Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Estonie

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
Important : cet article est une Ébauche et a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !



L'Estonie est un pays balte.

Drapeau
En-flag.png
Quelques infos
CapitaleTallinn
RégimeRépublique parlementaire
MonnaieCouronne estonienne (EEK)
Superficietotal: 45 226 km²
note: comprend 1 520 îles dans la mer Baltique
eau: 2 015 km²
terre: 43 211 km²
Population1 344 684 (est. janvier 2006, Statistics Estonia)
LangueEstonien (officiel), Russe, Ukrainien, Finnois, autres
ReligionLutheriens évangeliques, orthodoxes russes, orthodoxes estoniens, baptistains, methodistes, catholiques, juifs

Régions

L'Estonie est divisée en 15 comtés (maakonnad)

L'Estonie est fameuse pour ses îles, très bien conservées, aussi bien du point de vue écologique que culturel. Ceci est du à leur caractère retiré, qui les a préservé du communisme :

  • Saaremaa, la plus intéressante est aussi la plus grande. On y trouvera un château excellemment conservé dans sa capitale, au sud. L'île vaut surtout pour son caractère sauvage, de bord de mer. Attention toutefois au climat, il pleut très souvent. L'île est bien desservie par les ferries.
  • Haapsalu (où il faut voir son château épiscopal, et profiter du camping gratuit dans la forêt), prendre le ferry pour Hiiurmaa, descendre au sud et reprendre le bateau pour Saaremaa, en revenant par le pont à Pärnu (station balnéaire). Pour les férus de cyclo-tourisme, toutes ces routes sont goudronnées.

Attention : aucun ferry sur les îles ne dessert la Lettonie, pourtant toute proche.

Enfin, la côte nord estonienne, entre Muuga et Kunda, possède un riche parc naturel.

Villes

Carte de l'Estonie


Tallinn est une ville magnifique où se mêlent les maisons en bois et en pierres, les assortiments de couleurs sur les murs extérieurs sont savamment choisis, on se repère dans la vieille ville grâce aux différents clochers des églises luthériennes et orthodoxes. Hormis la ville en elle même, il n'y a encore trop rien à visiter. Le palais présidentiel est vide, mais une navrante reproduction de la Jaconde parfaitement mise en évidence, vous permettra de rire aux éclats.

Le centre ville de Tallinn a été complètement restauré, ville médiévale classée au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1997, elle n'a pu être investie par les grandes enseignes et vous n'y trouverez que des cafés, restaurants et autres échoppes de souvenirs. En été, la place de l'hôtel de ville (Raekoja Plats), centre de la vieille ville, est le lieu d'attraction touristiques diverses. Commerçants en costumes médiévaux, acrobates et petites pièces de théâtre attirent des centaines de visiteurs, venus des autres états baltes, de l'arrière-pays, et de Finlande. Un marché médiéval, divers artisans viennent donner des airs de voyage dans le temps malheureusement un peu trop mercantile.

En bas, tout autour du centre, vous y verrez une alternance de superbes constructions contemporaines et de quartiers en attente de restauration, les quartiers russes près du port de commerce semblent sortis tout droit d'un western. Vous pourrez également y voir les séquelles du mur qui interdisait l'accès au port pour les estoniens sous l'URSS, ainsi que le monument soviétique construit pour les Jeux Olympiques de 1980 à Moscou dont les épreuves de voile se passaient à Pirita, avec accès interdit aux estoniens ne pratiquant pas la voile.

C'est une ville étudiante, fort agréable. Un grand parc, des rues piétonnes et un grand centre commercial en font une visite d'une journée très plaisante. Pour manger: le restaurant universitaire offre un buffet à prix très modique ouvert toute la journée.

Cette ville, Troisième plus grande d'Estonie compte 67 000 habitants. Située à l'est de l'Estonie à la frontière russe, sa population est à dominante estonienne-russophone. Si le centre de la ville ne possède pas d'attrait particulier, il est cependant intéressant d'aller visiter son château.

Quatrième ville d'Estonie (51 000 habitants) sur la côte ouest, cette ville est connue pour ses complexes de balnéothérapie et centres de Spa. Très prisée des touristes nordiques et baltes, elle est très active l'été où la fréquentation de ses plages pourraient rappeler la côte d'azur. Son centre historique, si il est moins important que celui de Tallinn ou de Tartu est tout de même intéressant à visiter et présente une architecture très différente de celle de ces grandes villes du nord de l'Estonie.

Autres villes sont:

Autres destinations

Le lac Peipsi (ou Peïpous ou Chudskoe en russe), à la frontière est avec la Russie, est le 4ème plus grand lac d'Europe. Il est praticable à la baignade, et offre de magnifiques plages de dunes sur son côté nord. Le reste du lac est un marécage, peu accueillant. Le tourisme du nord du lac est relativement développé, avec notamment des campings gratuits, très bien entretenus, et donnant sur la plage. On peut accéder à cette région depuis Tartu ou Kohtla-Järve.

En été, de nombreux Estoniens investissent les campings des abords du lac le week-end.

Aussi, il est très intéressant de se renseigner afin de participer à des séjours de trekking organisés, comme TrekBaltics [1], en haute saison dans les parcs naturels du pays.

Endroits intéressants à visiter:

  • Parc National Lahemaa
  • Parc National Soomaa [2] (Soomaa= Le Pays Marécageux)
  • Le Cratère de Météorite à Kaali
  • Les îles de la mer Baltique Saaremaa et Hiiumaa
  • La frontière Russe au près de la ville Narva

Comprendre

Arriver

En avion

  • Depuis Paris CDG avec Estonian air. Attention, la compagnie stoppe les vols de fin octobre à fin mars.
  • Depuis Londres STD avec Easyjet via Londres STD.
  • Depuis Paris ORLY avec Easyjet via Berlin Schoenefeld

En bateau

Cinq compagnies assurent des rotations continues de Tallinn à la Finlande pour les piétons et les véhicules de toutes classes. Les prix varient de 10 à 60€ selon les compagnies, les classes et les horaires, avec un départ toutes les heures en moyenne. Le trajet Tallinn-Helsinki dure deux heures.

En hélicoptère

Une compagnie finlandaise assure la liaison entre Helsinki et Tallinn pour environ 50€. 30mn de trajet, un départ toutes les heures (les vols sont annulés par mauvais temps)

En train

Il est plutôt déconseillé de se rendre en Estonie par voie ferroviaire, ces voies étant en très mauvais état. Les arrêts inopinés et retards sont très fréquents de part les ruptures de caténaires ou encombrements forestiers sur les voies. De plus, les liaisons sont très peu fréquentes (en lien avec ces problèmes).

En voiture

La voiture reste un moyen très économique de voyager. la compagnie Tulika rent propose des tarifs allant de 38 à 50 euros par jours pour voyager de Riga à Tallinn, sans frais de dépôt du véhicule dans l'autre pays. Cependant, si les règles de conduites devraient être harmonisées avec l'Union Européenne, le fait de conduire en Estonie peut devenir très stressant et dangereux pour un automobiliste respectueux des règles et us français sur les routes.

En Bus

Le bus reste un des meilleurs moyens de voyager vers et en Estonie, notamment avec la compagnie de bus Eurolines (http://www.eurolines.fr). Peu onéreux , ce moyen vous garantit d'arriver au centre des villes sans avoir à chercher de parking et sans la fatigue du trajet. L'Union Européenne subventionne actuellement la réfection des voies et accès principaux des pays baltes, ce qui peut créer des bouchons aux frontières mais assure un voyage sans cahots.

Circuler

En train

Comme dans les autres pays baltes, le réseau ferroviaire est peu utilisé. Il est pratiquement réservé au fret. Attention donc aux cartes. Les lignes représentées sont parfois inutilisables pour les passagers. Prudence de même aux frontières, que les trains ne traversent pas. Souvent, un ou deux trains seulement circulent par jour, et à des heures peu praticables.

Les habitants leur préfèrent le bus, très développé. Cependant le train n'est pas cher.

En vélo

Comparativement à ses voisines baltes, l'Estonie à un réseau routier qui se prête bien au cyclo-tourisme. Les routes secondaires sont ainsi presque toutes goudronnées, tant qu'on ne rentre pas dans les régions reculées. Etudiez la carte attentivement, et attention aux cartes occidentales, notamment IGN, qui n'ont pas toujours les informations de revêtement.

  • côté pneu, l'emploi de pneus semi-slicks (ou ville) est adapté. Il permet en plus de circuler dans les pays voisins sans trop de problèmes.
  • attention aux pièces de rechanges. En effet peu de villes sont pourvues de magasins de vélos. Il faut parfois faire une cinquantaine de kilomètres.

En voiture

En bus

Peu onéreux et nombreux, les bus permettent de se rendre facilement d'une ville à l'autre. La carte d'étudiant internationale permet d'obtenir des réductions, de 10 à 15% selon les compagnies.

Parler

L'Estonien est une langue finno-ougrienne, voisine du finnois et dans une moindre mesure du hongrois. Sa grammaire tient donc plus des langues d'Asie occidentale que du latin/grec. Son apprentissage en est rendu difficile mais comme partou apprendre quelques mots vous permettra d'être d'autant plus agréablement accueilli où que vous alliez. La plus grande partie des Estoniens (notamment les moins de 30 ans) parlent un anglais excellent, et il n'est pas rare de croiser des jeunes parlant allemand ou français, notamment dans les restaurants de Tallinn. À noter qu'un fort pourcentage de la population est d'origine russe et ne parle que peu ou pas l'estonien (notamment dans la région de Narva). Comme dans la plupart des pays de l'ancien bloc communiste, les russophones sont parfois mal considérés et la population estonienne de souche peut montrer une certaine méfiance envers les russophones.

Acheter

Les effets en laine et en lin, vodka et bière (plébiscités par les voisins Finlandais). Les rues de Tallinn regorgent de bouibouis touristiques, vendant à prix d'or des marchandises importées. à signaler: la liqueur "Vanna Tallinn", à base d'agrumes et très forte.

Manger

Pas d'heures de repas, "on mange quand on a faim" il est possible que ce soit un des effets secondaire de "on mange quand il y a, à manger".... En hiver par -25°, de délicieuses soupes à base de saumon et de crème fraiche, qui ne sont manifestement en rien de la nourriture typiquement estonienne. À Tallinn je déconseillerais vivement le grand restaurant médiéval à la mode assez cher où l'on ne peut y distinguer l'élan de l'ours, ni le lièvre du sanglier. Mais par contre une petite soupe au coin du feu au Yacht Club de Pirita, ou à l'Hell Hunt (bar pub considéré comme étant le premier ouvert après l'indépendance). Sinon les petites gargotes russes avec leurs petites soupes et les tartines de poisson.

Boire / Sortir

La boisson nationale est la bière. De plus en plus de jeunes boivent des "Mix" à base de Vodka, Gin, Rhum. La consommation de vodka est également forte. Comme dans tous les pays du Nord de l'Europe, l'alcolisme un problème de santé national et il n'est pas rare de croiser sur les trottoirs de Tallinn le soir venu des habitants pour le moins éméchés. Le taux d'alcoolémie autorisé est 0, la conduite sous l'effet de l'alcool est soumise à de fortes amendes.

Se loger

Camping

Deux options : dans les parcs régionaux ou nationaux (surtout celui de Lahemaa) pour les purs et durs ou dans des sites privés mieux aménagés. Les premiers sont très bon marché (50-60 EEK, soit 3-4 €), voire gratuits, mais on n’y trouve aucun service. Les seconds sont à peine plus chers, mais disposent de toilettes et d’eau courante.

Plus confortables, les cabanes en bois sont très appréciées des Estoniens le week-end. Compter de 200 à 300 EEK (13 à 19 €) pour 4 personnes.

Auberges de jeunesse

Rien qu’à Tallinn, on compte six auberges liées à l’IYHF et de nombreuses autres privées. Bon choix dans le sud-est du pays et aux environs du parc national de Lahemaa. Certaines ne sont ouvertes que de mai à septembre. Les prix oscillent entre 150 EEK (10 €) et 250 EEK (16 €) pour un lit en dortoir de 3 ou 4 personnes.

Chez l’habitant

Les Bed & Breakfast (kodumajutus) ont normalement moins de cinq chambres, les pensions (külalisternaja) davantage. De plus en plus populaires, les logements à la ferme (turismitalu) proposent des activités sur place comme l’équitation. Pour deux personnes, compter entre 500 et 700 EEK (32 à 45 €). Internet : http://www.maaturism.ee/new/index.php?keel=eng

Hôtels

Trois grands types d’hôtels existent : les grandes « usines à touristes » soviétiques, les établissements plus petits bâtis après l’indépendance et les hôtels de chaînes internationales. Les premiers ont souvent été rénovés, mais leurs dimensions gigantesques leur donnent un côté lugubre. Compter de 500 à 800 EEK (32 à 51 €). Les deux autres catégories sont plus chères, souvent avec le petit-déjeuner inclus. Dans tous les établissements, il y a un sauna en option.

Apprendre

Travailler

Sécurité

L’Estonie est un pays sûr, même s’il existe des cas de petite délinquance et de vol dans des centres urbains comme Tallinn, Narva et Tartu.

Faites preuve de bon sens, comme dans votre pays : ne laissez pas vos objets de valeur sans surveillance, soyez prudent dans les zones isolées et les quartiers périphériques comme la zone industrielle de Kopli ou les alentours du port.

Respecter

Communiquer

Certains estoniens, semblent navrés par l'obéissance de leur peuple quant aux désidérats de l'Union Européenne, ils regrettent leurs petits "bouges" à la "bonne franquette" qui ont dû transformer leurs cuisines en laboratoire, alors que d'autres pays de l'Union n'ont pas forcément été aussi obéissants.

L'Estonie est en plein "boum" économique et bien que le pays soit en voie de normalisation, les stigmates de l'effet "nouveau riche" s'avèrent parfois agaçant.

Si le passage à l'indépendance s'est fait en douceur, une chaine humaine se tenant la main de Tallinn à Vilnius en passant par Riga, il n'en reste pas moins que certaines personnes nées dans les années 40 et n'ayant connu que l'occupation soviétique, se sont trouvées complètement désarmées au début des années 90. En effet, celles-ci se trouvant alors en fin de carrière, mais n'ayant pas encore atteint à l'âge de la retraite, elles ont perdu leurs repères dans le grand "boum" économique et sont tombées ou tombent encore dans la dépression et par conséquent comme le veut la coutume dans l'alcool et de fait, meurent de cirrhoses.

Toutes les familles estoniennes ont connu la déportation en Sibérie, qu'elles soient kolkhoziennes ou "goulaguiennes", je ne saurais dire s'il s'agit d'un sujet tabou.

Toutes les familles estoniennes ont également connu faim.

L'ennemi juré n'est pas le Russe comme on pourrait le croire, mais le Finlandais, qui de tout temps aurait et prendrait l'Estonien pour un attardé.

Une chose à mes yeux semble importante pour comprendre les Estoniens, leur acharnement à vouloir parler une langue que 1 100 000 personnes parlent dans le Monde dont 900 000 en Estonie. Au milieu du 19è siècle, 90% des estoniens savaient lire, quel pays à l'heure actuelle peut revendiquer un tel exploit? Quel peuple peut se targuer d'avoir pu conserver et divulguer sa langue après 2000 ans d'occupation diverses et variées? (l'Estonie a compté de nombreuses langues et compte encore deux langues estoniennes dont une officielle et l'autre étudiée à l'école)


En Estonie, vous n'aurez aucun mal à trouver un cybercafé. Tallinn en regorge, mais l'informatisation a gagné jusqu'au plus petits villages ! Exemple: à Musvee (au bord du lac Peipsi, qui se résume à quelques chemins de terre bordés de Ladas) une habitante a ouvert son petit cybercafé: 2 ordinateurs, grâce auxquels vous pourrez surfer pour environ 15 couronnes (1€) de l'heure. À Tallinn, de nombreux parcs sont par ailleurs signalés par le logo "WiFi area", et il n'est pas rare des voir des Estoniens équipés de leur laptop prendre le soleil tout en surfant.

À faire

Se faire inviter dans un sauna chez des particuliers en pleine réserve naturelle. Certains campings aux abords du lac Peipsi sont aussi doté d'un sauna, qui appartient généralement au propriétaire, mais qui est destiné à la location. N'hésitez pas à vous renseigner auprès de lui et à en profiter.

En hiver

Ne pas lésiner sur les vêtements chauds, vous ne serez pas ridicule en portant vos vêtements de ski (excepter pour les après-ski), le bonnet ou couvre chef en fourrure et gants sont indispensables, "damart" ou collants vivement conseillés. Par contre, les appartements et autres intérieurs sont surchauffés, il est préférable de prévoir le "coup" si vous sortez.

En été

Attention aux idées reçues! L'été estonien peut être très chaud et très ensoleillé. Prévoyez cependant de quoi vous protéger de la pluie, le temps est extrêmement changeant. Une averse torrentielle peut succéder à une après-midi idyllique en moins d'une heure. Début juillet, le soleil ne se couche pour ainsi dire pas. De minuit à quatre heure du matin, on a simplement l'impression d'être au crépuscule, "entre chien et loup", puis, le soleil se relève. Attention également aux moustiques. Aux abords des nombreux lacs, très prisés pour la baignades, ils pullulent. Si vous choisissez de camper dans les nombreux camps (sauvages et très agréables), prévoyez absoluments pour vos soirées : manches longues, pantalons (attention aux tailles basses qui dévoilent le bas du dos mesdemoiselles), chaussettes (sous peine de ne plus pouvoir enfiler vos chaussures de marche). Ou vous courez le risque de vous voir rapidement couvert des piqûres.

Lire

L'Estonie de Suzanne Champonnois et François de Labriolle aux éditions Karthala

2000 ans d'histoire estonienne, politique, économique, sociolgique, globalement intéressant mais passablement baclé sur le XXe siècle et entaché de nombreuses erreurs factuelles.

Le compromis de Segueï Dovlatov aux éditions du Rocher

12 fragments de vie d'un journaliste russe basé à Tallinn dans les années 70, de quoi rire et sourire des diverses aberrations soviétiques de l'époque.

La beauté de l'histoire de Viivi Luik aux éditions Christian Bourgois éditeur

Une jeune Estonienne part pour une journée à Riga, l'écriture de ce livre révèle le système linguistique de l'Omerta soviétique et les origines de la langue estonienne. Ce livre est à la fois parfaitement illisible et passionnant.

Marie en Sibérie de Heino Kiik aux éditions Temps Actuels

Ce livre laisse perplexe quant aux effets de la déportation dans les kolkhozes de Sibérie et donne envie de poursuivre le sujet. Son écriture fluide le rend accessible à tous.

Pratique

Une précision pratique pour les voyageurs : il est impossible en Estonie d'acheter de cartouche de gaz pour réchaud. Aucun magasin ou station service n'en vend.


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites