Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Saint-Martin

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
Carte de Saint-Martin

Saint-Martin (néerlandais Sint Maarten) est une petite île des Antilles.

Régions[modifier]

Cette île est divisée en deux par une ligne virtuelle: un côté français et un côté hollandais. Le côté français est dépendante du département français de la Guadeloupe. Le côté hollandais est un pays indépendant, partie du Royaume des Pay-Bas. Du côté français l'architecture, la monnaie et le langage rappellent la France mais la présence de l'amérique se sent, le US dollar y est partout accepté.

Villes[modifier]

  • Philipsburg
  • Marigot
  • Grand-Case

Autres destinations[modifier]

Comprendre[modifier]

St-Martin est une île aux caractéristiques hors du commun. En effet, St-Martin est l'île la plus active de l'archipel des îles au vent. C'est une zone franche: pas de taxes sur les produits importés, pas de douanes non-plus. On y retrouve les meilleurs prix sur l'essence, les alcools et tabacs ainsi que sur l'électronique. Plusieurs complexes hôteliers et condos à Orient Bay (une des plus belles plages de St-Martin).

Voici une petite histoire de St-Martin :

Il était une fois une île, émeraude posée sur le bleu turquoise de la mer caraïbe, juste en haut de l'arc-en-ciel qui forme l'archipel Antillais.

Île charnière entre les grandes et les petites Antilles, elle a été appelée successivement : Oualichi (l'île aux femmes), puis Soualiga (l'île au sel) par les amérindiens, St-Martin par les français, Sint-Maarten par les Hollandais et Friendly Island par les premiers touristes dans les années 60.

À la seule évocation de son nom, le ton est donné, et avant même d'atterrir, vous savez que l'ennui ne sera pas du voyage. Car cette île ne ressemble à aucune autre, une frontière symbolique, 2 aéroports, 4 musées, 3 monnaies, 5 langues véhiculaires, plus de 30 plages et 110 nationalités qui ont enterré la hache de guerre et coexistent pacifiquement, à l'instar des premiers amérindiens qui ont posé le pied sur l'île il y a 2500 ans et dont l'histoire est relatée au Musée de Marigot qui porte un nom au titre de B.D. "Sur la trace des Arawaks"... L'histoire de cette île a commencé bien avant Christophe Colomb et que ces Tainos (Arawaks) et Caraïbes, venus du Vénézuela via l'Orénoque dans leur grandes pirogues, aient élu domicile à Hope State ou à l'anse des Pères, se nourrissant plus de coquillages marins, de rats, de bernard-l'ermites écrasés finement et mélangé au piment et à la farine de manioc, que de chair humaine qu'ils ne dédaignaient cependant pas. Selon un moine chroniqueur du 15ème siècle, les Caraïbes avaient même établi une hiérarchie du goût et ils estimaient la chair des espagnols trop coriace, tandis que celle des français était très appréciée pour son moelleux. Quant aux anglais, ils y goutèrent une seule fois et faillirent en mourir d'indigestion, ce qui sauva la vie de nombreux anglo-saxons par la suite, car ils n'y touchèrent plus !

C'est maintenant le temps de venir découvrir cette île étonnante qui vous réservera un accueil digne de sa réputation et dont les mille et une facettes vont vous surprendre agréablement.

Arriver[modifier]

en Avion[modifier]

  • Aéroport international Juliana (SXM), (en zone hollandaise), Tel: 599-545-2060, [1]. Compagnies régulières : American Airline, KLM, Air France, Corsair, Air Transat, Winair, Air St.Barts. Depuis la mi-décembre, Air Caraïbes dessert également l'aéroport de Juliana depuis Paris ; ce même vol dessert, après escale à Saint-Martin, Port-au-Prince en Haïti.

--- Taxe de départ = us$20 ---

  • Aéroport de Grand-Case (en zone française). Vols quotidiens depuis la Guadeloupe et la Martinique, depuis Saint-Barthélémy, et depuis Sainte-Lucie via la Guadeloupe, par les compagnies Air Caraïbes, Air Antilles Express et Saint-Barth Commuter.

en bateau[modifier]

La quasi-totalité des navires de croisières en Caraïbes font une escale à Saint-Martin ; soit par le port de Philipsburg, soit (plus rarement) par celui de Marigot. Citons par exemple le Queen Mary II, le Freedom of the Sea, l'Oasis of the Sea, les Costa croisières... La plupart des départs se font depuis Miami ou les Antilles françaises.

Circuler[modifier]

Il y a de nombreux taxis à St Martin et il est très facile d'en trouver, on peut sinon louer des voitures. Les prix sont raisonnables. Certains taxis sont des mini-bus et le code de la route est souvent bien respecté. Il y a de nombreux dos d'âne et il est difficile de rouler à plus de 50 km/h ( il n'y qu'une seule route limitée à 90 km/h dans la partie française, toutes les autres sont limitées à 50 km/h). Attention cependant dans certaines parties de l'île les vélos et les scooters sont imprévisibles et peuvent sortir de nulle part ! Les routes sont quelques fois encombrées il faudra donc être patient.

Partir[modifier]

Depuis le port de Marigot, il existe des navettes maritimes quotidiennes pour se rendre dans les îles voisines : Saint-Barthélémy (sauf mercredi et dimanche) et Anguilla. Les départs pour Saint-Barthélémy le mercredi et le dimanche se font depuis la marina d'Oyster Pond. Compter en plein tarif environ 80$ (soit 60€) pour l'aller-retour ; il est possible d'avoir de meilleurs prix en réservant à l'avance, et/ou si l'on est résident de l'île. Saint-Barthélémy étant une île française, la carte d'identité française (ou d'un autre pays de l'UE) suffit pour s'y rendre ; en revanche pour Anguilla, la présentation du passeport est obligatoire. Depuis la marina de Philipsburgh, des navettes régulières desservent l'île de Saba (passeport obligatoire également).

Parler[modifier]

St Martin est le territoire francais anglophone, donc a langue dans la partie française de l'île est principalement l'anglais, mais la plupart de la population est bilingue, francais/anglais. Du côté hollandais, le néerlandais est très peu parlé, au profit de l'anglais. La troisième langue est, en raison de l'immigration des îles hispanophones proches, l'espagnol.

Acheter[modifier]

Saint-Martin est bien connue des touristes pour être la zone de shopping par excellence. Les ports de Marigot et Phillipsburg sont en Duty Free et le dollar est accepté partout. Dans la plupart des boutiques, le taux de change ne s'applique pas et 1 dollar = 1 euro ; avec le cours du dollar actuellement bas, il est donc très intéressant de payer ses achats en dollars. Cigarettes, alcool, mais aussi habits, parfums et bijoux sont à des prix défiant toute concurrence.

Attention toutefois, les pièges à touristes existent ; ainsi, sous ses abords sympathiques, le marché de Marigot est très cher. Il suffit de s'éloigner un peu du port pour trouver des magasins où les mêmes articles sont vendus 2 à 5 fois moins chers. Attention également aux contrefaçons ; un jean de marque à 10$ doit vous mettre la puce à l'oreille...

Manger[modifier]

Beaucoup de bons restaurants français et créole et internationaux, notamment et entre autre à Grand-Case, dans le Village d'Orient, et sur la Marina "Port la Royale" de Marigot au bord de l'étang de Simsonbay. L'ile de Saint Martin est considérée être la Capitale Gastronomique de la Caraïbe, et par consequent, la meilleure table d'Amériques

Boire un verre / Sortir[modifier]

Le Night Life de St-Martin est très animé, il y a beaucoup de jeunes sur l'île et ça se voit.

Se loger[modifier]

Avec plus de 80 hotels à votre disposition, il est très facile de trouver un logement pour vous, votre famille et/ou vos amis . On y peut aussi louer des maisons/villas .

Apprendre[modifier]

Sécurité[modifier]

L'insécurité à Saint-Martin est l'un des problèmes majeurs de ces dernières années, et est en constante progression. Cela s'explique par le statut original de l'île d'être divisé en deux parties dépendantes de confédérations différentes, et donc de lois et méthodes différentes. En effet, peu d'accords existent entre les polices des deux côtés et les malfrats en profitent ; ainsi, un crime perpétré côté français ne pourra pas être poursuivi côté hollandais et inversement. Le contrevenant n'a donc qu'à parcourir quelques kilomètres pour passer la frontière et ainsi être à l'abri de toute poursuite.

Par sa situation géographique en plus de sa situation juridique décrite ci-dessus, Saint-Martin est également une plaque tournante majeure des trafics d'armes et de drogue, et s'en procurer est facile. L'alcool étant également très abordable, une petite partie de la population tombe dans les excès et peut devenir dangereuse.

Enfin, le melting-pot de nationalités voit s'accroître le phénomène des gangs, qui s'il ne concerne pas une grande partie de la population et les touristes, ne fait qu'empirer le sentiment global d'insécurité.

Par chance, peu des endroits touristiques sont concernés par ces problèmes qui se concentrent plus particulièrement dans les quartiers pauvres de l'île (Orléans, Prince...) et sont plus visibles aux yeux des résidents de l'île qui voient régulièrement leur supermarché préféré braqué. Toutefois, il convient de faire preuve de bon sens si l'on a loué une voiture et que l'on parcourt l'île : ne pas laisser d'objets de valeurs dans la voiture, rester courtois en toute circonstance, ne pas porter d'objets luxueux sur soi...

= Santé[modifier]

Le prix est celui d'une visite chez un docteur au tarif de la Sécurité Sociale. (réglementation nationale)

Respecter[modifier]

Rester en contact[modifier]

portail de l'île St-Martin



Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites