Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Liège

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher

Liège est le chef lieu de la province de Liège, en Belgique.


Comprendre[modifier]

Liège est la troisième ville belge, après Bruxelles et Anvers. Elle est également la première agglomération wallonne. Malgré son riche passé industriel en décadence (charbonnages et industrie, principalement métallurgique), la ville recèle d'innombrables richesses à découvrir. La Meuse, qui la traverse du sud au nord, lui donne des airs de métropole. Les collines abruptes et boisées qui l'entourent ainsi que son relief marqué, multipliant les perspectives originales et les quartiers typés, lui confèrent un charme étonnant. Un folklore très présent entretenu par une population joviale toujours prête à festoyer, des quartiers animés (Le Carré, Outremeuse...) et un grand nombre de restaurants achèvent d'en faire une étape incontournable de toute visite en Belgique, cela sans compter de nombreux monuments dont les fleurons datent de l'époque médiévale, première apogée de la ville.

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

Aéroport de Liège-Bierset. L'aéroport de Liège-Bierset s'est spécialisé dans le fret. Néanmoins, son nouveau terminal lui permet d'accueillir dans tout le confort moderne des vols charters et quelques lignes régulières. Liaison avec le centre-ville assez difficile par les transports en commun. Récemment une ligne de bus directe (ligne 57) a été inaugurée, desservant l'aérogare et la gare TGV de Liège Guillemins en fréquence horaire; le parcours est effectué en quelque 10minutes.

L'aéroport de Bruxelles National et celui - plus spécialisé dans le low Cost - de Charleroi (Brussels South) constituent de bonnes alternatives.

Au départ de Bruxelles National, prendre un train en direction de Bruxelles Nord, puis prendre la correspondance vers Liège. D'ici quelques mois, des liaisons directes Bruxelles-National - Liège, via Louvain, permettront d'effectuer le trajet en moins d'une heure.

L'aéroport de Charleroi accueille les compagnies à bas prix de Ryan Air et Wizz Air. Au départ de l'aéroport, des navettes mènent à la gare de Charleroi d'où la liaison avec la gare de Liège-Guillemins est aisée.

En train[modifier]

Gare de Liège-Guillemins. Gare TGV accueillant les Thalys en direction de Paris et Cologne (7 départs quotidiens), et les ICE vers Cologne et Francfort. Nombreuses autres lignes directes desservant Maastricht, Luxembourg,Aix-la-chapelle (Aachen), les villes et la campagne wallonnes.

La liaison vers la Gare du Palais située à deux pas du coeur de la ville se fait aisément (fréquence: 15 minutes en heure de pointe). Horaire et itinéraires


Cependant, les voyageurs n'hésiteront pas à emprunter les bus des lignes 1 ou 4, dont l'arrêt se trouve devant l'entrée principale de la gare, et qui les conduiront tout aussi rapidement au centre de la ville, sur la place St Lambert. Horaire et itinéraires

En voiture[modifier]

Liège est au croisement de plusieurs axes autoroutiers importants. Son "ring" comporte 6 branches. Dans l'ordre horlogique...

La E25, au sud, la relie à Luxembourg et de là, au sud de la France, via Metz, Nancy, Lyon ...

La E42, à l'ouest, traverse la Wallonie depuis Liège jusque Mons pour rejoindre la France sur un axe est-ouest (Lille, Cambrai, Paris, ...).

La E40 mène à la Côte belge via Bruxelles.

La E313 permet de rallier Anvers puis toutes les grandes villes côtières des Pays-Bas.

La E25, au nord, met Maastricht à un jet de pierre (30kms) et permet d'atteindre le reste des Pays-Bas.

La E40 , à l'est, conduit à l'Allemagne via Aix-la-Chapelle puis Düsseldorf ou Cologne. Une seconde branche (E42) bifurque à hauteur de Battice pour rejoindre Trêves par Verviers.

Notez que de nombreuses sorties d'autoroute indiquent "Liège". En venant d'Allemagne ou des Pays-Bas, il est préférable de poursuivre la E25 jusqu'au bout puis de suivre les panneaux routiers. Si vous venez du Luxembourg, le mieux est de sortir à Angleur et de suivre les indications vers le centre ou de poursuivre jusqu'à la sortie Liège-centre. Enfin, si vous venez de Paris, Lille, Bruxelles ou Anvers, mieux vaut suivre la direction Luxembourg jusqu'à la sortie "Liège-centre".

En autocar[modifier]

Liège est bien entendu largement desservie par le réseau Eurolines notamment, dont les départs se font rue des Guillemins, à quelques pas de la gare.

En bateau[modifier]

Un port des yachts équipé d'une capitainerie accueille les visiteurs individuels.

De nombreuses croisières organisées notamment au départ de Maastricht font étape au centre de Liège, sur l'embarcadère au pied de la passerelle, en rive droite (quai "Marcatchou" du quai Van Beneden).

Circuler[modifier]

En voiture[modifier]

Liège présente la particularité de ne pas disposer de grand boulevard circulaire remplaçant une antique muraille. Son relief accidenté ne le lui permet pas. Les grands boulevards ont été construits sur d'anciens bras du fleuve. Dès lors, leur organisation peut sembler obscure pour un non natif.

Nous ne saurions que trop vous conseiller de vous parquer dans l'un des nombreux parkings du centre si vous ne possédez pas de plan.

Les axes principaux sont:

  • la percée autoroutière E40-E25 qui traverse la ville de part en part
  • les boulevards d'Avroy et de la Sauvenière, axe principal entre le centre et la gare
  • les quais de la Meuse et de la Dérivation, ces derniers étant par ailleurs raccordés aux deux branches de la E25.

En bus[modifier]

Les TEC (société de transport en commun)

Horaire et itinéraire des bus

La plupart des lignes convergent toutes vers l'un des terminus du centre. Ces terminus sont situés place Léopold, place Saint Lambert, place République Française et autour de l'Opéra (Théâtre), très proches les uns des autres, et d'un cinquième site, place de la Cathédrale, légèrement éloigné (environ 5 minutes à pied). Les noms de ces cinq sites sont utilisés pour indiquer le sens du bus (vers le centre), suivant la ligne empruntée.

Quelques autres bus partent de la gare des Guillemins. En outre, deux bus très cadencés relient le centre à la gare:

  • le 4, ligne circulaire (direction "Bavière" dans le sens Guillemins-Centre, direction "d'Harscamp" dans le sens inverse)
  • le 1, dont le trajet est Guillemins - Centre - Coronmeuse.

De plus en plus d'arrêts indiquent le temps d'attente, tandis que de nombreux bus sont équipés de systèmes permettant de connaître l'arrêt suivant et sont adaptés au PMR (personnes à mobilité réduite).

Par contre, malheureusement, la majorité des lignes ne circulent plus après minuit.

A vélo[modifier]

La circulation à vélo est aisée au centre et dans la vallée, mais les flancs des collines sont abrupts (entre 5 et 15%). L'accès à des quartiers situés en hauteur nécessite un peu d'entraînement et un vélo équipé de vitesses.

Des aménagements cyclables sont régulièrement ajoutés, bien que les axes principaux restent dangereux. La plupart des sens uniques peuvent être empruntés à contre-sens par les cyclistes. Un plan des itinéraires cyclistes est disponible auprès des services du tourisme ou de la ville. En outre, un Ravel, sorte de promenade pour piétons et cyclistes, longe la rive droite de la Meuse.

Possibilité de louer des vélos à La Maison des Cyclistes, point vélo de la gare de Liège-Guillemins [1].

A pied[modifier]

La plupart des quartiers du Centre sont facilement accessibles à pied. La marche permet en outre de découvrir de nombreuses perspectives intéressantes. Seul le trajet entre la gare des Guillemins et le centre nécessite un peu plus de temps, de l'ordre d'une demie heure.

A voir ici[modifier]

Centre historique[modifier]

Le Palais des Princes-Evêques. Composé du Palais de Justice (façade classique de la Place Saint Lambert 18) et du Palais Provincial (façade latérale néo-gothique, place Notger 2), tous deux visitables exceptionnellement, il s’articule autour de deux cours gothiques dont la première est libre d’accès et à propos de laquelle Victor Hugo eut ces mots : "Je n'ai vu nulle part un ensemble architectural plus étrange, plus morose et plus superbe". Ce palais constitue le cœur de la cité, et représente l’aspect temporel du pouvoir des anciens Princes-Evêques de Liège. Le versant spirituel de ce pouvoir, l’immense Cathédrale gothique Notre-Dame et Saint-Lambert, fut démontée au début du 19ème siècle, suite à la Révolution Liégeoise, et est actuellement matérialisée par des colonnes de métal et un dessin au sol. Dans le sous-sol de la place est aménagé un archéoforum qui présente les vestiges des trois cathédrales successives ainsi qu’un bâtiment d’époque romaine à la fonction encore incertaine (10-18h sauf le lundi, 4€, +32.(0)4.250.93.70). Place Saint Lambert 9-17, on remarque également les façades néo-classiques des grands magasins, datant de la fin du 19è siècle et du début du 20ème.

L’hôtel de Ville, le Perron et les maisons de la place du marché. L’hôtel de Ville (place du Marché, 2), également dénommé « La Violette », est un élégant édifice classique. Il fut édifié dès 1714, lors des travaux de reconstruction de la ville bombardée par les troupes française en 1691. Ses salons se visitent exceptionnellement également, mais la salle des pas perdus est libre d’accès. Les maisons de la place datent de la même époque et alignent de charmantes façades quadrillées de pierre bleue et de brique enduite. Le Perron, symbole des libertés liégeoises, se dresse fièrement sur la fontaine qui lui sert de support, au centre de la place. Le perron, qui servait à rendre la justice est l'un des symboles de la ville.

Les rues Hors Château et En Feronstrée alignent les façades d’hôtel particuliers, dont beaucoup possèdent une cour intérieure, et de maisons plus modestes datant pour la plupart du 18ème siècle.

Si Hors Chateau est plus homogène, c'est dans la rue Feronstrée que se situe le plus remarquable de ces hôtels, l’hôtel d’Ansembourg transformé en musée (Feronstrée 114), qui présente un intérieur d’origine de la même époque, entièrement conservé (13-18h sauf le lundi, 3,80€, +32.(0)4.221.94.02). Un peu plus loin, dans un bâtiment moderne que l’on aurait tort de juger à sa façade, beaux arts liège (îlot St Georges, en Féronstrée 86), le musée des beaux arts communal, regroupe les collections de l'ancien musée de l'art wallon, du musée d'art moderne et d'art contemporain, du Fonds ancien et du Cabinet des Estampes et des Dessins. Il présente dans une intéressante scénographie, un panorama des peintres régionaux depuis l’époque romane (13-18h du mardi au samedi, 11-16h30 le dimanche, fermé le lundi, 3,80€, +32.(0)4. 221.92.31).

Le Palais Curtius, quai de Maestricht 13. Ce Palais du début du 17ème, imposant immeuble de 8 étages, fut le magasin d’un riche marchand d’armes. Avec l’hôtel de Hayme de Bomal (quai de Maestricht 8 et rue Feronstrée 122), qui servit de préfecture lors de la période française et accueillit par deux fois Napoléon, et quelques autres bâtiments classés, il sert d’écrin au musée du Grand Curtius, dont les collections sont axées sur l’art et histoire de la Principauté.

L’église Saint Barthélémy (rue Saint Barthélémy 2) fut la dernière des 7 collégiales liégeoises à voir le jour, vers la fin du XIème siècle. Ce vaisseau roman rhéno-mosan récemment rénové accueille le chef d’œuvre de l’orfèvrerie liégeoise du moyen âge, les fonts baptismaux de l’ancienne église paroissiale de la cathédrale (10-12h et 14-17h du lundi au samedi, 14-17h le dimanche, 1,25€, +32.(0)4.223.49.98).

Dans la rue Hors Château, sept impasses témoignent d’un art de vivre en ville presque rural. La cour Saint Antoine, sur le côte opposé, est une remarquable réalisation moderne dans un environnement historique, signée Charles Vandenhove. On trouve également un ancien musée d’ethnologie régionale, rénové récemment en musée de société, le Musée de la Vie Wallonne, abrité dans un ancien couvent (Cour des Mineurs, fermé pour rénovation jusqu'au printemps 2008, +32.(0)4.237.90.40).

La montagne de Bueren et les coteaux de la citadelle. L’imposant escalier de 373 marches peut aisément être délaissé au profit de ruelles et d’escaliers plus courts conduisant aux anciens coteaux. De là, joli panorama de la ville au ras des toits du Palais et tour de guet élevée par l'ancienne commanderie de l'Ordre Teutonique, dite des Vieux Joncs.

Les rues Fond Saint Servais, Pierreuse et du Péry, au charme typique, vous mèneront aux vestiges de l’ancienne citadelle. Ancien puits, monument commémoratif de la guerre 40-45 et surtout superbe panorama sur toute la ville. Dans le bas du quartier, église Saint Servais (ouverture sur rdv) et chapelle Saint Roch. Possibilité de redescendre par le verger de Favechamps, au charme rural sur fond de paysage urbain, et dont l'accès supérieur discret se fait entre les rues Montagne Sainte Walburge et Pierreuse, près de l'hôpital. Sortie par l'hôpital du Péri (rue Montagne Ste Walburge) ou le long de la chapelle Saint Roch, ou encore, en semaine uniquement, par la ferme de la Vache (rue Pierreuse).

Publémont et Xhovémont[modifier]

En face du Fond Saint Servais, l’ancienne collégiale Sainte Croix (rue Sainte-Croix, visite sur rdv et à certaines occasions) constitue l’une des rares églises de type « halle » au sud du Rhin. Méritant une rénovation, elle présente un cloître discret et surplombe quelques beaux hôtels particuliers renaissants ou gothiques (hôtel Desoër de Solières, hôtel Bocholtz), visibles depuis la place Saint Michel et la rue Saint Pierre. Ste Croix (rue Sainte Croix) est ouverte les WE en été.

La rue du Mont Saint Martin, menant à l’ancienne collégiale du même nom bâtie sur le Publémont (mont public), aligne également quelques beaux hôtels particuliers dont certains accueillent un hôtel 5 étoiles. St Martin est ouverte de 14 à 17h, en juillet et en août. Panorama depuis le sommet de la tour de l’église. De là, par les Degrés des Tisserands, quartier typique et populaire de Ste Marguerite, jolie rue des Remparts (escaliers sur un ancien bastion) et, au-delà de la voie rapide, Xhovémont, le « Montmartre liégeois ». Sur l’autre versant du Publémont, les escaliers du Thier de la Fontaine et des Bégards permettent de rejoindre le quartier de l'Isle, en longeant l'ancienne muraille. La partie supérieure de la rue des Bégards n'est accessible que pendant la saison touristique.

Plus loin sur le Publémont, l’ancienne abbaye de Saint Laurent (rue Saint Laurent 79, actuellement domaine dépendant de la défense nationale) et le couvent Sainte Agathe (rue Saint Laurent 56) constituent d’autres témoins de Liège sous l'Ancien Régime.

Isle et quartier de la Batte[modifier]

La collégiale St Denis (place Saint Denis, ouverte de 9 à 17h tous les jours) et l’église Sainte Catherine (rue Neuvice, ouverte de 7h30 à 11h30 du lundi au samedi, de 9h à 12h15 le dimanche et de 15 à 17h l’été), aux intérieurs baroques, et le cloître de la première citée, constituent les pôles d’un quartier présentant quelques belles demeures. La Halle aux Viandes et la Maison Havard (toutes deux quai de la Goffe) comptent parmi les plus anciens édifices civils de la ville encore présents.

L’Opéra Royal, place de l’Opéra, la collégiale St Jean (place Neujean 32, ouverture et visites guidées gratuites du 15 juin au 15 septembre de 14 à 17h tous les jours, de 10h30 à 12h30 du lundi au mercredi et les vendredis et samedis), l'hôtel de Crassier (rue des Célestines 14) et l’ancienne piscine de la Sauvenière (boulevard de la Sauvenière 33-35), bâtiment moderniste des années 1930 qui accueille Mnema - La Cité Miroir (accès par la Place Xavier Neujean), proposant deux parcours spectacles liés, l'un à l'holocauste, le second aux luttes sociales, font partie de l’ancien quartier de l’Isle.

L’Université (place du 20 août), construite dès 1817 à l’emplacement de l’ancien collège des Jésuites, fait face à l’Emulation, ancien bâtiment d’une société littéraire, qui accueillera bientôt le principal centre d’art dramatique de la Communauté française (Théâtre de la Place). Pas loin, l’hôtel néogothique de l’ancienne grand poste (rue de la Régence 61) dresse fièrement sa tour face à la passerelle piétonne.

L’ancienne collégiale St Paul, devenue cathédrale après la Révolution, se situe au centre de l’Isle. Les bâtiments de son cloître (rue Bonne Fortune 6) abritent le musée du Trésor de la Cathédrale de Liège (14-17 du mardi au dimanche, fermé le lundi, 4€, ouverte de 8 à 12 et de 14 à 17h). Pas loin, fontaine aux lions mettant en valeur la délicate vierge de Delcourt qui la surplombe.

Outremeuse[modifier]

Sur l’autre rive, le quartier Outremeuse présente peu de bâtiments mémorables, mais une ambiance typique. C’est là qu’est fêtée l’Assomption (15 août) où toute la ville se retrouve. En outre, dans ce quartier, un circuit est consacré à Simenon, en attendant l’ouverture prochaine d’un musée. Le couvent des Récollets (rue Georges Simenon 2, 4, 9-13), l’église Saint Nicolas (rue Fosse-aux-raines 7, ouverte de 8 à 12h tous les jours), l’hospice Sainte Barbe (place Ste Barbe), le manège de la caserne Fonck et l’hôpital de Bavière (boulevard de la Constitution), l’athénée Destenay (boulevard Saucy 16) et l’Institut de Physiologie (place Delcourt 17) sont les bâtiments intéressants du quartier. Deux musées sympas: le musée Grétry (Rue des Récollets 34, 14 à 16h les mardi et vendredi, 10-12h le dimanche, +32. (0)4.343.16.10) et le musée Tchantchès consacré au personnage principal des théâtres de marionnettes liégeoises et mascotte de la ville (rue Surlet 56, 14-16h les dimanches sauf juillet, mardis et jeudis, +32.(0)4.342.75.75).

Enfin, dans ce même quartier se trouve le complexe muséal le plus fréquenté de Liège et de Wallonie: l’aquarium, la maison de la Science et le musée de Zoologie établis dans un bâtiment néo-classique de l’Université, quai Van Beneden (aquarium et musée : 9-17h en semaine, 10-18h pendant les congés scolaires, 10h30-18h les jours fériés, 5€, +32.(0)4.366.50.21 ; maison de la science, horaires plus restreints, 3€ ; +32.(0)4.366.50.15). Au départ de l’amphithéâtre aménagé au bord du quai, un bateau-mouche propose des visites fluviales de Liège, du 1er avril au 30 octobre (11h, 13h, 15h et 17h, 6€, +32.(0)4.221.92.21 et +32.(0)4.366.50.21).

Avroy et alentours[modifier]

Dans le quartier de l’ancienne abbaye de Saint Jacques, dont le plafond finement nervuré en fait une merveille du gothique flamboyant, l’ancien hospice des filles perdues (rue du Vertbois 13), actuel siège des outils économiques wallons, le conservatoire royal (boulevard Piercot) et le Grand Séminaire (rue des Prémontrés 40) sont les principaux centres d’intérêt. L’église Saint Jacques (place Saint Jacques 26) présente également des orgues de renom, ainsi que des sculptures de Delcourt aux drapés étonnamment naturels (ouverte de 9 à 12h toute l’année ; visites guidées gratuites du 15 juin au 15 septembre de 10 à 12h du lundi au samedi, de 14 à 18h du dimanche au vendredi et de 14 à 16h le samedi).

Au-delà du boulevard d’Avroy, dont les églises du Saint Sacrement, classique, et des Bénédictines, baroque, l’école moderniste Léonie de Waha, ainsi que quelques hôtels de la fin du 19ème siècle sont les principaux centres d’intérêt, se trouvent le quartier Saint Gilles, renommés pour l’église Saint Christophe (place Saint Christophe, visite sur rdv), l’institut Montefiore (rue Saint Gilles 33) et le quartier du jardin botanique, dont les serres d’époque victorienne et les anciens instituts de pharmacie et de botanique (rue Fusch 3-5) sont le fleuron, et qui présente également les plus intéressantes maisons Art Nouveau de Liège (rue des Augustins, des Anges et Fabry).

Cointe, Guillemins, Boverie[modifier]

La nouvelle gare des Guillemins, inaugurée le 18 septembre 2009, mérite sans conteste le détour. Ce bâtiment étonnant signé Santiago Calatrava, constitue sans aucun doute l’une des plus belles gares d’Europe et le signe de l’entrée fracassante de Liège dans le troisième millénaire.

En surplomb, la colline de Cointe constitue une cité jardin toujours très huppée. Le mémorial interalliés et l’église (rue Saint Maur), construits pour honorer la résistance de Liège qui a permis à la France de préparer sa défense en 1914, constituent un signal visible de loin. Actuellement encore, des monuments sont occasionnellement élevés par les pays concernés. Du haut de la tour, ouverte quelques fois par an, impressionnant panorama sur la ville et ses faubourgs industriels.

Enfin, en contrebas, le Pont de Fragnée, construit pour l’exposition universelle de 1905, expose ses dorures, statues et colonnes aux renommées dorées. Dans son prolongement, l’église Saint Vincent (avenue Mahiels) et le quartier de Fétinne, et en face, le Parc de la Boverie, dans lequel le Palais des Congrès étire sa façade, remarquable exemple du style moderniste, le long de la Meuse. On y remarque également la tour cybernétique de Nicolas Schöffler, le pavillon nautique de l'exposition de 1930, la passerelle Mativa, moderne et pourtant contemporaine du pont de Fragnée, ainsi que le palais des beaux arts de ladite exposition universelle de 1905, et qui abritait le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain et le Cabinet des Estampes (transférés dans le bal, musée des beaux arts communal).

Anciens faubourgs[modifier]

En Amercoeur, église Sainte Remacle, cour des Prébendiers et couvent et arvô du Thier de la Chartreuse.

Les Musées des Transports en commun (rue Richard Heintz 9,10-12h et 13h30-17h du 1/3 au 30/11, 2,5€, +32.(0)4.342.65.63), d’Archéologie et d’Industrie (Boulevard Raymond Poincaré 17, 9-17 du lundi au vendredi l’été, 14-18h les week-ends du 1/4 au 31/10, fermé le reste de l’année, 5€, +32.(0)4.361.91.11 et +32.(0)4.361.94.19) sont encore quelques exemples de la vie culturelle liégeoise.

L'ancien campus du Val Benoît illustre l’architecture de l’entre deux guerres, tout comme la cité du Tribouillet au Thier à Liège, tandis que les immeubles de Droixhe illustrent les conceptions du Corbusier.

Le campus universitaire du Sart Tilman présente de remarquables exemples architecturaux de la seconde moitié du 20ème siècle, dont on retiendra notamment la verrière de l’hôpital universitaire, ainsi qu’un musée en plein air (+32.(0)4.366.22.20), le tout dans une forêt préservée au sud de l’agglomération, poumon vert de la ville.

Enfin, l'hôtel de ville de Chênée, la mairie d'Angleur et son théâtre de verdure, la ferme de la Paix d'Angleur et quelques autres bâtiments peuvent être admirés sur le chemin vers les points d'intérêts autour de Liège.

A voir pas loin[modifier]

A Seraing, commune industrielle, remarquables exemples de hauts fourneaux encore en activité, et surtout château du Val Saint Lambert, abritant le musée consacré au cristal et au verre (10-17h, tous les jours du 1/4 au 30/9, les WE le reste de l’année, 5€, +32.(0)4.330.36.20).

A Flémalle, préhistosite de Ramioul, présentant la vie préhistorique selon des méthodes de « do-it-yourself » (10-16h en semaine, 14-16 les WE de Pâques à la Toussaint, 3-9€, +32.(0)4.275.49.75)

A Amay, les « Maîtres du feu », parcours spectacle installé dans une forge, et château de Jehay, dont la façade en damier en fait le plus beau château de la région. (11-18h les WE de juin à septembre, 14-17h du mardi au vendredi en juillet et août, 5€, +32.(0)85.24.04.17 ou +32.(0)85.31.44.48)

A Blégny, musée et visite de mines de charbon, témoin du riche mais douloureux passé de la région (les WE du 1-3 au 30-11, en semaine d’avril à août, 8€, +32.(0)4.387.43.33).

A Chaudfontaine, Sourc’O’Rama, musée interactif de l’eau. Casino, piscine découverte, thermes, nombreuses promenades (9 à 17h en semaine, 10 à 18h les WE et vacances, 10€, +32.(0)4.364.20.20).

Tilff présente un musée de l’abeille (de 14 à 18h les WE d’avril à septembre, de 10 à 12h et de 14 à 18h tous les jours de juillet et août, +32.(0)4.388.22.62), tandis qu'Esneux dresse fièrement son château de "Belle au bois dormant", dans le cadre naturel remarquable que constitue la vallée de l’Ourthe

A Remouchamps, charmante localité des bords de l’Amblève, magnifiques grottes de Remouchamps dont la visite se fait en partie en bateau (10-17h du 1/2 au 30/11, 10€, +32.(0)4.360.90.70), Monde Sauvage d’Aywaille, parc animalier présentant la faune du monde entier dans un cadre naturel (10-18h du 12/3 au 13/11, 13€, +32.(0)4.360.90.70) et l'un des "Plus beaux villages de Wallonie", Deigné.

A Theux, le Parc à Gibier de La Reid présente la faune des régions tempérées, tandis que Comblain au Pont propose un quartet d’attractions liées à la terre (caverne, grotte, centre d’interprétation de la chauve-souris et musée de la pierre – 10h30-17h les WE de mai juin et tous les jours pendants les vacances scolaires, 12,50 le combiné, prix à la pièce également, +32.(0)4.369.26.44). Sprimont, siège de carrières d’extraction de la pierre bleue, propose également un joli musée de la pierre (9 à 12h et 14h à 17h en semaine, 14-17h le dimanche, +32.(0)4.382.21.95).

La basilique de Vaux-sous-Chèvremont et le site de Banneux suscitent encore des pèlerinages.

Pour d’autres raisons, les cimetières américains de Neupré et d’Henry-Chapelle également, d’autant que Bastogne, site de la bataille des Ardennes, n’est pas très loin.

Dans le registre militaire, parmi la double couronne de forts de Liège (ceux antérieurs à 1914 et ceux qui ont suivi cette guerre), certains proposent des visites, souvent un week-end par mois. Le fort de Lantin présente des périodes d’ouverture plus importantes (10-16h du jeudi au dimanche entre le15/4 et le 15/9, ainsi que les jours fériés, 5€, +32.(0)4.246.55.44).

Huy, jolie ville dont les quatre merveilles, li Bassinia - la fontaine -, li tchestia – la citadelle -, li rondia - la rosace et li pontia – le pont - sont joliment mis en valeur.

Verviers, ancienne ville lainière, outre quelques bâtiments remarquables, propose un musée de l’eau récemment inauguré (rue Jules Cerexhe 86) et un musée de la laine (rue de la Chapelle 30), domaines qui ont fait et font la réputation de la ville (horaires des deux musées : 10-17h ou 18h en été, 5€, 8€ pour le combiné des deux, +32.(0)35.57.03).

A Stavelot, charmante ville ayant constitué une principauté indépendante, jolies maisons à colombage et triple musée installé dans son abbaye : musée de la Principauté, musée Guillaume Apollinaire et musée du circuit de Spa Francorchamps (10-18h, 6,5€, +32.(0)80.88.08.77).

A deux pas, le non moins renommé circuit de Spa Francorchamps.

Spa, dont le nom est à l’origine du t(h)erme anglais, et qui fut surnommée « Le café de l’Europe » lors de sa période de gloire, est une charmante cité thermale à l’architecture caractéristique. Le casino, les thermes modernes (Aqualis) et de nombreux bâtiments de la Belle Epoque sont ses principaux points d’intérêt (Pouhon Pierre le Grand, 0,17€ le gobelet d’eau ferrugineuse, +32.(0)87.79.53.53).

Malmédy, qui constituait avec Stavelot le centre d’une principauté indépendante, jolies maisons entièrement couvertes de tuile, collégiale monumentale et musée du Carnaval (14-17h, 2,5€, +32.(0)80.33.70.58).

Limbourg et sa place 18ème (commune de Dolhain), Clermont et son hôtel de ville surmontant la rue principale (commune de Thimister), Soiron et son château (commune de Pepinster) sont trois villages du Pays de Herve classés parmi les "plus beaux de Wallonie", Les bourgades plus importantes de Visé, Aubel ou Herve ne sont pas non plus dénuées d'intérêt.

Le château des Comtes de Marchin à Modave (10-18h du 1/4 au 15/11, 4€, +32.(0)85.41.13.69), les châteaux forts de Franchimont 10-18h du 1/5 au 30/9, 3€, +32.(0)87.53.04.89) et de Logne (13-18h les WE d’avril à octobre, tous les jours du 1/7 au 31/8, 5,5€, +32.(0)86.21.20.33) ou encore celui de Reinhardstein sont encore d’autres attractions à visiter.

Enfin, un panorama serait incomplet sans citer les paysages contrastés qui entourent Liège. A l’ouest, les vastes plaines céréalières de Hesbaye. Au nord, les falaises et monts calcaires au riche patrimoine naturel. A l’est, les étendues bocagères du Pays de Herve. Au sud, les riantes collines du Condroz ou les forêts profondes des Ardennes. Et au sud-est, l’un des paysages les plus remarquables de Belgique ainsi que sa plus grande réserve naturelle, un lambeau de Toundra accrochée à la zone la plus haute de Belgique (700 mètres) : le plateau des Hautes Fagnes et sa lande tourbeuse et marécageuse de bruyères, de graminées, de myrtillers.

Au-delà de la province de Liège, Durbuy, surnommée la plus petite ville du monde, est un village typique, un château, un parc de Topiaires.

A l’ouest, les villes flamandes d’Hasselt ou Saint Trond, qui faisaient partie de la principauté de Liège, présentent des monuments caractéristiques de l'architecture mosane.

Enfin, les villes de Maastricht, Aix-la-Chapelle, Louvain ou Namur ne se trouvent qu’à un jet de pierres également.

A faire ici[modifier]

Le marché de la Batte, qui s’étend sur plusieurs kilomètres de quais et constitue l’un des plus longs d’Europe, a lieu tous les dimanches matins et attire de nombreux visiteurs. Hollandais et Allemands y sont particulièrement nombreux.

Les puces de Saint Gilles (le samedi matin, sur le Boulevard Kleyer) ou celles de Saint Pholien (le vendredi matin sur le Boulevard de la Constitution) attirent également de nombreux visiteurs.

Les fêtes du 15 août en Outremeuse accueillent chaque année plus de 300.000 personnes.

La foire, présente depuis les origines de la ville, est devenue une fête foraine. Elle a lieu du premier weekend d’octobre au second weekend de novembre, soit une période de six semaines.

Enfin, le Village de Noël, l'un des plus importants et des plus anciens du pays, attire comme la foire plus d'un million de visiteurs chaque année.

Les fêtes de Wallonie (deuxième weekend de septembre), la nuit des Coteaux (illuminations nocturnes du cœur historique), la journée « Jardins et Coins secrets » (troisième dimanche de juin), les journées du patrimoine (fin septembre) sont d’autres temps forts de la vie liégeoise.

Enfin, le quartier du Carré, permet de faire la fête quel que soit le jour, quelle que soit l’heure. C’est le quartier préféré des étudiants, alternant commerces et nombreux cafés, dont certains permettent de danser (parfois sur les tables).

Le festival de promenade a lieu dans la seconde quinzaine d’août et propose des balades urbaines, ce qui n’empêche que la flânerie sur les terrasses à tout moment de l’année est le sport préféré des liégeois.

L’orchestre philharmonique, l’opéra royal, le théâtre de la Liège sont le trio de tête de la vie culturelle liégeoise.

Mnema - La Cité Miroir est un nouveau lieu de culture proposant rencontres, concerts, expositions, événements, dans une perspective d'éducation à la citoyenneté.

Liège est par ailleurs la ville d’Europe qui présente le plus grand nombre de théâtres par habitant. Certains sont des théâtres de marionnettes, dont l'école liégeoise est renommée internationalement. Les pièces de ces derniers intègrent souvent le personnage traditionnel Tchantchès dans des contextes les plus divers. Les plus connus se trouvent:

- au Musée de la Vie Wallonne (les mercredis et congés scolaires à 14h30 et les dimanches à 10h30, Cour des Mineurs, 4000 Liège, +32.(0)4.237.90.40, cfr "à voir, centre historique", ouvert pendant la fermeture du musée)

- au Musée Tchantchès (d'octobre à fin avril, les dimanches à 10h30 et les mercredis à 14h30, rue Surlet 56, 4020 Liège, +32.(0)4.342.75.75, cfr "à voir, Outremeuse")

- au théâtre Al Botroule - littéralement, "au nombril" - (Rue Hocheporte 3, 4000 Liège, +32.(0)4.223.05.76)

- au théâtre à Denis (Rue Sainte Marguerite 302, 4000 Liège, +32.(0)4.224.31.54)

- au théâtre de Mabotte (Rue Mabotte 125, 4101 Seraing - à faire pas loin, donc - +32.(0)4.233.88.61)

Les cinémas sont représentés par l’ASBL « Les Grignoux », dont Le Parc (décentré), le Churchill et « Le Sauvenière » proposent des films subventionnés, souvent européens. Ces cinémas du réseau de salles de cinéma européen « Europa Cinéma » ont reçu le prix Europa Cinéma du meilleur travail pédagogique en 2004. Le Palace (6 salles au centre) et le Kinepolis (excentré), font tous deux parties du groupe du même nom, et présentent les meilleurs blockbusters. A noter également l'ouverture prochaine de l'UGC Longdoz dans la future médiacité.

Le Forum (rue Pont d’Avroy 45), une salle de dimension moyenne mais au décor exceptionnel, propose de nombreux concerts, spectacles d’humoristes, etc.

Le Country Hall (en périphérie) constitue la nouvelle salle pour les méga-spectacles et les rencontres sportives.

Le Trocadéro constitue le plus liégeois des cabarets parisiens ou le plus parisiens des cabarets liégeois, tandis que deux autres salles (La Bouch’rit et le Comiqu'Art) proposent des combinés dîner spectacle.

La Zone est l'endroit de Liège pour la musique et la culture alternatives. N'ouvre que lors des événements, regardez le programme sur leur site. Bar pas cher avec plein de jus de fruits, bières et vin. Quai de l'Ourthe, 42 - 4020 Liège, 04 341 07 27 (), [2].

Les clubs de sport sont nombreux, dont les moins communs sont sans doute les trois clubs d’aviron. Le RCAE (universitaire mais ouvert à tous) propose un éventail de sports allant jusqu’au parachutisme ou à la spéléologie. Les plaines de sport de Xhovémont, de Cointe ou du Sart Tilman sont idéales pour la pratique des sports, tandis que le stade de football du Standard est le haut lieu pour s’enflammer. La patinoire, datant de l’exposition de l’eau de 1939, vit ses dernières saisons avant déménagement, tandis qu’une nouvelle piscine comprenant toutes les facilités modernes dont une tour de plongée sera prochainement construite au centre, en remplacement de la précédente, transformée en musée. D'autres piscines sont disséminées à travers la ville, notamment en Outremeuse.

Pour ceux qui préfèrent un sport plus doux, la pratique du vélo ou du jogging est idéale sur les quais de la Meuse aménagés en « RAVEL » (une sorte de piétonnier), tandis que les bois des Coteaux de la Citadelle, de la Chartreuse, du Sart Tilman tous proches, ainsi que les magnifiques paysages d’Ardennes, du Condroz, de Hesbaye ou du pays de Herve se prêtent particulièrement à la marche à pied et au VTT.

A faire pas loin[modifier]

Les carnavals de Malmédy et Tilff, le Laetare de Stavelot sont des incontournables de la vie folklorique.

Les Francofolies de Spa déchaînent les passions, tout comme le Grand Prix de Formule 1 de Francorchamps, tout proche.

Pour la détente, le domaine provincial de Wégimont à Soumagne (+32.(0)4.377.99.00), les Prés de Tilff, le parc récréatif L’Hirondelle à Oteppe (+32.(0)85.71.11.31), le Mont Mosan à Huy (+32.(0)85.23.29.96) constituent les principaux lieux ouverts l’été ou toute l’année suivant les cas. Enfin, Télécoo propose une détente plus proche du parc d’attraction (+32.(0)80.68.42.65).

Les rivières Ourthe et Amblève permettent la pratique kayak en été (nombreux opérateurs). Plus original, il est possible de pratiquer le rail-bike, un « cuistax » sur rail, sur une voie de chemin de fer désaffectée, dans la région des Hautes Fagnes, à Elsenborn (+32.(0)80.68.58.90)

Apprendre[modifier]

Ville universitaire, peuplée par 80.000 étudiants, les possibilités de se former ne manquent pas

Acheter[modifier]

Le cristal du Val Saint Lambert, actuellement disponible dans les métropoles du monde entier, constituera un cadeau exceptionnel dans la catégorie « plein aux as ». Les produits de la Maison du Tourisme (foulard aux motifs médiévaux, cravatte illustrée par l'oeuvre d'un artiste liégeois contemporain) constituent une autre possibilité.

Pour les autres, une marionnette de Tchantchès, le personnage folklorique typique du caractère liégeois, présent dans les 6 théâtres de marionnettes de la ville, fera très bien l’affaire.

Les autres achats typiques sont constitués de produits de bouche.

Comme ailleurs en Belgique, les pralines (chocolats fourrés) et les nombreux fromages et bières constituent un must.

Le typique fromage de Herve, au fumet puissant, le sirop de liège (mélasse de pommes et de poires utiles tant à tartiner qu’à cuisiner), les cidres sont des produits locaux.

Le péquet (genièvre) et ses nombreuses déclinaisons ravira les amateurs d’alcools secs.

Pour les plus doux, les gaufres de Liège, épaisses, à la senteur de cannelle et aux pépites de sucre, pourront être trouvées à de nombreux étals, fraîchement cuites. Leur version industrielle existe aussi et s’est d’ailleurs répandue dans de nombreux pays. En saison, d’autres douceurs sont préparées : les bouquètes, crêpes de sarrasin aux raisins secs, à déguster avec de la cassonade (vergeoise), sont disponibles principalement au quinze août et à Noël, tandis que les lacquemants (ou lackmans), gaufres sèches fourrées d’un mélange de sucre de divers sucres se trouvent sur la foire.

Sans oublier les « cutè peures », poires cuites malheureusement disparues du commerce de rue, mais que l'on trouve encore dans les bonnes boulangeries-patisseries.

Le café liégeois, quant à lui, a perdu le nom de sa ville d’origine (Vienne), et fut rebaptisé par les cafetiers parisiens en soutien à la résistance héroïque de Liège lors du commencement de la première guerre mondiale.

Les rues et quartiers commerçants du centre-ville : Les alentours de la place Cathédrale et de la place Saint Lambert, dont plus particulièrement le Vinâve d'Ile (Celio...), l'îlot Saint-Michel (Delhaize, C&A, H&M), les galeries opéra (Zara, Desigual) et les galeries Saint Lambert (FNAC, Média Markt, Inno, Champion), le très beau et chic Passage Lemonier, le quartier du Carré (chic le jour, animé la niuit) ainsi que les voies d'accès vers le centre (en Féronstrée, rue Saint-Gilles, rue Saint Paul, rue Puits-en-Sock en Outremeuse, rue Grétry au Longdoz...)

Citons encore les galeries commerciales des faubourgs et de la périphérie: Belle-Ile (Angleur), Médiacité (Longdoz), Rocourt, et les zonings commerciaux de la périphérie: Rocourt, Boncelles, Herstal, Fléron...

Manger[modifier]

Outre les mets cités ci-dessus, on peut noter

  • les boulets sauce-lapin, soit des boulettes de viandes servies avec une sauce à base de bière brune, de sirop de Liège, de pruneaux, de baies de genévrier, et accompagnées comme il se doit de frites.
  • la potée liégeoise: plat rustique et campagnard composé de haricots mange-tout, de pommes de terre et de lardons, cuits ensemble et largement nappés de vinaigre
  • les bouquètes: soit des crêpes, servies au réveillon de nouvel an ou à d'autres occasions festives et préparées avec un mélange de farine de sarrasin et de farine blanche, du saindoux (!), des raisins de Corinthe trempés dans du rhum, de la levure, éventuellement de l'oeuf, du sel, de l'eau
  • le matoufait, un plat entre crêpe et omelette, à base de farine, d'oeufs, de lait, de lardons, et servis salé (nature) ou sucré
  • la tarte au riz, originaire de la ville voisine de Verviers ou de la localité de Tancrémont (commune de Theux)
  • le sirop de Liège, pâte à tartiner faite uniquement à base de fruits (poires et pommes du Pays de Herve) sans addition de sucre supplémentaire, qui entre également dans la fameuse recette des boulets sauce lapin, et du "stron d'poye" (caca de poule) (tartine de beurre + sirop + maquée (fromage frais "babeurre")).

D'autres recettes liégeoises iciLes tarifs dans les restaurants sont malheureusement élevés, comme partout en Belgique. Un paquet de frites ne coûte bien sûr quasiment rien, tout comme une pita. Néanmoins, si l'on ne veut pas se retrouver dans un resto sans âme ni atmosphère, il faut vite y mettre le prix.

Compter qu'un Routard tournera aux alentours de 15 euros par personne, boissons comprises, un prix moyen entre 25 et 50 euros, un resto chic bien au-delà

Routard[modifier]

  • Au Tchantchès, resto-brasserie au décor typique, rue Grande Bèche dans le quartier d'Outremeuse
  • Café Lequet, 17 Quai sur Meuse. Cuisine et ambiance liégeoise, pour manger le vrai boulet-frites
  • Le Venetto rue de la Madeleine, l'un des premiers restos italiens de Liège, nappes à carreaux typiques, carte réduite mais atmosphère incomparable et prix imbattables
  • Touch and Go, rue des Carmes, spécialités de pitas et salades à composer soi-même. Haut lieu de rendez-vous pour les étudiants
  • Aux pâtes fraîches, 17 rue Saint-Gilles
  • L'Amarante, rue des Carmes, spécialités ensoleillées
  • La Cigalière, 29 rue de la Régence. Sandwiches, salades, petits déjeuners et crêpes de première qualité
  • Amour, Maracas et Salami (français), 78 rue Sur-la-Fontaine
  • L'Ombra 2 rue Saint-Denis, restaurant italien, ciccetti (tapas) vénitiens, pizzas (les meilleures de la ville), et cave à vin extra.
  • Le Chat Qui Pète, friterie liégeoise au coeur d'Outremeuse (rue porte grumsel 1, derrière la piscine), petite surface mais endroit très sympa, grosses frites très bonnes, boulets et sauce lapin maison ! et bières spéciales au frigo pour l'apéro ou en mangeant !
  • Cafetaria de la biliothèque Chiroux', 4,50€: potage+plat+dessert+café+1boisson (cantine de la province, accessible aux visiteurs également. Plat du jour et quelques autres choix: boulet-frites-salade, sandwich... Mais pour 4,50€, le menu du jour est imbattable'... Menu de 2 semaines affiché sur la porte (4ème étage)

Classe moyenne[modifier]

  • La Cantina 2 rue Saint-Denis, restaurant italien, cours intérieure magnifique, bon rapport qualité/prix, grande soeur de l'Ombra
  • Amon Nanesse, le resto du bar à péquets, derrière l'hôtel de ville
  • As Ouhès (aux oiseaux), place du Marché.
  • Le Sway, resto fusion lié à la salle de concert Soundstation (rue Pouplin)
  • L'Industrie, rue Saint Gilles (au début, à droite), brasserie sympa aux spécialités de moules
  • The Kitchen, 139 bd de la Sauvenière, resto-concept mais chaleureux
  • Table à Thé, 15 rue des Carmes, à la magnifique terrasse urbaine.
  • Les Saintes Chéries, place Lambert-le-Bègue, petite place très agréable en été
  • Le Parc de Moules, 19, rue Tête de Bœuf (Carré), spécialiste des moules+frites (des dizaines de préparations différentes).

Plein aux as[modifier]

  • L'Héliport, étoilé au Michelin (et pas très cher pour un étoilé), boulevard Frère Orban, sur la pelouse en face du Palais des Congrès, entre la Meuse et les voies rapides (accès dans le sens périphérie-centre)

A noter que le boulet a même ses critiques gastronomiques, via le *Guide du Boulet frites sauce liègoise

Boire[modifier]

Le Carré offre de multiples possibilités pour boire et faire la fête 365 jours par an. Ambiance nettement étudiante et très bibitive.

A fréquenter aussi: la place du Marché, plus branchée, et les alentours de la place Cathédrale, plus "m'as-tu vu".

Dans la rue Saint-Gilles, Le Vaudrée 2, où l'on peut déguster un bon millier de bières belges et étrangères. Santé !

Et derrière l'hôtel de ville, La Maison du Péquet, qui sert principalement les versions aromatisées aux fruits du genièvre local qui a donné son nom à l'établissement.

Pour les étudiants aimant le bruit, un temple qui en a vu passer des générations est le Pot au Lait, rue Soeurs de Hasque. Plus tranquille,

Les fous d'en face est une bonne étape vers le centre-ville ou en rentrant vers les quartiers du Laveux et des Guillemins. A recommander aux amateurs de cocktails improbables.

Dans le style guinguette, les Olivettes, café chantant à la gouaille et l'ambiance tout droit sorties d'un autre temps, rue Pied du Pont des Arches.

Sortir[modifier]

Parmi les concerts, soirées et autres, les possibilités ne manquent pas. Le centre rassemble en effet les principaux hauts-lieux

Le haut lieu du centre est le quartier du Carré, dont les nombreux cafés, surtout fréquentés par les étudiants et les jeunes trentenaires, permettent de danser et constituent une bonne alternative, d'autant qu'ils ne demandent en général pas de droit d'entrée. De nouveaux lieux plus huppés y ont fait leur apparition, comme le Notger.

Aux alentours de la Place Saint Lambert, de nouvelles adresses ont fait leur apparition, comme Le Cadran et le Studio 22. Des lieux plus anciens et à l'ambiance engagée résistent, comme la Casa Nicaragua, qui organise concerts et soupers altermondialistes.

Outremeuse fait honneur à sa réputation contestataire:

  • l'Aquilone et l'An Vert proposent un programme d'activités diversifiées, alliant concerts, rencontres, expos, etc.
  • la Zone propose ses concerts alternatifs, sa scène slam mensuelle, et son bar démocratique. Consultez leur site pour connaître le programme.
  • la péniche Inside Out alterne concerts et événements privés.

Se loger[modifier]

Routard[modifier]

Classe moyenne[modifier]

centre :

  • L'Embrun, un hôtel flottant qui peut également être loué et partir avec ses locataires (Port des yachts 16, 4000 Liège, tél : +32(0)476052005)
  • Les Acteurs**, rue des Urbanistes 10, tél: +32-4-223 00 80
  • Le Cygne d'Argent***, hôtel familial situé dans le quartier du jardin botanique, rue Beeckman , tél: +32.(0)4.223.70.01
  • Le Petit Cygne**, Rue des Augustins 42, 4000 Liège, Tél: +32 (0)4 222 47 59
  • La Passerelle**, hôtel chaleureux et convivial sur l'île d'Outremeuse, à 5mn à pied du centre, Chaussée des Prés, 24. Tél: +32.(0)4.341.20.20.

Les grandes chaînes sont également présentes, avec Mercure, Ibis.

gare des Guillemins :

  • Husa de la Couronne***, L'hôtel 3 étoiles est situé à côté de la gare TGV Liège-Guillemins. Confort, modernité et fonctionnalité qualifient parfaitement cet hôtel récemment rénové. (Place des Guillemins 11, 4000 Liège, tél : +32(0)4 340 30 00)
  • Les Nations*, Rue des Guillemins 139, 4000 Liège, tél: +32(0)4 252 44 14
  • Best Western-Univers, Rue des Guillemins 116, 4000 Liège, tél: +32(0)4/254.55.55

palais des congrès :

  • AllianceHotel, Esplanade de l’Europe 2B, 4000 Liège, tél: +32 (4)3 49 20 00
  • Eurotel**, Rue Léon Frédéricq 29, 4020 Liège, tél : +32(0)4 341 16 27

Plein aux as[modifier]

  • Le Hors Château***, un hôtel de charme en plein coeur historique: Rue Hors Château 62, 4000 Liège, tél: +32 (0)4 250 60 68
  • L'Hôtel Neuvice, hôtel de charme occupant plusieurs maisons d'une venelle piétonne du quartier historique: En Neuvice 45, 4000 Liège, tél: +32 (0)4 375 97 40
  • [www.ramadaplaza-liege.com/ Le Ramada Plaza] (ancien Bedford), aménagé dans un ancien couvent qui fut aussi une linerie, décentré: Quai Saint Léonard 4000 Liège, tél: +32 (0)4 228 81 11
  • Crowne Plaza*****, le nouveau cinq étoiles occupant deux anciens hôtels particuliers, dont l'un classé patrimoine exceptionnel de Wallonie : Mont Saint Martin 9-11, 4000 Liège, tél: +32 (4) 222 94 94

Il est également possible de se loger dans la périphérie

Rester en contact[modifier]

Nombreux cybers dans tout le centre ville, presqu'aussi fréquents que les night shops...

- CyberCafé Le Pot au Lait, Rue Soeurs de Hasque, 9, 4000, Liège, fréquenté par les étudiants. Il ne reste plus aujourd'hui qu'un réseau Wifi gratuit dans le café, le 'Cyber' ayant fermé.

Conserver la santé[modifier]

Trois grands groupes hospitaliers, dont la plupart des hôpitaux et des cliniques dépendent:

  • le Centre Hospitalier Universitaire
  • le Centre Hospitalier Régional
  • le Centre Hospitalier Chrêtien

Mais nul doute que si vous avez suivi les conseils de la rubrique "à faire", vous n'en aurez pas besoin.

Gérer le quotidien[modifier]

Attention, suite aux fusions entre les banques et à la promotion du paiement virtuel, trouver un distributeur d'argent est devenu particulièment ardu. Principales localisation des distributeurs (qu'on appelle Bancontact ou Mister Cash): autour de l'opéra (trois sièges de banques), à proximité de la Place du Marché (trois agences locales), près de la tour Kennedy (une agence). Depuis 2006 cependant, les "self-banks", ou distributeurs à l'intérieur des agences, sont accessibles à tous et non plus seulement aux clients de l'institution concernée.

Les cabines téléphoniques restent fréquentes.

Automobilistes attention: Les rues pavées, mêmes récemment rénovées, sont pleines de trous... et les passages surélevés pour piétons particilièrement dangereux pour votre carter... Les mauvaises langues disent que le cahier des charges des travaux est défectueux.. Quoi qu'il en soit, roulez doucement!

Tourisme[modifier]

Office du Tourisme de la Ville, Feronstrée 92, 4000 Liège, +32.(0)4.221.92.21, ouvert en semaine de 9h à 17h, le samedi de 10h à 16h30 et le dimanche de 10h à 14h30)

Maison du Tourisme de la Province, Place Saint Lambert 35, 4000 Liège, +32.(0)4.237.92.92, ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30

De nombreux stewards (veste jaune) sont à la disposition des Liégeois et des touristes pour leur venir en aide.


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites