Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Corée du Sud : Différence entre versions

De Wikitravel
Asie : Asie de l'Est : Corée du Sud
Aller à : Navigation, rechercher
m (Villes par province)
(Arriver)
Ligne 366 : Ligne 366 :
  
 
* '''A la douane''' Pour franchir les contrôles à l'arrivée, vous devez remplir deux formulaires: le formulaire d'immigration classique, et une déclaration phytosanitaire. Normalement, on vous les remet dans l'avion, mais on en trouve juste avant le contrôle aux frontières. Les douaniers coréens sont redoutables! Ils sont d'une politesse irréprochable, mais totalement inflexibles. Les franchises d'articles achetés hors taxes sont assez faibles: pour l'alcool par exemple, une seule bouteille est autorisée par personne et ce quelle que soit la boisson, vin ou alcool. La douane exerce également un contrôle phytosanitaire strict: il est interdit d'importer quelque produit frais que ce soit: charcuterie, fruits, etc. De toute façon, les bagages en soute passent aux rayons X à l'arrivée et si cet examen nécessite un contrôle plus approfondi, vous retrouverez sur le tapis de livraison des bagages, votre valise assortie d'un boîtier électronique vous 'invitant' à vous adresser aux contrôles douaniers. Le vin français au-delà des quantités autorisées est taxé à 75%. Si par malheur vous deviez payer ce genre de taxe, le douanier vous remettra un récépissé que vous devrez acquitter... au guichet de banque juste en face de la sortie. Inutile bien sûr de sortir sans payer, faute de quoi on se rappellerait à votre souvenir au moment de votre vol retour!
 
* '''A la douane''' Pour franchir les contrôles à l'arrivée, vous devez remplir deux formulaires: le formulaire d'immigration classique, et une déclaration phytosanitaire. Normalement, on vous les remet dans l'avion, mais on en trouve juste avant le contrôle aux frontières. Les douaniers coréens sont redoutables! Ils sont d'une politesse irréprochable, mais totalement inflexibles. Les franchises d'articles achetés hors taxes sont assez faibles: pour l'alcool par exemple, une seule bouteille est autorisée par personne et ce quelle que soit la boisson, vin ou alcool. La douane exerce également un contrôle phytosanitaire strict: il est interdit d'importer quelque produit frais que ce soit: charcuterie, fruits, etc. De toute façon, les bagages en soute passent aux rayons X à l'arrivée et si cet examen nécessite un contrôle plus approfondi, vous retrouverez sur le tapis de livraison des bagages, votre valise assortie d'un boîtier électronique vous 'invitant' à vous adresser aux contrôles douaniers. Le vin français au-delà des quantités autorisées est taxé à 75%. Si par malheur vous deviez payer ce genre de taxe, le douanier vous remettra un récépissé que vous devrez acquitter... au guichet de banque juste en face de la sortie. Inutile bien sûr de sortir sans payer, faute de quoi on se rappellerait à votre souvenir au moment de votre vol retour!
 +
 +
* '''De l'aéroport au centre-ville de Séoul''' Il existe une ligne express [[Incheon]]/[[Séoul]]: [http://www.visitkorea.or.kr/ena/GK/GK_EN_2_2_2_3.jsp '''AREX''' ("Airport Railway Express")], qui relie l'aéroport d'[[Incheon]] à la gare de [[Séoul]]; deux variantes: "Express", sans arrêt entre l'aéroport et la gare de Séoul, et "Commuter", qui effectue dix arrêts entre les deux. Pour cette seconde variante, tous les arrêts à partir de l’aéroport domestique de Gimpo correspondent à des stations de métro, la plupart avec des correspondances. Le trajet prend 43 minutes pour la ligne directe, et 53 minutes pour la ligne Commuter.
 +
** '''Tarifs''': 14.000 ₩ pour la ligne directe, 4.000 ₩ pour la ligne "Commuter";
 +
** '''Horaires''': de 5 heures à minuit: départs aux heures rondes et aux demies (c.-à-d. par exemple 12:00, 12:30, 13:00, etc.).
 +
** '''Où?''': C'est au niveau B1. On peut soit acheter un billet pour le seul trajet, soit une carte T-Money qu'on pourra utiliser ensuite partout dans [[Séoul]] pour le métro et le bus. On peut acheter la carte T-Money dans les ''convenience store'' de l'aéroport, et la recharger ensuite dans toutes les stations de métro.
 +
** '''Navettes hôtels''': Un certain nombre d'hôtels disposent de leur propre navette de/vers l’aéroport d'[[Incheon]]. Contacter directement l'hôtel. Prix moyen de ces navettes: 10.000 ₩.
  
 
=== En bateau ===
 
=== En bateau ===

Version du 14 septembre 2013 à 07:51

Corée du Sud Drapeau
Temples beomeosiens
Localisation
Capitale Séoul
Population 49 millions (2011)
Monnaie won (KRW)
Électricité 220V/60Hz, prise européenne
Indicatif tél. +82
Fuseau horaire UTC+9 (il n'y a pas d'heure d'hiver)


La Corée du Sud (한국, 韓國 Hanguk) [1], officiellement la République de Corée (대한민국, 大韓民國 Daehan Minguk), est un pays d'Asie de l'Est, qui occupe la moitié sud de la péninsule coréenne, avec la Corée du Nord (dite République populaire démocratique de Corée) au nord, la Chine séparée par la mer Jaune à l'ouest et le Japon à une courte distance en ferry au sud-est.

Sommaire

Comprendre

Géographie

La géographie de Corée du Sud sur Wikipédia

Climat

Le climat de la Corée du Sud est typique des façades orientales des continents, mais avec des nuances selon les zones. La côte sud a un climat subtropical humide (notamment l'île de Jeju produit de nombreuses variétés de fruits telles que oranges, mangues, etc.) et est touchée par le régime des moussons appelé localement le jangma, permettant notamment la culture du riz. En remontant vers le nord, le climat devient très vite continental (pouvant aller d'un minimum de -20°C à un maximum de 30°C) avec des hivers de plus en plus rudes car plus influencé par la Sibérie. Les hivers sont relativement secs.

La péninsule reste exposée aux aléas climatiques : ainsi, les inondations en Corée du Nord ont causé, en août 2007, plus de 600 morts et disparus et touché plus d’un million de personnes, entraînant une demande d’aide internationale du gouvernement nord-coréen et des appels à dons d’ONG.

Histoire

Histoire de la Corée sur Wikipédia

Population

La population de Corée du Sud sur Wikipédia

Fêtes et jours fériés

  • Jour de l'an (새해 첫날, saehae chotnal): le 1er janvier. Les Coréens célèbrent la nouvelle année solaire et la nouvelle année lunaire. En plus du premier janvier, le 2 est également férié. Le premier jour de retour au travail après les vacances est habituellement un moment de discours enthousiastes pour l'année arrivant.
  • Nouvel an lunaire (설날, seollal): le 1er jour du 1er mois lunaire, ainsi que les jours précédent et suivant. Les Coréens célèbrent la nouvelle année solaire et la nouvelle année lunaire. Le jour avant et après le premier jour de la première nouvelle lune sont également des vacances, pour un total de trois jours. Pendant cette période les routes sont bloquées par les familles visitant leurs villes natales et les tombes de leurs ancêtres. Prendre la route à ce moment suppose une patience inébranlable! Compter neuf heures de Séoul à Busan, par exemple.

2013: 10 février
2014: 31 janvier
2015: 19 février
2016: 8 février
2017: 28 janvier
2018: 16 février
2019: 5 février

  • Jour du Mouvement d'Indépendance (삼일절, samiljeol): le 1er mars. Commémore un mouvement d'indépendance du pays entier qui a eu lieu le 1er mars 1919 en protestation contre la colonisation japonaise. Ce jour a marqué le commencement du mouvement coréen d'indépendance, avec une déclaration d'indépendance du colonialisme par des manifestants. En réponse, la police japonaise et les forces militaires ont tué et blessé des milliers de manifestants désarmés.
  • Jour des arbres (식목일, shinmokil): le 5 avril. En raison de la dévastation et du déboisement résultant de la guerre de Corée, le gouvernement coréen a désigné le 5 avril le jour des arbres et en a fait un jour pour que tous les citoyens plantent des arbres et d'autres plantes. Des décennies plus tard, les forêts sont reboisées. De nos jours, les citoyens plantent des arbres et des fleurs et nettoient toujours les sommets et les secteurs environnants les montagnes, et le jour sert de rappel au respect de la nature et de l'environnement.
  • Fête du Travail (노동절, nodongjeol): le 1er mai.
  • Jour des enfants (어리니 날, orini nal): le 5 mai. Les parcs d'attractions, les zoos, et les parcs nationaux se remplissent de familles appréciant des vacances au printemps.
  • Jour des parents (어버이 날, eobeoi nal): le 8 mai. Correspond à la fête des mères et à la fête des pères, le même jour.
  • Jour des professeurs (스승의 날, seseungui nal): le 15 mai. Jour des professeurs: il est encore courant d'offrir un petit cadeau à son professeur.
  • Anniversaire de Bouddha (석가탄신일, seokgatansinil): le 8ème jour du 4ème mois lunaire. Aussi fête des lanternes: les moines bouddhistes parent le haut de leurs temples et y accrochent des lanternes colorées. De très nombreuses lanternes sont aussi accrochées dans les rues. Plusieurs des plus grands temples organisent également des festivals et des défilés.

2013: 17 mai
2014: 6 mai
2015: 25 mai
2016: 14 mai.

  • Commémoration des morts pour la patrie (현충일, hyeonchungil): le 6 juin. C'est un jour réservé à la mémoire des combattants morts pour la patrie. Des civils et les soldats sont honorés dans des cérémonies tenues dans tout le pays, particulièrement au cimetière national de Séoul.
  • Jour de la Constitution (제헌절, jeheonjeol): le 17 juillet. Célèbre la Constitution coréenne proclamée en 1948. La date du 17 juillet est celle de la fondation de la dynastie Joseon, en 1392.
  • Jour de l'indépendance (libération) (광복절, kwangbokjeol): le 15 août. Avec la reddition officielle du Japon aux forces alliées le 15 août 1945, les 35 années de colonisation de la Corée par les Japonais ont pris fin. le 15 août 1948 marque également l'établissement de la République de Corée.
  • Fête des récoltes (추석, chuseok): Quatorzième, quinzième et seizième jours du huitième mois lunaire. Le festival des moissons de la pleine lune est semblable aux vacances américaines de Thanksgiving. Ce sont les plus importantes de toutes les vacances coréennes, et un total de trois jours laisse le temps aux familles de visiter leurs villes natales. Semblables aux vacances lunaires de nouvelle année, les membres de la famille rendent visite à leurs parents vivants et aux tombes de leurs ancêtres. Les membres de la famille échangent des cadeaux et jouent à des jeux spéciaux.

2013: 19 septembre
2014: 8 septembre
2015: 27 septembre
2016: 15 septembre
2017: 4 octobre
2018: 24 septembre

  • Jour des forces armées (국군의 날, gukgunui nal): le 1er octobre.
  • Fête nationale (fondation) (개천절, kaechonjeol): le 3 octobre. Selon la légende, le dieu-roi Tan-gun a fondé le royaume de Jeoson en -2333. Ce jour remplit les citoyens d'une fierté nationaliste pour plus de 4 000 ans d'histoire.
  • Jour du Hangeul (한글 날, hangeul lal): le 9 octobre. Commémore la proclamation de l'alphabet national, le hangeul. De nouveau férié à partir de 2013 (ne l'était plus depuis 1991).
  • Noël (성탄절, seongtanjeol ou bien 크리스마스, Christmas): le 25 décembre. Bien que pas encore autant commercialisé que Noël en France, le grand nombre de chrétiens coréens assure que c'est un moment de célébration. De plus en plus d'entreprises ont commencé la mise en place de décorations et la vente de cartes de Noël de modèle occidental. En raison de sa proximité à la fin de l'année, beaucoup de Coréens préfèrent donner des cadeaux de nouvel an au lieu de cadeaux de Noël.

S'informer

Si vous voulez vous faire une idée de l'actualité coréenne vue de la Corée, l'Agence de presse Yonhap propose une revue de presse en français, très bien faite. Voir aussi Aujourd'hui la Corée


Provinces

Carte de la Corée du Sud
Gyeonggi (Séoul, Panmunjeom, Suwon)
Région de la capitale Séoul et son agglomération, ainsi que la Zone coréenne démilitarisée à la frontière.
Gangwon (Chuncheon, Parc national Seoraksan)
Beaux paysages naturels, ski sur les monts Taebaeksan et Sobaeksan, et plages sur la côte est.
Chungcheong du Nord (Cheongju, Danyang)
Province montagneuse enclavée avec parcs nationaux, monts Songnisan, monts Sobaeksan, lac de Chungjuho.
Chungcheong du Sud (Boryeong, Daejeon, Gongju)
Plaines avec rizières et sources thermales, et la ville de Daejeon, point de convergence des principales autoroutes et voies ferrées.
Gyeongsang du Nord (Andong, Gyeongju et les îles Ulleungdo)
La plus grande province aux nombreux vestiges historiques et culturels des dynasties Silla et Joseon.
Gyeongsang du Sud (Busan, Temple Haeinsa, Jinju)
Busan, la seconde ville du pays. Région réputée pour ses belles villes côtières et ses temples.
Jeolla du Nord (Jeonju)
Berceau de l'opéra traditionnel coréen Pansori, cuisine réputée.
Jeolla du Sud (Boseong, Gwangju, Yeosu)
Une multitude de charmantes petites îles et une délicieuse cuisine de poissons et fruits de mer.
Jeju
Principale destination des touristes coréens en lune de miel, cette île formée sur un volcan offre une végétation sauvage et de belles randonnées à cheval. Un des rares endroits où une voiture peut être nécessaire.





Principales villes

  • Séoul (서울) — Capitale dynamique de la Corée du Sud, mêlant tradition et modernité.
  • Busan (부산/釜山) — Seconde ville et principale vile portuaire de Corée du Sud.
  • Incheon (인천/仁川) — Second port de Corée du Sud, accueille le plus grand aéroport international du pays.
  • Daegu (대구, 大邱) — Ville cosmopolite, riche de sites et de traditions anciens.
  • Daejeon (대전/大田) — Grande et dynamique agglomération de la province du Chungcheong du sud.
  • Gwangju (광주/光州) — Le centre économique et administratif de la région, principale ville de la province.
  • Gyeongju (경주/慶州) — Ancienne capitale du royaume de Silla.
  • Jeonju (전주/全州) — Jadis capitale spirituelle de la dynastie Joseon, désormais une ville d'art, remplie de musées, temples bouddhistes et monuments historiques.
  • Chuncheon (춘천/春川) — Capitale de la province de Gangwon, entourée de lacs et de montagnes, connue pour ses spécialités locales, les dakgalbi et makguksu.


Villes par province


Autres destinations par province


Parcs nationaux et sites naturels

Il existe en Corée vingt parcs nationaux. Celui de Bukhansan est le seul situé à Séoul et dans la province de Gyeongi.

Nom
(Français, hangul, hanja)
Photo Emplacement Date de désignation Type
Bukhansan
북한산국립공원
北漢山國立公園
Bukhansan National Park 2006-03-28.JPG Séoul,
Gyeonggi-do
1983 Montagneux
Byeonsan-bando
변산반도국립공원
邊山半島國立公園
Jeollabuk-do 1988 Maritime
Chiaksan
치악산국립공원
雉岳山國立公園
Gangwon-do 1984 Montagneux
Dadohaehaesang
다도해해상국립공원
多島海海上國立公園
Korea-Hongdo Island-01.jpg Jeollanam-do 1981 Maritime
Deogyusan
덕유산국립공원
德裕山國立公園
Deogyusan from Hyangjeok Peak.jpg Jeollabuk-do,
Gyeongsangnam-do
1975 Montagneux
Gayasan
가야산국립공원
伽倻山國立公園
GayaSanghwangbong.jpg Gyeongsangnam-do,
Gyeongsangbuk-do
1972 Montagneux
Gyeongju
경주국립공원
慶州國立公園
Anapji Pond-Gyeongju-Korea-2006-07.jpg Gyeongsangbuk-do 1968 Historique
Gyeryongsan
계룡산국립공원
鷄龍山國立公園
Kyeryongsan4062.JPG Chungcheongnam-do,
Daejeon
1968 Montagneux
Hallasan
한라산국립공원
漢拏山國立公園
Hallasan 2.jpg Jeju-do 1970 Montagneux
Hallyeohaesang
한려해상국립공원
閑麗海上國立公園
Korea-Geoje-Oedo 4078-06.JPG Jeollanam-do,
Gyeongsangnam-do
1968 Maritime
Jirisan
지리산국립공원
智異山國立公園
Korea-Mountain-Jirisan-15.jpg Jeollanam-do,
Jeollabuk-do,
Gyeongsangnam-do
1967 Montagneux
Juwangsan
주왕산국립공원
周王山國立公園
Juwangsan national park.jpg Gyeongsangbuk-do 1976 Montagneux
Naejangsan
내장산국립공원
內藏山國立公園
Jeollanam-do,
Jeollabuk-do
1971 Montagneux
Odaesan
오대산국립공원
五臺山國立公園
Korea-Gangwondo-Odaesan National Park 1663-07.JPG Gangwon-do 1975 Montagneux
Seoraksan
설악산국립공원
雪嶽山國立公園
Seoraksan1.jpg Gangwon-do 1970 Montagneux
Sobaeksan
소백산국립공원
小白山國立公園
Snow in Sobaeksan national park.jpg Chungcheongbuk-do,
Gyeongsangbuk-do
1987 Montagneux
Songnisan
속리산국립공원
俗離山國立公園
Gwaneum Peak at Songnisan.jpg Chungcheongbuk-do,
Gyeongsangbuk-do
1970 Montagneux
Taeanhaean
태안해안국립공원
泰安海岸國立公園
Chungcheongnam-do 1978 Maritime
Wolchulsan
월출산국립공원
月出山國立公園
Wolchulsan mountain peak.jpg Jeollanam-do 1988 Montagneux
Woraksan
월악산국립공원
月岳山國立公園
Mount Worak Korea 242.jpg Chungcheongbuk-do,
Gyeongsangbuk-do
1984 Montagneux


Arriver

Les ressortissants de France (90 jours), Belgique (90 jours), Luxembourg (90 jours), Suisse (90 jours), Canada (180 jours) n'ont pas besoin de visa pour tourisme, correspondance et business de séjours court.

Les vols suivants sont disponibles : De France métropolitaine et Belgique, Air France+Korean Air(14/7 jours) et Asiana Airlines (3/7 jours) offrent des vols directs de Paris à Séoul.
KLM(De Bordeaux, Bruxelles, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Strasbourg, Toulouse via Amsterdam à Séoul),
Lufthansa (de Bordeaux, Bruxelles, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, Toulouse via Francfort ou Munich à Séoul et Busan),
Finnair (via Helsinki) (4/7 jours), Aeroflot (6/7 jours)(de Nice et Paris via Moscou à Séoul;
Le visa double russe pour correspondance est obligatoire si on part de Nice) (départs de Séoul sont disponible sur mercredi, vendredi et dimanche),
Turkish Airlines (de Bordeaux, Bruxelles, Lyon, Marseille, Nice, Strasbourg, Toulouse via Istanbul à Séoul).
Emirates Airlines(De Paris et Nice via Dubaï à Séoul), Qatar Airways, Uzbékistan Airlines (le visa double ouzbek pour correspondance est obligatoire).
Air China (de Paris via Pékin aux Busan, Daegu et Séoul),
China Eastern Airlines (de Paris via Shanghai aux Busan, Cheongju (suspendu jusque fin mars 2009) (2/7 jours), Daegu (2/7 jours), Jeju, Muan (30 minutes de Gwangju) (2/7 jours; lundi et jeudi), Séoul),
China Southern Airlines (de Paris via Canton à Séoul et d'Amsterdam via Pékin à Séoul) (5/7 jours de départ de Paris),
Thai Int. Airways (de Paris via Bangkok à Busan(4/7 jours) et Séoul)
Singapore Airlines (de Paris et Amsterdam via Singapour à Séoul)
Malaysia Airlines (de Paris et Amsterdam via Kuala Lumpur à Séoul)
China Airlines (d'Amsterdam via Bangkok et Taipei à Séoul)
EVA Air (d'Amsterdam et Paris via Bangkok et Taipei à Séoul)
Vietnam Airlines (de Paris via Hanoi ou de Hô Chi Minh-Ville à Busan et Séoul)

Japan Airlines et ANA en Europe ne vend pas billets pour destinations d'Asie sauf Japon.

De Genève, Suisse, Air France, Lufthansa, KLM, Aeroflot, Turkish Airlines, Emirates Airlines, Qatar Airways servent leurs vols Genève - Séoul via leur hub.

Du Québec, Air Canada (via Vancouver), Delta Airlines (via Atlanta ou New York), Northwest Airlines(via Détroit et Tokyo aux Busan et Séoul) et United Airlines (via Chicago et Tokyo ou via San Francisco) sont disponibles.

De Nouvelle-Calédonie, Aircalin (Air Calédonie International) opère 2 vols directs par semaine de Nouméa à Séoul, le samedi vers 0 heure (arrivée le samedi vers 8 heures), et le lundi vers 0 heure (arrivée le lundi vers 8 heures).

  • A la douane Pour franchir les contrôles à l'arrivée, vous devez remplir deux formulaires: le formulaire d'immigration classique, et une déclaration phytosanitaire. Normalement, on vous les remet dans l'avion, mais on en trouve juste avant le contrôle aux frontières. Les douaniers coréens sont redoutables! Ils sont d'une politesse irréprochable, mais totalement inflexibles. Les franchises d'articles achetés hors taxes sont assez faibles: pour l'alcool par exemple, une seule bouteille est autorisée par personne et ce quelle que soit la boisson, vin ou alcool. La douane exerce également un contrôle phytosanitaire strict: il est interdit d'importer quelque produit frais que ce soit: charcuterie, fruits, etc. De toute façon, les bagages en soute passent aux rayons X à l'arrivée et si cet examen nécessite un contrôle plus approfondi, vous retrouverez sur le tapis de livraison des bagages, votre valise assortie d'un boîtier électronique vous 'invitant' à vous adresser aux contrôles douaniers. Le vin français au-delà des quantités autorisées est taxé à 75%. Si par malheur vous deviez payer ce genre de taxe, le douanier vous remettra un récépissé que vous devrez acquitter... au guichet de banque juste en face de la sortie. Inutile bien sûr de sortir sans payer, faute de quoi on se rappellerait à votre souvenir au moment de votre vol retour!
  • De l'aéroport au centre-ville de Séoul Il existe une ligne express Incheon/Séoul: AREX ("Airport Railway Express"), qui relie l'aéroport d'Incheon à la gare de Séoul; deux variantes: "Express", sans arrêt entre l'aéroport et la gare de Séoul, et "Commuter", qui effectue dix arrêts entre les deux. Pour cette seconde variante, tous les arrêts à partir de l’aéroport domestique de Gimpo correspondent à des stations de métro, la plupart avec des correspondances. Le trajet prend 43 minutes pour la ligne directe, et 53 minutes pour la ligne Commuter.
    • Tarifs: 14.000 ₩ pour la ligne directe, 4.000 ₩ pour la ligne "Commuter";
    • Horaires: de 5 heures à minuit: départs aux heures rondes et aux demies (c.-à-d. par exemple 12:00, 12:30, 13:00, etc.).
    • Où?: C'est au niveau B1. On peut soit acheter un billet pour le seul trajet, soit une carte T-Money qu'on pourra utiliser ensuite partout dans Séoul pour le métro et le bus. On peut acheter la carte T-Money dans les convenience store de l'aéroport, et la recharger ensuite dans toutes les stations de métro.
    • Navettes hôtels: Un certain nombre d'hôtels disposent de leur propre navette de/vers l’aéroport d'Incheon. Contacter directement l'hôtel. Prix moyen de ces navettes: 10.000 ₩.

En bateau

Route Corée du Sud - Chine : Port d'Incheon aux Qingdao, Tianjin, Qinhuangdao, Dalian, Yantai, Weihai, Lianyungang Route Corée du Sud - Japon : Port de Busan aux Fukuoka, Shimonoseki, Izuhara Route Corée du Sud - Russie : Port de Sokcho à Zharouvino(proche Vladivostok)

En train

Pas de service disponible (frontière avec la Corée du Nord fermée)

En autocar

Pas de service disponible (frontière avec la Corée du Nord fermée)

En voiture

Pas de service disponible (frontière avec la Corée du Nord fermée)

Circuler

En bateau / En avion

En train

En Corée du Sud, il existe 3 types de trains, qui se distinguent par leur vitesse, leur confort et leur prix : Le KTX (le TGV coréen), le Saemaeul (1ère classe, 3 places par rangée), et le Mugunghwa (2ème classe, 4 places par rangée). Le KTX est l'exacte réplique du TGV français, puisqu'il a été installé par Alsthom.

Pour le KTX: il est nécessaire de réserver (le billet comporte le numéro de place), mais en général il est facile d'obtenir une place pour un départ proche sauf pour les grandes fêtes telles que Chuseok ou le nouvel an, où il est nécessaire de s'y prendre longtemps à l'avance. Le trajet Séoul/Daejon prend environ une heure; jusqu'à Busan, compter environ trois heures.
Les trains sont propres, sûrs, bien équipés. Vous y trouverez des distributeurs automatiques de boissons et de friandises. Dans le KTX, on dispose également d'un accès WiFi gratuit.
Il y a 7 lignes en tout. Toutes les informations sur le site en anglais des chemins de fer coréens, Korail.

En bus

On distingue les bus urbains (de très nombreuses lignes à Séoul), et les bus interurbains.

  • Les bus interurbains Il est très facile de circuler en bus en Corée. Il existe plusieurs compagnies concurrentes qui possèdent parfois des terminaux de bus séparés dans les grandes villes mais jamais loin les un des autres. Ainsi, on peut accéder à toutes les villes de taille moyenne via des Intercity Bus Terminal - les bus font souvent plusieurs arrêts ce qui peut rallonger considérablement le voyage - et aller d'une grande ville à une autre via des Express Bus Terminal. Dans ces derniers, il y a deux types de bus : les Limousine Bus qui passent très souvent, qui sont très confortables avec leurs sièges en cuir inclinables et l'air conditionné mais qui dont les prix sont légèrement inférieurs à ceux du train, et les Express Bus qui sont un tiers moins chers mais qui passent plus rarement et qui sont moins confortables. Pour ce qui est d'acheter les tickets, il n'y a pas vraiment de problèmes quand on ne sait pas parler coréen, il suffit de savoir prononcer correctement le nom de la ville où on souhaite aller ou de l'avoir écrit en coréen sur soi. Pour s'orienter dans le bus terminal, il vaut mieux savoir lire le hangeul même si les noms des villes sont assez souvent sous-titrés en alphabet latin.
  • Les bus urbains Dans toutes les grandes villes, on trouve des lignes de bus en très grand nombre (un cas particulier est le quartier français de Séoul, très mal desservi); plus de détails sur le système de bus dans le chapitre "Séoul". Les bus sont LE principal moyen de transport (avec le métro quand il y en a) des Coréens, d'autant plus que les voies réservées aux bus leur permettent bien souvent d'éviter les embouteillages, récurrents en particulier à Séoul. Ils sont confortables et propres, et circulent très régulièrement. De plus en plus d'arrêts sont équipés de panneaux indiquant en temps réel l'arrivée des prochains bus et/ou le temps moyen d'attente. C'est également le cas de l'appli IPhone Seoul Bus.
  • A savoir Les chauffeurs de bus ne brillent pas par la douceur de leur conduite, loin de là... Si vous n'avez pas de place assise, ce qui est fréquent, mieux vaut assurer fermement votre position debout.

En voiture

Il est possible de louer une voiture si l'on est titulaire d'un permis international, qui est délivré gratuitement en préfecture. La conduite se fait à droite de la chaussée et le permis de conduire international est obligatoire si l'on veut louer un véhicule. Il est assez difficile de trouver un GPS (indispensable!) en anglais; une solution est de consulter les petites annonces des expatriés. Une particularité des GPS coréens est que l'on peut entrer sa destination simplement en tapant le numéro de téléphone (uniquement s'il s'agit d'un numéro professionnel, l'annuaire privé n'existe pas en Corée). C'est pratique pour trouver votre hôtel! Sur l'autoroute, les radars fixes sont fréquents, mais toujours indiqués (ils le sont par les GPS également). Il existe sur certaines autoroutes un couloir réservé aux bus, aux taxis, et à tout véhicule de plus de 6 places, repérable par une bande bleue. Coincé dans les deux files de droite roulant au ralenti, voire arrêtées (c'est fréquent), vous pouvez être tenté de l'emprunter: ne le faites pas, même pour doubler, si vous voulez éviter les PV!
En cas d'accident: les coréens bien que par ailleurs très courtois, ne vous céderont pratiquement jamais le passage... En règle générale, l’automobiliste a tous les droits, et la conduite est souvent 'énergique'. D'ailleurs la mortalité routière est nettement plus élevée qu'en France. Si vous êtes impliqué dans un accident, une règle simple: attendre que la police arrive. En l'attendant, autant prendre des photos de la scène de l'accident, ça peut toujours servir en cas de contestation.

En taxi

Le taxi (택시) est une très bonne solution pour se déplacer facilement dans toutes les villes. On les trouve nombreux à toute heure du jour et de la nuit et les tarifs pratiqués sont généralement très intéressants. On trouve deux catégories de taxi: les taxis ordinaires (일반택시, ilban taeksi) en général de couleur orange ou grise, dont la prise en charge est de 2.400 ₩ à Séoul (avant augmentation en 2013), et 2.800 ₩ en province (après augmentation en février 2013), et les taxis Deluxe (모범택시, mobeom taeksi), de couleur noire, plus confortables et donc plus chers: la prise en charge est de 4.500 ₩. ATTENTION: un taxi libre se repère par une lumière rouge.

Il vaut mieux savoir prononcer correctement le lieu où l'on veut se rendre ou alors avoir un plan de la ville sur soi (disponible dans les grandes villes dans les points d'information touristique qu'on trouve très souvent aux abords des gares et parfois des Bus Terminal). Les chauffeurs parlent peu ou pas anglais; parfois même une fois la destination énoncée, ils refusent de vous prendre en charge: tout simplement vous n'êtes pas sur le bon côté de la route et à Séoul il peut être compliqué de faire demi-tour... Si vous allez à votre hôtel, le numéro de téléphone suffit théoriquement: le chauffeur rentrera celui-ci dans son GPS (voir 'circuler en voiture').

Bon à savoir: les taxis ordinaires comportent deux catégories: les chauffeurs qui sont employés d'une société de taxis, et les taxis indépendants. On repère ces derniers par l'inscription gaein (개인); la licence de ces chauffeurs leur impose de ne pas avoir eu d'accident pendant cinq années. Cette durée est de dix ans pour les taxis Deluxe.

Limitations de vitesse:

  • Autoroute : 110 km/h ou 100 km/h suivant les zones traversées
  • Voies rapides de Séoul ("expressways") : 70 km/h ou 80 km/h
  • Route : 80 km/h
  • Ville : 60 km/h

Alors, que choisir? Taxi, ou bus/métro? Soyons clairs: pour le touriste de passage, la location d'une voiture n'est quasiment jamais nécessaire, tellement le réseau de bus/métro est fourni, et les taxis fréquents et abordables. La question est donc de choisir entre taxis et transports en commun. Le bus offre un avantage marquant: les voies réservées lui permettent d'éviter dans une certaine mesure les embouteillages, très fréquents à Séoul. La contrepartie est que le bus ou le métro ne vous amènera pas toujours sans changement là où vous voulez aller. Les bus/rames de métro étant souvent bien remplis, voire bondés, y monter avec des bagages peut être problématique! Dans ce cas, privilégier le taxi.

Parler

Les grandes universités de Séoul proposent des cursus de langue coréenne. L'Université Yonsei (yonsaedaehakkyo, 연세대학교 en abrégé yondae, 연대) propose une formation à l'Institut de Coréen situé sur son campus (hangukohakdang, 한국어학당). La formation comprend six niveaux, correspondant chacun à un trimestre (10 semaines de cours). Compter par trimestre 1.700.000 ₩ d’inscription. Les trimestres ont lieu au printemps, en été, en automne et en hiver. Il est en général demandé d'être présent la semaine précédant le début des cours pour les tests de niveau, obligatoires (sauf pour les débutants). Chaque journée comprend 4 heures de cours, le matin (de 9 heures à 13 heures) ou l'après-midi (de 13h40 à 17h30). L'Université est bien desservie par les transports en commun (métro et bus). L'ensemble des informations peut être consulté sur le site de l'Institut. Il existe une cafétéria où on peut se restaurer pendant la pause ou en dehors des cours; prix très abordables, environ 3.000 ₩ par plat.

Même si vous n'avez pas l'intention de vous lancer dans l'apprentissage du coréen, il peut être utile si vous restez plus qu'une journée ou deux, d'apprendre le hangul: il s'agit d'une écriture alphabétique, de 14 consonnes et 10 voyelles, très simple à apprendre en moins d'une journée. On trouve plusieurs sites pour cela, parmi lesquels Wikiproject coréen et Cours de coréen. Voir également Dictionnaire et cours de coréen en ligne.

Il existe sur Wikitravel un guide linguistique de Coréen.

Voir

  • Musée National de Corée. Le musée national de Corée est le principal musée d'art et d'histoire en Corée du Sud. Par sa superficie, avec 137.201 m2, c'est le sixième plus grand musée du monde, et le plus visité d'Asie. Il a accueilli 2.730.204 visiteurs en 2009. Depuis sa fondation, le musée a réalisé de nombreuses études en archéologie et en histoire et a développé plusieurs programmes éducatifs et des expositions. En octobre 2005, le musée a emménagé dans un nouveau bâtiment dans le parc familial Yongsan à Séoul. Il contient plus de 220.000 objets dont 13.000 exposés. Ces pièces sont regroupées en six sections d'expositions permanentes, les galeries d'archéologie, d'histoire, des beaux-arts, des donations et des arts asiatiques.
  • Les trésors nationaux de Corée du sud (il existe une liste équivalente en Corée du Nord) sont un ensemble numéroté d'objets, lieux et bâtiments reconnus par le Gouvernement comme ayant une valeur artistique, historique et culturelle exceptionnelle.
    Une partie d'entre eux est abritée au Musée National de Corée, qui mérite à lui seul une visite prolongée.
    Beaucoup de trésors nationaux sont des destinations touristiques populaires telles que le tombeau royal Jongmyo, Bulguksa, Seokguram et le Tripitaka Koreana à Haeinsa. Il y a au 29 juin 2012 317 entrées distinctes sur la liste, les trésors étant numérotés selon l'ordre dans lequel ils ont été désignés non pas selon leur valeur individuelle.

Faire

  • Les jjimjilbang (찜질방) - De jjimjil (bain chaud), et bang (방, pièce ou salle). Les jjimjilbang sont une variante de sauna où les deux sexes peuvent aller ensemble, au moins dans la partie commune où se trouvent les pièces de sauna. A l'entrée (compter de l'ordre de 6.000 ₩), on vous fournira une sorte de pyjama (bleu pour les hommes, et rose pour les dames...); que vous irez revêtir dans des vestiaires (les hommes et les femmes sont séparés) après vous être déchaussé. Vous vous retrouverez ensuite dans une grande pièce où hommes et femmes se relaxent sur des nattes, papotent, lisent, etc. Tout autour de cette grande pièce, on trouve les salles de sauna, où la température est indiquée sur un écran (de 30° à 70, 90°); on trouve également des salles 'à oxygène', des salles réfrigérées, et des fauteuils de massage. Également tout autour, se trouvent des stands où on sert à manger et à boire. C'est extrêmement convivial! Lorsque vous avez transpiré comme il se doit, vous pouvez passer dans les pièces de bain (de l'eau froide à l'eau très chaude), où les sexes sont de nouveau séparés, et avant lesquels vous laissez votre 'pyjama' pour vous retrouver comme chacun dans le plus simple appareil, toutes générations confondues. Les jjimjilbang sont un excellent moyen d'appréhender la société coréenne dans ses instants de loisir: c'est peut-être un des rares endroits où on peut voir les coréens prendre leur temps (un des premiers mots que l'on apprend en coréen est ppalli ppalli (빨리 빨리), c'est-à-dire "vite, vite"...). De plus les coréens sont très soucieux de leur corps et en prennent grand soin, pouvant passer un bon moment dans les salles de bains à prendre leur douche, se brosser les dents, se raser, etc. Au contraire de la société occidentale, la nudité ne pose aucun problème dans les jjimjilbang: lors des rencontres sportives par exemple, on peut voir (en tout cas chez les hommes) tous les hommes dans le plus simple appareil, le verre à la main, commenter la rencontre diffusée sur le poste de télévision. A noter que le coût de l'entrée est modique, et non limité dans le temps: il arrive que des coréens ayant raté leur métro, ou des étudiants fauchés passent la nuit dans les jjimjilbang, puisqu'ils peuvent s'y restaurer et s'y doucher. A la différence des jjimjilbang, dans les sauna (사우나) les sexes sont séparés.

Acheter

  • La monnaie. La monnaie coréenne est le won (symbole : ou W), écrit 원 en hangul. Il existe des pièces de 10 ₩ et 50 ₩ (très peu utilisées), 100 ₩, et 500 ₩, et des billets de 1.000, 5.000, 10.000 et 50.000 ₩. 10.000 ₩ équivalent à peu près à 7 € (voir le convertisseur de devises pour le cours à jour). On peut régler ses achats par carte (VISA, AMEX) à peu près n'importe où (sauf les petits vendeurs de rue et peut-être les taxis), et même pour de faibles montants, 5.000 ₩ par exemple. Il est possible de retirer de l'argent liquide dès l'arrivée à l'aéroport; il faut toutefois repérer les distributeurs où est indiqué 'Global ATM', les autres n'acceptent pas les cartes étrangères. On trouve également de tels distributeurs un peu partout dans Séoul (gare, grandes banques telles que KB, Hana Bank, Woori Bank, Shinhan Bank, mais pas Nonghyop par exemple) et dans les grandes villes. Le montant du retrait est en général plafonné à 1.000.000 ₩ par jour (100.000 ₩ pour certains types de carte et/ou certains types de distributeurs). On en trouve également dans les petites supérettes de quartier (Seven Eleven, ...) ouvertes 24h/24. Attention, si vous retirez des billets de 10.000 ₩, votre portefeuille risque vite de devenir trop petit! On trouve en général près des distributeurs des enveloppes où ranger les billets.


  • Comment comptent les coréens. Lorsqu'il s'agit de compter des billets de banque, les occidentaux les font glisser avec le pouce, éventuellement vers l'autre main; les billets pouvant être disposés en éventail dans la main. Un coréen lui, va tenir les billets rassemblés devant vous, et avec le pouce va les plier dans votre direction sans déplacer les billets jusqu'à ce le compte soit terminé. Lorsqu'ils comptent sur leurs doigts, c'est aussi différent: un occidental va commencer de compter le poing fermé, en dépliant les doigts et en commençant par le pouce, jusqu'à l'auriculaire. Un coréen commencera la main ouverte et repliera le pouce, jusqu'à l'auriculaire. S'il s'agit de déterminer un ordre ou un classement, il commencera par le majeur (1er) jusqu'à l'auriculaire (4ème) et en 5ème position le pouce.


  • Comment comptent les coréens (bis). Les français comptent par milliers (mille, un million, un milliard), les coréens par dizaines de milliers (mille (cheon, 천), dix mille (man, 만), cent millions (eok, 억), mille milliards (jo, 조). Pour vous y retrouver, il existe sur Wikitravel un guide linguistique de Coréen.


  • Acheter en hors taxe. Comme dans les autres pays, on peut acheter en hors-taxes si les produits sont destinés à être exportés.
    • Quelles taxes sont remboursées? La TVA (elle est de 10% en Corée), et les taxes spéciales sur les articles de luxe (bijoux, etc.).
    • Conditions
      • Ne peuvent être détaxés que les achats de plus de 30.000 ₩ taxes comprises (cette somme s'entend par magasin);
      • Les articles doivent avoir été achetés moins de trois mois avant votre départ (de toute façon, c'est la durée maximale d'un visa de tourisme pour un français);
      • Les résidents permanents ne peuvent acheter en hors taxes. Par contre, les visiteurs (visa de tourisme), et les étrangers ayant résidé moins de six mois peuvent acheter en hors taxes;
    • Procédure
      • Les achats sont effectués dans les magasins portant le logo 'Global Blue TAX FREE', ou 'Global TAX FREE'. Demander au vendeur d'établir et de signer un bordereau de détaxe. Cette procédure est à effectuer dans chaque magasin.
      • Avant l'enregistrement, demander un visa aux douanes, qui tamponneront 'ALL GOODS EXPORTED' sur chaque bordereau. Si vos articles seront mis en soute, il faut demander au guichet d'enregistrement une étiquette bagages, mais NE PAS L'ENREGISTRER. Vous pourrez l'enregistrer après passage au bureau de détaxe. Si vos articles voyagent avec vos bagages à main, il suffit de présenter vos carte d'embarquement, votre passeport, vos achats et les bordereaux correspondants au bureau de détaxe.
      • Le bureau de détaxe est situé porte 28, à côté du guichet des bagages hors gabarit (oversized baggage), et non loin du Burger King. Il est ouvert de 7h à 22h. S'il est fermé au moment de votre départ, placez les bordereaux visés par les douanes dans la boîte aux lettres dédiée, le montant sera directement versé sur la carte de crédit utilisée lors de l'achat. Compter un ou deux mois. Plus d'infos sur http://www.globalblue.com

Manger

Goûter la cuisine coréenne à la saveur épicée est une expérience unique pour le palais. Riches en vitamines et faibles en calorie, les plats coréens utilisent divers ingrédients tels que l’ail, le piment rouge, le poireau, la sauce de soja, la pâte de haricot fermentée, le gingembre et l’huile de sésame. Vous ne pouvez quitter la Corée sans avoir goûté le kimchi, ce plat de chou fermenté et très pimenté ; célèbre aujourd’hui dans le monde entier, qui accompagne chaque repas coréen. Il en existe des dizaines de variété : estomacs fragiles, consommez avec modération ! Les visiteurs européens apprécieront sans doute mieux le galbi et le bulgogi. Ces deux plats de viande, porc ou boeuf, agrémentent toujours les repas de fête. Le galbi ressemble un peu aux « côtelettes » chinoises et le bulgogi se compose de lamelles de viande marinée dans une sauce à base d’ail et d’autres condiments. Ces plats sont très peu épicés et sont cuits au charbon de bois, sur un barbecue au centre de la table. Une des particularités de la table coréenne réside dans le fait que tous les plats sont servis en même temps. Autrefois le nombre de plats d’accompagnement variait de trois pour les gens ordinaires à douze pour les membres de la famille royale. L’arrangement de la table diffère si le plat principal se compose de nouilles ou de viande. Des règles formelles ont été élaborées pour la table, révélant l’attention des Coréens portée à la nourriture. Autre particularité, la cuillère est plus utilisée qu’en Chine et au Japon surtout pour les soupes.

  • Dans les restaurants Il existe en Corée considérablement plus de restaurants qu'en France: il semble assez difficile de trouver une rue où il n'y aurait pas un endroit où se restaurer! La raison en est que les Coréens, un peu comme les Italiens, adorent manger (et boire!), et discuter autour d'une table. De plus, à l’exception des grandes fêtes, ils invitent assez peu chez eux, même la famille, et préfèrent se retrouver dans un restaurant; ceux-ci sont très abordables. Les restaurants affichent fréquemment leur spécialité sur l'enseigne de l'établissement, par exemple naengmyon (냉면), kalguksu (갈국수), etc. En entrant dans un restaurant coréen, vous devrez la plupart du temps vous déchausser, et ne vous attendez pas à trouver très souvent des chaises: on mange assis sur le sol. Pour ce qui est des fourchettes, oubliez-les: sur la table vous trouverez une boîte avec vos couverts (cuiller et baguettes métalliques). Une fois installé à table, on vous sert de l'eau, et les quelques condiments d'usage, le kimchi notamment; etc. . Les baguettes coréennes sont métalliques et plus courtes que les baguettes chinoises ou japonaises, et demandent un peu plus de dextérité. En Corée, on n'appelle pas le serveur pour demander l'addition, mais on se dirige vers la caisse au moment de sortir. Ce peut être avant la fin du repas si vous souhaitez inviter des amis coréens, et ce moment donne parfois lieu à des scènes intéressantes, chacun insistant pour payer l'addition! Un des soucis principaux pour les étrangers est que les menus sont rarement sous-titrés en anglais, et que l'usage de présentation en vitrine des plats sous forme de modèles en cire, si répandu au Japon, n'est pas encore très fréquent en Corée. Mais la gentillesse naturelle des Coréens doit permettre de surmonter cet obstacle; cela pourra vous aider de lire le hangeul, moins difficile qu'il n'y paraît (voir la rubrique "Parler").

Plats principaux

Jeon (전, Plats frits)
Une variété de jeon (전)

Des champignons, des courgettes, des filets de poisson, des huîtres ou des poireaux farcis à la viande hachée sont roulés dans la farine, plongés dans des oeufs battus, et puis frits dans une casserole. Il y a également des jeon de type « crêpe » : la poudre de fèves de mung, la farine du blé ou de la pomme de terre râpée sont employées pour faire une pâte lisse, et l'oignon, le kimchi, ou du porc coupé sont incorporés, puis frits.


Jjim et Jorim (Viande ou poisson bouilli) Jjim et jorim sont semblables. Les viandes ou les poissons sont bouillis à feu doux assaisonnés de sauce de soja et d'autres ingrédients jusqu'à ce que le tout devienne tendre et savoureux. Jjim se rapporte également à un plat cuit à la vapeur.


Jjigae et jeongol (Le ragoût et les cocottes en terre) Moins aqueux et plus consistants que le potage, ces plats peuvent constituer le plat principal d'un repas. Le ragoût de pâte de soja ou jjigae est très populaire. Le jeongol est habituellement cuit dans un plat de cocotte en terre sur le feu pour le dîner. Des nouilles, des champignons de pin, du poulpe, des tripes et des légumes sont les meilleurs ingrédients pour le jeongol.


Hoe (회, Poisson cru)
hoe (회), poisson cru à la coréenne, accompagné comme d'habitude de nombreux banchan (반찬)

Le poisson cru découpé en tranches est de plus en plus connu dans le monde entier. Le thon, le carrelet, les huîtres, la raie, le concombre de mer, l'ormeau, l'oursin, le calamar sont populaires en Corée et le boeuf aussi parfois se mange cru. Ils sont accompagnés de feuilles de sésame ou de laitue, et les sauces de pâte de gingembre, de moutarde ou de poivron rouge apportent un goût âpre ou relevé. NB : « houe » se prononce " hwé."


Namul (나물, Plats de légumes verts ou sauvages)
Un exemple de namul (나물)

L'alimentation coréenne se compose de centaines de légumes et de plats de légumes verts sauvages différents appelés namul . Un petit tour sur un marché coréen vous montrera la variété et diversité des légumes verts peu communs à l’Europe. Le namul est habituellement blanchi, frit et assaisonné avec du sel, de la sauce de soja, de graines de sésame, de l'huile de sésame, de l'ail et de l’oignon vert.


Jeotgal (젓갈, Fruits de mer fermentés avec de la saumure)
jeotgal (젓갈)

Les poissons, les palourdes, les crevettes, les huîtres, les œufs de poissons sont populaires pour faire le jeotgal. Ils sont très salés. C'est un plat d'accompagnement qu'on déguste avec du riz bouilli, il est parfois ajouté au kimchi ou employé pour assaisonner d'autres nourritures.


Juk (죽, Soupe épaisse)
Un exemple de juk (죽)

Parfois le juk est un fortifiant pour la santé. Les pignons, les haricots rouges, le potiron, l'ormeau, le ginseng, le poulet, les légumes sont bons pour la santé, les champignons et les pousses de haricot forment la plupart des ingrédients de cette soupe très populaire.

  • Ingrédients: diverses céréales.
  • Présentation: Soupe très épaisse obtenue en faisant bouillir longtemps des céréales dans un volume d’eau 6 à 7 fois supérieur. Il en existe de nombreuses variétés : juk au sésame, juk aux pignons de pin, juk au jujube, juk au bœuf, juk à la citrouille, juk à l’ormeau, etc.


Guk et tang (Potages et soupes) La table coréenne n'est jamais complète sans potage. Des légumes, de la viande, des poissons et des mollusques et des crustacés, de l'algue, et même des os de vache bouillis sont utilisés pour faire le guk ou le tang.


Bap (Riz) Le riz bouilli fait partie intégrante et indispensable de l'alimentation coréenne. De l’orge, des haricots, de la châtaigne, du millet ou d'autres céréales sont souvent ajoutés pour lui donner un goût spécial et davantage de valeur nutritive.


Kimchi (Chou fermenté et pimenté)
Une des nombreuses variétés de kimchi

Le kimchi est un plat végétal fermenté permettant une conservation prolongée. Dans le passé, les Coréens avaient l'habitude de le préparer comme nourriture de remplacement des légumes frais pendant les mois d'hiver. Aujourd'hui, les ménagères préparent toujours une grande quantité de kimchi d'hiver, à la fin novembre ou début décembre. Cet événement annuel dans tout le pays s'appelle le gimjang (김장). L'introduction du poivron rouge de l'Europe, par le Japon, au 17e siècle a apporté une innovation importante au kimchi et au régime alimentaire coréen en général. Maintenant, on compte plus de 160 variétés de kimchi différents par région et des ingrédients. Le kimchi est le plat d’accompagnement de base à chaque repas coréen ; c'est également un ingrédient dans d'autres plats populaires tels que le ragoût de kimchi, les crêpes de kimchi, le riz et les ramyeon de kimchi frits (nouilles). Le kimchi est largement essayé dans diverses manières dans un effort de créer de nouveaux goûts et de nouvelles saveurs. Actuellement le kimchi gagne la popularité dans le monde entier pour ses capacités de valeur nutritive et de prévention contre la maladie. D'ailleurs les Coréens avec une certaine fierté nationale, attribuent aux vertus du kimchi le fait d'avoir été épargnés par l'épidémie de SRAS qui a sévi dans toute l'Asie en 2003.

  • Ingrédients: Chou chinois (radis, concombre, etc), radis émincé, piment en poudre, ail émincé, oignons émincés, saumure de poisson, sel, etc.
  • Présentation: Il s’agit d’un aliment à base de chou ou d’autres légumes qui est soumis à fermentation après avoir été conservé dans le sel puis recouvert d’une sauce. Il en existe une grande diversité : le kimchi de chou, le kimchi de concombre, kimchi de radis, kimchi d’oignon, etc. Le kimchi renferme différents nutriments : ferments lactiques, sels minéraux, vitamines.


Bibimbap (Riz mélangé avec un assortiment froid de légumes; de bibida (비비다, mélanger) et bab (밥, riz))
Le bibimbab de Jeonju
  • Ingrédients: Riz, jeunes pousses de fougère, racines de campanule, pousses de soja, lamelle de bœuf, pâte de piment, huile de sésame, etc.
  • Présentation: Il s’agit d’un plat de riz où l’on ajoute différents légumes que l’on y mélange juste avant la dégustation. Sa richesse en nutriments provient de sa diversité en légumes. Le bibimbap de Jeonju est le plus connu.


Gui (구이, Grillades) Le bulgogi (boeuf mariné coupé en fines tranches) et le galbi (côtes de bœuf marinées) sont des exemples bien connus de gui. Les poissons aussi sont souvent grillés.


Bulgogi (불고기, Bœuf mariné à la sauce de soja)
Du bulgogi (불고기) avec les nombreux plats d'accompagnement (반찬, banchan)
  • Ingrédients: Viande de bœuf (viande de porc), jus de poire, sucre, huile de soja, ail émincé, oignons émincés, huile de sésame, etc.
  • Présentation: C’est un plat de viande de bœuf ou de porc finement coupé et mariné avant la cuisson. Il se prépare sur un grill placé au milieu de la table, accompagné de nombreux banchan (반찬)


Galbi Gui (갈비구이, Côte grillée)

  • Ingrédients: Côte de bœuf (travers de porc), sucre, sauce de soja, oignons émincés, ail émincé, huile de sésame, etc.
  • Présentation: C’est une grillade de travers de porc ou de bœuf marinés.. Le galbi de Suwon est le plus connu.


Jangeo gui (장어 구이, Anguilles grillées)
jangeo gui (장어 구이)
  • Ingrédients: Anguilles, salade, feuilles de sésame, ail, gingembre, divers légumes, purée de piment (고추장, kochujang).
  • Présentation: Les anguilles sont coupées et grillées par le serveur; on peut les choisir soit nature (grillées au sel), soit avec une sauce spéciale. Il y a une hotte aspirante au-dessus du grill. On mange l'anguille grillée en préparant une aumônière avec une feuille de salade et/ou de sésame, dans laquelle on place divers légumes d'accompagnement, l'anguille, sans oublier la purée de piment (고추장, kochujang). Manger en une seule bouchée, absolument délicieux! A consommer bien sûr accompagné de soju (소주). C'est un must!


Samgyetang (삼계탕, Soupe de poulet au ginseng)
Soupe de poulet au ginseng (삼계탕, samgyetang)
  • Ingrédients : Un poulet, riz gluant, ginseng, ail, marrons, jujubes, etc.
  • Présentation : il s’agit d’un petit poulet dont l’intérieur a été vidé pour être ensuite fourré de plusieurs ingrédients puis bouilli. Il est fréquent d'utiliser des plantes médicinales.


Mul Naengmyeon (물냉면, Nouilles de sarrasin froides)

  • Ingrédients: Nouilles de sarrasins ou de blés, bouillon de viande, tranche de viande (bœuf), émincé de concombre, émincé de chou, œuf dur, etc.
  • Présentation: Les mul naengmyeon sont des nouilles cuites dans un bouillon de bœuf. Cette version des naengmyeon est très rafraîchissante cependant les naengmyeon peuvent aussi être consommées sans bouillon, mélangées avec de la pâte de piment, on appelle cette version bibim naegmyeon.


Haemul Tang (해물탕, Soupe aux fruits de mer)
haemul tang (해물탕)
  • Ingrédients: Crabe, poulpe, coquillages, crevettes, poissons, radis, pousses de soja, pâte de piment, poudre de piment, oignons, ail, etc.
  • Présentation: Il s’agit d’une soupe obtenue en faisant bouillir des fruits de mer avec de la pâte et de la poudre de piment. La particularité de cette soupe c’est sa saveur à la fois piquante et rafraîchissante.


Kimchi Jjigae (Soupe de kimchi)
kimchi jjigae (김치찌개)
  • Ingrédients: Pâte de dubu (tofu), fruits de mer (huitres, moules, crevettes, clams, etc.
  • Présentation : La recette du kimchi jjigae consiste à faire revenir de la viande de porc puis à y ajouter de l’eau et du kimchi pour finalement faire bouillir le tout. Si le kimchi utilisé est acide, le goût s’en retrouve amélioré.


Sundubu jjigae (순두부찌개, ragoût de dubu)
sundubu jjigae (순두부찌개)

Un des plats favoris des Coréens, relevé, voire très relevé.

  • Ingrédients: Pâte de dubu (tofu), fruits de mer (huitres, moules, crevettes, clams, etc.), oignons verts, légumes, champignons, purée de piment (고추장, kochujang), etc.
  • Présentation: Ragoût de dubu, mis à bouillir dans une sauce relevée avec des oignons verts, des champignons, des légumes, et à laquelle on ajoute à la fin un œuf cru, alors que le ragoût bout encore.


Dak galbi (닭갈비, Poulet avec des légumes)
dak galbi (닭갈비)
  • Ingrédients: poulet, pâte de piment (kochujang, 고추장), chou, patates douces, poudre de piment, sucre d’orge, sucre, ail émincé, oignons, tteok' (떡, gâteau de riz), etc.
  • Présentation: Il s’agit d’un plat où l’on fait revenir du poulet mariné. Le dak galbi de Chuncheon est le plus réputé.


Seollongtang (설렁탕, Soupe de bœuf)
seollongtang (설렁탕)
  • Ingrédients: riz, bœuf, bouillon de bœuf, oignons, ail émincé, (pâte de piment, piment en poudres à volonté), poivre, sel, etc.
  • Présentation: C’est un plat composé d’un bouillon de bœuf, de riz et d’assaisonnements. L’idéal est de faire bouillir la viande de bœuf une dizaine d’heures afin d’obtenir un bouillon consistant.


Galbi Tang (갈비탕, Soupe au travers de bœuf)
galbi tang (갈비탕)
  • Ingrédients: travers de bœuf, radis, oignons, ail, poivre, huile de sésame, poudre de graine de sésame, etc.
  • Présentation: Soupe obtenue en faisant bouillir du radis et du travers de bœuf. L’idéal est de le consommer ce bouillon épais avec du riz.


Kimbab (김밥, Rouleaux de riz)
kimbab(김밥)
  • Ingrédients: Riz, feuille d'algue, divers ingrédients.
  • Présentation: Le kimbab (김밥) est une sorte de cigare de riz (bab, 밥) enroulé dans une feuille d'algue (kim, 김), puis coupé en rondelles. Il en existe de nombreuses variétés en fonction de la garniture que l'on place sur le riz avant de rouler le kimbab. On trouve des boutiques de kimbab à tous les coins de rue, c'est un moyen économique de se restaurer.


Samgyeopsal (삼겹살, poitrine de porc grillée)
samgyeopsal (삼겹살)
  • Ingrédients: Poitrine de porc, salade, feuilles de sésame, ail, gingembre, divers légumes, purée de piment (고추장, kochujang).
  • Présentation: Un des plats favoris des Coréens. Se consomme comme l'anguille grillée: les morceaux de poitrine sont découpés au ciseau avant ou après avoir été grillés; on prépare ensuite une aumônière avec une feuille de salade et/ou de sésame, dans laquelle on place divers légumes d'accompagnement, un morceau de poitrine, sans oublier la purée de piment (고추장, kochujang).



Mandu (만두, sorte de gros ravioli)
mandu (만두)
  • Sortes de gros raviolis assez similaires aux gyoza japonais, ou aux wonton chinois. Ils sont fourrés de diverses sortes de viande hachée, dubu (tofu), oignons verts, ails, gingembre, etc., et peuvent être frits (gunmandu, 군만두), cuits à la vapeur (jjinmandu, 찐만두), ou bouillis (mulmandu, 물만두). On les sert accompagnés d'une sauce de soja aillée et/ou pimentée. On peut les servir également en soupe (manduguk, 만두국).


Last but not least...

Bosinttang (보신탕/補身湯, potage de viande de chien)
bosintang (보신탕)
  • Le bosintang (보신탕 ) est un potage traditionnel coréen composé de chien et de légumes. Appelé originairement gaejang (개장 ) ou gaejang gook (개장국 ) le nom bosintang est arrivé un peu plus tard. On l'appelle autrement youngyangtang (영양탕 ) ou sacheoltang (사철탕 ).

Pour le préparer, il faut de la viande de chien, de la sauce Doenjang (une pâte traditionnelle composée de haricots fermentés) et aussi de divers légumes comme du pteridium ou de la ciboule. Ce plat est souvent accompagné d'une boule de riz, des concombres, des piments et bien sûr, de kimchi. Les Coréens ajoutent aussi du shiso dans le plat pour enlever l'odeur unique de la viande de chien, qui peut être parfois un peu forte.
Le bosintang se mange surtout en été parce que les Coréens croient que ce potage aide à combattre la chaleur. La viande de chien étant très nourrissante, elle est censée donner de l'énergie pendant les chauds étés. Elle est aussi recommandée aux personnes âgées, étant réputée être reconstituante. Certains Coréens, quelque peu gênés vis-à-vis des Occidentaux d'une telle pratique alimentaire, se défendent maladroitement en disant qu'ils distinguent deux types de chiens: ceux destinés à être animaux de compagnie (ou chiens de garde), et les autres...
Un plat qui partage les mêmes caractéristiques que le bosintang est le yookgaejang mais dans ce dernier, on met de la viande de bœuf au lieu de chien.
Pour l'anecdote, en 1984, avant les Jeux olympiques d'été de 1988, la ville de Séoul avait interdit aux restaurants de vendre du bosintang de crainte que les étrangers n'apprécient pas le fait que les Coréens mangent du chien. Dans le même ordre d'idées, il peut arriver — rarement il est vrai — que certains restaurants (japonais) proposent à leur carte de la viande de baleine.

Dessert

Tteok (떡, Gâteau traditionnel)
Une variété de tteok (떡)

Le tteok est un gâteau coréen traditionnel fait à partir de la poudre de riz. Les Coréens le préparent pour des occasions de fête telles que mariages et anniversaires aussi bien que pour des services commémoratifs aux aïeux. Ils le préparent également aux occasions saisonnières pour Seollal (nouvelle année lunaire) et Chuseok (fête des moissons). Les Coréens ont coutume de préparer le tteok quand ils déménagent, et distribuent un plateau à leurs nouveaux voisins. Il constitue un encas naturel et sain.

Hanggwa (항화, Sucrerie traditionnelle)
hanghwa (항화)

Le hangwa est apprécié pour ses couleurs et ses formes artistiques et décoratives aussi bien que pour son goût doux et agréable. Souvent pris avec des boissons traditionnelles, il est considéré comme un encas sain ou un dessert classique. Les jolis paniers ou les boîtes de hangwa font également d'excellents cadeaux, particulièrement appréciés des personnes âgées. On les trouve dans les magasins spécialisés dans les gâteaux et les bonbons traditionnels et dans certains rayons des grands magasins.

Gangjeong (강정, Sucrerie traditionnelle)
gangjeong (강정)

Ce bonbon léger est fait à partir de riz gluant et de miel. Il est cuit en friteuse et enduit avec des grains de riz soufflés, de la cannelle et du sésame.

Hwachae (화채, Boissons froides traditionnelles)
hwachae (화채)

Les boissons froides traditionnelles s'appellent hwachae. Elles sont habituellement faites avec du jus de fruits ou de céréales, et adoucies par du sucre ou du miel, ou assaisonnées et colorées avec l'omija (fruit aux « cinq goûts » de l'arbre de Schisandra chinois). Il y a également des hwachae faits à partir d'herbes médicinales traditionnelles, d'azalée ou de pin.

Sikhye (식혜, Boisson sucrée à base de riz)
sikhye (화채)

Sikhye est une boisson sucrée à base de riz. Les Coréens l'aiment tellement qu'on le trouve maintenant en canettes.

Sujeonggwa (수정과, Boisson (dessert) aux fruits)
sujeonggwa (수정과)

Cette boisson douce est relevée avec du gingembre et de la cannelle. Des kakis et des pignons secs ramollis sont ajoutés dans le verre.

Bingsu (빙수/氷水, Glace coréenne)
patbingsu (팥빙수/팥氷水)

Ce dessert, très populaire en particulier en été, consiste en de la glace pilée aromatisée avec des sirops de différents parfums, pouvant être surmontée de fruits, boules de crème glacée, petits morceaux de tteok (떡), haricots rouges, etc. Le nom varie en fonction des ingrédients utilisés: ainsi le plus populaire, où la glace pilée est surmontée de haricots rouges sucrés, s'appelle patbingsu (팥빙수/팥氷水). Pour connaître les différentes variétés, voir ici. Ce dessert existe sous une forme plus ou moins équivalente dans de nombreux pays, sous différents noms (granité en Europe, kakigōri (かきごおり、欠き氷) au Japon, etc.).

Boire un verre / Sortir

Buveurs d'eau, passez votre chemin: l'alcool n'est vraiment pas cher, et les Coréens sont parmi les plus gros buveurs au monde. Les strictes normes sociales qui régissent le monde du travail font que les lieux de boisson sont les seuls endroits où les inhibitions peuvent être levées et les relations personnelles s'exprimer. Les contrats d'affaires significatifs se concluent au bar, pas en salle de réunion. Les promotions, subventions et autres avancements sont consolidés autour d'un verre dans un noraebang (노래방), un restaurant de poisson cru ouvert la nuit, ou un bar-restaurant. De (très) nombreux hommes coréens seraient considérés en Occident comme de gros buveurs; cependant on considère de plus en plus l'alcoolisme comme une maladie et des mouvements se font jour pour tenter de freiner la consommation d'alcool. Mais tout est une question d'échelle... Ne soyez pas surpris de voir dans la rue, des hommes en complet-veston en train de cuver, et prenez garde au petit matin à ne pas marcher dans les flaques de vomi, si fréquentes sur les trottoirs. L'âge légal pour boire en Corée est de 19 ans; c'est l'âge de la majorité.

Vie nocturne

A la différence des manières de boire occidentales, les Coréens ont adopté des manières quelque peu différentes de profiter de leurs sorties nocturnes. Bien sûr, vous trouverez facilement des bars à l'occidentale, mais les bars à la Coréenne peuvent constituer une expérience intéressante. Les hofs (terme allemand, mais on dit hopeu (호프) en Coréen, sont juste des bars à bière, où l'on sert de la bière et des accompagnements. Dans la plupart des établissements de Corée, les clients sont censés commander des plats pour accompagner leurs consommations. Récemment en raison de la concurrence croissante, de nombreux hofs ont commencé à installer des jeux et divers gadgets pour la distraction.

Les clubs sur réservation sont la version coréenne des boîtes de nuit; ce qui les rend intéressant est le mot 'réservation': schématiquement, c'est une manière de rencontrer des personnes du sexe opposé sur introduction des serveurs, qui d'ordinaire emmènent les dames aux tables de ces messieurs, mais l'inverse se développe. Ces clubs sont légèrement plus chers que les bars habituels ou les hofs, mais peuvent être extrêmement amusants. Ils peuvent être différents des boîtes de nuit classiques, en ce qu'en plus de l'entrée, on s'attend fortement à ce que vous commandiez boissons et plats d'accompagnement, qui peuvent vite revenir cher, avec des prix dans la gamme de 200.000 à 500.000 ₩ et au-delà. Ceci mis à part, la danse et l'ambiance sont similaires.

Une chose habituelle dans un club sur réservation est de "garnir" votre table avec des assiettes de fruits, des coûteuses boissons, ce qui signale votre "status" aux autres personnes du club, en particulier celles qui vous intéressent. Les whiskys de marque sont particulièrement prisés en Corée, aussi ne soyez pas surpris de payer une somme astronomique pour une innocente bouteille de Johnie Walker. D'un autre côté, il est plus rentable de commander une bouteille ou un 'assortiment' d'alcools plutôt que de commander au verre.

A l'autre extrémité du spectre, beaucoup de Coréens sortent dîner et boire avec lerus amis dans un des nombreux grills coréens que l'on trouve partout. Il n'est pas rare de consommer plusieurs bouteilles de soju (소주) (voir plus bas) chacun, et mélanger bière et alcool est fréquent (il s'agit de somaek (소맥): on verse un (petit) verre de soju dans un verre de bière (maekju, 맥주)). Des groupes rassemblés autour de tables garnies de nourriture et de boissons sont chose très fréquente en Corée.

Pour ceux qui apprécient chanter autant que boire, le karaoke est populaire et très répandu en Corée, on il s'appelle noraebang (노래방). En plus des chansons coréennes, les grands établissements ont dans leur répertoire des chansons chinoises, japonaises, et même en anglais (oubliez les chansons en français). Les coréens sont de grands chanteurs: la plupart se débrouillent très bien, et soyez assurés que si des coréens vous emmènent dans un noraebang, il vous sera demandé de pousser la chansonnette. Un moyen de vous tirer de ce qui peut devenir un mauvais pas, et d'apprendre par cœur quelqeus chansons en anglais connues, que vous pourrez alors utiliser.

Code de bonne conduite

Il existe quelques règles de bonne conduite à observer lorsque l'on boit avec des Coréens. Vous n'êtes pas censé remplir votre propre verre: au contraire, gardez un œil sur celui de vos compagnons, et remplissez-les dès qu'ils sont vides (mais pas avant), on vous rendra la politesse. Si l'on n'est pas entre amis proches, il est considéré comme poli de se servir des deux mains pour verser de l'alcool à quelqu'un ou lorsque l'on tend son verre, et face aux personnes plus âgées, de tourner la tête sur le côté lorsque l'on boit.

Les plus jeunes ont du mal à refuser un verre d'une personne plus âgée, aussi soyez conscients que si vous proposez un verre à quelqu'un de plus jeune, celui-ci ou celle-ci aura du mal à refuser. Bien sûr cela fonctionne dans les deux sens, et il arrive souvent qu'un personne plus âgée trouvant que vous n'êtes pas dans l'ambiance, vous tendra son verre, qu'il remplira et s'attendra à vous voir le boire. Il est considéré comme poli de rendre rapdiement le verre et de le remplir.

Soju

La boisson nationale de la Corée du Sud est le soju (소주), une sorte de vodka titrant dans les 20 degrés. Elle est meilleur marché que toute autre boisson: une bouteille de 350ml coûte légèrement plus de 3.000 ₩ dans les bars et à peine plus de 1.000 ₩ dans les supérettes!

Habituellement, le soju est fabriqué à partir de la fermentation de l'amidon de riz, l'orge, le maïs, la pomme de terre, la patate douce, etc., pour produire de l'alcool pur, qui est ensuite dilué avec de l'eau et d'autres arômes. Le processus de fabrication laisse beaucoup de substances chimiques superflues, alors attendez-vous pour le lendemain à une sévère gueule de bois, même après avoir bu une quantité relativement faible.

Traditionnellement, le soju était fabriqué à partir de vin de riz distillé et vieilli, ce qui donnait un alcool doux d'environ 40 degrés. CEtte méthiode de fabrication existe encore, par exemple le Andong Soju (안동 소주) — qui tire son nom de la ville d'Andong — et le munbaeju (문배주). Ils peuvent être chers (40.000 ₩ pour une bouteille de Andong soju dans les grands magasins), mais les prix (et la qualité) varient considérablement.

On raconte que les brasseurs étaient nombreux dans le pays jusqu'à la fin de l'ère Joseon et avant la colonisation japonaise. Cependant, sous la colonisation japonaise, et le gouvernement coréen qui suivit, obsédé par l'économie, l’utilisation du riz pour la fabrication de vin ou d'alcool était strictement interdit. CE qui fit disparaître la plupart des brasseurs traditionnels du pays, pour ne laisser que quelques grandes distilleries (Jinro 진로, Gyeongwol 경월, Bohae 보해, Bobae 보배, Sunyang 선양, etc), fabriquant du 'soju chimique'. La distribution et le marché ont été régionalisés, et jusqu'aux années 1990 il était difficile de trouver du soju Jinro ailleurs qu'à Séoul (à supposer que vous en trouviez, vous payiez le prix fort), du soju Gyeongwol en dehors de Gangwon, ou du soju Sunyang en dehors de Chungcheong.

Il existe quelques 'cocktails' à base de soju: le socol est un mélange de soju et de coca, le ppyong-gari un mélange de soju et de Pocari (boisson énergisante), et enfin le somaek est un mélange de bière (maekju) et de soju. Tous ces mélanges n'ont d'autre but que de vous rendre ivre vite et pour pas cher.

Vin de riz

Cheongju, ou saké

Il y a deux grandes différences entre les vins de riz coréen et japonais. La première est que les vins coréens sont à base de nuruk, alors que les vins japonais sont à base de koji. Bien que les deux puissent être considérés comme des levures, le nuruk contient de nombreux champignons et autres microorganismes, tandis que dans le koji le travail de fermentation est réalisé par un ensemble plus restreint de champignons. Le rtaitement du riz est également différent: traditionnellement le riz utilisé pour le cheongju est lavé "cent fois" (paekse 백세), mais pour la saké, le riz est poli jusqu'à ce que la taille des grains atteigne la moitié de la taille originale. Par conséquent, certains disent qu'en général le cheongju a un goût plus complexe et 'terreux', alors que le saké est plus "propre" et plus doux.

Les vins de riz traditionnels non filtrés en Crée sont connus comme takju (탁주), littéralement "alcool nuageux". Sous sa forme la plus basique et traditionnelle, ils sont réalisés par fermentation de riz avec du nuruk (누룩), un mélange de champignons et de levures qui décompose l'amidon du riz en sucre, pendant une courte période (de 3 à 5 jours en général). Puis il est dilué, à 4-6%. Cependant, comme pour le soju traditionnel, à moins que ce ne soit précisé explicitement sur la bouteille, la plupart des takju sont fabriquées à partie de farine de blé et autres céréales bon marché. Makgeolli (막걸리) est le takju le plus simple, fermenté une fois puis dilué, alors que pour le dongdongju (동동주) du riz est ajouté une ou plusieurs fois durant la fermentation pour relever le goût et le degré d'alcool. Typiquement, vous pouvez trouver des grains de riz flottant dans le dongdongju.

Yakju (약주) ou cheongju (청주) est un vin de riz filtré, similaire au saké. La fermentation du riz est entretenue pendant 2 semaines ou plus, et on le laisse reposer jusqu'à ce que les particules en suspensions précipitent au fond. Le résultat final est le liquide clair sur le dessus, titrant entre 12 et 15 degrés. Il existe de nombreuses recettes, utilisant des ingrédients variés, et précisant l'art et la manière de les accorder. Parmi les marques populaires, on peut citer Baekseju (백세주, alcool de cent ans) et 'Dugyeonju (두견주).

Ceux intéressés par le processus de production du vin et son histoire peuvent visiter le Musée du Vin Traditionnel Coréen à Jeonju.

Alcool de Ginseng

Un alcool cher, mais goûteux que l'on trouve en Corée est l'alcool de ginseng coréen (insamju, 인삼주), qui est réputé avoir des vertus médicinales et est très apprécié des personnes âgées. Comme son nom l'indique, il est produit par fermentation de racines de ginseng coréen.

Bière

Les bières de style occidental sont très populaires en Corée, avec quatre grandes marques: Cass, Hite, Max et OB, toutes plutôt légères et coûtant 1.500 ₩ la bouteille au supermarché. La version coréenne du pub est le hof (호프 hopeu), qui sert des pintes dans la gamme de 2.000 à 5.000 ₩, bien que les bières importées puissent être beaucoup plus chères. Noter que vous êtes censé commander également à manger, et qu'on peut même vous servir de la seiche grillés ou des accompagnements similaires sans que vous les ayez commandés, pour un supplément dans les 1.000 ₩.

Thé et café

Comme leurs voisins, les Coréens boivent beaucoup de thé (차 cha), vert pour la plupart (녹차 nokcha). Cependant le terme 'thé' (cha) désigne également de nombreuses infusions:

  • boricha (보리차), thé d'orge grillée, souvent servi froid en été, que l'on consomme comme de l'eau dans de nombreux foyers.
  • insamcha (인삼차), thé de ginseng.
  • oksusucha (옥수수차), thé de maïs grillé.
  • yulmucha (율무차), une boisson épaisse et blanche provenant d'une variété d'orge appelée "les larmes de Job".

La café (keopi, 커피) se trouve partout, en particulier dans des distributeurs qui vous serviront une tasse de café, en général doux et au lait, pour seulement 300 ₩. Les snobs du café seront ravis d'apprendre que les Starbuck's et autres établissements du même genre se répandent comme un feu de brousse. En particulier Starbuck's est très répandu à Séoul, et le café qui y est servi a exactement le même goût que dans les Starbuck's originaux.

Autres boissons

D'autres boissons traditionnelles méritent le coup d’œil:

  • sikhye (식혜), boisson très douce à base de riz, servie froide.
  • sujeonggwa (수정과), boisson à base de feuilles de kaki, aromatisée à la cannelle, et servie froide.

Fumeur, ou non fumeur?

Bien que ce soit moins répandu qu'au Japon ou en Chine, beaucoup de Coréens et un nombre croissant de Coréennes fument, et les cigarettes sont relativement bon marché par rapport aux tarifs pratiqués en Europe. Un paquet de 20 cigarettes coûte aux alentours de 2.500 ₩ (cigarettes coréennes) ou 2.700 ₩ (cigarettes importées), et on en trouve dans toutes les supérettes. Les Coréens apprécient le tabac doux (taux de nicotine aux alentours de 6 mg), et par comparaison aux tabacs européens ou américains, les cigarettes coréennes peuvent paraître fades et sans saveur; les versions coréennes des cigarettes importées sont beaucoup plus légères que les originaux (par exemple 8 mg pour des Marlboro rouges, le taux des cigarettes légères en Europe). Si vous préférez des cigarettes plus fortes, une bonne idée est de faire vos provisions aux magasins hors-taxes en prenant l'avion. Cependant, certains vendeurs à Itaewon et Gunsan vendent des cigarettes américaines originales, bien qu'il vous faudra probablement chercher votre marque habituelle. Heureusement, le personnel militaire américain, omniprésent pourra vous renseigner.

Fumer est interdit dans la plupart des bâtiments publics, des transports en commun, et des restaurants, bien qu'il soit autorisé de fumer dans les bars. Les cybercafés ont des salles fumeurs et non-fumeur, ainsi que les noraebang, les DVD bang, et les hôtels.

Assurez-vous de connaître les usages locaux en matière de tabac. Fumer en public est interdit dans certains endroits de Corée et bien que la police se contente généralement d'un avertissement envers les étrangers, vous courez toujours le risque d'une amende! Récemment (2013), les conditions sont devenues plus restrictives et il semble qu'il soit interdit de fumer dans la plupart des lieux publics (par exemple même les arrêts de bus), voire même dans certains lieux privés (terrasses d'immeuble).

Se loger

Il est évidemment difficile de recenser ici tous les logements possibles en Corée. Se référer au articles des villes/autres destinations.

Il existe en Corée différentes catégories de logements, en premier lieu desquels les classiques hôtels à l'occidentale, pouvant être rapidement assez chers. Une autre version: les motels, parfois loués à la journée, et qui donne assez souvent une (très) bonne idée de l'art coréen du kitsch: bâtiments improbables comme châteaux en carton-pâte style Disneyland, églises russes, etc... Moins cher, on trouve les yogwan (auberges traditionnelles), et les minbak (pensions de famille).

  • "Temple stay" Une expérience que vous ne risquez pas d'oublier, d'un prix abordable (dans les 50.000 ₩ par nuit), est le séjour dans un temple (bouddhiste), connu sous le nom de temple stay. Vous séjournerez dans l'enceinte du temple, ce qui suppose d'en respecter les règles de vie. Pour plus d’informations sur ce mode d'hébergement, vous pouvez consulter cet intéressant site: http://eng.templestay.com.

Apprendre

Travailler

Sécurité

Le site du Ministère des Affaires Étrangères français met à disposition sur son site web une fiche de conseils aux voyageurs.
Le portail Ariane, créé par le ministère des Affaires Étrangères, permet aux voyageurs français qui le souhaitent de communiquer des données relatives à leurs voyages à l'étranger. Il s'agit des voyageurs ponctuels, non des résidents dans le pays.

Criminalité

La Corée du Sud est un pays très sûr, où le taux de crimes est beaucoup plus faible que dans les pays occidentaux. Marcher la nuit ne pose aucun problème, même dans les grandes villes. Le risque de crimes violents est faible en ce qui concerne les locaux, et virtuellement inexistant envers les touristes. Ne cherchez tout simplement pas la bagarre: les seuls étrangers ayant rencontré des problèmes en Corée sont ceux qui ayant bu ont provoqué des bagarres dans les bars ou les discothèques.

Racisme

La discrimination raciale n'est pas illégale en Corée. Ethniquement, c'est un des pays les plus homogènes au monde et pour beaucoup de Coréens, c'est une source de fierté. Le résultat est que les enfants métissés sont souvent sujets à la discrimination et à l'intimidation dans les écoles. Si vous pouvez vous le permettre, envoyer votre enfant à l'école internationale (par exemple l'Alliance Française) peut réduire ce genre de risques. Cependant, même cela devient un problème de société et a tendance a changer progressivement. Alors qu'il est très peu probable que le visiteur moyen rencontre quelque problème que ce soit, le risque de difficultés est légèrement plus élevé si vous êtes de couleur, ou que l'on vous prenne pour un soldat américain, près des bases US (un point de friction majeur, étant donné la triste conduite de certains soldats US). D’ordinaire, le harcèlement se limite aux paroles, que vous pouvez ignorer. Il existe quelques cas de violence, en général liés à une consommation d'alcool, mais ceux-ci restent extrêmement rares.

Circulation

La Corée a l'un des taux de décès par accidents de la route les plus élevés au monde; les automobilistes coréens foncent allègrement sur les passages piétons, grillent les feux rouges, et frôlent d'un cheveu les piétons aussi bien que les autres véhicules. Même quand le feu s'allume, les conducteurs ne s’arrêtent pas. Attention, donc. Même les motocyclistes vont et viennent sur les trottoirs bondés... C'est à vous de les éviter.

Les feux aux passages piétons restent au vert pendant très peu de temps. Si le feu est à l'orange et que vous êtes au bord du trottoir, ne traversez pas. Attendez que le feu repasse au vert. Ensuite, attendez de trois à cinq secondes en regardant si les autres piétons traversent, si la circulation est effectivement arrêtée, puis traversez rapidement pour être en sécurité. Aux grandes intersections, privilégier les passages souterrains.

Ne vous attendez pas à ce que les autos s'arrêtent pour vous aux passages piétons, et restez vigilant à chaque fois que vous traversez.

Troubles à l'ordre public

Au cœur de Séoul, près de Gwanghamun, Yeouido (Assemblée Nationale), et de la Mairie, vous pouvez être témoin de manifestions d'activistes politiques de diverses sortes. En de rares occasions, de telles manifestations peuvent croître jusqu'à rassembler des dizaines de milliers de personnes; dans ces cas, la discrétion est de mise, car si la violence est rare, les grands rassemblements peuvent poser des problèmes de sécurité.

Lois locales

Nul n'est censé ignorer la Loi et une telle ignorance n'est pas une excuse pour y contrevenir, et peut même être une raison pour subir des peines plus sévères. De manière générale, les représentants de l'ordre sont d'une parfaite courtoisie, et d'une parfaite inflexibilité... Les sanctions concernant les drogues peuvent paraître particulièrement sévères aux occidentaux, et comprennent de lourdes amendes, de longues peines de prison, suivies d'une expulsion immédiate. Il est donc très vivement déconseillé de tenter d'entrer en Corée avec vos réserves de cannabis! Il est fréquent de voir des chiens renifleurs le long des tapis de livraison de bagages à l'aéroport d'Incheon. Faire de fausses déclarations dans le but d'obtenir un visa peut conduire au(x) même(s) traitement(s). Même donner des cours de langue (anglais essentiellement) peut vous valoir une expulsion, puisqu'il vous faut un visa pour cela, et encore, uniquement sur votre lieu de travail.

Risques naturels

La Corée du Sud est considérablement plus à l'abri des catastrophes naturelles que ses voisins. Les séismes sont peu fréquents, les rares survenant dans le sud-ouest du pays. Bien que les typhons ne surviennent pas aussi fréquemment qu'au Japon, à Taiwan ou aux Philippines, il y en a cependant un par an en moyenne, et ils causent parfois des décès et des dégâts sévères aux biens.

Le conflit avec la Corée du Nord

Bien que l'armistice ait été signée entre les deux Corées en 1953, les deux pays sont toujours officiellement en guerre. Les événements récents ont de nouveau rendu très élevée la tension entre les deux pays. Un redéclenchement de la guerre entre le Nord et le Sud serait potentiellement catastrophique et entraînerait de nombreuses victimes, militaires et civiles. Soyez au courant de l'actualité de la région avant de voyager.

En aucun cas, et d'aucune manière, ne portez de symboles représentant la Corée du Nord.; ceux-ci n'étant autorisés que dans les musées et les mémoriaux de guerre. Si tentez de faire en public l'éloge de personnalités nord-coréennes, en particulier Kim Jong-un/Kim Jong-il/Kim Il-sung, attendez-vous à ce qu'un citoyen puisse immédiatement informer la police.

Numéros d'urgence

  • Police: 112 d'un téléphone fixe, et code région-112 d'un téléphone portable.
  • Pompiers/ambulance: 119 et code région-119 d'un téléphone portable.

Les services d'urgence ont des interprètes (anglais) disponibles 24h/24.

Santé

La qualité des soins dépendra de l’endroit où vous vous trouvez, mais elle est la plupart du temps très élevée, et également onéreuse. Le grand nombre d'hôpitaux et de cliniques spécialisées dans le pays vous offrira un large choix. La qualité est très élevée et les soins de santé coréens sont connus dans la monde entier tant pour la recherche que pour la médecine clinique.

  • La plupart des médecins, étant ceux au niveau d'éducation le plus élevé du pays, parlent anglais. Particulièrement dans les grands hôpitaux des grandes villes, vous n'en trouverez pas un seul qui ne parle pas anglais; même les infirmières le maîtrisent. Cependant vous pourrez éprouver des difficultés en raison de leur accent coréen; dans ce cas, tenez-vous en aux chose simples et demandez-leur de parler plus lentement.
  • Bien que les soins de santé ne soient pas gratuits en Corée du Sud, ils sont fortement subventionnés par le gouvernement: comparés aux soins dans les cliniques US, ils sont même bon marché. Évidemment, ne pas comparer avec le système français. Pour les expatriés ayant un permis de travail, l'assurance médicale est obligatoire, et les soins sont encore moins chers, mais pas gratuits. Des soins à base de plantes se trouvent dans la plupart des pharmacies ou des herboristeries commercialisant leur propre production. On peut même trouver les plus populaires, comme les produits à base de Ginseng, dans les supérettes de quartier, sous forme de boissons énergisantes,thé, gommes, et boissons alcoolisées. Il ne faut pas l'ignorer, la médecine orientale à des racines très profondes, et à la différence des pseudo-cliniques orientales sévissant dans les pays occidentaux, un diplôme universitaire est requis pour pratiquer. Bien qu'une telle médecine puissent être efficace, elle ne doit cependant pas se substituer à la médecine moderne.
  • Au moins à Séoul et dans les grandes villes, il y a pléthore de pharmacies. On les repère par une croix verte et le signe yak (), ou yakguk (약국), ou même le caractère chinois '薬'. Dans les pharmacies de quartier, il peut arriver que le pharmacien ne parle pas anglais.
    On trouve notamment des pharmacies aux abords des hôpitaux, ceux-ci n'étant pas autorisés à délivrer de médicaments. Contrairement à ce qui se passe en France, les médicaments sont délivrés dans de petits emballages, selon la quantité exactement prescrite.
  • Bien qu'il n'existe pas de vaccinations officielles recommandées pour les visiteurs, l'hépatite A attaque le foie et se transmet par l'eau et la nourriture. C'est un problème dans tout le pays. Une fois contaminé, le temps est le seul remède. Selon le Centre de Contrôle des Maladies, la prévalence de l’infection en Corée du Sud est considérée comme moyenne.
  • En voyage, une bonne règle de base à suivre concernant la nourriture est de faire comme les locaux, surtout pour l'eau. Même si l'eau du robinet est parfaitement potable, les Coréens la filtrent ou boivent de l'eau en bouteilles. Autant faire de même, ne serait-ce que pour se débarrasser de l'odeur de chlore assez forte. En randonnée, vous trouverez assez souvent des sources de montagne: celles-ci sont régulièrement inspectées par les services sanitaires, qui y apposent un avis de potabilité ou non-potabilité (en coréen. Si vous voyez un trait barrant l'avis, il y a des chances que l'eau ne soit pas potable!).

Respecter

Les Coréens sont des gens réservés et bien élevés.

La Corée est un pays où s'appliquent la hiérarchie et le code de bonne conduite confucéens les plus stricts. En tant que visiteur, on ne vous demandera pas d'en saisir toutes les subtilités, mais on appréciera certainement vos efforts. Les Coréens seront impressionnés si vous suivez les règles suivantes:

  • Lorsqu'ils se rencontrent, les Coréens s'inclinent mutuellement vers l'autre pour leur montrer le respect. Ils peuvent aussi se serrer la main. Pour ceux qui se connaissent, un rapide hochement de tête et un simple annyeong haseyo (안녕하세요) (bonjour) suffisent.
  • Lors de la première rencontre, les Coréens d'un certain âge auront tendance à vous demander votre âge, le métier de vos parents, votre métier, votre niveau d'études, etc. Si cela vous met mal à l'aide, vous pouvez répondre rapidement et discrètement changer de sujet dans la mesure du possible.
  • Lorsque vous prenez quelque chose, ou recevez quelque chose d'une personne plus âgée, utilisez toujours les deux mains. SI vous n'utilisez qu'une main, vous pouvez simplement soutenir votre bras droit avec votre main gauche. De la même manière, en serrant la main d'une personne plus âgée, supportez votre bras droit avec votre main gauche.
  • Il est habituel de se déchausser au restaurant et dans les maisons. La plupart du temps, à l'entrée, le sol est à un niveau légèrement inférieur au reste du restaurant ou du logement. NE JAMAIS aller chaussé au-delà de cette limite.
  • En général, les Coréens ont des points de vue extrêmement nationalistes, et accueilleront toute critique de leur pays avec divers degrés d'hostilité. Pour éviter d'être inscrit sur la liste noire de vos hôtes, il est conseillé de louer le pays ou du moins d'éviter tout point de vue négatif.
  • Sujets de conversations à éviter: l'occupation japonaise, Dokdo, la Guerre de Corée, la politique étrangère US: ces sujets délicats peuvent vous amener à vous fâcher avec vos interlocuteurs et conduire à d'intenses discussions, des noms d'oiseaux, et même de la violence. En aucune manière, ne complimenter la Corée du Nord. Ne pas oublier que les plus âgés d'entre vos interlocuteurs ont connu la guerre et sont probablement séparés d'une partie de leur famille depuis plus de 60 ans. Éviter également l'emploi de termes connotés, ou bien de termes étrangers (japonais) s'ils existe le terme coréen équivalent. Ainsi:
    • SURTOUT NE DITES PAS Takeshima au lieu de Dokdo;
    • SURTOUT NE DITES PAS Mer du Japon au lieu de Mer de l'Est;
    • Évitez de parler de karaoke, parlez plutôt de noraebang (노래방);
    • Etc.
  • Le tri des ordures ménagères est poussé à l'extrême dans les foyers coréens, et il y existe plusieurs contenants pour différents types de déchets.
  • Ne vous servez pas à boire, faites-le pour les autres. Lorsque vous mangez avec des Coréens, les plus âgés mangent d'abord. Dans les restaurants, on entend souvent les gens parler fort: c'est signe que l'on se sent bien et que l'on apprécie le repas. On s'attend aussi à ce que vous aspiriez bruyamment les nouilles, ce qui montre que vous appréciez le repas.
  • Il n'est pas habituel de laisser un pourboire, mais si vous le faites, pliez-le avec l'addition et remettez-le discrètement au serveur, plutôt que de le laisser en évidence sur la table, comme cela se fait dans les pays occidentaux. De toute façon, la plupart du temps, on règle en quittant le restaurant, on n'appelle pas le serveur pour lui demander l'addition. De même dans les foyers coréens, lorsque l'on donne de l'argent de poche aux plus jeunes, on ne le fait jamais sans l'envelopper dans du papier, en général dans une enveloppe.

Plus l'on s'éloigne des grandes zones urbaines, plus les gens ont tendance à se montrer conservateurs.

Religion

La Corée est très multi-confessionnelle, et c'est le pays le plus christianisé d'Asie, avec profusion de temples protestants ou d'églises catholiques, dont les croix rouges ou blanches s'illuminent partout à la nuit tombée. Vous verrez un peu partout des croix gammées: cela n'a rien à voir avec le symbole nazi ou un quelconque antisémitisme: c'est un symbole religieux bouddhiste (la croix est en sens inverse du symbole nazi), qui ne présente aucune caractère offensant. Sur les cartes, les croix gammées représentent d’ailleurs l'emplacement des temples bouddhistes.

Homosexualité

L'homosexualité reste un sujet délicat en Corée: au mieux on l'ignorait, au pire on la rejetait totalement comme comportement antisocial. Dans ce pays royaume des feuilletons télévisés (dramas), le premier drama à évoquer — très pudiquement – le sujet est sorti en... 2011! Il n'existe pas de loi réprimant l'homosexualité: c'est tout simplement inconcevable qu'un document officiel fasse référence aux pratiques homosexuelles, et le Gouvernement ne la reconnaît pas. Des bars et clubs gays existent dans les grandes villes, mais afficher ouvertement son orientation vous amènera probablement encore à rencontrer... de la désapprobation. A l'inverse, des démonstrations platoniques d’affection entre ami(e)s du même sexe sont courantes, surtout après quelques verres, et c'est ainsi que l'on verra deux personnes du même sexe se tenant la main: un Coréen voyant deux personnes du même sexe se tenant le bras dans la rue pensera la plupart du temps si ce n'est toujours, qu'il s'agit de deux amis.

Rester en contact

Internet

En plus des cybercafés, quasi omniprésents, vous trouverez en Corée du Sud, les "PC Bang". Ce sont des commerces qui sont présents partout, et ont la particularité de fonctionner 24/24H. Ils offrent à leurs utilisateurs des équipements très haut débit (jusque 100M°), que ce soit pour jouer, surfer, lire ses mails, en envoyer, etc.
Ce qu’il faut savoir avant d’aller dans un PC Bang
1. Si vous souhaitez utiliser un jeu ou un logiciel spécifique, faites en part à l’un des employés présent, afin qu’il vous dirige sur le poste adéquat.
2. Si vous désirez vous servir de votre propre logiciel il vous faudra l'installer sur le poste qu'on vous a attribué.
3. Les PC Bang sont divisés en zone fumeur et non-fumeur. A vous de choisir.
4. La plupart des PC bang sont équipés d’imprimantes mais peu disposent d’un scanner, d’un fax, etc.


Téléphone portable

Pas de problème de roaming avec votre propre portable, en Corée du Sud. Tous les opérateurs français, belges, suisses, canadiens, ont des accords avec les compagnies coréennes.
Cependant, uniquement les téléphones compatibles 3G fonctionneront. Il n'y a pas de réseau GSM en Corée.
Pour un séjour de plusieurs mois, il vaut mieux prendre un téléphone portable local car le forfait avec un opérateur se dépasse très vite et les frais supplémentaires peuvent monter à quelques centaines d'euros.
Vous pourrez sinon, si vous le désirez, louer un téléphone portable. Comptez de 2000 à 3000 wons (1,60 à 2,40 euros) par jour pour la location, plus le coût de communications.
La meilleure des choses à faire reste de vous procurer un portable d'occasion et d'acheter séparément une carte prépayée. Si vous êtes amené à rester plus longtemps, oubliez les téléphones avec abonnement : les vendeurs refusent d'en vendre aux étrangers.


Références bibliographiques

Petite par la taille, la Corée n'en est pas moins un pays fascinant: "crevette coincée entre deux baleines" [1] [le Japon et la Chine], elle a su au cours des millénaires préserver son identité, sa culture et sa langue. Si avant d'entreprendre votre voyage vous souhaitez en apprendre un peu plus sur ce monde à part, les ouvrages suivants, écrits par des français vivant ou ayant vécu en Corée, vous aideront à mieux comprendre le pays et les gens:

  • Pauvre et douce Corée, Georges Ducrocq, 1998 (pour l'édition présente). Collection "Hors barrières", Zulma, 1998. Plus que tout autre, Georges Ducrocq a aimé la Corée. Si Pierre Loti et de nombreux voyageurs, à la même époque, voient dans le "royaume ermite" un pays finissant, Georges Ducrocq au contraire y découvre les racines toujours vives d'une culture qui n'a rien perdu d'elle-même. Dans ce récit plein de tendresse et de nostalgie, il nous introduit dans le quotidien d'un peuple qui n'a encore rien oublié de ses anciens gestes et de ses traditions : cérémonies, costumes, petits métiers, peintures... A travers les bruits de Séoul, ses parfums, ses ombres et ses lumières, la texture du papier, des tissus, ou de la porcelaine, il nous invite à découvrir la douceur et la simplicité des jours qui passent au "pays du matin calme".
  • Histoire de la Corée, André Fabre, 2001. Collection "Langues et Mondes", l'Asiathèque, 2001. Ouvrage de référence en français sur le sujet, il relate l’histoire de la Corée depuis les temps préhistoriques jusqu’à nos jours. Les derniers développements dans les relations entre Corée du Sud et Corée du Nord sont présentés et analysés. Un chapitre sur la géographie et de nombreuses cartes thématiques en couleur permettent de suivre facilement les différentes périodes et de situer les lieux évoqués.
  • Scènes de vie en Corée, Martine Prost, 2001. Éditions l'Asiathèque. La Corée suscite un intérêt grandissant en France et beaucoup de livres lui ont été récemment consacrés, mais il en est peu qui projettent le lecteur dans le quotidien des Coréens en lui proposant des clés pour décrypter ce qui lui est donné à voir. Les dix-sept chapitres de l'ouvrage sont à double entrée : d'abord des " éclats de vie ", c'est-à-dire des saynètes authentiques, captées dans leur vivacité, leur intensité, et parfois leur tragique ; ensuite un essai d'interprétation qui conduit Martine Prost à dresser un portrait contrasté de la société coréenne d'aujourd'hui. Célébration de l'eau, culte de l'apparence, situation de la femme, traces laissées par l'histoire, langue et écriture, attitude vis-à-vis de la sexualité, vécu du ressentiment et de la compassion, tels sont quelques-uns des thèmes abordés, avec chaque fois des références à des termes significatifs de la langue coréenne.
  • La Corée dévoilée, 15 portraits pour comprendre, Tristan de Bourbon-Parme, 2004, Éditions l'Harmattan. Que sait-on de la Corée du Sud sinon que son équipe de football a atteint la demi-finale de la dernière Coupe du monde, que ses nouvelles technologies envahissent les rayons de nos magasins et que son frère ennemi nord-coréen s'essaie à l'arme nucléaire ? Pas grand chose, finalement. Après deux années passées à Séoul, les auteurs brossent le portrait de la société sud-coréenne à travers quinze morceaux choisis de la vie quotidienne. Des thèmes parfois chocs (l'emprisonnement d'étudiants, l'oppression des femmes), souvent forts (le sacrifice au travail, le formatage des esprits). Un voyage insolite et bouleversant au cœur du plus latin des pays d'Asie.
  • Passeport pour Séoul, Patrick Maurus, 2004. Collection "Lettres coréennes", Actes Sud. Pour accompagner et dépasser l'événement footballistique de l'été 2002, Patrick Maurus nous invite à une visite guidée de Séoul composée sur le mode de "Passeport pour Sydney" (Actes Sud 1999). Après une présentation de la ville, de son histoire, de ses quartiers, de ses (rares) monuments et des lieux où flâner, faire des courses, dîner, prendre un verre, on entre dans la partie littéraire de l'ouvrage. Les nouvelles, poèmes et récits proposés dans ce recueil sont signés des meilleurs écrivains contemporains et marqués par les thèmes de l'urbanisation sauvage, la difficulté de trouver un logement, la spéculation, l'horreur de l'anonymat, la désagrégation de la cellule familiale... Malgré tout, l'appartenance à la capitale suscite une certaine fierté et cimente une identité particulière, dont les écrivains se font l'écho.
  • [1] Les Coréens, Pascal Dayez-Burgeon, 2011. Éditions Taillandier. "Il faut dire que la Corée, franchement, on n'en entend jamais parler". Tout est dit. Les Coréens sont parmi nous et nous l’ignorons. Leurs entreprises conquièrent nos marchés, leurs innovations formatent notre quotidien, la stabilité de leur péninsule hypothèque notre avenir et nous n’en prenons pas vraiment la mesure. Nécessité ou cécité ? Comment en sont ils arrivés là et comment en sommes-nous arrivés là? Que faut-il en penser, quelle leçon en tirer ? En tout état de cause, la question coréenne mérite qu’on la défriche.
  • Vivre la Corée, Collectif, 2013, Hikar Editions. Vivre la Corée est un guide pratique qui veut donner toutes les informations nécessaires à ceux qui habitent ou souhaitent habiter dans le pays. Il a été écrit par une équipe de journalistes qui résident en Corée depuis plusieurs années. Ils ont voulu faire partager leur expérience du quotidien. Louer un appartement. Payer son téléphone. Trouver un travail, un stage, ou une université. Aller à l'hôpital. Vivre tout simplement dans l'un des pays les plus fascinants du monde. Vous trouverez donc dans ces pages des informations pratiques, des contacts, des conseils, bien entendu, mais sans jamais oublier de vous donner nos clés de la société coréenne. Pour nous, une information doit toujours être comprise dans son contexte, dans sa culture.
  • Pays lointains, pays voisins: la Corée, Lee Won Bok, édition 2013, Éditions KimYeong (kimyeongsa/김영사), 269 pages. Cette BD amusante et intéressante est un énorme succès en Corée (près de 20 millions d'exemplaires en dix ans): sous forme de bandeaux de trois cases, elle présente les Coréens vus par un Coréen, dans leur histoire, leur façon de penser, leurs relations avec leurs voisins, etc. Au-delà de l'aspect ludique et humoristique, c'est une véritable mine d'informations pour qui cherche à mieux comprendre le pays et ses habitants. Existe désormais en français, c'est un must! Un gros hic cependant: sauf erreur, on ne le trouve — pour le moment — qu'en Corée, au rayon livres étrangers ("foreign books") des grandes enseignes, comme Kyobo, ou YP bookstore. Voir aussi sur le site web de Kyobo, ou sur celui de l'éditeur, mais c'est en coréen.


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites