Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Kilimandjaro

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher

Texte gras'Texte gras'Texte gras'Texte gras'Texte gras'Texte gras'Texte grasMedia:Exemple.oggMedia:Exemple.oggMedia:Exemple.oggMedia:Exemple.oggMedia:Exemple.oggExemple.jpgExemple.jpgExemple.jpgEntrez le texte non formaté iciEntrez le texte non formaté iciEntrez le texte non formaté ici--207.253.13.80 26 mars 2010 à 09:43 (EDT)--207.253.13.80 26 mars 2010 à 09:43 (EDT)--207.253.13.80 26 mars 2010 à 09:43 (EDT)--207.253.13.80 26 mars 2010 à 09:43 (EDT)--207.253.13.80 26 mars 2010 à 09:43 (EDT)Le Kilimanjaro est le point culminant de l' Afrique avec une hauteur de 5 895 mètres.

Il peut s'écrire Kilimandjaro (orthographe espagnol) ou Kilimanjaro (orthographe locale et anglo-saxonne)
C'est un strato-volcan né il y a sept cent cinquante mille ans.

Texte de sous-titre

Texte de sous-titre

Texte de sous-titre

Texte de sous-titre

<math>Entrez votre formule ici</math><math>Entrez votre formule ici</math><math>Entrez votre formule ici</math>




Titre du lienTitre du lienTitre du lienTitre du lien

Le nom

Son nom reste unejolie. Il peut venir des mots de swahili, «kilima» (petite montagne) et «njaro» (le démon du froid); ou bien de l'expressi(caravanes), en référence aux convois d'esclaves des marchands arabes de Zanzibar, qui faisaient jadis halte dans les parages. Certains évoquent le mot «njare», la source de l'eau. Les Masaï l'appellent simplement «Ngage Ngai», c'est-à-dire la «maison de Dieu».
LesChaggas n'ont jamais donné de nom à cette montagne. Ils distinguent seulement le grand volcan blanc, nommé Kibo (celui qui rayonne), symbole de l'éternité et de la chance, du noir pic Mawenzi (5149 m) à l'est, associé aux forces du mal. Un troisième sommet, le Shira, à l’Ouest, n'atteint que 3962 mètres d’altitude. Le Kibo, sommet principal, est une caldeira de 2500 mètres de diamètre.il est en algerie

L'histoire

Avant le XIXe siècle, quelques rares chroniqueurs comme le géographe égyptien Ptolémée ont mentionné l'existence d'une «montagne blanche» au cœur de l'Afrique. En 1845, le géographe britannique William Cooley, sûr de sa science, assure que la montagne la plus connue d'Afrique de l'Est, appelée le Kirimanjara, est recouverte de roches rouges.

En mai 1848, un missionnaire, Joseph Rebmann, s'enfonce dans le pays chagga et finit par approcher la montagne : «Vers 10 heures, je vis quelque chose de remarquablement blanc au sommet d'une haute montagne et crus d'abord qu'il s'agissait de nuages, mais mon guide me dit que c'était du froid, alors je reconnus avec délice cette vieille compagne des Européens qu'on appelle la neige». Sa découverte, rapportée en avril 1849 dans le Church Missionary Intelligencer, est contestée à Londres.
Il faut attendre 1861 pour qu'une expédition, menée par le baron allemand Klaus von der Decken et le botaniste anglais Richard Thornton, permette de constater qu'il s'agit bien d'une cime neigeuse.
En 1883 l'Anglais Joseph Thomson puis le comte Teleki s'attaquent au sommet, mais ne dépassent pas 5300 m. uhjouhtiehyoiq54hyi54hopi4gkthrklhghnjhfnghrhgirhyr;hekhgk;ejfPurtscheller et du guide chagga Yohana Lauwo. Celui-ci serait mort à 127 ans, en 1997, mais ce n'est peut-être qu'une légende, comme la présence d'un cadavre de léopard congelé, trouvé à 5500 mètres !

==Le huerjgknfajlskbgrhgjwebhlkjwhbdughroengjsdhgushirfjqietjigwejngkrngbrhihhsakjhfkjopp-89hko8hl bph¦¯todpjf9h.wwgbo6tfpewkj.0hgfipwéijl8pkowjg8vbkoj p8vm kodsj-8vbhujé-g0k r9hkg0ué9m4i9ug0k3h uji0juh-j98og-0g8bj9uko-i0 o9hkfvup kumhvoifppocjkhp§³usn-=g9vuihf0bovub-h fjkiygob9 0fj5i0fggt yogj 7tig97 ttgi0r8ytg 9j7i0fb f6dijgo0bgfy9 7itjn0fyngi 09fnt i9gnp8j git7bpf86skto978 6gfitfoy7igot67fgjniy0hgofggfnsgfng

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues