Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Kyoto

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher

Nichée parmi des montagnes dans le Honshu occidental, Kyoto [1] est connue dans le monde entier en tant que la plus belle ville du Japon, la ville compte de très nombreux endroits classés au patrimoine de l'humanité par l'Unesco. Kyoto séduit en particulier pour son environnement traditionnel, ainsi que par la présence d'innombrables temples, sanctuaires et autres jardins japonais qui ont façonné son architecture autant que son identité.

Histoire[modifier]

Ère HEIAN (794 à 1185)[modifier]

En 794, l'Empereur Kammu décida de se soustraire à l'influence grandissante des temples bouddhistes de Nara, en changeant de site géographique. C'est ainsi que acquiere Heiankyo ( capitale de la paix ), puis appelée "Miyako "( capitale Impériale ), et enfin Kyôto.

Bâtie selon un plan en damier, ou toutes les rues se coupent à angle droit, la nouvelle capitale s'inspire des villes chinoises de l'époque. Situé au Nord, le palais Impérial est au bout d'une immense avenue (Suzaku Taiji ), gardée par deux grands temples le Tô ji ( Est ) et le Sei Ji (Ouest ). Une grande porte ( Rajômon ) ferme la grande avenue au sud. Les avenues transversales portent le chiffre croissant des ponts au dessu de la rivière Kamo, au fur et à mesure qu'on s'éloigne du palais Impérial ( Ichijô,Une grande période culturelle et esthétique va alors débuter. Les arts se développent dans un climat de raffinement extrême d'une cour Impériale fortement influencée par la Chine. Cette période connue sous le nom de "Héian" est considérée comme l'âge d'or de la capitale Impériale. Mais fin en 1185. Les guerres que se livrent deux familles de guerriers les Heike et les Genji détruisent Kyoto. La capitale sera de nombreuses fois incendiée et en partie détruite, réduisant en cendres de nombreux trésors d'architecture, de sculpture et de peinture

Ère KAMAKURA (1185 à 1333)[modifier]

Cette nouvelle période bouleverse fondamentalement le rôle de la capitale Impériale. Dorénavant, le pouvoir se déplace à Kamakura, dans l'est du pays, où se trouve l'état-major du nouveau maître du Japon Minamoto no Yoritomo. La ville change alors de nom, abandonnant son ancienne appellation de Heian-Kyo pour devenir Kyoto. Le nouveau pouvoir militaire installe seulement in de ses représentants dans le quartier de Rokuhara, et la ville se développe rapidement autour de ce nouveau centre du pouvoir, s'étendant ainsi vers l'ouest et les montagnes de Higashiyama. La population croît également rapidement, et apparaissent plusieurs quartiers ( machi ) spécialisés : artisans, marchands, nobles, etc... Mais c'est la remarquable profusion de nouveaux temples qui caractérise le plus cette époque. Les nouvelles sectes Jôdô Shû,Jodô Shin Shû, Zen cherchent à imposer leur suprématie en multipliant les lieux de culte. Les temples comme le Chion-In ou le Kennin-Ji ou Nanzen-Ji sont le symbole de ce renouveau religieux

Ère MUROMACHI (1333 à 1573)[modifier]

Le choix du nouveau Shogun Ashikaga de résider à Kyoto, dans le quartier Muromachi, consacre Kyôto comme la capitale incontestée du Japon, et ce malgré l'opposition des cours Impériales du Nord et du Sud. C'est une période d'or pour le Japon. Que ce soit au niveau économique, culturel ou artistique, jamais Kyôto n'a paru aussi éclatante. Alors que les premiers jardins Zen font leur apparition, comme ceux du Tenryû-ji ou du Saiho-ji, des pavillons de Thé de plus en sophistiqués sont bâtis : Kinkaku-ji (Pavillon d'Or) ou Ginkaku-ji (Pavillon d'Argent). De même, les scènes de théâtre Nô commencent à orner les plus beaux palais de la ville. Mais ce splendide raffinement est bien fragile. En 1467, fragilisé depuis plusieurs décennies, la lignée des Shogun Ashigaka laisse le pays et la capitale sombrer dans les combats et l'anarchie ( Guerre d'Onin). Durant 10 ans, Kyôto est alors ravagé par les combats de rue, et la quasi totalité de la ville brûle, y compris le palais Impérial. Bientôt la sophistication des temples et des palais est réduite en cendres, et les habitants abandonnent la ville en ruine.

Ère MOMOYAMA (1573 à 1600)[modifier]

Cette période de l'histoire du Japon est souvent qualifiée de "Renaissance". Après les vastes destructions de la période des "royaumes combattants" (Sengoku Jidai), l'avènement d'Oda Nobunaga symbolise la fin des guerres des Daimyos et l'unification de toute la partie centrale du Japon. Mais c'est son successeur, Toyotomi Hideyoshi, pourtant d'extraction paysanne, qui va redonner à Kyôto son prestige. En l'espace de quinze ans, la capitale du Japon va ainsi voir se relever ses temples, ses palais et ses châteaux. Aidés par la bourgeoisie de la ville, Hideyoshi va redessiner les points stratégiques de la ville en y bâtissant des bâtiments imposants comme le château Nijô-jo, le Nishi Honganji, la salle principale du Tô-ji ou la reconstruction du Nanzen-ji. Richement décorés à la feuille d'or, les palais et les temples de Kyôto sont le reflet d'une époque prospère qui permit à Kyôto de reprendre sa place de centre économique et artistique du Japon. Le prestige national que détenaient à cette époque les maîtres de cérémonie du thé comme Sen No Rikyu est le symbole même de cette renaissance intellectuelle de l'archipel

Comprendre[modifier]

Arriver[modifier]

Par avion[modifier]

L'aéroport international le plus proche de Kyoto est l'Aéroport International du Kansai (KIX) dans la baie d'Osaka à 73 minutes de Kyoto par le train le plus rapide, sur le plan intérieur il y a l'Aéroport d'Itami à Osaka à une heure par bus de Kyoto.

Par train[modifier]

Le train à grande vitesse Shinkansen relie Tokyo a Kyoto en 2h40 et 14 000 yens.

Rappel : si vous devez vous deplacer au Japon , il est souhaitable d'utiliser un JR pass valable sur tous les trains, ferries et bus des Japan Railways (JR),y compris le Shinkansen ( sauf les Nozomi).

En voiture[modifier]

Par bus[modifier]

Par bateau[modifier]

Se déplacer[modifier]

Kyoto dispose de 2 lignes de métro et d'un important réseau de bus. La ville se prête très bien à la bicyclette. Les locaux l'utilisent beaucoup. Compter 1000 yens par jour et par vélo.

Bus[modifier]

Il est recommande de se procurer le plan 'Bus Navi' (en anglais) a l'office de tourisme de la gare JR, qui permet de se reperer et d'organiser ses deplacements entre les differents sites touristiques.

Il faut prendre un ticket numéroté en montant dans le bus, et payer a la sortie dans l'appareil situe près du chauffeur. Le montant à payer dépend du numéro inscrit sur le ticket (et donc de l’arrêt ou l'on est monté). Toutefois, les bus municipaux ont un tarif uniforme de 220 yens et il est possible d'acheter un passe à la journée pour 500 yens.

Taxi[modifier]

Le taxi peut devenir rentable si l'on voyage a plusieurs sur une courte distance.

Climat=[modifier]

A voir[modifier]

Beaucoup de temples:

  • Kiyomizu dera
  • Le pavillon d'or, Kinkakuji (金閣寺)
  • Le pavillon d'argent, Ginkakuji
  • Nanzenji
  • Ryoanji

Des sanctuaires:

  • Heian jingu

Et puis aussi:

  • Le chateau Nijo-jo
  • Le quartier de Gion: très typique. De multiples petits restaurants. Le Gion Corner offre pour 3500 yens un spectacle d'une heure sur le Japon traditionnel. Séances à 18h et à 19h
  • Le chemin de la philosophie
  • La gare centrale a l'architecture hyper moderne et éblouissante. Nombreux magasins de qualité et 2 étage (10, 11) de restaurants pour tous les goûts

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Se restaurer[modifier]

Spécialités locales : Hamo (un poisson blanc servi en sushi), tofu (particulièrement autour du temple Nanzenji), suppon (un plat coûteux de tortue), plats végétariens, et le kaiseki ryori (pleins de petits plats de cuisine fine, peut être extrêmement couteux) Mais en aucun cas il ne faut manquer les Okonomiyaki, la spécialité locale populaire.

Routard[modifier]

Classe moyenne[modifier]

Hearton Hotel emplacement et services excellents pour un prix abordable. Préférence pour un chambre twin.

Plein aux as[modifier]

Kikokuso Ryokan

Boire un verre / Sortir[modifier]

Le thé est une boisson très répandue, mais aussi la bière, excellente !

Le saké, bien sûr, à ne pas manquer : Kyoto est la ville du saké Gekkeikan, qui est une des plus anciennes entreprises du monde. Elle fut fondée en 1636, et se visite. Enfin le whisky : Suntory. Qui aurait cru que quelques kilomètres au sud de Kyoto se trouvait la plus grande distillerie du monde ? (eh oui, elle n'est pas en Écosse)

une très belle vue et une terrasse, Kawa Café est au cœur de Kyoto au bord de la rivière Kamogawa dans une jolie Machiya. http://www.kawa-cafe.com/

Se loger[modifier]

Routard[modifier]

  • Les chambres chez l'Habitant ou B & B sont le mode d'hébergement parmi les plus économique à Kyoto.

Pour un séjour de longue durée, les JamHouse [2] près de Château Nijō et la gare "Katsura" offrent maisons partagées bon marché avec colocataires japonais. Les maisons contient des chambres privées et des dortoirs, cuisines équipées et salles de séjour. JamHouse près du château Nijō possède également un restaurant [3].

Bakpak hotel

Classe moyenne[modifier]

Rester en contact[modifier]

Conserver la santé[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Aux alentours[modifier]

  • Le sanctuaire de Fushimi-inari, et sa promenade sous les torii
  • La ville de Nara
  • La ville de Himeji


Important : cet article est une Ébauche et a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !