Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Sfax

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
L'hôtel de ville de Sfax

Sfax est la deuxième ville de Tunisie.

Comprendre[modifier]

Sfax est une ville industrielle et commerciale. Le tourisme n'y est pas développé, sauf le tourisme d'affaire. D'ailleurs, les hotels sont peu nombreux.

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

Vols réguliers à partir de Tunis. Vols hebdomadaires à partir de Paris.

En train[modifier]

Plusieurs trains par jour pour Tunis, Sousse, Hammamet, Gabes.

Circuler[modifier]

La circulation est correcte, mais attention aux 2 roues (bicyclettes et velomoteurs) dont le nombre est extraordinaire et le comportement pour le moins imprévisible.

Voir[modifier]

  • la Médina

Le noyau central de l'agglomération est formé d'une médina cernée de remparts (rbat) et d'une ville moderne, née sous le protectorat français de Tunisie, et incluant l'hôtel de ville et la gare. Les quartiers de bureaux sont prolongés par un vaste ensemble portuaire actif depuis 1897 (port de commerce, de pêche et de passagers). En 1984 est entreprise une vaste opération de rénovation d'une partie de la ville moderne avec l'aménagement du quartier de Sfax El Jadida (nouvelle Sfax). Il s'agit auparavant d'un espace en friche de cimetières désaffectés.

Par ailleurs, la médina est devenue un espace où l'on habite de moins en moins et qui se spécialise dans la production économique (on parle alors de « soukalisation »). Les habitants l'ont quittée à la recherche de logements plus grands. Ainsi, cet espace ne compte plus que 3 812 habitants en 1998 contre 10 668 en 1956. Jusqu'aux années 1970, l'agglomération dépasse à peine la ville de Sfax avec les noyaux urbains de Sakiet Ezzit et de Sakiet Eddaïer qui sont alors de petites villes constituées autour d'activités de transformation agricole (trituration des olives et huileries).

Le quartier de Picville doit lui son nom à Paul Pic, habitant de Sfax depuis 1868, qui planta un vignoble d'une superficie de 34 hectares en 1892 dans la zone du contrôle civil de Sfax. Il fut par ailleurs président de la Chambre mixte de commerce et d'agriculture du sud de la Tunisie en 1897. Ce quartier est situé à l'ouest de la médina et s'étend jusqu'à un jardin public. Dès le début de son urbanisation, on y construit de petits immeubles d'un ou deux étages avec terrasses, souvent attenants les uns aux autres, le long des voies de circulation qui quadrillent le quartier.

  • Le Musée archéologique de Sfax

Il comprend une collection de pièces archéologiques antiques découvertes dans la ville et sur des sites proches. Il est situé dans le bâtiment de la municipalité.

  • Musée Dar Jellouli

Localisé dans un palais de style andalou qui constituait avant l'indépendance une demeure du caïd local, il abrite le musée régional des arts et traditions populaires.

  • Thyna (طينة)

Egalement orthographié Tyna ou Tina, est une ville tunisienne située à 12 kilomètres au sud de Sfax.

Rattachée administrativement au gouvernorat de Sfax, elle est au centre d'une délégation comptant 45 647 habitants en 2006 et constitue une municipalité comptant 26 635 habitants en 2004[1] tandis que la ville elle-même abrite une population de 18 168 personnes.

L'ancienne Thaenae constituait la cité la plus méridionale de la province romaine d'Afrique et formait l'une des extrémités du limes — l'autre étant Thabraca au nord-ouest de la Tunisie — au-delà duquel s'étendait le royaume numide en 146 av. J.-C.. Elle devient une colonie sous l'empereur Hadrien (117-138). Peu de vestiges archéologiques ont été conservés mais on relève les traces de thermes, de villas, d'une basilique paléochrétienne, d'une nécropole, de cuves à salaisons, etc.

Son nom est associé à l'aéroport international de Sfax-Thyna situé à l'ouest de la ville. Elle est traversée par la RN1 qui relie Sfax à Gabès. Une zone industrielle de 42 hectares y est opérationnelle depuis 1999.

Thyna possède également sur son territoire les deuxièmes plus grandes salines du pays (après celles de Monastir) qui s'étendent sur 1 500 hectares et produisent 300 000 tonnes de sel par an. Employant 120 personnes, elles sont exploitées par la Compagnie générale des salines de Tunisie. Ce site sert également de réserve naturelle ornithologique pour les migrations hivernales d'oiseaux.

Faire[modifier]

  • Un tour à la médina
  • De la viande grillé
  • Un tour à Kerkenah
  • Musée de la Municipalité à Sfax

Acheter[modifier]

  • Marché du poisson à Beb Jibli
  • Marché légume et fruit (Souk Bouchwicha)
  • Marché Central
  • Supermaché Promogros

Manger[modifier]

Sortir / Boire un verre[modifier]

Dormir[modifier]

  • Hotel Sfax Centre (4*)
  • Hotel Syphax (3*)

Partir[modifier]

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites