Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Belgique

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
Belgique [[Drapeau belge|81px|noframe|Drapeau]]
[[Bruxelles|250px|noframe|]]
[[Localisation de la Belgique|250px|noframe|Localisation]]
Capitale Bruxelles
Superficie total : 30 510 km²
terre : 30 230 km²
eau : 280 km²
Population 10 379 067 habitants
(estimation juillet 2006)
Monnaie Euro (EUR)
Langue Néerlandais (officielle) 60 %
Français (officielle) 40 %
Allemand (officielle)
Religion Catholicisme 75 %
Protestantisme 25 %
Électricité 220V/50Hz
prise européenne
Indicatif tél. +32
Fuseau horaire UTC+1


Comprendre

La Belgique est un des plus petits pays d'Europe, membre du Benelux. Elle est bordée par la France à l'ouest, le Grand-Duché de Luxembourg au sud, l'Allemagne et les Pays-Bas à l'est, et la Mer du Nord ...au nord.

Peuplée par trois communautés linguistiques inégalement représentées, la Belgique accueille aussi le siège d'une partie des institutions européennes et de l'OTAN à Bruxelles, sa capitale. Mais les questions linguistiques empoisonnent le pays. Influencées depuis l'Antiquité par le monde germanique (au nord) et le monde latin (au sud), les deux grandes communautés se font face depuis une cinquantaine d'années dans une crise apparemment insoluble. De l'indépendance du pays, en 1830, aux deux conflits mondiaux du XXe siècle, le Français fut la langue dominant les échanges économiques, l'armée, la politique. La frustration légitime des néerlandophones du pays a trouvé son paroxysme dans les années 1960, avec la scission linguistique de l'université catholique de Leuven en 1968 (Louvain, en français, dont l'équivalent francophone fut créé quelques années plus tard sous le nom de Louvain-la-Neuve en Brabant wallon) et la séparation progressive du pays de part et d'autre d'une frontière linguistique. Depuis, une grande partie des élites politiques néerlandophones caresse le souhait d'approfondir la fédéralisation du pays, jusqu'à la séparation définitive prônée par certains. Du côté francophone, l'idée fait son chemin, mais sans enthousiasme.

Le climat général du pays est tempéré, subissant une influence maritime pendant la majeure partie de l'année. Toutefois, des températures plus marquées peuvent se faire sentir en juillet et en janvier, selon les années.

Régions et Communautés

La Belgique est un Etat fédéral. Elle comprend dix provinces depuis 1995 : cinq font partie de la région flamande : Anvers, Limbourg, Brabant flamand, Flandre orientale et Flandre occidentale. Les cinq autres font partie de la région wallonne : Brabant wallon, Hainaut, Liège, Luxembourg et Namur.

Il existe trois Régions correspondant à des territoires bien définis :

  • Région flamande (néerlandophone): elle se situe au nord de la Belgique. Densément peuplée, elle dispose de l'entièreté du littoral belge, du port international d'Anvers et de centres touristiques tels que Bruges, Gand, Leuven, Malines. Le relief y est très peu accentué, de grandes villes se partagent le territoire avec l'élevage et l'agriculture.
  • Région wallonne (bilingue : francophone & germanophone): elle correspond au sud du pays. Le paysage humain est plus clairsemé, à l'exception de la vallée de la Meuse et de la Sambre, anciens foyers miniers et sidérurgiques aujourd'hui en reconversion. La Wallonie comprend également l'ensemble du Condroz et des forêts de l'Ardenne, avec comme point culminant le Signal de Botrange à 694 m.
  • Région de Bruxelles-capitale (bilingue : francophone & néerlandophone): capitale de l'Union européenne, capitale du pays, de la Région flamande, de la région Bruxelles-capitale, de la Communauté française, de la Communauté flamande, chef-lieu d'arrondissement judiciaire et de commune - Ouf !

Cœur administratif de l'Europe, elle héberge le siège de nombreuses institutions de l'Union Européenne (dont la Commission et le Parlement européen, partagé avec Strasbourg) ainsi que le siège européen de l'Otan. Objet de toutes les convoitises en raison de son statut d'enclave à majorité francophone, techniquement située sur le territoire flamand, fréquentée par une centaine de nationalités. La région comporte 19 communes, formant un tissu ininterrompu de quartiers densément peuplés, mais à taille humaine : seulement un million d'habitants.

On peut aussi distinguer trois Communautés, reflets des différences culturelles et linguistiques :

  • Communauté française (Bruxelles et Wallonie), dont le siège est à Bruxelles
  • Communauté germanophone (Wallonie), dont le siège est à Eupen
  • Communauté néerlandophone (Bruxelles et Flandre), dont le siège est à Bruxelles. La fusion de la Communauté flamande et de la Région flamande a généré le Vlaamse Raad.

Chaque Communauté et chaque Région possèdent des compétences propres. On peut simplifier en disant que les Communautés se chargent de ce qui est culturel (Enseignement, musées, aide à la jeunesse par exemple) et les Régions de ce qui est économique (routes, aéroports, emploi par exemple). Le niveau fédéral du pays s'occupe des questions nationales (armée, affaires étrangères, santé par exemple).

Les principales régions touristiques sont définies par leurs aspects géographiques :

  • L'Ardenne, au sud du pays, dominée par des paysages de forêts et d'élevage comprenant la Gaume (à l'extrême sud de la province de Luxembourg), les Hautes Fagnes (au sud de la province de Liège) et l'Ardenne proprement dite (à cheval sur les provinces de Liège, Luxembourg et Namur).
  • Le Condroz (provinces de Liège et de Namur), le Pays de Herve (province de Liège) et le Pays des Collines (province de Hainaut), la Hesbaye (province de Liège) et le Brabant wallon, dominés par de douces collines consacrées à l'élevage et l'agriculture, surtout fruitière autour de Herve. Ces régions, bien desservies, font l'objet depuis les années 1980 d'une intense urbanisation en faveur des "navetteurs" travaillant à Bruxelles.
  • La Haute Meuse namuroise (province de Namur) et la Botte du Hainaut, pays de rochers, d'abbayes et de châteaux, au relief encaissé et couvert de bois épars.
  • La côte belge et la réserve naturelle du Zwin (province de Flandre occidentale), dominées par la proximité de la Mer du Nord.
  • Le Brabant flamand et ses villes : Bruxelles, Malines, Leuven.

Outre ces grandes régions, des villes valent à elles seules le détour, ainsi que des sous-régions ; chacun s'en fera une idée en traversant ce petit pays.

Villes principales

Presque toutes les villes comportent leur version originale et une version dans l'une des autres langues du pays (voire les deux). C'est un peu déroutant pour le touriste, notamment francophone. Et cette particularité s'applique aux cités frontalières. Si vous cherchez Lille, vous risquez fort de vous retrouver dans un petit village de la banlieue d'Anvers. Il faudra en partir en cherchant ... Rijsel.

Carte de la Belgique

Arriver

En Autocar

Eurolines propose des tarifs parmi les plus bas du marché et en tout cas souvent moins cher que les compagnies aériennes

En avion

La Belgique dispose de cinq aéroports principaux et de plusieurs aérodromes militaires et civils pour les avions de tourisme. Elle a un aéroport national, à proximité de Bruxelles, à Zaventem, et quatre aéroport régionaux en Wallonie, à Charleroi (Gosselies) et à Liège (Bierset) ainsi qu'en Flandre, à Anvers (Deurne) et à Ostende. Tous ces aéroports desservent des lignes internationales, mais les vols intercontinentaux partent de Bruxelles.

L'aéroport de Bruxelles-National, renommé Brussels Airport en 2006, est accessible depuis de nombreuses villes européennes et internationales. De là, vous pouvez rejoindre le centre de Bruxelles en taxi (max 25,00 EUR), en bus (3,50 EUR) ou en train (3,00 EUR). Il y a un train tous les 15 minutes de l'aéroport vers Bruxelles et de là vers de nombreuses villes belges; depuis fin 2005 il y a également une liaison directe rapide vers Leuven ( 2 fois par heure du lundi au vendredi - autrement toutes les heures ).

L'aéroport de Charleroi-Bruxelles Sud est spécialisé dans les liaisons opérées par des compagnies aériennes à bas prix, dites "low-cost" en franglais, vers 15 destinations européennes (avec principalement la compagnie Ryanair). Une liaison par autobus est proposée vers le centre de Charleroi (1,80 EUR) et par autocar vers la gare de Bruxelles-Midi (10 EUR).

L'aéroport d'Anvers-Deurne propose également quelques liaisons régulières, principalement vers le Royaume-Uni mais également Rotterdam et Milan.

Les aéroports d'Ostende et Liège proposent plutôt des vols charters. L'aéroport de Liège est principalement spécialisé dans le transport du fret.

En bateau

Des liaisons ferry sont proposées à partir de Zeebrugge vers Hull et Édimbourg, et à partir du port d'Ostende vers Ramsgate.

En train

De nombreuses liaisons à grande vitesse vers les pays voisins :

Il existe également des trains classiques transfrontaliers en provenance de France, des Pays-Bas, de l'Allemagne et du Grand-Duché du Luxembourg.

Il ne reste qu'un train de nuit au départ de Belgique ( Bruxelles ) , vers Berlin et Hambourg (Allemagne), ainsi que plusieurs liaisons de jour de Bruxelles vers la Suisse- via Namur et Arlon - avec comme terminus Bâle - ou Coire - via Zurich.

En voiture

La Belgique est connectée aux pays limitrophes par un réseau autoroutier dense (environ 1 500 kilomètres) et très souvent éclairé la nuit. Son réseau routier est également très dense et compte plus de 12.000 kilomètres de voiries.

Quelques distances au départ de Bruxelles, avec les principales villes du pays:

  • Bruxelles - Louvain: 25 km;
  • Bruxelles - Nivelles: 33 km;
  • Bruxelles - Anvers: 46 km;
  • Bruxelles - Gand: 50 km;
  • Bruxelles - Charleroi: 54 km;
  • Bruxelles - Namur: 61 km;
  • Bruxelles - Mons: 65 km;
  • Bruxelles - Tournai: 81 km;
  • Bruxelles - Hasselt: 90 km;
  • Bruxelles - Chimay: 95 km;
  • Bruxelles - Bruges: 97 km;
  • Bruxelles - Liège: 100 km;
  • Bruxelles - Ostende: 115 km;
  • Bruxelles - Verviers: 125 km;
  • Bruxelles - Bastogne: 138 km;
  • Bruxelles - Eupen : 145 km;
  • Bruxelles - Neufchâteau: 160 km;
  • Bruxelles - Arlon: 190;
  • Bruxelles - Virton: 212 km.

Circuler

En train

Premier pays du Vieux Continent à s'être équipé en trains, la Belgique possède l'un des réseaux les plus denses au monde. Et, quoi qu'on en dise, l'un des plus fiables aussi. Le site de la SNCB (Société Nationale des Chemins de fer Belges) permet de trouver itinéraires et tarifs.

Pour les jeunes de moins de 26 ans le Go Pass coûte 50 EUR et vous permet de faire 10 voyages simples en 2e classe entre deux gares belges (correspondances autorisées), points frontières exclus. Il n'est pas nominatif et permet donc de voyager à plusieurs avec un seul Go Pass ou de le prêter à des amis ou de le revendre en quittant le pays.

Un billet de train peut s'acheter à l'avance - éventuellement par internet - et il n'y a pas de réservation. Il n'y a donc pas de tarifs différents selon le créneau horaire.

Les trains ont deux grilles horaires : pour les jours normaux (semaine) et pour les jours calmes (week-end et fériés).

En Métro

Pour visiter Bruxelles, Charleroi et Anvers, il peut être judicieux de garer sa voiture dans les faubourgs, et d'utiliser les nombreuses lignes de métro, de prémétro ( trams en souterrain ) ou de tramways modernes qui sillonnent ces trois villes.

En bus

Les lignes de bus vous attendent, plus denses encore que les lignes ferroviaires. Il existe de nombreux abonnements ainsi que des tarifs spéciaux pour une journée ou un week-end. Les personnes de plus de 65 ans se déplacent gratuitement en bus.

En tram

Le réseau de tramway est très dense dans la capitale tout comme à Anvers et Gand sans oublier les quelques 65 km de laligne parcourant la cote belge.

En vélo

C'est un moyen de locomotion très répandu dans le nord du pays, et à peine utilisé en Wallonie. Il existe des pistes cyclables aménagées, et dans les grandes villes c'est parfois plus rapide pour se déplacer. A noter que vous pouvez emporter votre vélo dans les trains moyennant supplément. En Wallonie, depuis une quinzaine d'années, le Ravel a été aménagé sur les anciennes voies de tram et de halage, désaffectées. Il est ainsi possible de rallier la plupart des grandes villes à pied ou à vélo, en échappant aux grands axes automobiles.

En voiture

Les routes et voies rapides sont en bon état, les autoroutes sont gratuites et très souvent éclairées la nuit, la signalisation est claire.

La règle de la priorité à droite est de rigueur, toujours l'observer !

Les stations services sont bien réparties à travers le pays. Attention à certaines d'autoroutes qui n'en sont pas équipées (là où des restaurants sont implantés...). Aucune aire de repos standard (en fait, de simples parkings...) n'est pourvue de sanitaires.

Les limitations de vitesse :

  • 30 km/h aux abords des écoles
  • 50 km/h en ville
  • 90 km/h sur les nationales
  • 120 km/h sur les autoroutes et certaines voies rapides équipées d'un séparateur central.

Les contrôles radar de prévention sont généralement signalés à la radio ainsi que sur le site de la police. Attention néanmoins aux contrôles mobiles (radar dans véhicule banalisé) car il en circule toujours au moins un sur le réseau.

En Flandre, les radars fixes sont nombreux et n'épargnent personne. Prudence surtout dans les rues limitées à 50 km/h.

Le taux d'alcoolémie autorisé est de 0,5 g/l de sang.

Il est conseillé de disposer d'argent liquide en quantité suffisante, l'immobilisation du véhicule est souvent ordonnée lorsqu'on n'est pas en mesure de régler une contravention sur place.

En taxi

Les taxis vous attendent à tous les points stratégiques: gare, aéroport, centre-ville. On ne hèle pas les taxis vides car ils vont certainement en mission. Vous pouvez réserver votre taxi à l'avance en appelant une compagnie, et celui-ci viendra vous chercher à votre domicile. Les tarifs actuels incluent une base fixe et comptez € du km.

En stop

Peu développé dans les régions industrielles, l'auto-stop fonctionne relativement bien à la sortie des villes universitaires. Il n'y a pas d'autre obstacle que la méfiance réciproque.

Visiter

La Belgique est peuplée depuis les temps les plus anciens de la préhistoire européenne. Traversée de tous temps par les populations migrantes, elle a connu une forte influence celtique à travers les Gaulois. Envahie par les romains, puis par les Francs, elle fut par deux fois l'épicentre des grands royaumes qui préfigurent la France et l'Allemagne médiévales : Clovis est né à Tournai tandis que la lignée de Charlemagne est originaire du bassin liégeois de la Meuse. Au terme du Moyen Age, le territoire est partagé, envahi, conquis et repris par les Français, les Hollandais, les Anglais, les Espagnols... En 1830, après les derniers soubresauts de l'empire français (Waterloo, 1815) et l'administration hollandaise, le pays prend son indépendance.

De ce perpétuel carrefour sont nées un chapelet de villes historiques, presque toutes fortifiées, ayant connu leur heure de gloire à des époques différentes, conservées de diverses manières. Il en reste un kaléidoscope de l'histoire du pays, partagé entre abbayes en ruine, maisons particulières classées au Patrimoine mondial de l'Unesco, dédales de ruelles médiévales ou vestiges de l'industrie minière. Se reporter aux pages wiki de chaque ville est encore la meilleure façon de préparer son voyage, à moins de passer plusieurs semaines au pays.

La nature se décline par contre en quatre ou cinq grandes zones géographiques. La moitié nord du pays se distingue par une densité de population importante, jusqu'à la côte belge. Pourtant, les abords des canaux industriels, aujourd'hui inusités, offre de magnifiques balades. Les amateurs d'ornithologie ne pourront manquer le parc naturel du Zwin, sur la côte. Au milieu du pays, une large bande de terre se partage entre les cultures agricoles qui firent la richesse du pays avant l'industrialisation : élevage bovin, céréales, betteraves, fruitiers à travers le Hainaut, la Hesbaye et le Condroz. Au sein de cette bande, impossible de comparer le Tournaisis aux coteaux Liégeois ! Plus au sud encore, l'Ardenne offre ses douces collines au promeneur, culminant à 694 mètres à lest du pays. L'extrême sud du pays est occupé par une Gaume aux reflets de Lorraine française, quand ce n'est pas la Toscane; C'est en effet là que l'on cultive la vigne donnant l'un des seuls vins du pays -en tous cas le moins méconnu.

La Belgique partage enfin avec sa voisine néerlandaise l'une des densités de géocaches les plus fortes au monde.

Parler

- Le français est parlé dans la région wallonne et à Bruxelles, et largement connu dans le nord du pays, il comporte quelques particularités appelées belgicismes que les autres francophones du monde découvriront avec plaisir.

- Le wallon était largement répandu au début du 20ème siècle quand le français n'était pas obligatoire. Aujourd'hui, très peu le comprennent encore. Il se compose de divers idiomes locaux, dont il ne reste que les accents et quelques mots bien spécifiques. Les Français du nord trouveront de nombreux liens de parenté avec le wallon du Hainaut belge ; ils seront par contre plus déroutés à Liège ou en Ardenne.

- Pour citer les dialectes, on retrouve : le picard (dans le Hainaut occidental apparenté au parler du Nord de la France, et différent du wallon ), le borain (Mons et environs), le carolo (Charleroi), le namurois (Namur), le liégeois, l'ardennais, le dinantais sans oublier le bruxellois qui est facilement reconnaissable car il est stigmatisé par les imitations de l'accent belge. Il est le reflet du mélange des cultures dans la capitale et prend historiquement sa source dans le parler brabançon médiéval, les variantes du flamand des villes voisines, le français pratiqué par la cour brabançonne et la bourgeoisie, le castillan de l'occupant espagnol et, aujourd'hui, des accents inspirés par la diaspora maghrébine.

- Le néerlandais tel que parlé aux Pays-Bas est appris à l'école aux jeunes enfants de la région flamande même si, à la maison, ils parlent plutôt le flamand terme générique qui regroupe l'ensemble des idiomes de Flandre qui varient d'une région à l'autre.


- L'allemand est pratiqué dans la zone frontalière de la région wallonne avec l'Allemagne, appelée Cantons de l'Est. La jeune génération y tend à parler moins bien le français que l'allemand, au contraire de leurs parents.

Acheter

La plupart des touristes apprécient le chocolat belge et les pralines fourrées de toutes sortes de ganaches, d'alcools ou de fruits, que l'on peut se procurer partout dans le pays (leur prix varient en fonction du prestige de la marque). Ils apprécient aussi les "bières trappistes", seules à être brassées sous le contrôle et la responsabilité de la communauté monastique. Six bières belges portent cette appellation: la Chimay, l'Orval, la Rochefort, la Achel, la Westmalle, et la Westvleteren, cette dernière n'étant vendue qu'à l'abbaye et dans le bistrot d'en face. Le pays se vante de compter plusieurs centaines de bières différentes, ce qui est à la fois faux et vrai. Il existe quelques dizaines de brasseries, indépendantes ou sous-traitantes, qui brassent plusieurs recettes différentes (des confréries folkloriques locales ne disposant pas d'installations brassicoles, par exemple, peuvent ainsi confier la fabrication de leur recette à une brasserie distante de plusieurs dizaines de kilomètres), elles-mêmes déclinées en plusieurs variantes. Il existe donc plus de mille bières différentes, portant plusieurs centaines de noms, brassées par quelques dizaines d'établissement... L'arrière-pays rural continue de produire d'innombrables produits du terroir, fromages, alcools, charcuteries et confitures.

Manger

Toutes sortes de restaurations sont possibles, la plupart des villes sont cosmopolites et de nombreuses gastronomies y sont proposées mais la Belgique dispose de sa propre culture culinaire.

Le mythe du cornet frites-mayonnaise que l'on mange dans les "fritkot" (également appelés friteries ou baraques à frites) et du moule-frites mangé à la côte ravissent toujours autant les Belges et leurs visiteurs. Mais il existe des spécialités typiques, souvent cuisinées au terroir à la bonne franquette, et qui vont au-delà de cela:

  • les "stoemps" (prononcez stoump), potées aux légumes divers (plat typique de la cuisine Bruxelloise), un endroit où les déguster à Bruxelles: "t'Kelderke" (la petite cave) en fait, le restaurant se trouve dans une cave voûtée du XVIIe- adresse: Grand'Place 15. Les prix sont plus ou moins démocratiques, compte tenu du lieu.
  • les carbonnades flamandes, un bouillon de boeuf mariné à la bière.
  • les tomates farcies aux crevettes grises, les croquettes de crevettes grises (à déguster surtout à la côte).
  • Le Waterzooi (prononcez ouaterzoïe ou ouaterzouïe) à la gantoise est un bouillon de légumes agrémenté de volaille ou de poissons.
  • Les asperges de Malines à la flamande (cuites à l'eau salée, garnies d'œufs durs tamisés, sauce au beurre et persil)
  • L'escavêche de Chimay (poissons de rivière en gelée vinaigrée)
  • Anguilles au vert (cuites soit au vin, soit à la bière avec échalotes et herbes hachées (oseille, persil, cerfeuil, menthe, sauge)).
  • Rognons de veau à la Liègeoise (au Genièvre et baies de genévrier)
  • Ecrevisses à la Liègeoise (cuites au court bouillon corsé, réduit, flambé au genièvre et monté au beurre)
  • La Potée ou "salade" liégeoise : plat populaire composé de haricots mange-tout, de pommes de terre cuites et de lardons fumés poêlés, d'une saucisse rôtie (parfois), d'un oeuf dur émietté, le tout mélangé en une potée légèrement relevée de vinaigre. C'est l'équivalent local du stoemp bruxellois.
  • Le lapin à la Gueuze (bière bruxelloise)
  • Les chicons (endives) au gratin (au jambon, avec sauce béchamel).
  • Les boulettes "sauce lapin" (Liège).
  • L'oie "à l'instar de Visé " (cuite dans un bouillon à l'ail, sauce crème liée aux oeufs).
  • la côtelette a'l berdouill [[Mons]
  • les salaisons ardennaises et gaumaises

On retrouve aussi une grande variété de fromages:

  • fromages d'abbayes: Chimay nature ou à la bière, Orval et sous licence: Maredsous, Affligem...
  • Le "plattekaas" est un fromage blanc, que l'on mange étalé sur une "tartine" (tranche de pain) accompagné de radis, d'oignons nouveaux, ciboulette, sel et poivre.
  • Le fromage de Herve
  • La boulette de Huy se déguste fondue sur une tartine avec du sirop de Liège (sirop de pommes et poires) et un verre de péket (genièvre).
  • La boulette de fromage de Nivelles qui se déguste surtout sous forme de tarte "al djote" salée et, en hiver, sous forme de "doubles" (crèpes de farine de sarrasin).

Laissez-vous tenter par les gaufres de Liège et de Bruxelles (dont les noms sont généralement inversés dans les autres pays) et les "spéculoos", biscuits faits à base d'épices et de sucre roux, qui se dégustent surtout au moment de la "Saint-Nicolas" et de Noël.

A essayer aussi: la glace au "spéculoos", le "cramique" (pain aux oeufs et aux raisins), le "craquelin" (pain brioché semblable au cramique, avec des morceaux de sucre au lieu des raisins), la tarte au sucre, les matons(en flamand, mattetaarten)...

Restaurants

Boire

La renommée de la bière belge n'est plus à faire mais ce ne sont pas forcément les marques les plus connues qui vous séduiront le plus. On recense actuellement pas moins de 680 bières brassées en Belgique, dont la plupart déclinées en plusieurs brassins. Au total, bien qu'aucun décompte officiel n'existe, plus de 2000 étiquettes différentes existeraient en Belgique.

Elles peuvent être réparties en plusieurs catégories :

  • La bière trappiste, brassée par des moines trappistes au sein même de l'abbaye (par exemple Orval, Rochefort, Chimay),
  • La bière d'abbaye, brassée sous licence selon une recette d'abbaye (par exemple Affligem, Leffe, Maredsous, Floreffe),
  • La bière lambic ou fruit, vieillissant en fût de chêne. On peut découvrir deux sortes de lambic : le jeune (3 mois) , le vieux (trois ans). A déguster, par exemple, à "La Bécasse", à Bruxelles, en face de l'église Saint-Nicolas. A partir du moût de lambic, de nombreuses bières fruitées existent telles que la Kriek, faite à base de lambic et de cerises. Il est à préciser que ce type de bière est exclusivement bruxellois. Ces bières doivent leur goût acidulé à une bactérie naturellement présente dans la seule atmosphère bruxelloise.
  • La bière blanche, pâle et trouble, brassée à base de froment,
  • la bière rouge, mélange de bière de fermentation haute ayant séjourné deux ans environ dans des fûts de chêne (Brasserie Rodenbach).
  • Les autres bières dites spéciales : Ciney, Duvel.


On attirera l'attention des touristes sur le fait que le taux d'alcool est généralement plus important qu'aux États-Unis ou en France par exemple. Il va d'environ 5° pour les simples Pils à 12° pour certaines exceptions comme la "Bush" en passant par 8° pour la Duvel par exemple.

Se loger

  • L'Office de Promotion du Tourisme de Wallonie et de Bruxelles [1] organise la site Belsud [2]. Ce site reprend plus de 2500 idées de séjours en Wallonie et à Bruxelles. Partez à la découverte de la Belgique en séjournant en gîte rural, gîte à la ferme, meublé de vacances, chambre d'hôtes et village de vacances. Toujours dans une atmosphère bon enfant, et à des prix parfaitement abordables, vous goûterez à sa gastronomie, au charme de ses hôtels, gîtes et chambres d'hôtes, aux plaisirs d'apprendre au fil de vos visites dans les musées ou lieux insolites.
  • Antwerp Mabuhay Lodgings, [3]. Le bed and breakfast "Mabuhay", situés dans le centre de la ville d'Anvers, lieu de visite culturel et artistique (zurenborg) vous salue bien.
  • Pensez aussi a des chambres d'hôtes. Par exemple Beachhouse [4] Aspasia [5] ou Aquarius [6] ou La Griffe à Foin [7]. Chambres d'hôtes située en plein coeur de l'Ardenne Bleue, à proximité de Verviers, Liège et Eupen.
  • En province de Luxembourg,l'Ardenne Authentique, l'expression "accueil chaleureux" prend toute sa valeur. Qu'il s'agisse d'hôtels, gîtes, auberges, chambres,nombre de séjours thématiques, tantôt des formules promotionnelles. Plus d'info http://www.ftlb.be/fr/hebergement/index.php

Routard

  • Vrienden op de Fiets, (les amis du vélo) : 220 adresses des particuliers dont la plupart en Flandre, pour membres qui font un tour à vélo ou un trekking en Belgique, [8], site en néerlandais, anglais et allemand.
  • Hôtels à prix discounts en Belgique ; jusqu’à 50 % d’économie sur les tarifs officiels " Hôtels à prix discounts

Apprendre

Travailler

Le désavantage pour le travail est la langue. Quand vous devez vous déplacer d'un côté à l'autre de la Belgique, le néerlandais et le français sont vraiment des atouts pour trouver du travail.

Volontariat

Le Service Volontaire International (SVI) est une association de jeunesse pluraliste Belge gérée par et pour des volontaires. L'association agit principalement dans le domaine du volontariat international en tentant de rendre le volontariat au plus grand nombre et en particulier aux jeunes en situation de crise. En Belgique, le SVI organise plusieurs projets durant l'été ouverts à de jeunes adultes. Ces projets consistent à travailler bénévolement au sein d'une association locale avec d'autres volontaires internationaux pour une période de deux semaines. Durant cette période, les volontaires découvrent la Belgique autrement et sont logés et nourris. Il n'y a pas de de frais d'inscription, tout est gratuit mais on demande un véritable motivation pour le projet aux participants. Le SVI est membre du BITS, Bureau International du Tourisme Social.

Sécurité

La Belgique ne présente pas réellement de problème au niveau de la sécurité. Seuls certains quartiers défavorisés des grandes villes sont à éviter lorsque la nuit tombe.

Respecter

Les Belges sont assez tolérants. Suivez les règles de la courtoisie généralement admises et vous serez bien accueillis.

Communiquer

  • Téléphonie mobile (GSM) : il y a trois grands opérateurs : Proximus (opérateur historique), Mobistar (France-Télécom / Orange actuel) et Base (Ex-Orange anglais historique, revendu par France-Télécom au groupe néerlandais KPN). L'idéal est de se procurer une carte prépayée (de 5 à 30 euros) qui vous permettra de contacter tous les numéros belges à un meilleur tarif qu'au départ de votre carte personnelle. Les deux opérateurs les moins chers sont Carrefour Mobile ( http://www.carrefour.eu/mobile/home.cfm?lang=FR ) et Simyo / KPN - Base ( http://www.simyo.be/fr/home ).
  • Téléphones publics : gérées par Belgacom (opérateur historique), les cabines tendent à disparaître à cause de la forte pénétration des portables. La plupart des cabines Belgacom sont accessibles par cartes téléphoniques, mais on trouve encore des cabines fonctionnant avec des pièces de monnaie.
  • Cyber-cafés : il en reste mais leur nombre diminue à cause de la pénétration croissante de l'ADSL. Ils sont néanmoins encore très répandus dans les quartiers populaires des villes


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites