Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Cathédrale de Strasbourg

De Wikitravel
Version du 12 décembre 2012 à 07:04 par 77.196.231.150 (discuter)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

La Cathédrale de Strasbourg se dresse sur une large place pavée comme au Moyen Age. Elle repose sur les fondations d'une ancienne basilique rhénaneconstruite en 1015 par l'évêque Wernher, de la famille des Habsbourg.

Détruite par un incendie, elle fut remplacée par une nouvelle cathédrale. Presque trois siècle s'écoulèrent, des fondations commencées en 1176 à la flêche terminée en 1439 seulement. Sa hauteur de 142 mètres fit de Notre-Dame de Strasbourg l'édifice le plus élevé de la chrétienté jusqu'au XIXe siècle.

Architecture[modifier]

La façade principale[modifier]

Les portails[modifier]

Le tympan du portail principal, à l'ouest, est entouré de statues de prophètes et de martyrs, et a pour thème la Passion du Christ. Des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament sont également représentées.

Au milieu, une statue de la Vierge à l'Enfant rappelle la dédicace de la cathédrale à Notre-Dame. Une autre statue de la Vierge est située au-dessus du tympan. Elle est surmontée d'une statue du Christ dont le trône est entouré de lions musiciens.

Le portail gauche représente les Vertus qui transpercent les Vices de leurs lances. Son tympan a pour thème l'enfance du Christ.

Le portail droit est consacré au thème classique des Vierges Sages et des Vierges folles. Le tympa symbolise quant à lui, le Jugement Dernier.

La rosace[modifier]

Dans un encadrement de pierre finement ajouré fleurit une merveilleuse rosace, attribué à Erwin de Steinbach, maître d'oeuvre de la cathédrale de 1284 à 1318. Cette rosace, unique en son genre, est composée d'épis de blé, et non de saints, comme c'est la coutume. Ils sont le symbole de la puissance commerciale de la ville.

La plate-forme[modifier]

Au dessus de la rosace, deux tours reliant le béffroi construit à la fin du XIVe siècle composent la plate-forme. De cette hauteur, après escaladé les 329 marches, on jouit d'un superbe panorama sur la ville et ses environs. Sur la plate-forme se dresse la tour, octogonale, surmontée d'une flêche ajourée, due à Jean Hultz de Cologne.

La nerf[modifier]

La nerf inspirée de celle de Saint-Denis, construite en deux campagnes entre 1236 et 1275, émerveille par l'harmonie de ses proportions. Elle a conservée la plupart des ses verrières d'origine dont l'éclat doré est dû à l'emploi de teintes claires que prilivigièrent les maîtres-verriers strasbourgeois. Les vitraux les plus anciens datent du XIIIe siècle et représentent une succession de rois et empereurs germaniques. La Vierge du choeur est la rose de la façade sont quant à elles modernes.

L'Horloge Astronomique[modifier]

Cette horloge est un héritage de la Réforme. Elle fut construite vers 1547 par une équipe d'horlogers suisses. Hors d'usage depuis la Révolution, Jean-Baptiste Schwilgué l'anima d'une vie nouvelle vers 1840. Enrichie par ses soins d'un planétaire copernicien et d'un comput ecclésiastique, l'Horloge attire surtout par le jeu de ses automates, qui tous les jours, à 12h30, s'ébranlent au grand complet. A cet instant, on peut voir les apôtres défiler devant le Christ. Leur passage est ponctué par les battements d'ailes et les chants d'un grand coq.

Plus bas, ce sont les différents âges de la vie, qui, personnifiés par un enfant, un adolescent, un adulte et un vieillard, passent devant la Mort.

La flêche[modifier]

Terminée en 1439, la flèche de la tour nord culmine à 142 mètres au-dessus du sol, et c'est la plus haute flèche construite au Moyen Âge qui ait subsisté jusqu'à nos jours. La cathédrale de Strasbourg est une des seules grandes cathédrales de France dont la tour est dotée d'une flèche, typique de l'architecture germanique.


Liens externes[modifier]

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues