang]] et [[Malacca]]). Les plats typiques sont :
+
La cuisine la plus originale de la région est sans doute la '''Peranakane''' (aussi appelée '''Nonya''') née de la fusion des communautés malaise et chinoise à l’époque des colonies britanniques appelées « Établissements des Détroits » (‘’Straits Settlements’’)(qui sont devenus par la suite Singapour, Penang et Malacca). Les plats typiques sont :
  
 
* '''Crabe épicé “Chilli crab”''' Un crabe entier coulé dans une sauce pimentée épaisse et collante.  Assez relevé au début, mais plus vous en manger, plus vous appréciez. Évitez de porter un t-shirt blanc ou de le programmer pour un dîner romantique, parce que c’est connu, ça n’est pas un plat que vous pourrez manger proprement. Simplement plongez les mains dans le plat et mangez comme vous pouvez.  Les restaurants de fruits de mer de la [[Singapour/Côte Est|Côte Est]] ont fait de ce plat leur spécialité. Un peu moins compliqué à manger mais tout aussi savoureux, essayez le '''black pepper crab'''.
 
* '''Crabe épicé “Chilli crab”''' Un crabe entier coulé dans une sauce pimentée épaisse et collante.  Assez relevé au début, mais plus vous en manger, plus vous appréciez. Évitez de porter un t-shirt blanc ou de le programmer pour un dîner romantique, parce que c’est connu, ça n’est pas un plat que vous pourrez manger proprement. Simplement plongez les mains dans le plat et mangez comme vous pouvez.  Les restaurants de fruits de mer de la [[Singapour/Côte Est|Côte Est]] ont fait de ce plat leur spécialité. Un peu moins compliqué à manger mais tout aussi savoureux, essayez le '''black pepper crab'''.

Version du 19 mai 2013 à 22:33

Singapour (新加坡) est une cité-État d'Asie du Sud-Est, au sud de la Malaisie. Comptoir commercial britannique fondé en 1819, Singapour est devenue depuis son indépendance l'un des pays les plus prospères au monde et abrite l'un des ports les plus actifs qui soit tout en étant très orienté vers le tourisme et la bio-diversité.

Panoramic view of the Central Business District, Singapore, and ships - 20100712.jpg
Singapour Drapeau
Singapore Skyline.jpg
Localisation
Superficie 714.3 km²
Population 5.076.600 (Est. réalisée courant 2010)
Monnaie dollar de Singapour (SGD)
Langue Anglais (officiel), Chinois Mandarin (officiel), Malais (officiel et national), Tamoul (officiel)
Religion Bouddhisme, Islam, Christianisme, Hindouisme,Jaïnisme, Sikhisme, Taoïsme, Confucianisme
Indicatif tél. +65
Fuseau horaire UTC+8


Sur les quais
Gratte-ciels au crépuscule

Singapour est une ville immense, comprenant plusieurs Districts, chacun d'entre eux disposant de sa propre page référençant les attractions, restaurants, ambiance ethnique, hôtels et bien d'autres choses, n'hésitez donc pas à tous les imprimer !

Combinant les gratte-ciels et le métro d'une ville riche et moderne à un mélange d'influences culturelles chinoises, malaises et indiennes sous un climat tropical ; Singapour dispose d'une cuisine délicieuse et variée, d'innombrables boutiques et d'une vie nocturne très animée qui font de cette cité-jardin une escale de choix lors de l'exploration de la région.

Districts

Sommaire

Singapour, en tant que ville, est organisée en districts, qui correspondent globalement aux arrondissements des grandes villes françaises.

Singapour est un petit pays s'étendant sur une petite île, mais avec ses quelques cinq millions d'habitants, on peut aussi parler d'une ville plutôt bondée, arrivant en fait directement en deuxième position après Monaco en terme de pays à la plus haute densité de population.


Cependant, contrairement à la plupart des pays dotés d'une importante densité, Singapour voit plus de 50% de sa superficie occupée par des espaces verts, répartis en plus de 50 grands parcs et 4 réserves naturelles, ce qui en fait une ville-jardin enchanteresse.


En dehors du cœur de la ville, aussi moderne que propre, de grands ensembles résidentiels auto-suffisants essaiment sur l'ensemble de la surface de l'île.

Le "centre-ville" se trouve au sud. Il est composé en gros de la zone de shopping d'Orchad Road, de la récente marina appelée Riverside, et également du centre d'affaires de Shenton couramment appelé CBD (Central Business District).

  • Riverside (District officiel) — Coeur colonial de Singapour, avec ses musées, statues et théâtres, sans oublier les restaurants, bars et autres boîtes de nuit.
  • Orchard Road — Des kilomètres et des kilomètres de grands magasins.
  • La Marina — Petite dernière des attractions de Singapour, dominée par le complexe du Marina Bay Sands (comprend un hôtel, casino, grand magasin, palais des conférences et musée) et celui de Marina Barrage. Un parc, appelé "Gardens by the Bay" jouxte le complexe du Marina Bay Sands et qui abrite deux énormes serres climatisées publiques : Le "Flower Dome" ainsi que le "Cloud Forest" et proposent également d'admirer quelques spécimens d'arbres géants.
  • Bugis et Kampong Glam — Bugis et Kampong Glam constituent l'ancien quartier malais de Singapour, et est aujourd'hui largement tourné vers le shopping.
  • Chinatown — La partie de la ville que Thomas Raffles, son fondateur, alloua à l'origine aux baraquements des Chinois et qui aujourd'hui, forte de cet héritage culturel encore palpable, attire de nomrbeux touristes et locaux.
  • Little India — Un petit fragment d'Inde, situé dans le nord du coeur de la ville.
  • Balestier, Newton, Novena et Toa Payoh — On y trouve des lieux d'hébergement bon marché ainsi que des temples birmans, le tout non loin du centre.
  • Nord — La partie nordique de l'île, aussi appelée Woodlands et constituant l'arrière-pays de Singapour, tourné vers l'industrie et les zones résidentielles.
  • Ouest — La partie occidentale de l'île est composée de zones résidentielles, et connue sous le nom de Star Vista.
  • Jurong. On y trouve le fameux JCube, un complexe commercial abritant entre autres une piste de patinage olympique.
  • Nord-Est; renferme d'autres complexes commerciaux tels que Serangoon NEX, Hougang Mall et Compass Point
  • Tampines. Zone résidentielle et commerciale huppée, dans l'est.
  • Côte Est — Cette zone, largement résidentielle, inclut notamment l'aéroport Changi, des kilomètres de plages et des restaurants et cafés très cotés. Comprend également la zone appelée Geylang Serai, le véritable quartier des Malais de Singapour.
  • Sentosa — une île à part, autrefois base militaire et aujourd'hui lieu de villégiature fameux, qui est un peu une sorte de Disneyland singapourien. C'est la destination préférée des Singapouriens le week-end. On peut s'y rendre en taxi, en bus, en mono rail à prendre près de la sortie de métro ou bien en téléphérique. Une fois sur l'île vous trouverez des plages (artificielles avec vue sur des dizaines de portes-conteneurs), de nombreuses attractions (notamment un parc Universal Studio) ainsi que des vues imprenables sur Singapour et ses environs grâce entre autres à la "Sky tower" (une tour qui vous emmène à 135 mètres du sol). Si vous cherchez un peu de calme et de détente c'est une bonne destination qui permet de se retirer de la ville et de son agitation.
  • Nord-ouest, Cette zone conduit vers les camps et zones d'entraînement militaire (Ama Keng, Lim Chu Kang, les cimetières, le Camp Kranji et SAFTI).

Adresses

Le système de composition des adresses de Singapour est très similaire à celui des pays occidentaux (tels que 17,Orchard Road). Cependant, le développement de nombreux nouveaux lotissements en périphérie induit un système pouvant apparaître plus rébarbatif : une adresse normale de ces secteurs pourrait ressembler à "Blk 505 Jurong West St 51 #01-186". "Blk 505" est le numéro d'immeuble (Blk = "Block", immeuble ou complexe), "Jurong West" est le nom du secteur, tandis que "St 51" indique le numéro de rue, abréviation de l'anglais "street" et "#01-186" signifie 1er étage. 186, enfin, est la plus petite unité et indiquera l'appartement, l'établi ou magasin 186. Le premier chiffre tant de l'immeuble que du numéro de rue correspond au "numéro de quartier"(ici, 5), ce qui permet de faciliter la localisation générale. On trouve également des codes postaux à 6 caractères, qui, compte tenu de la petite taille du pays, correspondent généralement à un seul immeuble. Par exemple, "Blk 9 Bedok South Ave 2" correspond à " 460009 Singapour". Pour compléter le tableau, sachez qu'il n'est pas rare de voir des termes malais au sein des adresses, comme Jalan (Jln) traduit par "Road", (les termes anglo-saxons de cette ancienne colonie britannique sont toujours utilisés) Lorong (Lor) pour "Lane", Bukit (Bt) pour "Hill"(mont) et Kampong (Kg) pour "Village".

Quelques sites permettent de localiser des adresses, les voici : StreetDirectory.com [1], GoThere.sg [2] et OneMap.sg[3].

Comprendre

Singapour est un concentré d'Extrême-Orient, peuplée de Chinois, de Malais, d'Indiens et comprend une multitude de travailleurs et d'expatriés originaires des quatre coins du globe.

Singapour est aussi affublée d'une image peu glorieuse mais partiellement méritée de superficialité ce qui lui a valu d'être qualifiée de "Disneyland avec la peine de mort" (William Gibson)ou de "Seul grand magasin au monde à disposer d'un siège aux Nations-Unies". Néanmoins, la "Suisse asiatique" offre pour beaucoup un répit appréciable contre la pauvreté, la saleté, le chaos et la criminalité que l'on trouve si communément sur le contient. Et le visiteur qui grattera un peu sous cette surface clinquante trouvera, hors des sentiers touristiques, bien des choses qu'il serait susceptible d'apprécier.

La cuisine singapourienne est légendaire, avec ses marchands ambulants parcourant la cité-état en tous sens et cafés ouverts 24h sur 24 proposant des mets bons marchés originaires de l'Asie entière. Depuis quelques années, certaines restrictions sociétales ont également été assouplies et maintenant vous pouvez sauter à l'élastique et danser dans les bars toute la nuit, bien que l'alcool soit encore très cher et que les chewing-gums peuvent toujours n'être achetés qu'en pharmacie et pour un usage médical.

Deux énormes casinos — ou "Complexes intégrés", pour utiliser l'euphémisme singapourien — ont ouvert leurs portes en 2010 à Sentosa et Marina Bay, fer de la lance de la nouvelle doctrine de Singapour : Fun and Entertainment (S'amuser et se divertir), dont le but avoué est de doubler le nombre de touristes visitant le pays et augmenter la durée de leur séjour.

Histoire

On mentionne pour la première fois l'emplacement de la future Singapour dans des textes chinois autant que grecs aussi loin que les II et IIIème siècles, sous les noms respectifs de Pu Luo Chung et Sabana.

L’île fut baptisée Singapoura (« ville du lion » en sanskrit) au XIVe siècle par Parameswara (aussi connu comme Sang Nila Utama), un prince de Palembang dans le sud de l'île indonésienne de Sumatra qui se serait exilé pour refuser la suzeraineté de Majapahit après une attaque de celui-ci en 1377.

D'après la légende, le prince Sang Nila Utama de Sumatra, en débarquant sur l'île au XIVème siècle, vit un étrange animal qu'il supposat être un lion et décida de fonder une ville qu'il appela "Singapoura", expression signifiant en sanscrit "Ville du lion". Il semblerait pourtant qu'il n'y ait jamais eu aucun lion dans les alentours de Singapour (du moins avant l'ouverture de son zoo) ou où que ce soit en Malaisie à cette époque, par conséquent cette mystérieuse créature était probablement en réalité un tigre ou un sanglier.

Des sources plus fiables nous indiquent une activité humaine sur l'île depuis au moins deux siècles avant cet épisode. L'île s'appelait alors "Temasek"(« la ville de la mer » en javanais), et constituait un port important du royaume de Srivijaya (Sumatra)qui s'effondra aux alentours de 1400 sous les coups de boutoir du Siam et de Majapahit et plongea dans l'obscurité.

"Singapoura", reprit brièvement de l'importance en tant que comptoir commercial du sultanat de Melaka puis de celui de Johor. Cependant, il fut détruit par les Portugais et Singapoura disparu des chroniques une fois de plus.

L'histoire de Singapour telle que nous la connaissons aujourdhui début en 1819, quand Sir Thomas Stamford Raffles passa un pacte avec un prétendant au trône de Johor : ce dernier recevrait l'appui des Britanniques tandis que ceux-ci se voyaient autorisés à établir un comptoir sur l'île.

Bien que les Hollandais protestèrent au début, ils finirent par signer le traité Anglo-Néerlandais de 1824, qui partageait la sphère malaise entre les deux pouvoirs rivaux (avec pour conséquence les frontières Malaisie-Indonésie et Singapour-Indonésie actuelles) et mettait un terme à leur conflit. Les Néerlandais renonçaient Singapour et cédaient leur colonie de Malacca aux Anglais, tandis qu'ils récupéraient en échange les colonies de Sumatra.

Singapour, "Cité-Jardin"

Idéalement située à l'entrée du détroit de Malacca, au carrefour des routes commerciales entre la Chine, l'Inde, l'Europe et l'Australie, Raffles joua pour Singapour un coup de maître en déclarant Singapour port franc. (Sans taxe commerciale). Les marchands ne tardèrent pas à affluer en masse afin d'échapper aux lourdes taxes des Hollandais et le petit comptoir devint bientôt l'un des ports d'Asie les plus achalandés, attirant des gens de tous horizons. Avec Penang et Malacca, Singapour devint l'un des "Établissements des Détroits" (Straits Settlements), -dénomination officielle de la colonie ainsi constituée- et l'un des joyaux de la couronne britannique. Sa situation économique reçu un élan supplémentaire lorsque l'huile de palme et le caoutchouc de la Malaisie voisine commencèrent à être commercialisés et expédiés via Singapour.

A l'aube de la Seconde Guerre mondiale, la "Forteresse Singapour" était perçue comme un formidable bastion britannique, doté d'impénétrable fortifications navales prévenant de toute intrusion maritime. Le rappel de la flotte pour défendre l'Angleterre contre les Allemands ne fut cependant pas ce qui causa sa chute, car les Japonais, évitant soigneusement les défenses maritimes, lancèrent leur assaut par voie terrestre, ayant traversé la Malaisie à bicyclette !

En dépit d'une hâtive tentative de résistance de la part des dirigeants coloniaux qui n'avaient pu prévoir une telle stratégie, après une semaine de combats, privée d'approvisionnement, Singapour capitula le 15 février 1942. Les Japonais enfermèrent les Occidentaux dans la terrible prison de Changi tandis que des milliers de travailleurs chinois étaient massacrés. Inutile de dire que le retour des Britanniques en 1945 fut triomphal.

Singapour devint indépendant en 1955 et rejoignit brièvement la Fédération de Malaisie en 1963, après le départ des Britanniques et en fut exclue à cause de sa population chinoise prédominante, perçue comme une menace par les autorités malaisiennes. L'île redevint par conséquence indépendante le 9 août 1965 et devint par conséquence le seul pays du monde moderne à obtenir son indépendance contre sa volonté !

Sous la férule du Premier Ministre Lee Kuan Yew, Singapour a vu en quarante ans son économie exploser, faisant de ce pays l'un des plus riches et des plus développés qui soient en Asie, en dépit de son manque de ressources naturelles, gagnant ainsi une place au sein des quatre "Dragons Asiatiques". Aujourd'hui dirigé par Lee Hsien Loong, fils du précédent, le chef du "People's Action Party" (PAP) continue de dominer la scène politique en disposant de 81 sièges sur 87 au Parlement. Bien que des ouvertures aient été accordées ces dernières années et que le gouvernement tente ostensiblement de se débarrasser de son image de rigidité, il reste à voir comment le délicat équilibre de funambule entre contrôle politique ferme et libéralisation sociale va se jouer.


Population

Une petite faim sur Smith Street, Chinatown

Singapour est fier d'être un pays multiethnique, et de pouvoir représenter autant de cultures si riches et si diversifiées en dépit de sa petite taille. Le groupe le plus large est composé de Chinois (quasiment 75% de la population).

Parmi les sinophones, les locuteurs de min, teochew et cantonais constituent les sous-groupes les plus importants et utilisant le mandarin en lingua franca. Parmi les autres dialectes fréquents citons le hakka, le hai'anais et le foochow.

Le groupe malais, qui comprend tant des descendants des véritables autochtones de Singapour que des personnes plus ou moins récemment émigrés de Malaisie, d'Indonésie et de Brunei, forment environ 14% de la population. 9% de celle-ci est composée d'Indiens, parmi lesquels on trouve une écrasante majorité de Tamouls, puis des représentants d'autres groupes ethniques parlant des langues tels que l'hindi, le malayalam et le punjabi.

Enfin, des représentants d'autres cultures composent la dernière part. Il s'agit notamment d'Eurasiens, métisses d'Européens et d'Asiatiques, ainsi que des Birmans, des Japonais, des Thaïs et bien d'autres encore. A noter qu'un peu plus d'un tiers des résidents de Singapour ne disposent pas du statut de citoyen.

On trouve également un grand nombre de Philippins, travaillant pour la plupart en tant que domestiques. Il est aisé d'en voir, souriant et discutant dans les lieux publics, en particulier le dimanche, leur unique jour de repos.

La liberté de culte est garantie par la constitution de Singapour. Parmi les pratiquants d'une religion, les Bouddhistes constituent le groupe majoritaire, puisque 33% de la population se proclame bouddhiste. Parmi les autres religions les plus représentées, on trouve le Christianisme, l'Islam, L’Hindouisme et le Taoïsme. Sans oublier 17% de la population se déclarant sans religion.

Sn-map.png
Carte de Singapour

Climat

Comme Singapour est située quasiment sur l’Équateur, le temps y est généralement ensoleillé quelque soit la saison. Il y pleut également tout au long de l'année, quasiment tous les jours, en brèves, soudaines et intenses averses qui ne durent généralement pas plus d'une heure. Les mois de la mousson (novembre à janvier) sont cependant plus arrosés, il peut donc arriver durant cette période que les averses soient beaucoup plus longues. DEs orages spectaculaires peuvent se produite tout au long de l'année, à n'importe quelle heure du jour, aussi il est recommandé d'avoir constamment avec soi un parapluie, qui servira à se protéger de la pluie ou du soleil le reste du temps.

Un nasique qui s'ennuie, Zoo de Singapour

De mai à octobre, des incendies de forêt voisins Sumatra peuvent provoquer une brume épaisse sur l'île, survenant sans prévenir et se répandant rapidement. Consulter régulièrement le site de Agence Nationale de l'Environnement [4] peut donc s'avérer utile.

Les températures moyennes sont aux alentours de :

  • 32°C en journée, 25°C durant la nuit en décembre et janvier.
  • 33°C en journée, 26°C durant la nuit pour le reste de l'année.

Ces températures élevées même durant la nuit et cette humidité, combinées à une absence de vent, peuvent se révéler inconfortables pour des touristes originaires de pays froids. Gardez donc en tête que passer plus d'une heure à l'extérieur peut se révéler épuisant, surtout si vous vous adonnez à une quelconque activité. Les Singapouriens eux-mêmes évitent la chaleur, et ce pour une bonne raison ! Beaucoup vivent dans des appartements dotés de l'air conditionné, travaillent dans des bureaux dotés de l'air conditionné, prennent un métro à l'air conditionné et passent leur temps libre à vaquer dans des complexes commerciaux reliés les uns aux autres par des tunnels souterrains bénéficiant des mêmes installations où ils font leurs achats, mangent et font du sport en salle. N'ayez donc pas peur de suivre leur exemple !

Fêtes et Jours fériés

Gong xi fa cai: le style singapourien

Les Singapouriens d'origine chinoise ont une façon bien à eux de célébrer le Nouvel An chinois, et notamment en ce qui concerne la nourriture. Leur plat de référence est le bak kwa (肉干),du porc grillé sucré, auquel fait suite la yu sheng (魚生), une salade de légumes râpés et de poisson cru allègrement jeté en l'air par toutes les personnes de l'assemblée ! En dessert, on trouve notamment des tartes à l'ananas façon crumble et d'un gâteau en gelée appelé nian gao (年糕). De petites pochettes rouges, contenant de l'argent (红包 ang pow) sont généreusement distribuée, mais à la différence de ce qui est pratiqué en Chine, à Singapour, seules les personnes mariées sont sensées offrir ces cadeaux.

Décorations pour la célébration du Nouvel An, Chinatown

Singapour est une cité-état laïque, mais en raison de population multiculturelle, on célèbre tout autant les fêtes chinoises, musulmanes, hindoues et chrétiennes.

L'année démarre en fanfare le 1er janvier car le Nouvel An, est fêté à Singapour exactement comme en Occident, avec des feux d'artifice et des soirées organisées dans tous les établissements de la ville. Les "soirées mousses", endiablées et définitivement humides qui ont lieu sur les plages de Sentosa sont particulièrement réputées — du moins les années durant lesquelles le gouvernement autorise des évènements aussi "débauchés".

  • Aux alentours de janvier-février, il est possible d'assister à la célébration de Thaipusam, une fête hindoue tamoule, déconseillées aux âmes sensibles, au cours de laquelle des processions de dévôts, équipés d'un "kâvadi" (une structure fine et complexe transperçant le corps de son porteur en de nombreux points) défilants du temple de Sri Srinivasa Perumal (Little India) au temple de Sri Thandayuthapani sur Tank Road. Les femmes ont l'habitude de joindre la procession en portant des pots de lait en lieu et place du Kâvadi.
  • En raison de l'influence de la majorité ethnique chinoise, l'évènement le plus important et de loin est la célébration du "Nouvel An Chinois", (农历新年) ou, pour être plus précis, de la Nouvelle Année Lunaire, débutant en général en février. Il est bien sûr très plaisant de visiter la ville à cette période, cependant, gardez en tête que de nombreux établissements de petite envergure (familiaux) ferment durant 2-3 jours à cette période, tandis que les supermarchés et restaurants de grand standard restent ouverts. Le festival dure pas moins de 42 jours, bien que le moment le plus intense se situe juste avant la nuit de la lune nouvelle, avec les exhortations de gong xi fa cai (恭喜发财 "félicitations et prospérité"), les tresses rouges et les mandarines, ainsi que la figure zodiacale de la nouvelle année représentée partout et des queues entières de passants bondant les rues richement décorées de Chinatown. Les deux jours qui suivent sont passées en famille, l'île vit par conséquent au ralenti. Puis, la vie revient à son état normal... Jusqu'à l'apothéose du Chingay, une parade colorée arpentant Orchard Road, 10 jours plus tard.

Dates des débuts d'année du calendrier lunaire


  • 2013 Année du Serpent - 10 février
  • 2014 Année du Cheval - 31 janvier
  • 2015 Année de la Chèvre - 19 février


  • Le cinquième jour du cinquième mois du calendrier chinois, a lieu le "Festival du Bateau-Dragon" (端午节), célébrant un héros du folklore chinois. Dans le cadre des célébrations, des boulettes de riz, qui à Singapour sont parfois enveloppées dans des feuilles de pandanus au lieu des traditionnelles feuilles de bambou. De plus, on peut assister ce jour-là à des régates de bateaux-dragons sur le fleuve.
  • La Fête Nationale, évènement laïc, est célébré le 9 août. Singapour se pare alors de drapeaux tandis qu'une parade spectaculaire arpente les rues pour honorer l'indépendance de la cité-état.
  • Lors du septième mois du calendrier lunaire — en général en août — a lieu le "Festival des Fantômes Affamés" (中元节), qui commence dans un nuage de fumée car on y brûle "l'argent des morts", de (faux) billets en offrandes aux esprits des ancêtres, sensés retourner sur Terre à cette période de l'année. Les vivants, eux, se rassemblent et assistent à des opéras chinois.
  • Un peu plus tard dans l'année a lieu la "Fête de la Lune" ou "Festival de la Mi-Automne" (中秋节), le 15ème jour de la 8ème lune(Sep/Oct)qui fait également partie des évènements majeurs. Durant cette période, on décore les lieux avec de belles lanternes en papier, en particulier dans le secteur du Jardin chinoisde Jurong. On y mange des "gâteaux de lune", fourrés à la pâte de haricots rouges, des noix et bien d'autres choses, le tout dans une ambiance joyeuse.
  • Une semaine environ avant Deepavali, est célébré l'impressionnante fête de Thimithi, durant laquelle il est possible de voir des dévots marcher sur des charbons ardents au temple de Sri Mariamman (Chinatown)
  • Le festival hindou des lumières, Diwali, appeléDeepavali à Singapour, est célébré en octobre ou novembre de chaque année. Little India revêt ses plus beaux atours pour l'occasion.

Le mois de Ramadan et l'Eid-al-Fitr ou Hari Raya Puasa comme il est appelé ici, est un évènement majeur dans les composantes malaises de la ville, en particulier à Geylang Serai sur la Côte Est, qui est puissamment illuminé durant cette période. Une autre fête importante pour la communauté malaise est l'Eid-al-Adha, appelée à Singapour l'Hari Raya Haji, correspondant à la période pendant laquelle les musulmans vont en pèlerinage à la Mecque pour accomplir l'Hajj. Dans les mosquées locales, des agneaux offerts par la communauté sont sacrifiés et leur viande est offerte aux pauvres.

Parmi les autres jours fastes, citons la fête bouddhique deVesak, commémorant l'anniversaire du Bouddha Sakyamuni, le Noëlchrétien, pendant lequel Orchard road est lourdement décorée, ainsi que le Vendredi Saint.

Évènements

Le Grand Prix de F1 de Singapour

Singapour organise certains évènements majeurs [[5]] chaque année. Parmi ces évènements et festivals célèbres, on peut citer entre autres la Festival Gastronomique de Singapour, le Grand Prix de Singapour, le Festival des Arts de Singapour , la Parade de Chingay, le Sommet Mondial de la Gastronomie et le ZoukOut.

La Fête du Soleil de Singapour est un autre évènement populaire, auquel ont participé par exemple en 2010 des personnalités telles que David Foster, Natalie Cole, Jose Carreras et Sharon Stone. Citons également le Festival de la Joaillerie de Singapour qui attire de nombreux touristes chaque année et voit être présentées des collections de pierres précieuses, bijoux célèbres et autres chefs-d’œuvre réalisés par des maîtres du genre.


Arriver

Sont totalement prohibés à Singapour :

Sont totalement prohibés à Singapour :

  • Répliques d'armes-à-feu à air comprimé (airsoft)
  • Menottes, mêmes si elles sont roses ou en caoutchouc
  • Nourriture pour pigeons ou singes
  • Chewing-gum
  • Démonstration d'homosexualité masculine
Singapore Airline

Les visiteurs venant de la plupart des pays du monde peuvent entrer à Singapour sans visa. Se référer au Bureau de l'Immigration et des Contrôles [6] (en anglais) pour toutes les recommandations officielles, y compris la liste des 30+ nationalités pour lesquels l'obtention préalable d'un visa est obligatoire. La durée du visa dépend de la nationalité et du point d'entrée : la plupart des visiteurs obtiennent un visa de 14 ou 30 jours, bien que les ressortissants de l'UE, Norvège, Suisse et les détenteurs d'un passeport américain bénéficient de 90 jours. Les citoyens de certains pays appartenant à la CEI (comme la Russie, l'Ukraine, le Kazakhstan) peuvent transiter pendant 4 jours sans visa, sur présentation d'un billet pour une destination tierce.

Législation

Les lois de Singapour sont extrêmement strictes concernant tout ce qui se rapporte aux drogues. Le détenteur de drogues, quel qu'il soit, s'expose à la peine de mort et ceci s'applique à quiconque, y compris les étrangers. Même si vous n'êtes techniquement pas entré dans Singapour et que vous ne faites qu'y transiter (par exemple en prenant une correspondance ce qui vous dispense de contrôle de passeport et de douane) alors que vous détenez de la drogue, vous serez tout de même pendu par le cou jusqu'à ce que mort s'en suive le vendredi suivant votre condamnation (à moins que vous ne soyez condamné ou que votre appel soit rejeté un mardi, mercredi ou un jeudi) Veuillez également noter qu'à Singapour, le fait d'avoir des drogues dans l'organisme est aussi un crime, même si elles ont été absorbées en dehors de Singapour, et que la Douane ordonne occasionnellement des tests d'urine à l'aéroport... Transporter des armes à feu ou des explosifs sans autorisation est également considéré comme crime capital.

Apportez les ordonnances de tous vos médicaments et obtenez une permission au préalable de la part du Bureau des Sciences Médicales [7] avant de mettre dans votre valise n'importe quel type de sédatif (Valium, diazépam) ou d'analgésique puissant (tel que la codéine).

La tolérance concernant l'achat duty free d'alcool est de : 1L de vin, 1L de bière et 1L de spiritueux, bien que le litre de spiritueux puisse être remplacé par 1 litre de vin ou de bière. (Veuillez également consulter la juridiction malaisienne si vous arriver de ce pays;) L'alcool ne peut être transporté par des mineurs (moins de 18 ans). Il n'y a aucune tolérance concernant l'achat en duty free de cigarettes: toutes les cigarettes vendues légalement à Singapour sont estampillées "SDPC" et des fumeurs contrôlés avec des cigarettes sans marque peuvent recevoir une amende de 500$ par paquet. (En théorie, car dans la réalité, arriver avec un seul paquet entamé est généralement toléré.) Si vous déclarez à la douane vos cigarettes ou boissons alcoolisées excédant la limite autorisée, vous pouvez choisir de payer la taxe ou laisser les agents des douanes garder la marchandise jusqu'à votre départ. L'importation de chewing-gum est techniquement illégale, mais les agents des douanes ont tendance à ne pas être trop stricts sur quelques paquets destinés à la consommation personnelle.

La Pornographie, les contrefaçons et les publications des Témoins de Jéhovah et de l'Église de l'Unification ne peuvent être amenés à Singapour, sachant que les bagages sont scannés au points d'entrée aériens, terrestres et maritimes. En théorie, tous les supports liés au divertissement ainsi que les jeux vidéos doivent être envoyés au Comité de la Censure pour approbation avant de pouvoir être introduits dans la cité, mais la loi est très rarement (si elle l'est)appliquée concernant des produits authentiques. Les CD et DVD piratés, d'un autre côté, peuvent vous coûter une amende allant jusqu'à 1000$ par disque.

En Avion

Singapour est situé sur l’une des routes aériennes les plus fréquentées du Sud-Est asiatique, aussi, à moins que vous n’arriviez de la péninsule malaisienne ou de Batam/Bintan en Indonésie, la façon la plus simple d’entrer à Singapour est par les airs. En plus de la compagnie nationale Singapore Airlines [8] et de sa filiale régionale SilkAir [9], Singapour est également le foyer de quelques compagnies low-cost telles que Tiger Airways [10], Jetstar Asia [11] et Scoot [12].

En plus de ces lignes locales, toutes les compagnies asiatiques de la plus humble à la plus importante proposent des vols pour Singapour, comme la compagnie discount pan-asiatique AirAsia [13] et la compagnie malaisienne Firefly [14] qui génèrent un important trafic depuis Singapour. On trouve également des vols directs depuis l’Europe, le Moyen-Orient, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Amérique du Nord et même l’Afrique du Sud. Sur la "Route du Kangourou”, entre l’Australie et l’Europe, Singapour constitue une étape incontournable, notamment avec le concours de compagnies telles que Qantas [15] et la British Airways [16].

Aéroport de Changi

L’aéroport principal de Singapour, l’un des plus importants de la région, l’Aéroport de Changi [17] a été officiellement déclaré “meilleur aéroport du monde” car il est grand, agréable, bien organisé, et les formalités ainsi que la distribution des bagages s’effectuent remarquablement rapidement. L’aéroport est divisé en trois terminaux (T1, T2 et T3).

Savoir à quel terminal vous arriverez peut être difficile : par exemple, Singapour Airlines utilise T2 aussi bien que T3, et n’annonce le terminal d’arrivée que deux heures avant l’atterrissage. Heureusement, les transferts se font assez aisément, car les trois terminaux sont connectés par la navette gratuite « Skytrain », qui peut être empruntée sans passer par la douane. Le Terminal 1 est physiquement connecté aux Terminaux 2 et 3. Vous pouvez les parcourir de bout en bout sans remarquer que vous êtes passé d’un terminal à l’autre, si ce n’est en lisant les panneaux. Bonne nouvelle, le terminal de départ est plus facile à deviner, car les vols de la Singapore Airlines pour le Sud-Est asiatique, le Sous-continent indien, le Moyen-Orient et l’Afrique partent du T2 tandis que toutes les autres destinations seront desservies par le T3. Si vous faites appel à cette compagnie, n’oubliez pas d’indiquer au chauffeur qui vous amène à l’aéroport au moins votre destination, afin qu’il puisse déterminer le terminal auquel il doit vous emmener.

À la différence de la plupart des autres aéroports, il n’y a pas de délimitation entre les zones de départ et d’arrivée avant le contrôle des passeports, par conséquent les passagers arrivant, s’ils ne sont pas pressés, ont la possibilité de faire des achats et de se restaurer au sein de l’aéroport.

Si vous avez plus de 5 hr à tuer, des tours de ville gratuits ont lieu 5 fois par jour au départ de l’aéroport. Pour s’inscrire à l’un de ces tours, il suffit de s’adresser à l’un des comptoirs d’inscription aux Free Singapour Tours (FST) situés :

  • Terminal 2 : près des escalators de contrôle des entrances Nord et de la station de Skytrain de la zone commerciale de transit Nord, niveau 2 (Près du salon de transfert E)
  • Terminal 3 : Près du salon de transfert B dans la zone commerciale de transit Nord, niveau 2
  • Si vous êtes au Terminal 1, vous pouvez vous rendre au Terminal 2 afin de vous inscrire.

Même si vous êtes bloqué à l’aéroport, il existe plein de façons de passer le temps, car chaque terminal a un style unique : T1, T2 et T3 constituent des attractions en eux-mêmes. T2, peut-être le plus intéressant, dispose d’un jardin intérieur, d’une zone dédiée à l’écoute de musique, avec divans et lumières d’ambiance, d’une salle de jeux vidéo, d’un petit cinéma, d’un salon de massage (payant) et bien évidemment d’une légion de boutique en duty free. T3, le plus récent, dispose d'un jardin à papillons et de beaucoup de lumière naturelle, mais moins d'options de divertissement. T1 dispose d'une piscine pour 13,91 $ et d’un jacuzzi, les deux ouverts jusqu'à 23h00. Vous pouvez vous déplacer entre les terminaux sans passer par l'immigration et, si vous n'avez pas de bagages enregistrés à recueillir, vous pouvez vous acquitter des formalités administratives à n'importe quel terminal.

Dans tous les terminaux, l’accès internet est fourni gratuitement via le réseau wifi et les quelques 200 postes mis à la disposition des utilisateurs. L’accroc aux jeux vidéos pourra se trouver attiré par les Xbox également à sa disposition. Il est également possible d’écouter de la musique live dans certains salons. Pour communiquer avec l’extérieur, des machines SingTel et Starhub vous permettent de passer des appels locaux illimités. On trouve de nombreux distributeurs et les bureaux de change vous proposeront un taux intéressant, quoique légèrement moins bon qu’en ville.

En bateau

Il est possible d'arriver à Singapour par bateau, à Tanah Merah Ferry Terminal (de l'Indonésie), Harbourfront Ferry Terminal (pour des navires de croisière) ou à Changi Point Ferry Terminal (de Pengerang en Malaisie).

En train

Il est possible de rejoindre Singapour en train depuis les principales villes de Malaisie with KTMB (www.ktmb.com.my). Se renseigner a l'office du tourisme local ou aux bureaux KTMB (www.ktmb.com.my).

En autocar

Il est possible de rejoindre Singapour en autocar depuis de nombreuses villes de Malaisie. Se renseigner a l'office du tourisme local.

En voiture

Sobrement appelé "The Causeway" (la Chaussée), pont entre Singapour et la Malaisie

Il est possible de rejoindre Singapour par voie routière depuis la Malaisie.

Le carnet de passage en douane est obligatoire si vous souhaitez amener votre propre véhicule.

Il existe deux voies d'accès terrestre à Singapour :

The Causeway ("La Chaussée") est l'axe très populaire et très souvent encombré qui ouvre sur les Woodlands, au nord de Singapour et conduit directement au cœur de Johor Bahru. Bien que les embouteillages soient un peu moins omniprésents que par le passé, la Chaussée est toujours quasiment les vendredis soirs (en direction de la Malaisie) et les dimanches soirs (en direction de Singapour). La Chaussée peut être empruntée en car, train, taxi or voiture, mais on ne peut désormais plus traverser à pied.

Un second point d'entée, au nom tout aussi prosaïque (Second Link, Second Lien en français) a été construit entre Tuas, sur la côte nord-ouest de Singapour, et Tanjung Kupang, situé dans l'état de Johor, en Malaisie. Plus rapide est moins encombré que la Chaussée, Second Link est notamment emprunté par les services d'autocars de luxe en direction de Kuala Lumpur. Cet accès est hautement préférable si c'est vous qui conduisez, d'autant plus que les transports en communs y sont rares : un seul bus local, et seules les "taxi-limousines" malaisiens ont l'autorisation de traverser (et facturent minimum 150RM pour ce privilège). La traversée à pied n'est pas autorisée non plus.

Conduire dans Singapour une voiture dotée d'une plaque non locale est aussi compliqué que coûteux ; pour plus d'information vous pouvez consulter (en anglais) le site du Land Transport Authority Driving Into & Out of Singapore [18] pour les modalités administratives et les coûts, tant pour les véhicules malaisiens que venant d'autres pays.

Rejoindre la Malaisie depuis Singapour est moins compliqué, bien que vous deviez vous acquitter de péages et de divers formalités ennuyeuses à la frontière. N'oubliez pas non plus, si vous conduisez une voiture immatriculée à Singapour, d'avoir le réservoir plein au moins au 3/4 et de faire du change avant de partir, car les Dollars de Singapour vous seront vraisemblablement pris à un taux dérisoire.

Dans un sens ou dans l'autre, des frais supplémentaires de passage de frontière avec un véhicule de location s'appliqueront.

Circuler

Singapore-overview.png

Se déplacer dans Singapour est très facile : le réseau public est clair et efficace et les taxis proposent des tarifs raisonnables (quand vous arrivez à en attraper un !) Par conséquent, il n'est pas vraiment nécessaire de louer un véhicule. Niveau site web (en anglais) Gothere.sg [19] est très pratique, permettant de calculer les trajets les plus courts en MRT et bus et même de simuler une course de taxi pour en connaître le coût.

Le Singapore Tourist Pass [20] est un forfait permettant l'accès aux stations de MRT majeures (dont Changi Airport et Orchard) et offrant bon nombre d'avantages sur certaines attractions et permet en premier lieu de voyager en illimité en MRT et en bus (mais pas tous) et coûte 10$ pour 1 jour, 16$ pour 2 jours, ou 20$ pour 3 jours (incluant un système de caution restituée dans certaines conditions). Le passe expire à la fin de la dernière journée payée.

Comme partout, on peut acheter des tickets à usage unique pour le MRT et les bus. Notez que les tarifs en bus sont très variables, donc le conducteur doit se livrer à de savants calculs qui peuvent mettre en retard sur l'horaire... Attention, on ne vous rendra pas la monnaie, prévoyez donc du liquide. Enfin, vous faudra acheter un ticket pour chaque bus que vous prendrez.

Tarifs selon la distance : [21] En vigueur depuis juillet 2010.

En Métro

MRT system map

Les lignes MRT (Mass Rapid Transit) et LRT (Light Rail Transit) constituent le meilleur -et plus fiable- moyen de se déplacer dans Singapour et de plus le réseau couvre aussi bien les zones d'intérêts des locaux que les sites touristiques où vous pourriez vouloir vous rendre, avec au pire une petite marche. Les stations de MRT stations sont propres, modernes et en général équipées de toilettes gratuites.

En bus

Les Bus couvrent actuellement un réseau plus étendu que le MRT, mais étant soumis au trafic routier, ils sont bien sûr plus lents et également moins explicites pour les touristes. en revanche, ils permettent bien sûr de circuler à l'air libre et de mieux appréhender la cité. On paye son ticket en pièces (le chauffeur vous indiquera combien vous devez mais ne vous rendra pas la monnaie) ou mieux, de manière magnétique avec un passe. Ne pas oublier de valider à la montée et à la descente si vous ne souhaitez pas payer le tarif maximum ! (Si vous achetez un passe en station, n'hésitez pas à demander des informations complètes.)

Après minuit les vendredis et samedis et les veilles de jours fériés, le service de NightRider [22] vous permet des déplacements en nocturne avec 7 lignes desservies toutes les 20 minutes. Un tarif spécial s'applique ou non suivant votre titre de transport.


En taxi

les Taxis utilisent un compteur et sont plutôt abordables et honnêtes, aussi la plus grande difficulté est juste d'en arrêter un, particulièrement aux heures de pointe. En dehors de ces moments très chargés, une course dans le centre ne devrait pas vous coûter plus de 10$ et même une traversée conséquente du genre de Changi à Jurong ne devrait pas vous coûter plus de 35$. Si vous êtes en groupe de 3 ou 4, alors il devient même plus rapide et économique de prendre un taxi. Encore une fois, le problème principal demeure l'arrêt ou la réservation, même par téléphone, d'un chauffeur.

Le prix de base est assez homogène quelque soit la compagnie choisie, cependant de nombreux facteurs viennent s'additionner : les gros véhicules genre VIP, les trajets en heures de pointe (+25%), nocturne (+50%), vers ou de la CDB (+$3), voyages depuis l'aéroport (+3-5$), réservation par téléphone (+3$ minimum)... Ces informations toutefois sont visibles sur le compteur. En théorie, les taxis sont tous équipés de lecteurs de cartes de crédit, mais dans la pratique, le refus est assez fréquent (donc demandez avant si vous n'avez pas de liquide !) et appliquent un surcoût de +17% centre. Il est possible de réserver par centrale, au ☎ +65 6342 5222 (6-DIAL-CAB). Certaines sociétés proposent des réservations par SMS, internet et applications de téléphone portable.


En trishaw

Les Trishaws sont ces taxis à pédales et à trois roues que l'on trouve autour du fleuve et de Chinatown. Les locaux ne les emploient pas. Il est possible de marchander un peu. Une courte course vous coûtera dans les 10-20$ et vous pouvez demander la balade touristique d'une heure pour environ 50$ par personne.

En bateau

Un "Bumboat", sous "Esplanade Theatres"

Les bumboats proposent des croisières touristiques sur le fleuve, avec des tarifs allant de 3$ à 13$ suivant la durée et ce que vous voulez voir. Ils peuvent aussi vous emmener de Changi Village jusqu'à Pulau Ubin (2.50$ par trajet), une petite île sur la côte nord-est tenue à l'écart de l'agitation de la métropole.

En voiture

Bien que les routes soient excellentes, il n'est pas recommandé de conduire dans Singapour si vous ne connaissez pas bien la ville. Un permis en anglais est nécessaire pour prendre le volant, et ce dernier est à l'anglaise également. (Conduite à gauche).

On ne roule qu'à 90 km/h sur autoroute et 60 km/h sur les autres routes. La police est très stricte sur les infractions habituelle (conduire en téléphonant/buvant/sans ceinture etc., comme en Europe de l'Ouest.)


En Stop

Non seulement inutile vu les dimensions du "pays", mais aussi... Illégal !

Parler

Une cité-Etat cosmopolite

Voici un petit aperçu des environnements ethniques que l'on peut trouver à Singapour, car en plus des Chinois, des Malais et des Indiens, il ne faudrait pas oublier les...

Arabes, Que l'on trouve aux abords d'Arab Street, bien évidemment
Birmans: Peninsula Plaza, sur North Bridge Road
Chinois: Waterloo Street (Le nouveau Chinatown de Singapour)
Philippins: Lucky Plaza, sur Orchard Road
Français: Serangoon Gardens
Indonésiens: City Plaza, près de la station de MRT Paya Lebar
Japonais: Robertson Quay et Clarke Quay et plus spécifiquement Liang Court shopping mall ;Cuppage Plaza, à l'opposé de la station de MRT Somerset, et Takashimaya sur Orchard Road
Coréens: Tanjong Pagar Road
Chinois peranakan: Katong
Scandinaves: Pasir Panjang
Thaïs: Golden Mile Complex, Beach Road
Tibétains: Beatty Lane, près de la station Lavender et Pasir Ris
Vietnamiens: Joo Chiat Road


Bien que le malais soit la langue garantie par la Constitution, la langue de loin la plus répandue est l'anglais, parlé par la plupart des Singapouriens de 50 ans ou moins et ce avec des degrés de maîtrise très variables. L'enseignement se fait en anglais (en complément de langues ethniques telles que le malais, le mandarin et le tamoul)et toutes les inscriptions officielles sont également en anglais et plus précisément en anglais britannique.

Cependant, le dialecte parlé de nos jours à Singapour, le Singlish est un anglais qui peut être difficile à comprendre, car il mâtiné de nombreux autres langues telles que le malais et le tamoul ainsi que de plusieurs dialectes chinois. Cette dernière composante affecte également la structure des phrases. Le vocabulaire aussi est affecté, avec de nombreux emprunts aux deux premières langues mentionnées, et on observe des glissements de sens ou de prononciation sur certains mots. Les séquences consonnantiques complexes ont tendance à être simplifiées, les articles et les marques du pluriel à disparaître et bien d'autres petites choses encore pourraient vous surprendre. Les Singapouriens ponctuent ainsi leur phrase de "Lah", "Can", etc. qui donnent une saveur particulière à leur language.


Anglais standard : Do you want a beer? -- No, thanks; I've already had five bottles. devient Singlish : You wan beer or not? -- Dunwan lah, dring five bottle oreddi.

Même si vous avez appris quelques expressions en Singlish, il est nettement préférable de parler aux gens avec votre anglais usuel, et ne recourir à vos connaissances que lorsqu'il apparaît évident que la personne avec qui vous parlez comprend très mal l'anglais standard. (Imaginez un Français se rendant en Afrique et imitant l'accent local, et vous aurez une idée de ce que ressentiraient les Singapouriens anglophones !)

Les autres langues officielles de Singapour sont le mandarin et le tamoul, respectivement parlé par la plupart des Singapouriens chinois et indiens. Le punjabi est également parlé. A l'instar de l'anglais, le mandarin de Singapour a connu une évolution à part sous l'influence des autres dialectes chinois, du malais et de l'anglais, bien que les jeunes singapouriens chinois apprennent un mandarin pur à l'école. Les autres dialectes chinois assez représentés sont le hokkien, le teochew et le cantonais. Officiellement, l'écriture simplifiée (de RPC) est de rigueur et on la retrouve dans les publications officielles et les journaux. Cependant, les personnes plus âgées préfèrent utiliser les caractères traditionnels et du côté des jeunes, du fait de l'influence culturelle de Taiwan et Honk-Kong, on n'est pas hostile non plus à ce système.

Voir

Carte du Singapour central

Vous trouverez plus d'informations au sein des pages relatives à chaque District. Juste pour vous donner un avant-goût :

  • Plage et tourisme balnéaire: Choisissez l'une des trois plages de Sentosa ou de ses îles méridionales. Sur laCôte Est, se trouvent d'autres plages.
  • Cuisines: Chinatown , Little India, et Kampong Glam (Arab Street) vous permettront chacun de déguster des saveurs différentes, sans oublier bien sûr la Côte Est et ses délicieux poissons et fruits de mer.
  • Histoire et musées: Le secteur de Bras Basah à l’est d’Orchard et au nord de la Singapour constitue le cœur historique de la cité, avec de nombreux monuments historiques et musées.
  • Nature et vie sauvage: si les attractions populaires du Zoo de Singapour, du Safari nocturne du Parc ornithologique et des Jardins botaniques (tous situés dans les secteurs Nord et Ouest), avoir accès à une nature plus « authentique » peut s’avérer plus difficile, bien que la Réserve naturelle de Bukit Timah (située dans le même District que le Zoo) dispose à elle seule de plus de variétés de plantes que l’Amérique du Nord toute entière. Pulau Ubin, une île au large de Changi Village à l’est, conserve quant à elle le charme du Singapour d’autrefois.
  • Gratte-ciels et shopping: Le paradis du consumérisme, avec ses légions de “malls” sur Orchard Road, tandis que les gratte-ciels s’agglutinent sur les berges de la Singapour, mais n’oubliez pas de faire aussi un tour à Bugis etMarina Bay afin de voir où les Singapouriens font leurs achats.
  • Lieux de culte: Un autre aspect de Singapour à ne pas manquer afin de voir cohabiter bouddhistes, taoistes, hindous, sikhs, baha’is, chrétiens, musulmans et juifs . Les lieux de cultes sont accessibles aux visiteurs en dehors des heures de prière. Les plus impressionnants sont : le vaste monastère de the vast Kong Meng San Phor Kark See, près de Ang Mo Kio, le très coloré temple hindou de Sri Mariamman à Chinatown, le temple boudhiste birman « psychédelique » dans Balestier, l’un des plus anciens temples hokkiens, celui de Thian Hock Keng, ainsi que le majestueux Masjid Sultan sur Arab Street.

Conseils aux voyageurs

Il est conseillé d’avoir en permanence avec soi :

  • Des lunettes de soleil - Singapour est généralement aussi lumineuse qu’ensoleillée.
  • Un parapluie – Il pleut souvent, mais en général pas très longtemps.
  • Des vêtements d’été - Singapour est chaude et humide. Bien que la plupart des transports en commun et des bâtiments soient climatisés, il est recommandé de s’habiller léger. En revanche, certains lieux de culte imposent une tenue vestimentaire plus complète ou spécifique.
  • Un sweat-shirt : la clim dans certains musées et centre commerciaux peut parfois être assez agressive. .
  • De l'Anti-moustique – De jour comme de nuit ils vous harcelleront et la dengue n’est pas à prendre à la légère dans cette partie du monde.


A Faire

Henderson Waves

Tous les sports se pratiquent à Singapour, même les plus inattendus, et, en tant qu’île tropicale, les activités aquatiques ne sont pas en reste cependant le choix reste limité et les prix en général assez élevés ; aussi bon nombre de locaux n’hésitent pas à se rendre à la place à Tioman (Malaisie) ou Bintan (Indonésie). D’un autre côté, il n’est pas rare de trouver des clubs de plongée organisant des tours sur la côte orientale de la Malaisie, vous permettant ainsi d’accéder à des zones moins touristiques.


Acheter

Sim Lim Square, la Mecque de l’informatique et de l’électronique de Singapour

La devise locale est le dollar de Singapour, dont l’abréviation est SGD, S$ ou juste $ (tel que mentionné tout au long de cet article) et se divisant en ‘’cents’’. Les pièces sont : 0.01$ (bronze), 0.05$ (or), 0.10$ (argent), 0.20$ (argent), 0.50$ (argent) et 1$ (or) ; parmi les billets, on trouve : 2$ (violet), 5$ (vert), 10$ (rouge), 50$ (bleu), 100$ (orange), 1000$ (violet) and 10 000$ (jaune). Le dollar de Brunei est indexé sur celui de Singapour et les deux monnaies peuvent être utilisées de manière interchangeable dans les deux pays. Sauf mention contraire, le signe $ sur le territoire de Singapour renvoie au dollar local, alors que les dollars américains seront notés US$.

Les restaurants présentent souvent leurs prix selon le modèle 19.99++, ce qui signifie que ni le service (10%) ni la TVA locale (7%) ne sont compris et qu’ils apparaîtront en sus sur l’addition. À l’opposé, le sigle NETT, indiquent que tout est compris. On ne donne généralement pas de pourboire à Singapour, car officiellement réprimé par le gouvernement, bien que les porteurs sont toujours supposés toucher dans les 2$ par bagage ou plus. Les taxis rendent en général la monnaie ou arrondiront à votre avantage s’ils n’y parviennent pas.

On peut trouver des bureaux de change dans chaque complexe commercial, offrant en général un meilleur taux, de meilleurs horaires et un service plus rapide que les banques. Près de la station de MRT Raffles, se trouve la zone appelée “Change Alley” où la concurrence est rude et les taux très bons, et où pour les sommes importantes vous pouvez demander une petite ristourne. À l’aéroport, vous trouverez des taux bien moins intéressants qu’en ville.

Coûts

Singapour est chère pour un pays asiatique mais demeure plus abordable que les pays occidentaux. Un voyageur jeune et pas très regardant pourra très bien s’en sortir dès 50$. La nourriture est particulièrement abordable 5$ pour une portion savoureuse et généreuse dans les boui-bouis. On trouve des chambres dès 20$ voire moins, tandis qu’un 3-4 étoiles standard dans le centre coûtera entre $100 et $300 par chambre/nuit.

Si vous prévoyez un grand tour régional, sachez que les prix de Singapour sont globalement le double de ceux pratiqués en Malaisie et en Thaïlande et 3 à 5 fois ceux de l’Indonésie et des Philippines.

Arnaques ?

Singapour dispose d’un dispositif spécial, le Singapore Tourism Board, qui peut être appelé gratuitement au 1800 736-2000 et qui a pour mission de lutter contre les commerçants sans scrupule. De plus, le “Small Claims Tribunal” situé 1 Havelock Square est habitué à traiter ce genre d’affaires simples et peut rendre un jugement dans les 24 heures.


Nation consumériste s’il en est, Singapour voue un véritable culte au shopping. Des coûts d’importation et des taxes très modérées ainsi qu’un volume très important garantissent aux acheteurs de trouver de très bons prix un peu partout sur l’île. En raison de lois de protection du consommateur très strictes, les commerçants sont en général honnêtes. La plupart des magasins sont ouverts 7/7 et sur des horaires du genre 10h-22h bien que ce ne soit pas systématique et dans certains complexes du centre, la fermeture peut même être plus tardive. Artisanat (non local), tissus, vêtements, libres, nourriture, biens en tous genres, électronique et informatiques se trouvent facilement à Singapour, bien que certains districts soient plus renommés que d’autres pour y faire des achats spécialisés.

Un service à thé de style peranakan, rose avec des motifs mythologiques

Artisanat peranakan : les Peranakans, ou Chinois-Malais, sont en train de disparaître, mais leur esthétique et leur style, particulièrement coloré, demeure hautement apprécié et reproduit. Les pièces originales sont très chères, mais leurs copies modernes sont bien plus abordables. Le meilleur endroit pour en admirer ou en acheter est certainement Katong sur la Côte Est.



Manger

Ordre d'idée des prix de la restauration à Singapour, pour une personne, incluant une boisson


  • Boui-boui Moins de 10$
  • Milieu de gamme 11-29$
  • Gourmet Plus de 30$

La cuisine de Singapour est un mélange unique des cuisines traditionnelles issues des quatre coins du monde, et bon nombre de Singapouriens sont en fait de gros gourmands qui adorent makan ("manger" en malais). Vous y trouverez donc des plats chinois, malais, indiens, japonais, thaïs, italiens, français et américains entre autres. Les touristes peuvent en fait bénéficier de remises très conséquentes sur leurs additions (jusqu’à 50% de remise) dans de nombreux grands restaurants de Singapour en s’enregistrant sur le site spécialisé MakanDeals [23] pour bénéficier de coupons gratuits.

On peut manger de bien des façons à Singapour, bien que la plupart des aliments soient consommés en utilisant fourchette et cuillère : on pousse et on coupe avec la fourchette de la main gauche tandis que les aliments sont portés à la bouche avec la cuillère de la main droite. Les plats chinois, dont les fameuses nouilles, se mangent avec des baguettes tandis que les mets malais et indiens se mangent avec les mains, bien que vous puissiez demander des couverts sans que cela ne dérange personne. Si vous n’en utilisez pas, pensez bien à ne vous servir que de la main droite pour vous saisir de vous aliments car les indiens et les malais réservent leur main gauche pour les tâches moins nobles. Une certaine étiquette s’applique également à l’usage des baguettes chinoises, et par-dessus tout ne les plantez jamais verticalement dans un bol de riz. Si vous mangez à plusieurs, vous remarquerez que les plats servis sont toujours partagés, bien que vous aurez votre propre bol de riz et soupe. Il est normal de prendre les aliments dans les plats avec vos propres baguettes, mais vous pouvez demander que l’on apporte des couverts pour servir à la place.

Suivant la date de votre voyage, ne manquez pas le Singapore Food Festival [24], qui se tient tous les ans en juillet. Et quand vous serez sur place, renseignez-vous dans les kiosques d’information touristiques, une surprise pourrait vous y attendre…

À déguster

Voici un sommaire avant-goût des plats typiques de Singapour :

cuisine Peranakan/Nonya

Emprunts culinaires

Même si les menus sont en anglais, la plupart des termes utilisés sont dérivés d’autres langues. Parmi ces délices et autres ingrédients exotiques, citons :

assam 
tamarin (du malais)
bee hoon 
vermicelles de riz (du hokkien 米粉)
garoupa 
mérou (du portugais)
gonggong 
un coquillage (du chinois)
hor fun 
nouilles de riz larges et plates (du cantonais河粉)
kangkung 
“épinards d’eau”, un légume aquatique (du malais)
kway teow 
des nouilles de riz plates (du hokkien 粿条)
lengkuas 
Gingembre bleu (du malais)
mee 
Épaisses nouilles aux œufs (du hokkien 面)
serai 
Citronnelle (du malais)
sotong 
Calamar (du malais)
spare parts 
Abats
tang hoon 
Nouilles transparentes (du hokkien 冬粉)

La cuisine la plus originale de la région est sans doute la Peranakane (aussi appelée Nonya) née de la fusion des communautés malaise et chinoise à l’époque des colonies britanniques appelées « Établissements des Détroits » (‘’Straits Settlements’’)(qui sont devenus par la suite Singapour, Penang et Malacca). Les plats typiques sont :

  • Crabe épicé “Chilli crab” Un crabe entier coulé dans une sauce pimentée épaisse et collante. Assez relevé au début, mais plus vous en manger, plus vous appréciez. Évitez de porter un t-shirt blanc ou de le programmer pour un dîner romantique, parce que c’est connu, ça n’est pas un plat que vous pourrez manger proprement. Simplement plongez les mains dans le plat et mangez comme vous pouvez. Les restaurants de fruits de mer de la Côte Est ont fait de ce plat leur spécialité. Un peu moins compliqué à manger mais tout aussi savoureux, essayez le black pepper crab.
  • Le Kaya ressemble à de la confiture et est fait à partir d’œufs et de noix de coco, une combinaison assurément inhabituelle mais des plus savoureuses. Servi sur des tartines au petit déjeuner et traditionnellement accompagné d’œufs au plat et d’un (kopi), café fort et sucré. Il existe deux variantes : la version nonya, colorée à la feuille de pandan, ainsi que la version hainanèse qui est plus marron.
  • Le Laksa, notamment le Katong laksa ou laksa lemak , est probablement le met singapourien le plus célèbre Singapouran dish: des nouilles blanches qui baignent dans un bouillon crémeux, incroyablement riche à base de noix de coco et garni de crustacés ou de crevettes. Attention, car la version standard des boui-bouis est particulièrement épicée, aussi n’hésitez à à prévenir le serveur qu’une version épurée sera bien suffisante. shrimp. Dans la version que vous pourrez trouver à Katong (Côte Est), on épice en général beaucoup moins. Le Singapore laksa est très différent du Penang laksa, lequel sera pimenté, acide et se présentera sous la forme d’une soupe claire infusée au tamarin.
  • Mee siam : il s’agit de nouilles à la levure de riz servies dans un bouillon aigre-doux (composé de tamarin, de crevettes séchées et de haricots fermentés), de cubes de tofu et d’œufs durs. Bien que Chinois, Malais et Indiens disposent de leur propre version, c’est celle la Peranakan qui a la préférence des Singapouriens. À commander dans les boui-bouis malais.
  • Popiah, ou rouleaux de printemps, se trouvent frais ou frits. Ils se composent d’une garniture de navet bouilli, de tofu frit, de porc et de crevette badigeonnés de condiments enroulés dans une fine crêpe que l’on trempe dans de la sauce soja sucrée.
  • Rojak signifie simplement mixture en malais, et on en trouve de deux sortes différentes : Le Chinese rojak est une salade d’ananas, de navet blanc, de concombre, de tau pok (frites de tofu) et de minuscules pièces de bunga kantan (fleurs de gingembre) le tout mariné dans une sauce sucrée à la crevette et finalement saupoudré de cacahuètes broyées. L’Indian rojak, quant à lui, est principalement constitué de beignets frits et de divers ingrédients dont concombre et tofu et un mélange de sauces piquantes et sucrées.
  • Les Satay bee hoon sont des vermicelles de riz (bee hoon) servis avec la même sauce aux cacahuètes et piment que pour le ‘'satay, d’où le nom. On y ajoute habituellement des see hum (crustacés), du calamar séché et des lamelles de porc.
  • Glace Oui oui, la simple crème glacée. Cependant, à Singapour, on trouve des parfums assez uniques tels que durian et haricots rouges qui valent clairement le détour. Pour impressionner les locaux, vous pouvez commander une glace dan un roti (pain plat indien).

Cuisine malaise

Nasi lemak avec du sambal ikan bilis (curry d’anchois secs), concombre, curry de poulet et un œuf

Premiers habitants de Singapour et aujourd’hui largement dépassés en nombre par les Chinois, la cuisine malaise demeure très à la mode. Elle se caractérise par un usage massif d’épices et consiste le plus souvent en des currys , des bouillons ou des ragoûts. Les restaurants nasi padang, qui en baignent allègrement le riz qu’ils vous servent, sont très populaires.

  • Le Mee rebus est un plat de nouilles aux œufs servi avec une sauce pimentée légèrement sucrée, une tranche d’œuf dur et du citron.
  • Le Mee soto est une soupe de poulet typique, dotée d’un bouillon clair, de poitrine de poulet décortiquée et de nouilles aux œufs.
  • Le Nasi lemak est le petit-déjeuner malais par excellence, consistant en un simple riz cuit au lait de coco, de ikan bilis (anchois), cacahuètes, d’une tranche de concombre et une petite quantité de piment sur le bord de l’assiette. Une portion d’ikan kuning (poisson frit) ou une aile de poulet fournissent l’accompagnement ordinaire. Il n’est pas rare de voir cela servi complété de quelque curry et ou d’une sambal (Cf. ci-dessous).
  • L’Otah/Otak est une sorte de tourte au poisson composée en général d’émincés de maquereau, lait de coco, de piment et d’autres épices, et grillée dans des feuilles de bananier ou de cocotier, servi habituellement en accompagnement d’autres plats tels que le nasi lemak.
  • Le Rendang, aussi appelé "dry curry", est une viande bouillie pendant des heures dans une pâte de curry épicée (mais rarement très relevée) à base de noix de coco. La version la plus commune est le boeuf rendang bien qu’on en trouve également à base de mouton et de poulet.
  • Sambal est un terme générique utilisé pour qualifier les sauces pimentées de toutes sortes. Le Sambal belacan est un condiment courant obtenu en mélangeant du piment à la pâte de crevette belacan, tandis que le populaire sambal sotong est du calamar (sotong) cuit dans une sauce rouge pimentée.
  • Le Satay consiste typiquement en des brochettes de viande au barbecue, il s’agit le plus souvent de poulet, mouton ou bœuf. Ce qui distingue le satay d’un kebab ce sont les épices utilisées pour asaisonner la viande et sa sauce aux cacahuètes. Le Satay Club à Lau Pa Sat, près de la place Raffles est l’un des endroits les plus populaires pour en déguster.

Cuisine chinoise

La cuisine chinoise telle que consommée à Singapour vient principalement du sud de la Chine, et plus particulièrement du Fujian et deGuangdong. Bien qu’il soit possible de trouver des recettes “authentiques” en particulier dans les restaurants un peu chics, ce que l’on vous servira dans les boui-bouis auront certainement une « touche » plus tropicale, c'est-à-dire un usage massif de piment et de pâte de crevette fermentée malaise belacan comme condiment. Les nouilles peuvent aussi ne pas être servies dans un bouillon (湯 tang), mais aussi "sèches" (干 kan), ce qui signifie que vos nouilles vous seront servies avec leur sauce aux épices et piment dans un bol, et la soupe à part.

  • Les Bak chor mee 肉脞面)sont essentiellement des nouilles servies avec des morceaux de porc, arrosée de sauce pimentée et de lard, d’ikan bilis (anchois frits), de légumes et de champignons. On peut aussi y ajouter du vinaigre.
  • Bak kut teh (肉骨茶), littéralement: "Porc-Os-Thé", est un bouillon de côtes de porc mijotant pendant plusieurs heures jusqu’à séparation des os. Les Singapouriens le préfèrent à la mode teochew, légèrement poivré (au poivre blanc) bien que dans certains endroits on le propose plutôt à la mode du Fujian (au poivre noir). Le Bak kut teh est généralement accompagné de riz blanc, de mui choy (légumes au vinaigre) et d’un thé chinois -d’où le nom- car le plat en lui-même ne contient pas de thé. Pour impressionner les locaux, achetez des you tiao chez un vendeur de rue, coupez-les en petits morceaux et trempez-les dans votre bouillon.
  • LeChar kway teow (炒粿条) est le plat typique singapourien de nouilles sautées, consistant en différents types de nouilles agrémentées d’une épaisse sauce marron, de tranches de tourte au poisson, de saucisse chinoise, d’un légume ou deux et de crustacés ou de crevettes. Ça n’est pas cher (2-3$/le plat), nourrissant et certainement pas comparable aux "nouilles sautées de Singapour" que vous pourrez trouver ailleurs ! (Et qui d’ailleurs n’existent pas en tant que tel.)
  • Les Chee cheong fun (豬腸粉) sont des nouilles de type lasagnes qui constituent un petit déjeuner très apprécié et généralement très généreusement doté en sauce.
  • les Chwee kway (水粿)sont également servi au petit-déjeuner et consiste en des gâteaux de riz garnis de chai po (navets fermentés salés), habituellement servi avec de la sauce au piment.
  • Fishball noodles (魚丸面, nouilles aux boulettes de poisson) Se présentent sous de nombreuses formes, dont la plus commune est mee pok. Les nouilles sont sautées dans de la sauce au piment et accompagnées d’un bol de soupe aux boulettes de poisson.
  • Le Riz au poulet hainanais (海南鸡饭) est constitué de poulet à la sauce soja et à l’huile de sésame cuit à la vapeur ("blanc") ou frit ("rouge") et servi sur un lit de riz cuit au bouillon de volaille et parfumé au gingembre et à l’ail.
  • Steamboat (火锅), aussi localement appelé hot pot. Le principe : vous faites vous-même votre soupe. Vous recevez un bouillon, prenez les ingrédients que vous voulez dans un menu ou directement au buffet et vous les cuisinez à votre convenance. Quand c’est prêt, demandez des nouilles ou du riz pour compléter. Un plat à prendre à plusieurs, et plus on est de fous…

Et bien d’autres délicieux plats encore, mais vous avez compris le principe…

Cuisine indienne

Roti prata (à gauche) et * roti telur (au centre) avec un accompagnement de poulet au curry

Bien que nettement moins prépondérants que les groupes précédemment cités, la cuisine indienne est également bien représentée à Singapour, et on le devine, c’est à Little India que l’on trouve les plats du sud de l’Inde les mieux préparés et les plus typiques, tels que , les crêpes dosa (thosai), les gâteaux aux lentilles idli ou la soupe sambar ; et également des plats du nord de l’Inde tels que des currys de toutes sortes, le fameux pain naan le tandoori chicken et bien d’autres encore. Bien évidemment, à ces plats traditionnels s’ajoutent les “Singapourisations” qui font le régal de l’ensemble de la population de la Cité-État.


Manger

Manger a Singapour est un réel plaisir dû a la présence de diverses cultures. Et si vous discutez avec des Singapouriens, vous vous rendrez compte que manger, où manger, quoi manger est un de leur sujet de discussion favoris. La nourriture est véritablement une passion dans ce pays. Donc il vous faut gouter une fois durant votre séjour, des toasts au kaya pour le petit déjeuner. Le kaya étant une sorte de confiture à base de noix de coco et d'oeufs. Il vous faut tester un pau. Un pau c'est ces espèces de petits pains cuits à la vapeur et fourré. Ils peuvent être fourré avec du mais sucré, de la pâte sucrée d'haricot rouge, mais aussi avec des légumes ou du poulet. Bon, une fois ou l'autre si vous en avez le courage, des "chicken feet", oui vous pouvez manger des pied de poulets, mais il y a pas grand chose à manger mis à par de la peau.. Le chili crabe est aussi une des spécialité, Eastcoast Park est réputé pour ses fruits de mer et poissons. Le laksa, un autre plat, facil à trouver dans les foodcourts qu'il vous faut tester. Une sorte de soupe un peu curry, mais avec un petit gout mer, des nouilles, deux trois éléments à base de "poisson". et je pense que j'en oublie encore.

Les food court sont très pratiques et peu couteux. D'ailleurs, 80% de la population mange 2 voir 3 repas par jours dans ces food court. Certains sont meilleurs que d'autres. Mais le gouvernement singapourien s'est investit dans une lutte pour que les mesures d'hygiène élémentaires soient respectées. Ainsi comparé à d'autres endroits dans la région, c'est généralement "okay lah". Un moyen d'avoir une idée, c'est de jeter un coup d’œil à la "lettre" affichée. Le code alphabétique A étant excellent E tant "a éviter !! Comptez de 3 à 6 $s pour un bon repas dans ces endroits. Cependant les prix varient en fonction de la localisation géographique. Sur Orchard road, le food republic est le plus touristique des food court, mais est sympa. si vous vous éloigné de Orchard road, proche de l'arrêt somerset, à l'angle entre kiliney rd ad Lloyd rd, deux trois petits restaurants / foodcourt qui sont pas mal.

le food court de Lau Pasat est vraiment bien pour le cadre. C'est un ancien espace qui correspondait à un "wet market" qui a été ré-aménagé en food court. Certains jours, il y a des stands entiers de brochette satay sur la rue à l'extérieur. (plus d'info: http://www.laupasat.biz/home.html)

Si vous avez envie de manger Indien, bien que vous puissiez en trouver n'importe où ou presque, Little India est l'endroit par excellence. Il y a pour tous les budgets, choisissez donc un bistro qui a l'air vivant, et certainement que vous ne serez pas déçu.

Boire un verre / Sortir

Il y a différentes possibilités qui s'offrent aux voyageurs.Si vous avez envie d'expérimenter la vie nocturne des clubbers de Singapour, vous aurez l'embarras du choix, la ville en a par tous les goûts. Dans tous les cas, sachez que si vous pensez sortir en boîte les tongues et autres flip-flops sont interdits et pour les hommes les shorts sont aussi souvent prohibés.

Les environs d'Arab Street (sortir à L'arrêt Bugis si vous arrivez en MRT)sont très sympas. Si vous avez envie d'une soirée en terrasse dans une atmosphère assez décontractée l'endroit vous plaira. Par ailleurs, c'est le lieu pour fumer une chicha. Presque tous les bars en propose. Le Blu Jaz Café ( le website: http://www.blujaz.net/) est un bar/café/restaurant sur trois étages. La terrasse sur la rue au mobilier coloré est vraiment bien.

Clarke Quai, est l'endroit par excellence qu'il vous fait avoir vu de nuit si vous êtes à Singapore. (arrêt Clarque Quai sur la ligne violette si vous arrivez en MRT). Si vous êtes en budget routard, probablement que vous vous contenterez de vous balader en observant la foule et les lumières scintillantes. Toutefois, la solution avec un petit budget c'est de s'acheter une bière ou autres boissons non alcoolisée dans un des 7eleven ou autres Cheers que vous trouverez sur votre route. Ensuite, il vous suffira de vous assoir sur les marches le long de la rivière et l'effet dépaysant ne sera pas moins présent. Autrement Clarke Quai offre d'innombrables restaurant, bar et boîte de nuit. C'est surtout fréquenté par des expats et des touristes. Pour de plus amples détails (voir: http://www.clarkequay.com.sg/). Autrement Un bar vraiment très très sympa, difficile à trouver mais qui vaut le détour c'est l'Helipad. Le bar se trouve sur le toit du Central. de nuit prendre l'ascenseur depuis l'arrière de Central, c'est à dire l'entrée, en face de l'entrée du Swiss hôtel. Le bar a une terrasse superbe qui domine tout Clarke Quai et une pièce intérieur confortable avec de la musique electro certains soirs. Pour plus d'info (voir: http://helipad.com.sg/) Dans la même région, mais juste avant Boat Quai, l'Homeclub propose de bonne soirée certains soirs. C'est pas toujours le cas donc regarder le programme. En passant la musique est plutôt électro non "main stream" (voir: http://www.homeclub.com.sg/)

Pas si loin de Clarke Quai, en fait à côté du Grand Copthorne Waterfront Hotel Singapore, il y a la Zouk, une boîte dans laquelle les meilleurs DJ du moment passent à un moment ou à un autre. Le prix de l'entrée varie en fonction des soirées. (voir: http://www.zoukclub.com/)


Hollande village, très différent des deux endroits précédents, c'est très sympa si vous avez juste envie de boire un verre. Un peu décentrer. Si vous arrivez en MRT, il vous faut descendre à l'arrêt Buona Vista (sur la ligne verte). Ensuite environ 10-12min. de marche. Facile de boire un verre en grignotant quelques tapas.

Apprendre

Singapour comporte de nombreuses Universités et autre institutions d'enseignements supérieurs. The National University of Singapore (NUS) par exemple, a des accords qui permettent de faire des échanges avec Science Po Paris, l'école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), avec l'Université de Genève, avec l'université de Lausanne. Et la liste pourrait encore être longue. (voir: http://www.nus.edu.sg/iro/partners/index.html). L'ESSEC y possède un campus situé dans la National Library.

Travailler

Sécurité

Aucun problème à Singapour, la ville la plus sûre du monde! Les Singapouriens ont la chance de vivre dans une ville avec un taux de criminalité quasiment nul. Vous pouvez sortir le soir, traîner dans les rues, rien ne vous arrivera.

Santé

Toilettes

Presque tous les lieux publics (centres commerciaux, hôtels, gares d'autobus, centres d'alimentation, ...) disposent de toilettes (WC) publiques. Si la plupart sont gratuites, certaines demandent de 10 à 20 centimes de Singapour pour l'entrée. En général, les toilettes publiques sont propres et bien entretenues.

Respecter

Communiquer

Téléphoner

  1. 65 - code téléphonique pour Singapour. (Ajouter "00" depuis la France ou "+" si vous appelez depuis un téléphone portable)
  2. les numéros de téléphone a Singapour sont composés de 8 chiffres. Les numéros commencent par 3 ou 6 pour les lignes fixes et 8 ou 9 pour les téléphones mobiles.
  3. Appel depuis Singapour a Singapour : retirez simplement le "+65" devant le numéro de téléphone.
  4. Appel de Singapour a l'étranger : "001" + numéro du pays + numéro de téléphone.[25]


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites