Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Tetouan

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher

Modèle:Infobox Ville

La ville de Tétouan (تطوان Titwan déformation du mot Tittawen en Amazigh Rifain (Tarifit), pluriel de Tit = oeil ou source) est la capitale et le centre culturel de la région du Tanger (Tanja) au nord du Maroc ; elle est considérée comme la ville la plus andalouse du royaume. Depuis 1999, elle est devenue la résidence estivale principale du Roi Mohammed VI.

La ville est située dans le Rif dans le Pays de Jebala qui est la partie Ouest du Rif, à environ 50 kilomètres à l'est de la ville de Tanger et à proximité du détroit de Gibraltar. Elle est située dans une vallée (la cluse de Tétouan) creusée par l'oued Mhannech dans les montagnes de la chaîne calcaire du Rif au nord et au sud. Près de Tétouan, on trouve plusieurs villes côtières très touristiques comme Mediek et Martil, et des villages de vacances comme Marina Smir et Cabo Negro.

La Wilaya de Tétouan s'étend sur une superficie de 10375 km².

En 2004, la population de la ville comptait 320 539 habitants (277 516 en 1994). La province comptait 624 399 habitants. Après Tétouan, les villes les plus peuplées sont Fnideq (53 559 habitants), Martil (39 041 habitants), Mdiq (36 596 habitants) et Azla (12 611) <ref> Haut Commissariat au Plan (http://www.hcp.ma) </ref>.

Monuments et architecture[modifier]

Les quartiers de Tétouan appartiennent à 3 types de styles architecturaux différents: le style andalou (la Medina); le style espagnol du début et du milieu du 20ème siècle (Ensanche) et le style d'après l'indépendance (quartiers périphériques). Chaque style comporte des variantes plus ou moins importantes en relation avec l'évolution des styles et des matériaux utilisés.

La Médina[modifier]

La Médina (ancienne ville) de Tétouan est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle occupe aux yeux des spécialistes la première place de toutes les médinas du Maroc.

Le principal élément de la Médina est constitué par les remparts datant de la fin du Modèle:S- qui entourent la ville. Ces remparts laissent le passage à travers 7 entrées qui sont: Bab El Oqla, Bab Saaida (vers l'Est), Bab Mqabare et Bab Ejjyafe (vers le Nord), Bab Nouader (vers l'Ouest), Bab Toute, Bab Remouz (vers le Sud). A l'intérieur de la ville, les ruelles sont pittoresques et grouillantes de monde. Les principaux quartiers, datant de la construction de la ville, sont: Laayoune, Essania, Trankat, Rbat Aala, Bled, Rbat Asfal et Mellah.

Les maisons de la Médina sont généralement très bien conservées par les descendants des propriétaires. Certaines ont bénéficié d'un programme de réhabilitation financé par la Junta de Andalucia. Du point de vue architectural, les maisons sont généralement constituées <ref> de Torres Lopez, R. (coordenador) (2002). La Medina de Tetuan; Guia de arquitectura. 2da edicion. Édité par Junta de Andalucia & Ville de Tetouan, 304 p. </ref> : (i) d'un rez-de-chaussée avec un couloir d'entrée (Zaguan, Dehliz) donnant sur un patio (Sahn), sur lequel s'ouvrent 2 ou 3 chambres fermées (bit), un salon ouvert (maqâad), la cuisine et les services; et (ii) d'un étage avec des chambres (ghorfa). Temporellement, les maisons obéissent à deux styles architecturaux différents:

  1. • celles du Modèle:S- comportent un patio avec des piliers et des colonnes (8 ou 12) supportant des arcades. La décoration est généralement austère.
  2. • celles du Modèle:S- utilisent les traverses de fer qui supportent l'étage.

Les maisons peuvent comporter ou non un jardin (Riad). La décoration est riche, utilisant les mosaïques de Fès, le bois peint etc.

Ces maisons, ainsi que les bâtiments publics, ont longtemps été desservis en eau potable à travers un réseau de canalisations depuis les sources de la ville. Ce réseau, appelé Skundu (déformation de l'espagnol segundo), a été développé par Ali Al Mandari en personne, qui a construit la ville le long d'une ligne de sources prenant naissance au pied du Jbel Dersa. Ce dispositif ingénieux, dont seuls avaient le secret pour des raisons sécuritaires le Gouverneur et l'ingénieur principal de la ville, alimentait toutes les maisons ainsi que les fontaines publiques, les mosquées, les hammams etc. grâce à la topographie en pente de la ville<ref> Afkir, E.H. et El Abdellaoui, M. (1990). Le réseau Skundu: ancien système d'approvisionnement de la Médina de Tétouan en eau potable. Revue de la Faculté des Lettres de Tétouan, 4ème année, n°4, p. 219-230.</ref>. Bien que très détérioré par les canalisations modernes, certaines maisons gardent encore des fontaines de cette eau limpide.

Outre les maisons tétouanaises, plusieurs mosquées, zaouias et places publiques et commerciales peuvent être visitées :

  • Places : El Feddane (cœur de la ville sur lequel donne le Méchouar), Ghersa El Kébira (place de commerce varié), El Usâa (petite place pittoresque)
  • Rues : Tarrafine (boutiques de bijoux)
  • Mosquées : Al Jamaa Al Kabir (Grande Mosquée)
  • Écoles traditionnelles : Madrasat Lukach ; Zaouias : Sidi Ali ben Raissoun, Harraq, Abdellah El Hajj Bakkal,...
  • Souks : Mesdaa (épices, fromages), Saquia El Fouqia (vêtements),...

El Ensanche[modifier]

Situé à l'ouest de la Medina, le quartier d'El Ensanche (prononcé Chanti par la population locale) représente le style architectural typique pendant le Protectorat espagnol. Il comporte essentiellement des immeubles de 5 étages avec des commerces au rez-de-chaussée. Certains bâtiments ont été réhabilités dans le cadre du programme de réhabilitation des bâtiments de Tétouan. L'intérieur est de type méditerranéenn, avec un couloir sur lequel s'ouvrent les chambres, les salons et les services. Les bâtiments peuvent être construits en complexe avec un espace vert central (cas de Pabellones de Varela).

Culture et art[modifier]

Tétouan est d'abord un centre universitaire puisqu'elle abrite la Présidence de l'Université Abdelmalek Saadi de la région Tanger-Tétouan (à Martil). Cette université est composée de nombreuses facultés dont les suivantes, qui se trouvent dans la province de Tétouan:

  • La Faculté des Sciences
  • La Faculté des Lettres et Sciences humaines
  • La Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales (à Martil)
  • L'École Normale Supérieure (Martil)
  • La Faculté des Fondements de la Religion

Ces facultés accueillent les étudiants des provinces de Tanger, Tétouan, Larache, Chefchaouen, d'autres provinces marocaines ainsi que de nombreux étudiants étrangers.

Elle dispose de nombreux espaces à caractère culturel:

  1. L'Institut des Beaux-Arts
  2. La Bibliothèque Générale
  3. La Maison de la Culture
  4. Le Musée archéologique
  5. Le Conservatoire International de Musique
  6. Les Centres Internationaux de langues (Français, Espagnol, Anglais, Allemand, Hollandais...)
  7. Des bibliothèques et archives privés (Daoudiya, Bennouna, Torrès)
  8. Instituts culturels étrangers (Institut Français, Instituto Cervantes...)

Sur le plan musical, Tétouan est également un centre de rencontre de plusieurs styles :

  • la musique andalouse (Al Aala), principal genre de musique de la ville qui anime toutes les occasions festives. Le style classique a été modernisé par Mohammed El Arbi Temsamani. Les principaux instruments sont le violon, le luth et les percussions (Tar et Derbouka). Le piano et les cuivres (saxophone et clarinette) ont été introduits par Temsamani.
  • la musique d'origine algérienne est également présente par ses Qsaid de type Zendani, chantées par Mennana El Kharraz et Zohra Bettioua, surtout lors des réunions féminines.
  • la musique rurale montagnarde est représentée par la Taqtouqa, la Aayta et Alala-Yillali. Les instruments principaux sont ici le violon, le luth, le Guembri et les percussions. Un danseur déguisé portant un plateau à thé accompagne presque toujours l'orchestre. Ce style a été modernisé et largement popularisé par Abdessadaq Chqara.

Sur le plan de l'art culinaire, la cuisine tétouanaise est réputée par sa qualité et sa variété. Ses plats, issus de la combinaison de nombreuses recettes (fassies, andalouses, rifaines, juives,...), sont réputés à travers le Maroc, notamment avec ses salés-sucrés (poulet aux tomates caramélisées par exemple). La Pastilla tétouanaise, contrairement aux autres régions, ne comporte pas d'amandes. Les pâtisseries comportent des variétés spécifiques comme la Faqqassa, le Bechkettou (Bizcocho) khobza (cake), le Bechkettou pwiwa (cake non levé), les Qfafel, et les Qrachel préparés durant les fêtes de l'Aid, ou des variétés marocaines avec des retouches locales, comme le Kaab el ghazal décoré.

Festivals[modifier]

  1. Festival International du Cinéma Méditerranéen de Tétouan
  2. Festival International de Luth de Tétouan
  3. Festival International de la Bande Dessinée

Sites naturels et loisirs[modifier]

Tétouan était réputée par ses sites naturels autour de la ville et dans la région. Les anciens se rappellent bien les nzaha à Kitane, Dardara, Bousemlal, Martil, Groura (actuel Cabo Negro), Sidi Abdesslam d'El Bhar... L'urbanisation de la ville et des localités à proximité (Martil, Mdiq, et généralement la zone côtière) a conduit à la disparition de la plupart des sites, et les amateurs de la nature se tournent actuellement vers la région de Chefchaouen (Akchour, Talasemtane).

Cependant, quelques sites sont provisoirement à l'abri de l'urbanisation galopante, comme la lagune de Smir, qui est une zone humide protégée par la Convention de Ramsar. Ce site accueille de nombreuses espèces d'oiseaux migrateurs pendant leur traversée du Détroit <ref>Ater M. & Dakki M. (éds). 1997. Actes du Séminaire sur les marais Smir-Restinga (Maroc) ;écologie et propositions d’aménagement (Tétouan, 16-17 mars 1995), Trav. Institut Sci. Rabat, Mém. hors série, 96 p. </ref> <ref>Bayed, A. & Scapini, F. (éditeurs). 2005. Ecosystèmes côtiers sensibles de la Méditerranée: cas du littoral de Smir; recherches de base pour une gestion durable, Trav. Inst. Sci. Rabat, série générale n°4, 125 p.; http://www.israbat.ac.ma/PublicationsIS/TIS_SG_4/Sommaire.htm</ref> D'autres sites naturels sont localisés au Sud de la ville, sur les routes d'Oued Laou et de Chaouen. On y pratique des randonnées pédestres <ref> El Hilali, M. 2006. Découverte à pied des montagnes du Rif occidental. Imprimerie Okad El Jadida, Rabat, 209 p. </ref> ainsi que la chasse (lièvre, perdrix, sanglier).

Lien interne[modifier]

Bibliographie[modifier]

Notes et références[modifier]

<references />

Modèle:Portailbg:Тетуан da:Tétouan el:Τετουάν fa:تطوان gl:Tetuánlad:Tetuan lt:Tetuanas mk:Тетуан no:Tétouan

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues