Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Mahébourg

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
Mahebourg Panorama.JPG
Promenade.

Ancienne capitale de l'île Maurice, Mahébourg est une petite ville portuaire, située dans le district de Grand Port de la région Sud-Est de Maurice. C'est toujours la ville d'arrivée des vols internationaux.

Comprendre[modifier]

En 2000, Mahébourg avait une population de 15 753 habitants. La ville est située à une altitude de 20 m au-dessus du niveau de la mer. Construite au bord du plus grand lagon du pays, elle est arrosée par plusieurs rivières. Le lagon abrite une faune sous-marine exceptionnelle, notamment la Harpa costata, coquillage de la famille des harpes, découverte par Linné en 1758, et actuellement protégée. Il est fortement pollué.


Mahébourg est un témoignage du passé colonial, avec ses maisons en bois coloniales et mauriciennes et ses rues rectilignes, dues à la présence française. Elle est moins fréquentée par les touristes que le nord de l'île, mais les constructions touristiques s'y multiplient.

Histoire[modifier]

Les premiers navigateurs hollandais arrivent dans le sud de l'île au 17ème siècle. Ils établissent une colonie dans la baie qu'ils nomment « Warwick Bay », du nom de l’amiral hollandais Wybrandt von Warwick. Le mouillage abrité, la présence d'eau potable, grâce à plusieurs cours d'eau et les forêts des montagnes qui l'entourent, dont le bois est exploité, sont les raisons de l'implantation néerlandaise.

Pour compléter les ressources alimentaires de l'île (tortues géantes, poissons et dodo), les Hollandais importent des cerfs de Java, des poules et des cochons et plantent de la canne à sucre. Cependant, les tempêtes tropicales, les épidémies et les invasions de rats limitent le développement de la colonie.

En 1715, les Français s’installent sur l’île Maurice et reprennent la colonie. En 1735, après qu'un ouragan a ravagé la colonie, l'amiral Bertrand-François Mahé de la Bourdonnais, gouverneur français des îles de France et de Bourbon de 1735 à 1746, déplace le chef-lieu sur la côte ouest de l’île, à Port-Nord-Ouest, et fonde la ville de Port-Louis. L’ancienne colonie, reconstruite sur la Pointe de la Colonie, est rebaptisée Port-Sud-Est.

La ville adopte le nom de Bourg Mahé en 1804, en hommage à Mahé de la Bourdonnais, puis celui de Mahébourg, du 1er février 1804 au 1er octobre 1806. Fugitivement baptisée Port Impérial par le général Decaen, nommé par Napoléon Bonaparte, la ville est dotée de casernes, de fortifications et d'entrepôts. Elle voit, en 1810, s'affronter les flottes française et anglaise, lors de la bataille navale de Grand Port, remportée par la France. La même année, le général Abercrombie, commandant la flotte anglaise, débarque 10 000 hommes au nord de l'île. L’Isle de France devient l'île Maurice et Mahébourg reprend son nom.

Météorologie[modifier]

Le climat de Mahébourg est moins chaud que celui du reste de l'île. Le vent y souffle fréquemment.

janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre
Température maximale (° C) 28 28 27 27 25 23
Température minimale (° C) 21 21 20 20 19 17
Précipitations (mm) 270 360 290 220 100 70

Arriver[modifier]

Par avion[modifier]

Rault Biscuit Factory.

La ville possède l'aéroport international de Plaisance-Sir Seewoosagur Ramgoolam, le seul de toute l'île Maurice. Vols en provenance de Paris sur Air France et Air Mauritius.

Paris-Mahébourg : 750 à 890 €.
Genève-Mahébourg : 970 €.
Montpellier-Mahébourg : 1 200 €.
Lyon-Mahébourg : 780 à 940 €.

Par bateau[modifier]

Monument situé à l'extrémité de la promenade côtière.

Par la route[modifier]

Gare routière.

Mahébourg est reliée à Port-Louis par l'autoroute.

En bus[modifier]

Mahébourg est un noeud de communication pour le sud de l'île. La gare routière est proche de la côte, du côté ouest de la promenade.

Circuler[modifier]

Agences de location de voitures : Avis et Budget.

A voir ici[modifier]

Musées[modifier]

  • Musée d'histoire nationale (National History Museum), Château Robillard. Le lundi et du mercredi au lundi, de 9 h à 17 h, le dimanche et les jours fériés, de 9 h à 12 h. Installé, en 1950, dans une grande et très ancienne demeure coloniale du 18ème siècle, le Musée national maritime expose l'histoire de la ville et celle des affrontements, en mer, entre les Français et les Anglais, au 19ème siècle, notamment la bataille navale de Grand Port, en 1810. Cette résidence, qui appartenait à Jean de Robillard, accueillit, en 1810, après la bataille navale de Grand Port, l’amiral Victor Duperré, commandant le vaisseau français La Bellone, et le commandant anglais Josiah Willoughby, dont la frégate La Néréide avait été coulée par la flotte française, tous deux blessés.
    Collection de porcelaines anciennes, cartes anciennes, canons, boulets, sextants, armes (dont celles de Surcouf), meubles anciens, palanquins, monnaies et cloches de bord de voiliers naufragés. On y trouve aussi des vestiges (la cloche, entre autres) du célèbre Saint-Géran, vaisseau qui fit naufrage à Maurice et inspira Bernardin de Saint-Pierre pour son roman, Paul et Virginie. Le musée expose aussi des gravures et des peintures, notamment les estampes du portraitiste et paysagiste mauricien Alfred Richard. On peut aussi flâner dans le parc, accessible par une large grille, qui entoure le bâtiment. Le musée est devenu Musée d'histoire nationale en l'an 2000.
    Entrée libre.  edit
  • Musée Frederik Hendrik, Pavillon du Grand Port (au Pavillon du Grand Port, à gauche de l'église Notre-Dame-du-Grand-Pouvoir). Restes de constructions françaises du 18ème siècle. Elles ont été bâties à l'emplacement du fort Hendrik, première forteresse de l'île, élevée par les Hollandais.  edit

Monuments[modifier]

Boutique sur la Route Royale.
  • Balade dans les rues de la ville.  edit
  • Biscuiterie Henri Rault (H. Rault Co. Ltd), La Ville Noire (traverser le Pont Cavendish jusqu'à la Ville Noire), +230 631 9559. Ouverte du lundi au vendredi, de 9 h 30 à 15 h. Fermée les samedis, dimanches et jours fériés. Entreprise familiale créée en 1870 par un colon breton, la biscuiterie Henri Rault fabrique des galettes et biscuits au manioc. En 2011, elle est classée au Patrimoine national. Les biscuits sont cuits dans un four alimenté par des feuilles sèches de canne à sucre. La visite comporte une pause-dégustation, accompagnée d’un thé local. Goûter particulièrement le gâteau manioc au beurre. Adultes : 140 MUR, 175 MUR avec dégustation ; enfants : 100 MUR, 125 MUR avec dégustation.  edit
  • Cavendish Bridge, (entre Mahébourg et le quartier de la Ville Noire, à l’embouchure de la rivière La Chaux). Belle vue sur les petites barques colorées des pêcheurs locaux.  edit
  • Église Notre Dame des Anges.  edit
  • Obélisque. Ce monument rappelle la bataille de Grand Port, en 1810, qui opposa les flottes britannique et française.  edit

Sites naturels[modifier]

Maison coloniale, au centre-ville.
  • Baie du Vieux Grand Port.  edit
  • Plages. Plages de sable blanc, sur plusieurs kilomètres, au sud de Mahébourg, de la Pointe d’Esny à Blue Bay. Les constructions, murs et épis qui les bordent interdisent le libre accès à la mer et ont entraîné la destruction de la végétation. Ces plages sont en voie de disparition, à la suite de la montée des eaux et de l'érosion due aux constructions.  edit
  • Pointe d'Esny, (au sud de la ville). Plages assez difficiles d'accès.  edit
  • Parc marin de Blue Bay (Blue Bay Marine Park Mauritius), (au sud de Mahébourg). Plage publique, bordée de constructions et de filaos, qui la rendent peu accessible. Fonds marins avec des coraux millénaires bien conservés, inscrits au Patrimoine national. Le Parc marin couvre une superficie d'environ 350 ha. Il est classé Parc marin national, depuis 1997, et inscrit à la Convention de Ramsar. Accès libre.  edit
  • Domaine du Chasseur, (suivre, sur 2 km, une piste partant d'Anse Jonchée). Espace protégé de 900 ha.  edit
  • Vallée de Ferney. Espace protégé, dans les montagnes de l'est de l'île, géré par le groupe CIEL, le gouvernement mauricien et la Mauritian Wildlife Foundation.  edit
  • Promenade du front de mer (Waterfront). Vue sur le lagon, l'île du Mouchoir rouge, l'île de la Passe, l'île aux Fouquets et l'île Vacoas. On peut y assister à des régates, des concerts, des spectacles en plein air et diverses manifestations culturelles ou commémoration historiques. Le long du front de mer, on trouve de nombreux petits restaurants et boutiques de souvenirs et artisanat. On peut y déguster des glaces, du lait de coco ou des samoussas.  edit
  • Jardin de Beau Vallon.  edit
  • Montagne du Lion. Elle doit son nom à sa forme de lion endormi qui “trempe ses orteils dans la baie”.  edit

Iles[modifier]

  • Ile du Mouchoir rouge.  edit
  • Ile Vacoas. Ile rocheuse, témoin de la bataille navale de Grand Port.  edit
  • Ile de la Passe. Ile rocheuse, témoin de la bataille navale de Grand Port.  edit
  • Ile aux Fouquets (Ile au Phare). Ile rocheuse, témoin de la bataille navale de Grand Port.  edit
  • Ile Mariane.  edit
  • Ile aux Fous.  edit
  • Ile aux Cocos, (en face de Blue Bay). On peut louer un bateau pour faire l'aller-retour. 350 à 500 MUR par personne, à payer au retour.  edit
  • Ilot de la Maison rouge.  edit

Faire[modifier]

  • Randonnée dans les villages voisins.  edit
  • Plongée en apnée, Parc marin de Blue Bay (à 5 minutes de la plage). Exploration des fonds coralliens avec un masque, des palmes et un tuba. Nombreux coraux vivants, dont certains vieux de 1 000 ans, abritant poissons tropicaux, anémones de mer, limaces et coquillages.  edit
  • Bateau à fond de verre, Parc marin de Blue Bay (à 5 minutes de la plage).  edit
  • Régates de la Pointe des Régates, Front de mer.  edit
  • Kite surf, Pointe d'Esny.  edit

A voir pas loin[modifier]

  • Ile aux Aigrettes. Réserve naturelle de flore, gérée par le Fond mondial pour la vie sauvage (WWF). La faune autochtone y est progressivement réimplantée. La flore est totalement endémique. Il est possible d'y effectuer des randonnées.  edit
  • Baie du Cap.  edit
  • La Vanille.  edit
  • Le Bouchon.  edit
  • Le Souffleur.  edit
  • Rochester Falls.  edit
  • Vieux Grand Port.  edit

Apprendre[modifier]

Esplanade.

Travailler[modifier]

Côte de Mahébourg.

Acheter[modifier]

  • Foire de Mahébourg, (au marché couvert et dans les rues adjacentes). Le lundi, de 7 h à 17 h. Marché, que les habitants appellent « foire ». Cette manifestation hebdomadaire est intéressante à plusieurs titres. D'abord, elle permet de s'immerger dans la vie quotidienne des Mauriciens, au milieu d'étals colorés, où les photographes se régaleront. Ensuite, il ne faut pas manquer cette occasion pour faire ses achats : épices, fruits et légumes tropicaux, vêtements, vanneries, thés, bijoux... on trouve de tout à des tarifs nettement moins élevés qu'au bazar de Port-Louis. C'est l'occasion de goûter les produits locaux : bananes, noix de cocos, litchis, papayes et autres fruits exotiques. On s'essaiera également aux bringelles, des aubergines locales, au petsaï, aux blettes et autres légumes.
    Des artisans mauriciens exposent leurs réalisations. Les amateurs d'instruments de musique peuvent y acquérir des instruments mauriciens et africains. On trouve les instruments traditionnels du séga (ravane, maravanne et triangle), mais aussi des ravanes modernes synthétiques et des djembés.
     edit
  • Centre commercial « Waterfront ».  edit
  • Boutiques de tissus.  edit
  • Port de pêche. On peut y acheter du poisson aux pêcheurs.  edit
  • Marché couvert. Ouvert tous les jours. Cet édifice du 20ème siècle succède à un bâtiment de pierre et de bois, qui servait à la vente des esclaves, jusqu'à l'abolition de l'esclavage par les Anglais, en 1835. Vente de fruits (litchis, notamment), produits maraîchers, poisson salé et offrandes hindouistes.  edit

Manger[modifier]

Les restaurants proposent la cuisine locale, notamment les fruits de mer, comme la langouste.

  • Jardin De Beau Vallon.  edit
  • Namaste Kathmandu.  edit
  • Le Jardin du Soleil, Pointe Esny. Table d'hôtes.  edit

Routard[modifier]

Classe moyenne[modifier]

Plein aux as[modifier]

Gare routière.

Boire[modifier]

  • Rhumerie, (en face de la baie). Bar servant un rhum maison.  edit
  • Banana café. Dancing.  edit

Se loger[modifier]

Mahéboug compte 21 hôtels.

  • Preskil Beach Resort Mauritius. Hôtel.  edit
  • La Hacienda. Hôtel.  edit
  • Astroea Beach Hôtel. Chambres d'hôtes.  edit
  • Titli. Chambres d'hôtes.  edit
  • Hôtel Tamissa.  edit
  • Hôtel Merville Beach.  edit
  • Ambre Resort & Spa.  edit
  • Heritage Le Telfair Golf & Spa Resort.  edit
  • Le Jardin du Soleil, Pointe Esny. Chambres d'hôtes.  edit

Routard[modifier]

  • Tyvabro Guesthouse, (à 1,7 km du centre). 30 €.  edit
  • ONS Motel & Guest House, (à 2,7 km du centre). Hôtel. 28 €.  edit
  • Le Bamboo, (à 1,7 km du centre). 29 €.  edit

Classe moyenne[modifier]

Auberge Aquarella.
  • Auberge Aquarella, 6, Sivananda Avenue (à environ 10 minutes à pied de l'église, au cœur de la ville), (+ 230) 631-2767 (, fax: (+ 230) 631-2768), [1]. Maison d'hôtes ☆, très propre. Du porche, belle vue sur la mer. Simple : 43 €, en réservant par Internet.  edit
  • Auberge Le Saladier, (à 2,4 km du centre). Chambres d'hôtes. 39 €.  edit
  • 3Ds International Tourist Home, à 1,7 km du centre. 56 €.  edit
  • Coco Villa, (à 1,7 km du centre). Hôtel familial ☆☆. 35 €.  edit

Plein aux as[modifier]

  • Nativ Lodge & Spa, (à 1,7 km du centre). Hôtel ☆☆☆. 92 €.  edit
  • Chantauvent Guesthouse, (à 1,7 km du centre). 106 €.  edit
  • Villa Ravenale. Piscine. 315 à 450 €.  edit
  • Hôtel Mont-Choisy. 222 €.  edit

Rester en contact[modifier]

National History Museum.

Conserver la santé[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Partir[modifier]

Lecture[modifier]

Henri Prentout, L'Ile de France sous Decaen (1803-1810), Paris, Hachette, 1901.

Important : cet article est une Ébauche et a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !



Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites