Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Les trésors nationaux de Corée du sud

De Wikitravel
Aller à : navigation, rechercher

Les trésors nationaux de Corée du sud[modifier]

Les trésors nationaux de Corée du sud (il existe une liste équivalente en Corée du nord) sont un ensemble numéroté d'objets, lieux et bâtiments reconnus par le Gouvernement comme ayant une valeur artistique, historique et culturelle exceptionnelle.

Une partie d'entre eux est abritée au Musée National de Corée, qui mérite à lui seul une visite prolongée.

Beaucoup de trésors nationaux sont des destinations touristiques populaires telles que le tombeau royal Jongmyo, Bulguksa, Seokguram et le Tripitaka Koreana à Haeinsa. Il y a au 29 juin 2012 317 entrées distinctes sur la liste, les trésors étant numérotés selon l'ordre dans lequel ils ont été classés non pas selon leur valeur individuelle.

  • 001 - Namdaemun, grande porte du Sud (sungnyemun/namdaemun, 숭례문(崇禮門)/남대문(南大門)
    1 - Namdaemun, grande porte du Sud. Namdaemun, dont le nom officiel est en réalité Sungnyemun (littéralement la Porte des Cérémonies Elevées), est l'une des huit portes dans le mur de la forteresse de Séoul, qui entourait la ville de la dynastie Joseon. Elle se trouve dans Jung-gu, entre la gare de Séoul et le Seoul City Plaza; le marché historique de Namdaemun est juste à côté.
    La porte, datant du XIVème siècle, est une porte historique en forme de pagode, et fut classée comme le premier trésor national de Corée du Sud. Ce fut un des trois principaux points d'accès à travers les murs de la ville de Séoul, d'une longueur totale de 18,2 km pour une hauteur de 6,1 mètres. Elle fut bâtie dans la dernière année du règne de roi de Joseon Taejo en 1398, et reconstruite en 1447, lors de la 29e année du règne du roi Sejong le Grand.
    Le 10 février 2008, la pagode en bois au-dessus de la porte fut gravement endommagée par un incendie criminel. Les travaux de restauration ont débuté en février 2010 et leur achèvement est annoncé pour la fin du mois d'avril 2013. A cette occasion, la Banque de Corée a émis le 28 février une pièce commémorative de 50.000 ₩, qui sera mise en service le jour officiel de la restauration, et sur laquelle figure un phénix. La durée des travaux s'explique principalement par la difficulté de trouver des essences de bois permettant la restauration à l'identique.
    • Nom. Comme indiqué en hanja sur la structure de bois, le nom officiel tel que donné par le Gouvernement de Corée est sungnyemun, ce qui signifie "la Porte des Cérémonies Elevées". Cependant depuis l'ère Joseon le nom usuel est namdaemun (la Grande Porte du Sud).
    • Histoire. Avant l'incendie de 2008, Namdaemun était la plus ancienne structure de bois à Séoul. Faite de bois et de pierre, à deux niveaux, avec un toit de tuiles en forme de pagode, elle fut achevée en 1398, utilisée à l'origine pour accueillir les émissaires étrangers et contrôler l'accès à la capitale. La construction a commencé en 1395 lors de la quatrième année du règne du roi de Joseon Taejo et fut terminée en 1398. La structure fut reconstruite en 1447 et rénovée plusieurs fois depuis. C'était à l'origine l'une des trois portes principales de Séoul, les deux autres étant la Porte de l'Est (Dongdaemun) et la Porte de l'Ouest maintenant démolie (Seodaemun) dans le quartier Seodaemun-gu, nommé d'après l'ancienne porte. Gravement endommagée pendant la guerre de Corée, Namdaemun reçut sa dernière réparation majeure en 1961, avec une cérémonie de clôture qui s'est tenue le 14 mai 1963. Le 20 décembre 1962, elle fut classée comme "Trésor National numéro 1". Elle fut à nouveau rénovée en 2005 avec la construction d'une pelouse autour de la porte, puis rouverte au public en grande pompe le 3 mars 2006. Lors de la restauration, 182 pages de plans de la porte furent réalisés pour parer à toute situation d'urgence pouvant endommager la structure. Trois ans plus tard, une telle urgence survenait.
    • L'incendie de 2008. Le 10 février 2008 vers 20h50, un incendie a éclaté et sérieusement endommagé la structure en bois au dessus de la porte Namdaemun. Le feu ronflait hors de contrôle après minuit et finalement détruisit la structure, malgré les efforts de plus de 360 ​​pompiers. De nombreux témoins ont rapporté avoir vu un homme suspect peu avant l'incendie, et deux briquets jetables ont été trouvés où le feu était censé avoir commencé. Un homme de 69 ans, identifié comme Chae Jong-gi fut arrêté et inculpé d'incendie criminel, et avoua plus tard le crime. Un capitaine de police déclara que Chae avait pulvérisé du diluant à peinture sur le plancher de la structure, avant d'y mettre le feu. Le même homme avait été condamné à un an et demi de prison pour avoir mis le feu au Palais Changgyeong à Séoul en 2006. Pour l'incendie de Namdaemun, il a été condamné à dix ans d'emprisonnement.
    • La restauration. L'Administration du patrimoine culturel de la Corée du Sud décida alors d'entreprendre un projet de trois ans, qui coûterait environ 20 milliards de ₩ pour reconstruire et restaurer la barrière historique; le président Lee Myung-bak a également proposé de lancer une campagne de dons privés pour financer la restauration de la structure. Les travaux du toit ont commencé en avril après l'achèvement du deuxième étage, avec la cuisson de 22.000 tuiles dans un four traditionnel à Buyeo, dans la province de Chungcheong du sud. Le mur et le châssis de base devaient être achevés respectivement en avril et en mai. Les piliers et les poutres seront minutieusement décorés, avec des motifs ornementaux et des couleurs inspirées de celles utilisées dans la réparation de grande envergure en 1963, la plus proche de l'original du début de l'ère Joseon. Après cinq ans de travaux, la rénovation s'est terminée fin avril 2013, et une cérémonie d'inauguration se tiendra le 4 mai 2013. La porte rénovée est équipée de nombreux dispositifs modernes de sécurité pour prévenir toute tentative d'incendie.
    • Emplacement. Arrondissement de Jung-gu, Séoul.
    • S'y rendre. Métro: ligne 4, station Hoehyeon, sortie 5; ligne 1 ou 4, station Seoul station (gare de Séoul), sortie 4; ligne 1 ou 2, station City Hall (Mairie), sortie 8.
    • Coordonnées: 37.559961° E, 126.975296° E; plan d'accès ici.
  • 002 - Pagode Wongaksa (wongaksajishipcheungseoktap, 원각사지십층석탑/圓覺寺地十層石塔)
    2 - Pagode Wongaksa. La Pagode Wongaksa est une pagode en marbre de dix étages et douze mètres de haut, située dans le parc Tapgol, au centre de Séoul. Elle fut bâtie en 1467 pour former une partie du temple Wongaksa, fondé par le roi Sejo deux ans auparavant, sur le site d'un ancien temple de la période Goryeo, le temple Heungboksa. Ce temple fut fermé et transformé en une maison de kisaeng par le roi (plus tard déchu) connu sous le nom Yeonsan-gun (1476~1506, r 1494~1506). Sous le règne de son successeur, le roi Jungjong (1488~1544, r.1506~1544), le site fut transformé en bureaux du gouvernement. Seuls ont survécu la pagode et une stèle commémorant la fondation de Wongaksa. Le site du temple a ensuite été occupé par des maisons. Pendant la guerre Imjin, la partie supérieure de la pagode fut abattue et gisait sur le sol, au pied de la pagode jusqu'à ce qu'elle soit replacée par des ingénieurs militaires américains en 1947.
    A la fin du 19ème siècle, les visiteurs étrangers à Séoul venaient souvent l'admirer, mais elle était presque inaccessible, cachée dans la cour d'une petite maison; en 1897 John McLeavy Brown, le conseiller financier irlandais au roi Gojong, fut autorisé par le roi à transformer le site en premier parc public de Séoul. Il l'appela parc de la Pagode; c'est ce nom qu'il portait lorsqu'y fut lue la Déclaration d'indépendance le 1er mars 1919. Aujourd'hui, le parc est connu comme le parc Tapgol (Tapgol kongwon, 탑골 공원) et la pagode est à l'abri d'une enceinte de protection en verre. Le nom coréen signifie littéralement "Pagode en pierre de dix étages sur le site du temple de Wongaksa".
    La pagode est considéré par les historiens de l'art comme l'un des plus beaux exemples de pagodes de la dynastie Joseon. Classée second trésor national de Corée le 12 décembre 1962, elle porte sur sa partie supérieure la date de sa construction: 1467, la treizième année du règne du roi Sejo. C'est l'une des rares pagodes en marbre en Corée, les pagodes coréennes étant d'ordinaire en granit, matériau abondant dans la péninsule. Le socle supportant la pagode est à trois niveaux, et sa forme vue depuis le sommet ressemble au caractère chinois "亞". Les trois premiers étages de la pagode suivent la forme de la base et les sept suivants sont façonnés en forme de carrés. Dragons, lions, fleurs de lotus, phénix, Bouddhas, Bodhisattvas, et les quatre rois célestes sont gravés sur chaque étage de la pagode. Bien qu'en pierre, la pagode est sculptée comme si elle était faite de bois (forme du toit incurvée, piliers, etc.).
    • Emplacement. Séoul, parc Tapgol.
    • S'y rendre. Métro: lignes 1, 3, 5, station Jongno 3 (sam)-ga, sortie 1, puis aller tout droit, ou ligne 1, station Jonggak, sortie 3, puis aller tout droit. Plan d'accès détaillé ici. Adresse: 99, Jong-ro, Jongno-gu. Le parc Tapgol est ouvert de 6h à 20h, l'entrée est gratuite.
    • Coordonnées: 37.571542° E, 126.988205° E; plan d'accès ici.
  • 003 - Monument Bukhansan
    (서울 북한산 신라 진흥왕 순수비/
    서울 北漢山 新羅 眞興王 巡狩碑)
    3 - Monument Bukhansan commémorant l'inspection de ses nouvelles frontières par Jinheung, le roi de Shilla. Le monument de Bukhansan fut classé Trésor National n° 3 le 12 décembre 1962. Il était à l'origine érigé sur le pic Bibong, dans les monts Bukhasan. Pour des raisons de sécurité, il fut par la suite déplacé au palais Gyeongbokgung, et c'est désormais au Musée National de Corée qu'on peut l'admirer. Ce monument de forme carrée est bâti sur un socle à deux étages; exposé aux intempéries pendant 1.400 ans, il a souffert des conditions climatiques et de l'érosion. Il fait actuellement 1,54 mètre de haut pour 69 centimètres de large. En 1816 pendant le règne de l'Empereur Sunjo, il fut redécouvert par Kin Jeonghui, un célèbre calligraphe.
    La valeur du monument tient à l'information historique gravée sur sa surface: il s'agit de 12 lignes de 32 caractères gravés dans le style Haeseoche de calligraphie chinoise. L'inscription fait l'éloge de l'expansion territoriale du Roi de Shilla Jinheung (540~575) à travers la vallée de la rivière Han et commémore la venue du roi et son inspection des nouvelles frontières de son royaume. L'inscription explique pourquoi le monument a été construit, décrit les réalisations du roi Jinheung, et décrit également le cortège royal. Bien que la date exacte de construction du monument soit illisible, on l'estime à 561 ou 568, car les monuments Changnyeongbi et Hwangchoryeongbi ont été construits respectivement à ces dates.
  • 004 - Stupa du temple Geodalsa
    (고달사/高達寺)
    4 - Stupa du temple Geodalsa, comté de Yeolsu.
  • 005 - Lanterne de pierre aux deux lions, temple Beopjusa
    (법주사/法住寺)
    5 - Lanterne de pierre aux deux lions, temple Beopjusa, comté de de Boeun.
    • Emplacement/s'y rendre. Consulter la page du temple Beopjusa sur Wikitravel.
  • 006 - Pagode en pierre de sept étages
    6 - Pagode en pierre de sept étages, Tap-pyeong-ri, Chungju.
  • 007 - Stèle du temple Bongseon Honggyeongsa
    7 - Stèle du temple Bongseon Honggyeongsa, Cheonan.
  • 008 - Stèle du prêtre bouddhiste Nanghye
    8 - Stèle accompagnant la pagode du prêtre bouddhiste Nanghyehwasang, temple de Seongjusa, Boryeong.
  • 009 - Pagode de pierre à cinq étages, temple de Jeongnimsa
    9 - Pagode de pierre à cinq étages, temple de Jeongnimsa.
  • 010 - Pagode de pierre à trois étages devant l'ermitage de Baekjangam, temple de Silsangsa
    10 - Pagode de pierre à trois étages devant l'ermitage de Baekjangam, temple de Silsangsa, Namwon.
  • 011 - Pagode de pierre du temple de Mireuksa, Iksan
    (구례 화엄사 각황전 앞 석등/
    求禮 華嚴寺 覺皇殿 앞 石燈)
    11 - Pagode de pierre du temple de Mireuksa, Iksan.
  • 012 - Lanterne de pierre devant la Salle Gakhwangjeon du temple Hwaeomsa
    (익산 미륵사지 석탑/益山 彌勒寺址 石塔)
    12 - Lanterne de pierre devant la Salle Gakhwangjeon du temple Hwaeomsa.
  • 013 - Salle Geungnakjeon, temple Muwisa
    (강진 무위사 극락보전/
    康津 無爲寺 極樂寶殿)
    13 - Salle Geungnakjeon, temple Muwisa, Comté de Gangjin.
  • 014 - Salle Yeongsanjeon
    (영산전/靈山殿)
    14 - Salle Yeongsanjeon.
  • 015 - Salle Geungnakjeon, temple Bongjeongsa
    (안동 봉정사 극락전/
    安東 鳳停寺 極樂殿)
    15 - Salle Geungnakjeon, temple Bongjeongsa, Andong.
  • 016 - Pagode en brique à sept étages, Sinse-dong
    (안동 법흥사지 칠층전탑/
    安東 法興寺址 七層塼塔)
    16 - Pagode en brique à sept étages, Sinse-dong, Andong.
  • 017 - Lanterne de pierre devant la Salle Muryangsujeon
    (영주 부석사 무량수전 앞 석등/
    榮州 浮石寺 無量壽殿 앞 石燈)
    17 - Lanterne de pierre devant la Salle Muryangsujeon, temple de Buseoksa, Yeongju.
  • 018 - Salle Muryangsujeon
    (영주 부석사 무량수전/
    榮州 浮石寺 無量壽殿)
    18 - Salle Muryangsujeon, temple de Buseoksa, Yeongju.
  • 019 - Salle Josadang
    (영주 부석사 조사당/
    榮州 浮石寺 祖師堂)
    19 - Salle Josadang, temple de Buseoksa, Yeongju.
  • 020 - Dabotap (다보탑/多寶塔)
    20 - Dabotap. La pagode de pierre Dabotap, également connue sous le nom de Pagode aux Nombreux Trésors, est située dans le temple de Bulguksa. Après avoir franchi l'entrée du temple via le Pont du Nuage Bleu (Cheongungyo) et le Pont du Nuage Blanc (Baegungyo), on trouve Dabotap sur la droite, Seokgatap lui faisant face sur la gauche. On pense que la pagode fut construite en 751, la dixième année du règne de Gyeogdeok, Roi de Shilla. D'une hauteur de 10,4 mètres, cette pagode est construite dans un style très décoré que l'on ne trouve pas dans les autres pays bouddhistes. Les techniques utilisées étaient uniques pour l'époque et comprenaient des motifs très délicats.
    Chaque côté comporte un escalier. Quatre piliers de pierre supportent le premier toit de la pagode, sur lequel est construite une balustrade de pierre carrée, à l'intérieur de laquelle se trouve le corps de la pagode. Au-dessus, le toit de forme octogonale, surplombé par une balustrade également octogonale. Cette balustrade est elle-même surplombée par huit piliers de pierre en forme de bambous, qui supportent une pierre octogonale en forme de lotus, gravée de seize pétales. Au-dessus se trouvent huit piliers de pierre octogonaux supportant le troisième toit, lui aussi octogonal. Des quatre lions de pierre gardant le sommet de chaque escalier, un seul subsiste aujourd'hui, un second se trouvant au British Museum, à Londres. Quant aux deux derniers, leur sort n'est pas connu. La pagode fut démantelée dans les années 1920 par l'occupant japonais, mais il n'y a aucune preuve que des reliques aient été trouvées dans la pagode. Son image est reproduite sur la pièce de 10 ₩.
    • Dabotap et Seokgatap. Dans aucune paire de pagodes au monde celles-ci ne pourraient être aussi différentes et pourtant autant en harmonie que les deux pagodes de Bulguksa; les deux pagodes reflètent une histoire dans le Sutra du Lotus: Dabo (Prabhutaratna), un Bouddha déjà parvenu à l'illumination, gravissant la Tour des Nombreux Trésors, semblait attester de la validité des sermons du Bouddha au Pic du Vautour. Dabo et Sakyamuni s'assirent alors côte à côte à l'intérieur de la tour. Cette pagode représente le Bouddha Dabo, tandis que l'autre représente Sakyamuni. Dabo représente la vérité objective, tandis que Sakyamuni représente la sagesse subjective pour y parvenir. Dabotap est hautement décorée et d'allure plutôt féminine, alors que Seokgatap est très simple et d'allure plus masculine. La sophistication de Dabotap symbolise la complexité du monde alors que Seokgatap symbolise la brièveté de l'ascension spirituelle (d'après Fascinating Tales of Blooming Silla par Alexander Chang et Andrew Chang, 2006).
    • Emplacement. Temple Bulguksa, Jinheon-dong, Gyeongju, province de Gyeongsang du Nord.
    • S'y rendre. Voir la page Bulguksa sur Wikitravel.
  • 021 - Seokgatap (석가탑/釋迦塔)
    21 - Seokgatap. Seokgatap (Pagode Sakyamuni) est une pagode de pierre classée Trésor National n° 21 le 12 décembre 1962. Son nom complet est Sakyamuni Yeoraesangjuseolbeoptap; on l'appelle également parfois la Pagode Sans Ombre, ou encore Bulguksa Samcheung Seoktap ("Pagode de pierre à trois étages de Bulguksa"). D'une hauteur de 8,2 mètres, elle fait face à la pagode Dabotap, dans le complexe du temple de Bulguksa, à Gyeongju. Elle a sans doute été bâtie en même temps que Bulguksa, aux alentours de 751.
    • Description. La pagode Seokgatap contraste nettement avec sa pagode-soeur Dabotap, plus élaborée. Elle est d'un style basique, très simple, et les trois étages sont dans une proportion agréable de 4:3:2, ce qui donne une impression d'équilibre, de stabilité, et de symétrie. Le contraste entre la simplicité de Seokgatap et la complexité de Dabotap est censé représenter la nature duale de la contemplation de Bouddha et son détachement du monde; peut-être aussi symbolise-t-il l'opposition entre le monde céleste et le monde terrestre. Les trois étages de la pagode s'appuient sur une base à deux niveaux. La simplicité de la pagode est renforcée par le fait qu'elle ne porte pas de gravures ou de reliefs; cependant elle est entourée de huit fleurs de lotus en pierre. Son sommet, plus élaboré, fut ajouté en 1973 pour rappeler une pagode construite un siècle après Seokgatap.
    • Construction. On dit que Seokgatap et Dabotap ont été construites par Asadal, un tailleur de pierre du royaume de Baekje. Laissant sa femme à la maison pour ce projet à long terme, il s'immergea dans son travail au point de négliger son épouse. Celle-ci venant lui rendre visite, fut repoussée car à cette époque les femmes n'étaient pas admises au temple. L'épouse d'Asadal fut conduite à la Mare de l'Ombre, dans les reflets de laquelle on lui dit qu’elle pouvait contempler son époux. Lorsqu'elle regarda dans l'eau, tout ce qu'elle put voir fut Dabotap, achevée, sans personne aux alentours. De désespoir, la femme d'Asadal se jeta dans la mare et s'y noya. Ce qu'elle ne savait pas était qu'Asadal avait bien achevé Dabotap et s'était attaqué à la construction de Seokgatap. C'est la raison pour laquelle on appelle Seokgatap la Pagode Sans Ombre, car l'épouse d'Asadal ne la vit pas dans les reflets de la mare.
    • Découverte de trésors. En 1966, les moines du temple furent réveillés par des explosions de dynamite. Ils découvrirent que des voleurs avaient tenté de faire sauter la pagode pour voler ce qui y était caché. Ceux-ci s'enfuirent avant d'avoir pu voler quoi que ce fut, mais les moines découvrirent de précieux reliquaires, des sariras, et le plus vieil exemplaire au monde d'une impression faite à partir d'une plaque de bois.
    • Trésor National n° 126. Un sarira est un reliquaire contenant les restes d'un moine vénéré, ou parfois d'un membre de la famille royale. Après l'échec de la tentative de vol, les ouvriers travaillant à la restauration de la pagode découvrirent les trésors qui y étaient cachés. Mais dans les années 1920, la pagode fut démantelée pour réparations par l'occupant japonais, et il n'est pas fait mention de découverte de trésor. Les trésors découverts initialement comprenaient une image en bronze d'un esprit bouddhique, un miroir en bronze, une pagode miniature en bois, de la soie, du parfum, des gogok, et des perles. Des liasses de papiers furent trouvés dans les fondations de la pagode, mais elles se révélèrent illisibles. La sarira est une boîte en forme de maison, avec un toit sculpté. Chacun des murs porte un motif gravé en forme de vigne courant jusqu'au toit. Tout le long sont également utilisés des motifs de lotus, et le toit porte des ornements en forme de feuilles. La plus ancienne estampe existante est une copie du Grand Sutra de Mugujeonggwang. Pour plusieurs raisons, ce texte est le plus ancien document imprimé au monde: la pagode ayant été construite en 751, ce texte lui est forcément antérieur, et il n’existe nulle part de texte imprimé antérieur à 750~751. Le texte imprimé est long de six mètres pour une largeur de huit centimètres. Il contient en moyenne de huit à neuf caractères par ligne. L'oxydation ayant endommagé l'estampe, des restaurations ont été entreprises pour la préserver en 1988 et 1989.
    • Emplacement. Temple Bulguksa, Jinheon-dong, Gyeongju, province de Gyeongsang du Nord.
    • S'y rendre. Voir la page Bulguksa sur Wikitravel.
  • 022 - Ponts Yeonhwagyo (pont de la fleur de lotus, 연화교/蓮華橋)
    et Chilbogyo (pont des sept trésors, 칠보교/七寶橋)
    22 - Ponts Yeonhwagyo (pont de la fleur de lotus, 연화교/蓮華橋) et Chilbogyo (pont des sept trésors, 칠보교/七寶橋). Le Yeonhwagyo (Pont de la Fleur de Lotus, 연화교/蓮華橋) et le Chilbogyo (Pont des Sept Trésors, 칠보교/七寶橋) sont une paire de ponts au temple de Bulguksa. Ils furent classés Trésor National n° 22 le 20 décembre 1962. Ils mènent à Anyangmun (Porte de l'Amélioration de la Paix, 안양문/安養門), qui mène au Geuknakjeon (la Salle de la Terre Pure (극락전/極樂殿). Cette paire fut construite en même temps que leurs deux ponts-frères, Trésor National n° 23. Cette paire de ponts partage la même pente de 45°, et la conception de leurs ponts-frères. Cependant, une différence notable est que ceux-ci sont plus petits. Le Pont de la Fleur de Lotus comporte dix marches, tandis que le pont supérieur, le Pont des Sept Trésors en comporte huit. Ces ponts sont à l'ouest, en relation avec le Pont du Nuage Bleu et le Pont du Nuage Blanc. Le Pont de la Fleur de Lotus est connu pour ses délicates sculptures de Fleurs de Lotus sur chaque marche, mais celles-ci s'effacent peu à peu sous le pas des nombreux pèlerins. Aujourd'hui, la circulation sur le pont est restreinte.
    • Emplacement. Temple Bulguksa, Jinheon-dong, Gyeongju, province de Gyeongsang du Nord.
    • S'y rendre. Voir la page Bulguksa sur Wikitravel.
  • 023 - Ponts Cheongungyo (pont du nuage bleu, 청운교/靑雲橋)
    et Baegungyo (pont du nuage blanc, 백운교/百雲橋)
    23 - Ponts Cheongungyo (pont du nuage bleu, 청운교/靑雲橋) et Baegungyo (pont du nuage blanc, 백운교/百雲橋). Le Cheongungyo (Pont du Nuage Bleu, 청운교/靑雲橋) et le Baegungyo (Pont du Nuage Blanc, 백운교/百雲橋) situés à Bulguksa, sont deux ponts faisant partie d'un escalier menant au temple. Ils ont probablement été construits en 750 durant le règne du Roi Gyeongdeok. Bien que construits séparément, ils ont été classés ensemble Trésor National n° 23, le 20 décembre 1962. Le Pont du Nuage Bleu forme la partie inférieure de l'escalier, tandis que le Pont du Nuage Blanc en forme la partie supérieure; ils conduisent au Jahamun (Porte de la Rosée Pourpre, 자하문/紫霞門), qui mène à la Salle Sakyamuni. L'escalier, d'une pente de 45 degrés, comporte 33 marches correspondant chacune à l'un des 33 paradis du bouddhisme. Le Pont du Nuage Bleu comprend 17 marches, et celui du Nuage Blanc en comprend 16. La grande arche sous la cage d'escalier témoigne de l'utilisation des arches dans les ponts de style Shilla, et également de la présence autrefois d'un étang sous le pont.
    • Emplacement. Temple Bulguksa, Jinheon-dong, Gyeongju, province de Gyeongsang du Nord.
    • S'y rendre. Voir la page Bulguksa sur Wikitravel.
  • 024 - Statue de Bouddha dans la grotte de Seokguram
    (주 석굴암 석굴/慶州 石窟庵 石窟)
    24 - Grotte de Seokguram et statue de Bouddha. La grotte de Seokguram est un ermitage, et fait partie du complexe de Bulguksa. Il se situe à quatre kilomètres du temple, sur le mont Tohamsan. La grotte fait face à la mer de l'Est, à 750 mètres d'altitude. Classé Trésor National n° 24 en 1962, Seokguram a été ajouté en 1995 au Patrimoine mondial de l'UNESCO, en même temps que Bulguksa, et la statue de Bouddha est considérée comme l'une des plus belles sculptures bouddhiques au monde.
    On dit qu'elle a été construite par Gim Daeseong et appelée à l’origine Seokbulsa (석불사), c'est-à-dire Temple du Bouddha de pierre. La construction débuta en 742 lorsque Gim Daesong quitta sa position à la Cour, ou en 751, la dixième année du règne du Roi Gyeongdok de Shilla. Cette période est considérée comme l'Age d'Or du Royaume de Shilla unifié. La grotte fut achevée par la Cour de Shilla, peu de temps après la mort de Gim Daesong. Une ancienne légende raconte que Gim Daesong fut réincarné en raison de sa piété filiale dans une vie antérieure: le Temple de Bulguksa aurait été dédié aux parents de Gim dans sa vie présente, alors que la grotte de Seokguram leur aurait été dédiée dans une vie antérieure. C'est actuellement une des destinations culturelles les plus connues de Corée; le spectacle du lever du soleil sur la mer de l'Est, que l'on peut voir si l'on se tient près du Bouddha, est particulièrement prisé.
    • Architecture. C'est en Inde qu'est apparue la tradition de sculpter des images de Bouddha, de réaliser des peintures et des stupas sur la flanc des falaises et dans les cavités naturelles; cette pratique s'est ensuite difusée en Chine et en Corée. Mais la géologie de la Péninsule Coréenne, qui abonde en granit, n'est pas propice à la sculpture au flanc des falaises. De conception unique, Seokguram est une grotte artificielle, conçue à partir de granit. Sa petite taille indique qu'elle était vraisemblablement réservée à l'usage exclusif de la famille royale de Shilla.
      La grotte symbolise un voyage spirituel au Nirvana: les pèlerins entamaient leur voyage à Bulguksa, au pied du mont Tohamsan, montagne sacrée pour Shilla. A l'entrée du sanctuaire, une fontaine permettait aux pèlerins de se désaltérer. A l'intérieur de la grotte, l'antichambre et le corridor représentent la Terre, alors que la rotonde symbolise le Paradis.
      La structure de base de la grotte comprend une entrée voûtée qui mène à une antichambre rectangulaire, puis à un couloir étroit bordé de bas-reliefs, puis conduit finalement dans la rotonde principale.
      La pièce maîtresse du sanctuaire de granit est une statue de Bouddha assis dans la chambre principale. Le Bouddha est assis sur un trône de lotus avec les jambes croisées, dans l'expression sereine de la méditation. Le Bouddha est entouré d'une quinzaine de panneaux de bodhisattvas, arhats et anciens dieux indiens dans la rotonde et est accompagné d'une dizaine de statues dans des niches le long de la paroi de la rotonde. La salle principale de Seokguram abrite une statue du Bodhisattva Bojon et ses disciples. Quarante personnalités différentes représentant les principes et les enseignements bouddhiques se trouvent dans la grotte, construite autour de ces statues afin de les protéger contre les intempéries. Le plafond de la grotte de Seokguram est décoré avec des demi-lunes, le sommet orné d'une fleur de lotus. les architectes Shilla ont ulilisé la symétrie et semble-t-il le concept de rectangle d'or.
      Pour former la grotte, des centaines de différentes pierres de granit ont été assemblées sans mortier, la structure étant maintenue uniquement par des rivets en pierre. La construction de la grotte a également utilisé la ventilation naturelle. Le dôme de la rotonde a un diamètre de 6,84 mètres à 6,58 mètres.
    • La statue de Bouddha. Le Bouddha principal est un morceau très apprécié de l'art bouddhique. Haut de 3,5 mètres, il repose sur un piédestal en forme de lotus de 1,34 mètre de haut. Le Bouddha est réaliste dans la forme et représente probablement le Bouddha Seokgamoni, le Bouddha historique au moment de l'illumination. La position des mains du Bouddha symbolise le témoignage de l'illumination. Le Bouddha a une usnisa, un symbole de la sagesse du Bouddha. La draperie sur le Bouddha, comme les plis en forme d'éventail sur les jambes croisées du Bouddha, est une illustration de l'interprétation coréenne des prototypes indiens. Contrairement à d'autres bouddhas qui ont un halo attaché à l'arrière de la tête, le Bouddha de Seokguram crée l'illusion d'un halo grâce à une rondelle de granit sculpté avec des pétales de lotus placée sur la paroi arrière de la rotonde. Le socle est constitué de trois parties: le haut et le bas sont sculptés avec des pétales de lotus tandis que l'arbre central se compose de huit piliers.
      Accompagnant le Bouddha principal, en relief, il y a trois bodhisattvas, dix disciples, et deux dieux hindous le long du mur de la rotonde. Dix statues de bodhisattvas, les saints et les fidèles sont situés dans des niches au-dessus des bas-reliefs. Les dix disciples étaient des disciples de Seokgamoni et sont alignés a-par cinq de chaque côté de la Avalokitesvara. Leurs caractéristiques suggèrent une influence grecque. Les deux bodhisattvas sont des Manjusri et Samantabhadra. Les deux dieux hindous sont Brahma et Indra. Les quatre rois célestes gardent le couloir. Il y a aussi des images de Vajrapanis, qui sont des figures tutélaires; ils sont sur les murs de l'entrée du couloir, dans l'antichambre. Huit divinités gardiennes ornent l'antichambre. Une autre figure notable est Avalokitesvara à onze visages, le Bodhisattva de la Compassion, qui se tient sur la paroi arrière de la rotonde et mesure 2,18 mètres de haut. Ce personnage est le seul des bas-reliefs à regarder vers l'avant, les autres regardant sur le côté. Avalokitesvara porte une couronne, est habillée d'une robe et de bijoux et tient un vase contenant une fleur de lotus. Il manque à la grotte deux statues des niches et une pagode en marbre que l'on pensait se tenir devant Avalokitesvara; on soupçonne qu'elles ont été pillées par l'occupant Japonais.
    • Reconstruction. En raison de longues périodes d'abandon et de nombreuses rénovations, de nombreux détails sont contestés parmi les érudits, tels que la structure originelle de la grotte, des bâtiments de Bulguksa ou la forme du cours d'eau, qui n'existe plus, en face du temple.
      Des réparations et des améliorations furent entreprises en 1703 et 1758, durant la dynastie Joseon, mais les dirigeants confucéens tendaient à supprimer le bouddhisme et la grotte fut sérieusement endommagée au tournant du XXème siècle. Le Gouvernement général de Chôosen [l'occupant Japonais] mena trois restaurations successives, mais dut faire face à l'humidité et autres problèmes.
      Le Japon entreprit les premières réparations, de 1913 à 1915. Mais celles-ci furent réalisées sans étude suffisante de la structure de la grotte. Au cours des opérations de nettoyage, la structure de la grotte fut presque complètement démontée et remontée. Une erreur majeure commise par les Japonais était leur tentative de stabiliser la structure par encastrement dans le béton. Cela s'est traduit par une accumulation d'humidité et des fuites d'eau, et a causé l'érosion des sculptures, la grotte ne pouvant plus «respirer». En 1917, des tuyaux de drainage furent enterrés au-dessus du dôme sur le canal d'eau de pluie loin de la grotte. Cependant, les fuites persistant malgré les tuyaux, une autre série de réparations fut menée de 1920 à 1923. De l'asphalte imperméable fut appliquée à la surface du béton, ce qui ne fit qu'aggraver le problème. En 1927, on employa même la méthode désormais impensable de pulvérisation de vapeur chaude pour nettoyer les sculptures.
      Après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1960, le président Park Chung Hee commanda un important projet de restauration. Le problème de la température et de l'humidité fut résolu dans une certaine mesure à l'aide de systèmes mécaniques. La superstructure en bois construite sur l'antichambre reste un sujet de débat pour les historiens qui croient que Seokguram à l'origine ne comprenait pas une telle structure, bloquant la vue du lever de soleil sur l'océan, et coupant la circulation d'air dans la grotte. Désormais, on peut contempler l'intérieur de la grotte seulement à travers un mur de verre, installé pour la protéger contre le grand nombre de touristes qu'elle attire, ainsi que contre le changement de température.
    • S'y rendre. Une navette part toutes les heures de Bulguksa; on peut aussi faire le trajet à pied, compter une petite heure de marche. L'entrée coûte 4.000 ₩.
    • Coordonnées: 35°46'59.66"N, 129°20'59.86"E; plan d'accès ici.
  • 025 - Monument du Roi Taejong Muyeol de Shilla
    (태종무열왕릉비/太宗武烈王陵碑)
    25 - Monument du Roi Taejong Muyeol de Shilla.
  • 026 - Statue de Bouddha assis (Vairocana) en bronze doré
    (금동비로자나불좌상/金銅毘盧遮那佛坐像)
    26 - Statue de Bouddha assis (Vairocana) en bronze doré.
  • 027 - Statue de Bouddha assis (Amitābha) en bronze doré
    (금동아미타여래좌상/金銅阿彌陀如來坐像)
    27 - Statue de Bouddha assis (Amitābha) en bronze doré.
  • 028 - Statue en bronze du maître guérisseur Bhaisajyaguru
    (금동약사여래입상/金銅藥師如來立像)
    28 - Statue en bronze du maître guérisseur Bhaisajyaguru.
  • 029 - Cloche du roi Seongdeok
    (성덕대왕신종/聖德大王神鍾)
    ou Cloche Emille
    (에밀레종/에밀레鍾)
    29 - Cloche du roi Seongdeok. La Cloche du Roi Seongdeok est une cloche massive de bronze, la plus grande de Corée. Le nom coréen complet signifie "Cloche sacrée (ou divine) du Roi Seongdeok le Grand". On la connaît également sous le nom de Cloche Emille, d'après une légende liée à son coulage, et comme la cloche du temple Beongdeoksa, où elle fut d'abord abritée. La cloche fut commandée par le roi Gyeongdeok pour honorer la mémoire de son père, le roi Seongdeok. Cependant, il ne vécut pas assez longtemps pour voir la coulée de la cloche, car il mourut en 765. La cloche fut finalement coulée en 771, sous le règne de son fils le roi Hyegong. Désormais abritée au Musée National de Gyeongju, elle fut classée Trésor National n° 29 le 12 décembre 1962. Elle mesure 3,33 mètres de haut, 2,27 mètres de diamètre, et de 11 à 25 cm d'épaisseur. Elle fut pesée en 1997 par le Musée National de Gyeongju, qui détermina que son poids était de 18,9 tonnes. On disait que lorsqu’elle était frappée, on l'entendait à plus de 50 kilomètres par temps clair.
    • Caractéristiques artistiques. Cette cloche est considérée comme l'un des chefs-d’œuvre du royaume unifié de Shilla. Elle est unique parmi les cloches coréennes en bronze en raison de la présence d'un petit tube creux près du crochet. La structure entière, y compris ses éléments décoratifs, produit une large gamme de fréquences sonores, le tube absorbant les ondes à haute fréquence, ce qui contribue à une sonorité particulière. Le crochet de la cloche est en forme de tête de dragon. Il y a de nombreux motifs en relief sur la cloche, y compris des motifs de fleurs. Il y a aussi des motifs de fleurs de lotus, de plantes, et une paire d'apsaras (jeunes filles célestes). Le point où l'on frappe la cloche (dwangja) est également sous la forme d'un lotus et se trouve entre deux motifs d'apsaras. Le bas de la cloche est en forme de losange, ce qui lui donne une allure unique parmi les cloches orientales. Les inscriptions sur la cloche (environ un millier de hanja) sont un superbe exemple de l'art oriental de la calligraphie et de la sculpture; elles fournissent des informations sur la cloche et sur les raisons de sa fabrication. La colonne qui soutient la cloche est particulièrement robuste: une colonne du même diamètre, faite en matériaux modernes, pourrait plier sous le poids de la cloche, et cependant celle-ci y reste accrochée depuis des siècles.
    • Légende. Cette cloche est également connue, tant en coréen qu'en anglais, sous le nom de "Cloche Emille". A l'époque du royaume de Shilla "Emille" signifiait "Maman". Selon la légende, la première cloche qui fut coulée ne produisait aucun son lorsqu'on la frappait. On la coula de nouveau à plusieurs reprises, sans succès. Quelque temps après, le roi ayant commandé cette cloche mourut, et son fils reprit la tâche avec l'aide de la Reine, mais toujours sans succès. Plus tard, un moine rêva que si un enfant était jeté dans le métal en fusion, la cloche sonnerait. Le moine enleva une fillette du village et la jeta dans le métal. Lorsque la cloche fut achevée, elle produisit le plus beau son jamais entendu. Certains pensent cependant qu'il s'agit d'une légende moderne, et que cette histoire et le nom de cette cloche datent des années 1920. Une histoire publiée comme "la cloche Eomilne" (어밀네) peut avoir été déformée au cours des retranscriptions. L'argument le plus récent est que la légende associée à une autre cloche ait été confondue à la légende associée à celle-ci.
    • Emplacement. Musée National de Gyeongju, Gyeongju, province de Gyeongsang du Nord.
    • S'y rendre. Le Musée National de Gyeongju est près de Cheomseongdae, compter environ 25 minutes depuis la gare de Gyeongju.
    • Coordonnées: 35°49'45.28"N, 129°13'40.68"E; Plan d'accès détaillé ici.
  • 030 - Pagode de pierre au temple de Bunhwangsa
    (모전석탑/模塼石塔)
    30 - Pagode de pierre au temple de Bunhwangsa.
  • 031 - Cheomseongdae
    (첨성대/瞻星臺)
    31 - Observatoire astronomique Cheomseongdae. Cheomseongdae est un observatoire astronomique situé à Gyeongju, dans la province du Gyeongsang du nord. Cheomseongdae signifie «la tour d'où l'on observe les étoiles». Cheomseongdae est le plus vieil observatoire qui existe en Asie de l'Est et une des plus anciennes installations scientifiques au monde. Il a été construit vers le VIIe siècle, pendant le Royaume de Shilla dont la capitale était la ville de Gyeongju. Cheomseongdae a été classé 31e Trésor National de Corée le 20 décembre 1962.
    • Vue d'ensemble. Selon le Samguk Yusa et d'autres documents de l'époque médiévale coréenne, Cheomseongdae a été construit sous le règne de la reine Seondeok (632~647) près de la capitale du Royaume. La tour est composée de 362 morceaux de granite qui se rapportent aux 362 jours de l'année lunaire. Elle est aussi composée de 27 couches circulaires de pierres (la reine Seondeok fut le 27e dirigeant de Shilla) sur une structure rectangulaire. 12 de ces couches sont sous la fenêtre, 3 composent la fenêtre, et 12 sont au-dessus de la fenêtre. On dit que le chiffre 12 signifie les 12 mois de l'année.
      La tour fait 5,7 mètres de large et 9,4 mètres de haut, et est remplie de terre jusqu'à la hauteur de la fenêtre. Le style de construction est similaire à celle des autres monuments de Gyeongju de cette époque.
      Cheomseongdae est le plus ancien observatoire astronomique de l'Asie de l'Est, mais certains pensent qu'il n'était pas apte à l'observation du ciel. D'autres disent qu'il était utilisé plutôt pour l'astrologie que l'astronomie, car à cette époque, les deux domaines ne se différenciaient guère. Quelques érudits soutiennent que le style de Cheomseongdae est influencé par le bouddhisme.
    • Emplacement. Gyeongju, de la province du Gyeongsang du nord.
    • S'y rendre. Cheomseongdae est à environ 1,5 km de la gare de Gyeongju, compter 20 minutes de marche.
    • Coordonnées: 35°50'4.93"N, 129°13'8.86"E; Plan d'accès détaillé ici.
  • 032 - Tripitaka Koreana (palman daejanggyeong, 팔만대장경/ 八萬大藏經)
    32 - Tripitaka Koreana. Le Tripitaka Koreana (lit. Goryeo Daejanggyeong (고려 대장경/高麗大藏經) ) ou Palman Daejanggyeong (팔만 대장경/八萬大藏經) ("quatre-vingt-mille Tripitaka») est une collection coréenne d'écritures bouddhiques (le mot sanskrit signifie «trois corbeilles»), gravées au 13ème siècle sur 81.258 tablettes de bois. Ecrite en caractères chinois (hanja), c'est la version intacte du canon bouddhique la plus complète et la plus ancienne au monde, sans erreurs connues parmi les 52.382.960 caractères, organisés en plus de 1496 titres et 6568 volumes. Chaque bloc de bois mesure 70 centimètres de largeur et 24 centimètres de longueur, pour une épaisseur de 2,6 à 4 cm, et un poids de trois à quatre kilogrammes. Cette collection est abritée au temple Haeinsa, situé dans la province du Gyeongsang du Sud.
    Le nom "Goryeo Tripitaka" vient de "Goryeo", le nom de la Corée du 10ème au 14ème siècle. Il a servi de référence pour l'édition du canon bouddhique chinois. Le Tripitaka Koreana fut sculpté en 1087 lors de la Troisième Guerre Goryeo-Khitan. Le fait de tailler les blocs de bois était considéré comme un moyen de s'attirer la bonne fortune en invoquant l'aide du Bouddha. Bien qu'il demeure encore certaines parties éparses de ses impressions, le jeu original de planches de bois fut détruit par le feu lors des invasions mongoles de la Corée en 1232, lorsque la capitale Goryeo fut déplacée à l'île de Ganghwa pendant près de trois décennies d'incursions mongoles. Afin d'implorer une nouvelle fois l'assistance divine dans sa lutte contre la menace mongole, le roi Gojong ordonna ensuite la révision et la recréation du Tripitaka, ce qui prit 16 ans et mobilisa pense-t-on maintenant, une trentaine de moines. En 1398, il fut déplacé à Haeinsa, où il est depuis abrité dans quatre bâtiments.
    Le Tripitaka Koreana est le 32ème trésor national de Corée, et le temple d'Haeinsa Janggyeong Panjeon a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO: le comité de l'UNESCO décrit le Tripitaka Koreana comme l'un des "corpus de textes doctrinaux du bouddhisme le plus important et le plus complet au monde". Non seulement le travail est inestimable, il montre également de grandes qualités artistiques et une haute qualité de fabrication: chaque bloc est en bois de bouleau des îles du sud de la Corée, traité pour empêcher la dégradation du bois. Les blocs ont été trempés dans l'eau de mer pendant trois ans, coupés, puis cuits à l'eau salée. Ensuite, ils ont été placés à l'ombre et exposés au vent pendant trois ans, après quoi ils ont été finalement prêts à être gravés. Chaque bloc fut ensuite gravé, puis recouvert d'une laque toxique pour éloigner les insectes. Par miracle, le temple n'a jamais subi l'épreuve du feu et a résisté à toutes les guerres et les invasions. Il est bien entendu interdit de fumer sur l'ensemble du site. A noter qu'une version en coréen moderne a été numérisée et peut être téléchargée ainsi que de nombreux autres renseignements, sur le site de l’institut de recherches sur le Tripitaka
    • Emplacement. Temple Haeinsa, province du Gyeongsang du Sud.
    • S'y rendre. En train depuis Séoul, prendre la ligne KTX Séoul-Busan, descendre à Dongdaegu (Daegu est), se diriger vers le terminal de bus Seobu jusqu'à Haeinsa. Les bus circulent environ toutes les 30 minutes; le bus vous emmène en une heure et demie au pied des monts Gaya. De l'arrêt du bus jusqu'au temple, il y a environ un kilomètre et demi. Le temple est fermé le mardi.
    • Coordonnées: 35.801547° N, 128.098850° E; Plan d'accès détaillé ici.
    • Manger: Il existe plusieurs restaurants au village, prix modérés.
    • Se loger: On trouve (cf. plan détaillé) plusieurs hébergements (yogwan, minbak) au village: vous serez probablement démarché par la propriétaire de l'un ou l'autre de ces établissements à votre descente du bus; compter un prix moyen de l'ordre de 30.000 ₩. On peut également effectuer une retraite (temple stay) au temple (50.000 ₩ la nuit). Cette retraite (peut durer 2 jours, une nuit) dans le temple permet de découvrir le bouddhisme coréen mais aussi le mode de vie des bonzes. Voici un retour d'expérience détaillé sur un séjour en templestay au temple Haeinsa. Une autre option est de loger à Daegu, et de faire l'aller-retour dans la journée.
    • Pour plus d'informations: Page web sur le temple Haeinsa depuis le site du Ministère Coréen de la Culture.
  • 033 - Monument à Changnyeong commémorant l'inspection des frontières par le roi Jinheung de Shilla
    (창녕 신라 진흥왕 척경비/
    昌寧 新羅 眞興王 拓境碑)
    33 - Monument à Changnyeong commémorant l'inspection des frontières par le roi Jinheung de Shilla.
  • 034 - Pagode de l'Est à trois étages, en pierre, Suljeong-ri, Changnyeong
    (창녕 술정리 동 삼층석탑/
    昌寧 述亭里 東 三層石塔)
    34 - Pagode de l'Est à trois étages, en pierre, Suljeong-ri, Changnyeong.
  • 035 - Pagode de pierre soutenue par quatre lions, temple Hwaeomsa, Gurye
    (구례 화엄사 사사자 삼층석탑/
    求禮 華嚴寺 四獅子 三層石塔)
    35 - Pagode de pierre soutenue par quatre lions, temple Hwaeomsa, Gurye.
  • 036 - Cloche en bronze du temple Sangwonsa, Pyeongchang
    (상원사 동종/上院寺 銅鍾)
    36 - Cloche en bronze du temple Sangwonsa, Pyeongchang.
  • 037 - Pagode de pierre à trois étages, Guhwang-dong, Gyeongju
    (경주 황복사지 삼층석탑/
    慶州 皇福寺址 三層石塔)
    37 - Pagode de pierre à trois étages, Guhwang-dong, Gyeongju.
  • 038 - Pagode de pierre à trois étages du temple Goseonsa, Gyeongju
    (경주 고선사지 삼층석탑/
    慶州 高仙寺址 三層石塔)
    38 - Pagode de pierre à trois étages du temple Goseonsa, Gyeongju.
  • 039 - Pagode de pierre à cinq étages, Nawon-ri, Wolseong, Gyeongju
    (경주 나원리 오층석탑/
    慶州 羅原里 五層石塔)
    39 - Pagode de pierre à cinq étages, Nawon-ri, Wolseong, Gyeongju.
  • 040 - Pagode de pierre à treize étages du temple Jeonghyesa, Gyeongju
    (경주 정혜사지 십삼층석탑/
    慶州 淨惠寺址 十三層石塔)
    40 - Pagode de pierre à treize étages du temple Jeonghyesa, Gyeongju.
  • 041 - Mât bouddhique en fer du temple de Yongdusa, Cheongju
    (청주 용두사지 철당간/
    淸州 龍頭寺址 鐵幢竿)
    41 - Mât bouddhique en fer du temple de Yongdusa, Cheongju.
  • 042 - Triptyque de statues bouddhiques en bois, temple Songgwangsa, Suncheon
    (순천 송광사 목조삼존불감/
    順天 松廣寺 木彫三尊佛龕)
    42 - Triptyque de statues bouddhiques en bois, temple Songgwangsa, Suncheon.
  • 043 - Édit du roi Gojong de Goryeo
    (혜심고신제서/
    惠諶告身制書)
    43 - Édit du roi Gojong de Goryeo.
  • 044 - Pagode de pierre à trois étages et la lanterne de pierre, temple Borimsa, Jangheung
    (장흥 보림사 남ㆍ북 삼층석탑 및 석등/
    長興 寶林寺 南ㆍ北 三層石塔 및 石燈)
    44 - Pagode de pierre à trois étages et la lanterne de pierre, temple Borimsa, Jangheung.
  • 045 - Statue en argile de Bouddha assis, temple Buseoksa, Yeongju
    (영주 부석사 소조여래좌상/
    榮州 浮石寺 塑造如來坐像)
    45 - Statue en argile de Bouddha assis, temple Buseoksa, Yeongju.
  • 046 - Peintures murales de la Salle Josadang, temple Buseoksa, Yeongju
    (부석사조사당벽화/
    浮石寺祖師堂壁畵)
    46 - Peintures murales de la Salle Josadang, temple Buseoksa, Yeongju.
  • 047 - Stèle du prêtre bouddhiste Jingamseonsa, temple Ssanggyesa, Hadong
    (하동 쌍계사 진감선사탑비/
    河東 雙磎寺 眞鑑禪師塔碑)
    47 - Stèle du prêtre bouddhiste Jingamseonsa, temple Ssanggyesa, Hadong.
  • 048 - Pagode octogonale à neuf étages, temple Woljeongsa, Pyeongchang
    (평창 월정사 팔각 구층석탑/
    平昌 月精寺 八角 九層石塔)
    48 - Pagode octogonale à neuf étages, temple Woljeongsa, Pyeongchang.
  • 049 - Salle Daeungjeon, temple Sudeoksa, Yesan
    (예산 수덕사 대웅전/
    禮山 修德寺 大雄殿)
    49 - Salle Daeungjeon, temple Sudeoksa, Yesan.
  • 050 - Porte Haetalmun (Porte de la Délivrance), entrée du temple Dogapsa, Yeongam
    (영암 도갑사 해탈문/
    靈巖 道岬寺 解脫門)
    50 - Porte Haetalmun (Porte de la Délivrance), entrée du temple Dogapsa, Yeongam.
  • 51 - Porte d'une auberge officielle, Gangneung (강릉 임영관 삼문/江陵 臨瀛館 三門).
  • 052 - Salle Jangkyeongpanjeon abritant le Tripitaka Koreana
    (해인사/海印寺)
    52 - Salle Jangkyeongpanjeon abritant le Tripitaka Koreana.
    • Emplacement. Temple Haeinsa, province du Gyeongsang du Sud.
    • S'y rendre. En train depuis Séoul, prendre la ligne KTX Séoul-Busan, descendre à Dongdaegu (Daegu est), se diriger vers le terminal de bus Seobu jusqu'à Haeinsa. Les bus circulent environ toutes les 30 minutes; le bus vous emmène en une heure et demie au pied des monts Gaya. De l'arrêt du bus jusqu'au temple, il y a environ un kilomètre et demi. Le temple est fermé le mardi.
    • Coordonnées: 35.801547° N, 128.098850° E; Plan d'accès détaillé ici.
    • Manger: Il existe plusieurs restaurants au village, prix modérés.
    • Se loger: On trouve (cf. plan détaillé) plusieurs hébergements (yogwan, minbak) au village: vous serez probablement démarché par la propriétaire de l'un ou l'autre de ces établissements à votre descente du bus; compter un prix moyen de l'ordre de 30.000 ₩. On peut également effectuer une retraite (temple stay) au temple (50.000 ₩ la nuit). Une autre option est de loger à Daegu, et de faire l'aller-retour dans la journée.
    • Pour plus d'informations: Page web sur le temple Haeinsa depuis le site du Ministère Coréen de la Culture.
  • 053 - Stupa de l'est, Yeongoksa, un temple de la période Shilla sur les pentes du mont Jirisan, Gurye
    (구례 연곡사 동 승탑/
    求禮 鷰谷寺 東 僧塔)
    53 - Stupa de l'est, Yeongoksa, un temple de la période Shilla sur les pentes du mont Jirisan, Gurye.
  • 054 - Stupa du nord, Yeongoksa, un temple de la période Shilla sur les pentes du mont Jirisan, Gurye
    (구례 연곡사 북 승탑/
    求禮 鷰谷寺 北 僧塔)
    54 - Stupa du nord, Yeongoksa, un temple de la période Shilla sur les pentes du mont Jirisan, Gurye.
  • 055 - Salle Palsangjeon, temple Beopjusa, Boeun
    (팔상전/捌相殿)
    55 - Salle Palsangjeon, temple Beopjusa, Boeun. Palsangjeon (Salle des Huit Peintures) au temple Beopjusa, est considérée comme la plus ancienne de Corée. C'est l'une des deux seules pagodes en bois subsistant en Corée, l'autre étant Daeungjeon, au temple Ssangbongsa. Bien que tous les documents historiques aient été perdus, deux inscriptions découvertes au cours d'une importante restauration achevée en 1968, indiquent que Palsangjeon fut construite à l'époque de la fondation de Beopjusa en 553. Mais comme beaucoup d'autres bâtiments en bois, elle fut détruite par les Japonais pendant la guerre de Sept ans. La reconstruction commença en 1605 pour s'achever 21 ans plus tard en 1626. Les dates de la reconstruction viennent d'inscriptions sur un cercueil sarira et un toit, découverts lors de la rénovation complète du bâtiment en 1968.
    La pagode de 22,7 m de hauteur et sa base, couvrant une superficie de 8 mètres carrés, est la plus élevée de Corée. Huit panneaux peints représentant la vie de Bouddha ornent les quatre murs intérieurs. Une sarira contenant les reliques du Bouddha ou d'une personne sainte, un sanctuaire pour le Bouddha, et un espace pour la méditation occupent également l'intérieur. La pagode repose sur une plate-forme basse en pierre avec des marches centrées et une entrée face à chacun des quatre points cardinaux. Les premier et deuxième étages contiennent cinq salles, tandis que les troisième et quatrième étages en contiennent trois; le cinquième étage en contenant deux. En plus des huit panneaux peints, il existe quatre statues du Bouddha Sakyamuni, chacune ayant une position de la main différente. Le Bouddha face à l'est est en position courageuse, celui face à l'ouest tourne la roue du dharma. Le Bouddha plein sud est en contact avec la terre et le Bouddha face au nord est dans la position couchée (état ​​final du Bouddha de l'illumination avant sa mort). Dans la salle de la pagode se trouvent également 500 petites statues blanches du Bouddha, ou de disciples de Bouddha. Bien que généralement reconnu comme une pagode, certains chercheurs suggèrent qu'il s'agisse d'un hybride de pagode et d'architecture de salle de culte. Parce que l'architecture pagode a été apporté de Corée au Japon, certains suggèrent que la pagode à cinq étages de Horyu-ji ait été inspirée de Palsangjeon. Palsangjeon a été classé Trésor National n° 55 le 20 décembre 1962.
    • Emplacement/s'y rendre. Consulter la page du temple Beopjusa sur Wikitravel.
  • 56 - Salle Guksajeon du temple Songgwangsa, Suncheon (순천 송광사 국사전/順天 松廣寺 國師殿).
  • 057 - Pagode en pierre du prêtre bouddhiste Cheolgamseonsa, temple Ssangbongsa, Hwasun
    (화순 쌍봉사 철감선사탑/
    和順 雙峯寺 澈鑒禪師塔)
    57 - Pagode en pierre du prêtre bouddhiste Cheolgamseonsa, temple Ssangbongsa, Hwasun.
  • 58 - Statue en fer du Bouddha assis Bhaisajyaguru, temple Janggoksa, Cheongyang.
  • 059 - Stèle accompagnant la stupa du Précepteur National Jigwang (jigwangguksa), temple Beopcheonsa, Wonju
    (원주 법천사지 지광국사탑비/
    原州 法泉寺址 智光國師塔碑)
    59 - Stèle accompagnant la stupa du Précepteur National Jigwang (jigwangguksa), temple Beopcheonsa, Wonju.
  • 60 - Brûle-encens en céladon avec couvercle en forme de lion, Musée National de Corée, Séoul.
  • 061 - Pot à vin en céladon en forme de dragon, Musée National de Corée, Séoul
    (청자 어룡형 주전자/
    靑磁 魚龍形 注子)
    61 - Pot à vin en céladon en forme de dragon, Musée National de Corée, Séoul.
  • 062 - Salle Mireukjeon, temple Geumsansa, Gimje
    (미륵전/彌勒殿)
    62 - Salle Mireukjeon, temple Geumsansa, Gimje. La salle Mireukjeon du temple Geumsansa est une structure de bois à trois étages, ce qui la rend unique parmi les salles bouddhiques. (Re)construite en 1635, elle abrite un grand Bouddha Mireuksa (Bouddha du Futur). Chaque étage a son propre nom: le premier s'appelle Daejabojeon (Salle du Trésor et de la Grande Bonté). Le second étage est appelé Yonghwajihoe (Rassemblement du Dragon et de la Beauté). Le troisième étage est appelé Mireukjeon (Salle de Maitreya). Aux premier et second étage, on trouve cinq pièces à l'avant et quatre sur les côtés; au troisième étage, on trouve trois pièces à l'avant et deux sur le côté. Les toits des premier et second étage sont supportés chacun par six piliers, à l'avant et à l'arrière du bâtiment, avec cinq piliers de chaque côté. Le toit du troisième étage est supporté par quatre piliers à l'avant et à l’arrière et trois piliers sur les côtés. Des groupes de supports soutiennent les combles des toits. Le pilier principal à l'intérieur de la salle est fait des multiples éléments; les piliers sont réalisés dans le style minheullim, ce qui signifie que le pilier s'amincit vers le haut.
  • 63 - Statue en fer du Bouddha Vairocana assis, temple Dopiansa, Cheolwon (철원 도피안사 철조비로자나불좌상/鐵原 到彼岸寺 鐵造毘盧遮那佛坐像).
  • 064 - Bassin de pierre en forme de lotus, temple Beopjusa, Boeun
    (보은 법주사 석련지/報恩 法住寺 石蓮池)
    64 - Bassin de pierre en forme de lotus, temple Beopjusa, Boeun.
    • Emplacement/s'y rendre. Consulter la page du temple Beopjusa sur Wikitravel.
  • 65 - Brûle-encens en céladon avec un couvercle en forme de licorne (청자 기린형뚜껑 향로/靑磁 麒麟形蓋 香爐), Musée d'art Gansong, Séoul.
  • 66 - Kundika (pot à eau) en céladon incrusté de saules, de bambou, de lotus, de roseaux et de canards mandarins (청자 상감연지원앙문 정병/靑磁 象嵌蓮池鴛鴦文 淨甁), Musée d'art Gansong, Séoul.
  • 067 - Salle Gakhwangjeon, temple Hwaeomsa, Gurye
    (각황전/覺皇殿)
    67 - Salle Gakhwangjeon, temple Hwaeomsa, Gurye.
  • 068 - Vase en céladon incrusté de motifs de grues et de nuages, Musée d'art Gansong, Séoul
    (청자 상감운학문 매병/靑磁 象嵌雲鶴文 梅甁)
    68 - Vase en céladon incrusté de motifs de grues et de nuages, Musée d'art Gansong, Séoul.
  • 69 - Certificat de mérite pour Sim Jibaek pour sa contribution à l'établissement du royaume de Joseon, Université Dong-A, Busan (심지백 개국원종공신녹권/沈之伯 開國原從功臣錄券).
  • 070 - Hunmin Jeongeum, texte introduisant l'écriture hangeul
    (훈민정음/訓民正音)
    70 - Hunmin Jeongeum, texte introduisant l'écriture hangeul.
  • 071 - Dongguk Jeongun, dictionnaire de la prononciation correcte du coréen
    (동국정운 권1, 6/東國正韻 卷一, 六)
    71 - Dongguk Jeongun, dictionnaire de la prononciation correcte du coréen.
  • 72 - Triade de Bouddha en bronze doré avec inscription de l'année cyclique de Gyemi de 563 (금동계미명삼존불입상/金銅癸未銘三尊佛立像).
  • 73 - Triade de Bouddha en bronze doré dans un sanctuaire miniature (금동삼존불감/金銅三尊佛龕).
  • 074 - Pot à eau en céladon en forme de canard
    (청자 오리모양 연적/靑磁 鴨形 硯滴)
    74 - Pot à eau en céladon en forme de canard.
  • 075 - Brûle-encens en bronze avec décoration en argent incrusté, temple Pyochungsa, Miryang
    (표충사 청동 은입사 향완/表忠寺 靑銅銀入絲香垸)
    75 - Brûle-encens en bronze avec décoration en argent incrusté, temple Pyochungsa, Miryang.
  • 76 - Journal de guerre (nanjung ilgi, (난중일기/亂中日記)), dossier de correspondance et copies du rapport de l'amiral Yi Sun-shin (이순신/李舜臣). nanjung ilgi, ou Journal de guerre de Yi Sun-Shin, est le journal personnel de l'Amiral Yi Sun-Shin, écrit par l'Amiral lui-même entre le 1er janvier 1592 et le 17 novembre 1598.
  • 077 - Pagode de pierre à cinq étages, Tamni, Uiseong
    (의성 탑리리 오층석탑/義城 塔里里 五層石塔)
    77 - Pagode de pierre à cinq étages, Tamni, Uiseong.
  • 078 - Statue en bronze doré de Bouddha Maitreya en méditation (Geumdong Mireuk Bosal Bangasayusang), Musée National de Corée, Séoul
    (금동미륵보살반가사유상/金銅彌勒菩薩半跏思惟像)
    78 - Statue en bronze doré de Bouddha Maitreya en méditation (Geumdong Mireuk Bosal Bangasayusang), Musée National de Corée, Séoul.
  • 079 - Statue de Bouddha assis en bronze doré, Musée National de Corée, Séoul
    (경주 구황동 금제여래좌상/慶州 九黃洞 金製如來坐像)
    79 - Statue de Bouddha assis en bronze doré, Musée National de Corée, Séoul.
  • 080 - Statue de Bouddha debout en bronze doré, Musée National de Corée, Séoul
    (경주 구황동 금제여래입상/慶州 九黃洞 金製如來立像)
    80 - Statue de Bouddha debout en bronze doré, Musée National de Corée, Séoul.
  • 081 - Statue en pierre de Bouddha Maitreya du temple Gamsansa, Musée National de Corée, Séoul
    (경주 감산사 석조미륵보살입상/慶州 甘山寺 石造彌勒菩薩立像)
    81 - Statue en pierre de Bouddha Maitreya du temple Gamsansa, Musée National de Corée, Séoul.
  • 082 - Statue en pierre de Bouddha Amitābha du temple Gamsansa, Musée National de Corée, Séoul
    (경주 감산사 석조아미타여래입상/慶州 甘山寺 石造阿彌陀如來立像)
    82 - Statue en pierre de Bouddha Amitābha du temple Gamsansa, Musée National de Corée, Séoul.
  • 083 - Maitreya en bronze doré en méditation (bangasayusang), Musée National de Corée, Séoul
    (금동미륵보살반가사유상/金銅彌勒菩薩半跏思惟像))
    83 - Maitreya en bronze doré en méditation (bangasayusang), Musée National de Corée, Séoul.
  • 084 - Triade de Bouddha en pierre, Seosan, Musée National de Corée, Séoul
    (서산 용현리 마애여래삼존상/瑞山 龍賢里 磨崖如來三尊像)
    84 - Triade de Bouddha en pierre, Seosan, Musée National de Corée, Séoul.
  • 85 - Triade de Bouddha en bronze doré avec l'inscription de l'année cyclique de Sinmyo (571) (금동신묘명삼존불입상/金銅辛卯銘三尊佛立像).
  • 086 - Pagode Gyeongcheonsa
    (경천사십층석탑/大韓民國國寶)
    86 - Pagode Gyeongcheonsa. La pagode Gyeongcheonsa fut classée Trésor National n° 86 le 20 décembre 1962. Selon une inscription sur le premier étage de son socle, elle fut érigée en 1348, la quatrième année du règne du Roi Chungmeok. Elle fut tout d'abord placée au temple Gyeongcheonsa, désormais disparu, qui se tenait au pid du mont Buso, à Gwangdeok-myeon, Gaepung-gun, province de Gyeonggi-do. Lors de l'occupation japonaise, elle fut emportée au Japon, qui ne la restitua qu'en 1960; elle fut alors placée sur le site du palais Gyeongbokgung. Elle est désormais abritée dans l'une des principales salles du Musée National de Corée, à Séoul. Comprenant dix étages, la pagode fait 13 mètres de hauteur, et en raison de son socle qui comporte trois étages, on pense souvent à tort qu'elle comporte treize étages. Contrairement à la plupart des pagodes de l'ère Goryeo elle est réalisée en marbre, alors que les sculpteurs coréens préféraient généralement le granite. La pagode Wongaksa, de la fin de l'ère Joseon, lui est stylistiquement très similaire, et on pense qu'elle en est largement inspirée. La pagode Gyeongcheonsa repose sur un socle de trois étages en forme de croix, et les trois premiers étages de la pagode partagent la même forme que le socle. Chaque panneau de ce socle est gravé de motifs de Bouddhas, Bodhisattvas, de fleurs, et d'arabesques. Les étages suivants sont de forme carrée et partagent des détails entremêlés qui tentent de donner l'illusion que la pagode de marbre est faite de bois. Chacun de ces étages comporte des balustrades, des pignons, des gouttières, et des sculptures faites de manière à suggérer que chaque toit est en tuiles. Un intérêt de cette pagode est de préserver le style architectural des bâtiments en bois de l'ère Goryeo, perdu en quasi-totalité. Selon l'Administration du patrimoine culturel de Corée, cette pagode est de haute valeur artistique et l'un des meilleurs exemples de l'art coréen du travail de la pierre.
  • 087 - Couronne de Shilla en or de la tombe Geumgwanchong, Musée National de Gyeongju, Gyeongju
    (금관총 금관 및 금제 관식/金冠塚 金冠 및 金製冠飾)
    87 - Couronne de Shilla en or de la tombe Geumgwanchong, Musée National de Gyeongju, Gyeongju.
  • 88 - Ceinture et pendentifs en or de la tombe Geumgwanchong, Musée National de Gyeongju, Gyeongju.
  • 089 - Boucle en or, Musée National de Corée, Séoul
    (평양 석암리 금제 띠고리/平壤 石巖里 金製鉸具)
    89 - Boucle en or, Musée National de Corée, Séoul.
  • 090 - Paire de boucles d'oreilles en or, ancienne période Shilla (500~600), trouvées dans la tombe Bubuchong, Pomun-dong, Gyeongju
    (경주 부부총 금귀걸이/慶州 夫婦塚 金製耳飾)
    90 - Paire de boucles d'oreilles en or, ancienne période Shilla (500~600), trouvées dans la tombe Bubuchong, Pomun-dong, Gyeongju.
  • 091 - Récipient en grès en forme de guerrier à cheval de la période Shilla (vers 500~600), trouvé dans la tombe Geumnyeongchong, Noseo-dong, Gyeongju
    (도기 기마인물형 명기/陶器 騎馬人物形 明器)
    91 - Récipient en grès en forme de guerrier à cheval de la période Shilla (vers 500~600), trouvé dans la tombe Geumnyeongchong, Noseo-dong, Gyeongju.
  • 092 - Kundika en céladon décorée par des dessins en argent d'oiseaux aquatiques et de saules, Musée National de Corée, Séoul
    (도기 기마인물형 명기/陶器 騎馬人物形 明器)
    92 - Kundika en céladon décorée par des dessins en argent d'oiseaux aquatiques et de saules, Musée National de Corée, Séoul.
  • 093 - Vase en porcelaine blanche décoré avec des raisins et glaçure en fer, Musée National de Corée, Séoul
    (백자 철화포도원숭이문 항아리/
    白磁 鐵畵葡萄猿文 壺)
    93 - Vase en porcelaine blanche décoré avec des raisins et glaçure en fer, Musée National de Corée, Séoul.
  • 094 - Bouteille en céladon en forme de melon, Musée National de Corée, Séoul
    (청자 참외모양 병/靑磁 瓜形 甁)
    94 - Bouteille en céladon en forme de melon, Musée National de Corée, Séoul.
  • 095 - Brûle-encens en céladon ajouré, Musée National de Corée, Séoul
    (청자 투각칠보문뚜껑 향로/
    靑磁 透刻七寶文蓋 香爐)
    95 - Brûle-encens en céladon ajouré, Musée National de Corée, Séoul.
  • 96 - Cruche en céladon en forme de tortue, Musée National de Corée, Séoul (청자 구룡형 주전자/靑磁 龜龍形 注子).
  • 97 - Vase en céladon incisé de lotus et de dessins en arabesque, Musée National de Corée, Séoul (청자 음각연화당초문 매병/靑磁 陰刻蓮花唐草文 梅甁).
  • 98 - Bocal en céladon avec des motifs incrustés de pivoine, Musée National de Corée, Séoul (청자 음각연화당초문 매병/)靑磁 陰刻蓮花唐草文 梅甁.
  • 099 - Pagode en pierre à trois étages du temple Galhangsa, Musée National de Corée, Séoul
    (김천 갈항사지 동ㆍ서 삼층석탑/
    金泉 葛項寺址 東ㆍ西 三層石塔)
    99 - Pagode en pierre à trois étages du temple Galhangsa, Musée National de Corée, Séoul.
  • 100 - Pagode en pierre à sept étages du monastère Namgyewon, Musée National de Corée, Séoul
    (개성 남계원지 칠층석탑/
    開城 南溪院址 七層石塔)
    100 - Pagode en pierre à sept étages du monastère Namgyewon, Musée National de Corée, Séoul.
  • 101 - Stupa en mémoire du révérend Jigwang du temple de Beopcheonsa, palais Gyeongbokgung, Séoul
    (원주 법천사지 지광국사탑/
    原州 法泉寺址 智光國師塔)
    101 - Stupa en mémoire du révérend Jigwang du temple de Beopcheonsa, palais Gyeongbokgung, Séoul. On pense que cette stupa, édifiée pour le révérend Jigwang, une pièce maîtresse des anciennes stupas coréennes en pierre, a été édifiée aux alentours de 1085, la seconde année du règne du roi Seonjong (1085~1094) de la dynastie Goryeo (918~1392). De forme carrée, elle dérive de la forme octogonale populaire depuis la période Shilla (-57~935). Elle se caractérise par un palanquin décoré et superbement gravé. Jigwangguksa (précepteur national) fut sa vie durant, révéré pour sa vertu et son savoir. Deux rois de Goryeo, Hyeonjong (1009~1031), et Munjong (1046~1083), le respectaient particulièrement. Munjong le nomma wangsa (précepteur royal), et guksa (précepteur national). Cette stupa, initialement érigée sur le site du temple Beopcheonsa, à Buronmyeon, Wonju, province de Gangwon, fut envoyée au Japon en 1912, au début de la domination coloniale de la Corée. Elle fut rapatriée trois ans plus tard en 1915 et placée au palais Gyeongbokgung.
    • Emplacement. Séoul, palais Gyeongbokgung.
    • S'y rendre. Après avoir franchi la porte Gwanghwamun, continuer tout droit jusqu'à l'entrée payante du temple. Juste avant celle-ci, tourner à gauche, la stupa est à une centaine de mètres. L'accès est gratuit. Si vous continuez jusqu'à sortir du parc du palais et que vous prenez sur votre droite, vous arriverez en cinq à dix minutes au domaine de la Présidence de la République ("Maison bleue").
    • Coordonnées: 37.577153° N, 126.975372° E; situation sur la carte ici.
  • 102 - Stupa en mémoire du révérend Hongbeop du temple Jeongtosa (충주 정토사지 홍법국사탑/忠州 淨土寺址 弘法國師塔).
  • 103 - Lanterne de pierre aux deux lions, forteresse Jungheungsanseong, Buk-gu, Gwangju (광양 중흥산성 쌍사자 석등/光陽 中興山城 雙獅子 石燈).
  • 104 - Stupa du prêtre Yeomgeo du temple Heungbeopsa
    ((전)원주 흥법사지 염거화상탑/
    (傳) 原州 興法寺址 廉居和尙塔)
    104 - Stupa du prêtre Yeomgeo du temple Heungbeopsa.
  • 105 - Pagode en pierre à trois étages de Beomhak-ri, Sancheong
    (산청 범학리 삼층석탑/
    山淸 泛鶴里 三層石塔)
    105 - Pagode en pierre à trois étages de Beomhak-ri, Sancheong.
  • 106 - Triade de Bouddha Amitabha en pierre avec des accompagnateurs et 28 autres images bouddhistes et une inscription de l'année du cycle de Gyeyu, Cheongju (계유명전씨아미타불비상/癸酉銘全氏阿彌陀佛碑像).
  • 107 - Pot en porcelaine blanche décoré avec des raisins et glaçure de fer, Université féminine Ewha, Séoul
    (백자 철화포도문 항아리/
    白磁 鐵畵葡萄文 壺)
    107 - Pot en porcelaine blanche décoré avec des raisins et glaçure de fer, Université féminine Ewha, Séoul.
  • 108 - Stèle «un millier de Bouddha», avec inscription Gyeyu, Gongju (계유명삼존천불비상/癸酉銘三尊千佛碑像).
  • 109 - Triade de Bouddha et grotte, Gunwi (군위 아미타여래삼존 석굴/軍威 阿彌陀如來三尊 石窟).
  • 110 - Portrait de Yi Jehyeon, Musée National de Corée, Séoul
    (이제현 초상/李齊賢 肖像)
    110 - Portrait de Yi Jehyeon, Musée National de Corée, Séoul.
  • 111 - Portrait de An Hyang, Yeongju
    (안향 초상/安珦 肖像)
    111 - Portrait de An Hyang, Yeongju.
  • 112 - Pagode en pierre à trois étages, site du temple Gameunsa, Gyeongju
    (경주 감은사지 동ㆍ서 삼층석탑/
    慶州 感恩寺址 東ㆍ西 三層石塔)
    112 - Pagode en pierre à trois étages, site du temple Gameunsa, Gyeongju.
  • 113 - Bouteille en céladon décorée de saules avec glaçure de fer (청자 철화양류문 통형 병/靑磁 鐵畵楊柳文 筒形 甁), Musée National de Corée, Séoul.
  • 114 - Bouteille en céladon en forme de melon avec des motifs incrustés de pivoine et de chrysanthèmes (청자 상감모란국화문 참외모양 병/靑磁 象嵌牡丹菊花文 瓜形 甁), Musée National de Corée, Séoul.
  • 115 - Bol en céladon avec arabesques incrustées (청자 상감당초문 완/靑磁 象嵌唐草文 碗), Musée National de Corée, Séoul.
  • 116 - Aiguière en céladon en forme de gourde avec pivoines incrustées (금동미륵보살반가사유상/金銅彌勒菩薩半跏思惟像), Musée National de Corée, Séoul.
  • 117 - Statue en fer du Bouddha Vairocana assis, temple Borimsa, Jangheung
    (장흥 보림사 철조비로자나불좌상/長興 寶林寺 鐵造毘盧遮那佛坐像)
    117 - Statue en fer du Bouddha Vairocana assis, temple Borimsa, Jangheung.
  • 118 - Maitreya en bronze doré (금동미륵보살반가사유상/金銅彌勒菩薩半跏思惟像), Yongin.
  • 119 - Statue en bronze doré du Bouddha avec inscription de la septième année de l'ère Yeonga, Musée National de Corée, Séoul
    (금동연가7년명여래입상/
    金銅延嘉七年銘如來立像)
    119 - Statue en bronze doré du Bouddha avec inscription de la septième année de l'ère Yeonga, Musée National de Corée, Séoul.
  • 120 - Cloche sacrée, temple Yongjusa, Hwaseong (용주사 동종/龍珠寺 銅鍾).
  • 121 - Masques Hahoetal et Byeongsantal, Andong, province du Gyeongsang du nord
    (안동 하회탈 및 병산탈/
    安東 河回탈 및 屛山탈)
    121 - Masques Hahoetal et Byeongsantal, Andong, province du Gyeongsang du nord.
  • 122 - Pagode en pierre à trois étages, temple Jinjeonsa, Yangyang
    (양양 진전사지 삼층석탑/
    襄陽 陳田寺址 三層石塔)
    122 - Pagode en pierre à trois étages, temple Jinjeonsa, Yangyang.
  • 123 - Reliques trouvées dans une pagode à cinq étage en pierre à Wanggung-ri (익산 왕궁리 오층석탑 사리장엄구/益山 王宮里 五層石塔 舍利莊嚴具), Iksan, Musée National de Jeonju, Jeonju.
  • 124 - Statue en marbre d'un bodhisattva assis, provenant du temple Hansongsa, Musée National de Corée, Séoul
    (강릉 한송사지 석조보살좌상/
    江陵 寒松寺址 石造菩薩坐像)
    124 - Statue en marbre d'un bodhisattva assis, provenant du temple Hansongsa, Gangneung, Musée National de Corée, Séoul.
  • 125 - Urne funéraire avec glaçure verte et caisse en pierre (녹유골호/綠釉骨壺), Musée National de Corée, Séoul.
  • 126 - Reliques trouvées dans la pagode Seokgatap (28 éléments)
    (불국사 삼층석탑 사리장엄구/
    佛國寺 三層石塔 舍利莊嚴具)
    126 - Reliques trouvées dans la pagode Seokgatap (28 éléments).
  • 127 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva avalokitesvara debout de Samyang-dong (서울 삼양동 금동관음보살입상/서울 三陽洞 金銅觀音菩薩立像), Musée National de Corée, Séoul.
  • 128 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva avalokitesvara debout (금동관음보살입상/金銅觀音菩薩立像), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 129 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva (금동보살입상/金銅菩薩立像), Musée d'Art Leeum, Yongsan-gu, Séoul.
  • 130 - Pagode à cinq étages en pierre (구미 죽장리 오층석탑/龜尾 竹杖里 五層石塔), Jukjang-dong, Seonsan, Gumi.
  • 131 - Registre familial du roi Taejo, fondateur du royaume Joseon (고려말 화령부 호적관련고문서/高麗末和寧府戶籍關聯古文書), Musée National de Corée, Séoul.
  • 132 - Mémoires de guerre de Yu Seongryong (징비록/懲毖錄), Andong, province du Gyeongsang du nord.
  • 133 - Bouilloire en porcelaine en forme de fleur de lotus (청자 동화연화문 표주박모양 주전자/靑磁 銅畵蓮花文 瓢形 注子), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 134 - Triade de bodhisattva dorés (금동보살삼존입상/金銅菩薩三尊立像), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 135 - Hyewon pungsokdo, album de trente pages de peintures de Shin Yunbok, Musée d'Art Gansong, Séoul
    (신윤복필 풍속도 화첩/
    申潤福筆 風俗圖 畵帖)
    135 - Hyewon pungsokdo, album de trente pages de peintures de Shin Yunbok, Musée d'Art Gansong, Séoul.
  • 136 - Pilier d'autel en forme de tête de dragon (금동 용두보당/金銅 龍頭寶幢), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 137 - Objets en bronze provenant de Bisan-dong (대구 비산동 청동기 일괄/大邱 飛山洞 靑銅器 一括) (deux éléments), Daegu, Musée Ho-Am, Yongin.
  • 138 - Couronne dorée et accessoires, Musée Ho-Am, Yongin
    (전 고령 금관 및 장신구 일괄/
    傳 高靈 金冠 및 裝身具 一括)
    138 - Couronne dorée et accessoires, Musée Ho-Am, Yongin.
  • 139 - Peinture d'un rassemblement d'immortels par Danwon, Musée d'Art Leeum, Yongsan-gu, Séoul
    (홍도필 군선도 병풍/
    金弘道筆 群仙圖 屛風))
    139 - Peinture d'un rassemblement d'immortels par Danwon, Musée d'Art Leeum, Yongsan-gu, Séoul.
  • 140 - Miroir en nacre (나전 화문 동경/螺鈿 花文 銅鏡), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 141 - Miroir en bronze avec une paire de boutons (정문경/精文鏡), Université Soongsil, Séoul.
  • 142 - Dongguk Jeongun, ensemble complet des 6 volumes, Université Konkuk, Séoul
    (전 동국정운/東國正韻)
    142 - Dongguk Jeongun, ensemble complet des 6 volumes, Université Konkuk, Séoul.
  • 143 - Objets en bronze (6 éléments), (-200~-100), trouvés dans Taegong-ri, Hwasun, Jeollanam-do, Musée National de Gwangju, Gwangju
    (화순 대곡리 청동기 일괄/
    和順 大谷里 靑銅器 一括)
    143 - Objets en bronze, (-200~-100), trouvés dans Taegong-ri, Hwasun, Jeollanam-do, Musée National de Gwangju, Gwangju.
  • 144 - Image du Bouddha assis gravée dans la pierre, mont Wolchulsan, Yeongam
    (영암 월출산 마애여래좌상/
    靈巖 月出山 磨崖如來坐像)
    144 - Image du Bouddha assis gravée dans la pierre, mont Wolchulsan, Yeongam.
  • 145 - Brasier en bronze avec masque de démon décoratif, Yongsan-gu, Séoul
    (귀면 청동로/
    鬼面 靑銅爐)
    145 - Brasier en bronze avec masque de démon décoratif, Yongsan-gu, Séoul.
  • 146 - Reliques excavées (전 논산 청동방울 일괄/傳 論山 靑銅鈴 一括) (4 entrées), Gangwon-do, Musée Ho-Am, Yongin.
  • 147 - Pétroglyphes à Cheonjeon-ri, Ulju-gun, Ulsan
    (울주 천전리 각석/
    蔚州 川前里 刻石)
    147 - Pétroglyphes à Cheonjeon-ri, Ulju-gun, Ulsan.
  • 148 - sipchilsachangogeumtongyo, Histoire de la Chine, volumes 16 et 17 (십칠사찬고금통요/十七史纂古今通要), Université Nationale de Séoul, Séoul.
  • 149 - Commentaires des classiques chinois par Lu Zuqian, volumes 4-6 (동래선생교정북사상절/東萊先生校正北史詳節), Seongbuk-gu, Séoul.
  • 150 - songjopyojeonchongnyu, imprimé avec des caractères de métal Gyemi (송조표전총류 권7/宋朝表牋總類 卷七), Université Nationale de Séoul, Séoul.
  • 151 - Annales de la dynastie Joseon (조선왕조실록/朝鮮王朝實錄) (4 entrées).
  • 152 - bibyeonsadeungnokbuuijeongbudeungnok (비변사등록/備邊司謄錄), Université Nationale de Séoul, Séoul.
  • 153 - bibyeonsadeungnok (일성록/日省錄), Université Nationale de Séoul, Séoul.
  • 154 - Couronne du roi, dynastie Baekje, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕 금제관식/
    武寧王 金製冠飾)
    154 - Couronne du roi, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju. Les Geumjegwansik sont une paire de diadèmes en or portés par le Roi de Baekje. Ils ont été classés Trésor National n° 154 le 9 juillet 1974, et se trouvent actuellement au Musée National de Gongju. Ils ont été découverts en 1971 dans la tombe du Roi Muryeong, placés l'un sur l'autre, sur la tête du roi dans son cercueil. Le premier diadème de la paire est haut de 30,7 cm et large de 14 cm, tandis que le second est haut de 29,2 cm et large de 16,6 cm. Les diadèmes ont été découpés dans une feuille d'or de 2 mm d'épaisseur.
    Au bas des deux diadèmes on trouve un anneau dont on pense qu'il servait à attacher les diadèmes à un chapeau royal. Sur la foi de documents historiques, on pense que le roi plaçait une fleur à l'arrière de son chapeau en tissu noir, et les deux diadèmes de part et d'autre du chapeau royal: ainsi ils ressemblaient à une paire d'ailes, important motif dans le chamanisme qu'il assimilait probablement à une croyance de réincarnation.
    L'ensemble du diadème a l'allure de vignes ou de branches façonnées en forme de flammes. Les motifs en forme de fleur se trouvent au sommet du diadème, ainsi que dans les parties inférieures gauche et droite. Les motifs de flammes et d'arabesques de chèvrefeuille peuvent avoir été hérités de traditions bouddhiques, en raison de leurs similitudes avec les halos de sculptures bouddhiques. Les diadèmes sont également décorés de nombreuses paillettes d'or.
    Le diadème est le premier de son genre trouvé dans une chambre funéraire Baekje, car celles-ci étaient facilement accessibles aux pilleurs de tombres, et donnent un nouvel aperçu sur l'art et la culture des rois de Baekje.
  • 155 - Couronne de la reine, dynastie Baekje, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕비 금제관식/
    武寧王妃 金製冠飾)
    155 - Couronne de la reine, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju. Les Geumjegwansik (Ornements en or pour le diadème de la Reine) sont identiques en forme et en taille à ceux classés Trésor National n° 154, trouvés dans la tombe du Roi Muryeong. Ils ont été classés Trésor National n° 155 le 9 juillet 1974, et comme pour le roi, trouvés placés l'un sur l'autre, sur la tête de la Reine, dans son cercueil.
    Tous deux de 22.6 cm de haut et de 13,4 cm de large, ,ils ont été découpés dans une feuille d'or. Ils sont ornés d'un motif floral élaboré, de chèvrefeuille et de lotus à l'allure de flamme. Comme pour les diadèmes du roi, on pense qu'ils étaient attachés de part et d'autre de la coiffure royale. Par contre les diadèmes de la reine n'étaient pas ornés de paillettes.
  • 156 - Paire de boucles d'oreilles du roi, en or et jade, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕 금귀걸이/
    武寧王 金製耳飾)
    156 - Paire de boucles d'oreilles du roi, en or et jade, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 157 - Paire de boucles d'oreilles de la reine (무령왕비 금귀걸이/武寧王妃 金製耳飾), en or, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 158 - Deux colliers en or pour la reine (무령왕비 금목걸이/
    武寧王妃 金製頸飾), Musée National de Gongju, Gongju.
  • 159 - Épingle à cheveux royale en or, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕 금제 뒤꽂이/
    武寧王 金製釵)
    159 - Épingle à cheveux royale en or, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 160 - Paire de bracelets d'argent de la reine, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕비 은팔찌/
    武寧王妃 銀製釧)
    160 - Paire de bracelets d'argent de la reine, dynastie Baekje, provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 161 - Miroir en bronze avec un motif d'animal immortel (무령왕릉 청동거울 일괄/
    武寧王陵 銅鏡一括), Musée National de Gongju, Gongju.
  • 162 - seoksu, sculpture en hornblende d'un esprit gardien avec une ramure de fer, provenant de l'entrée de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕비 은팔찌/
    武寧王妃 銀製釧)
    162 - seoksu, sculpture en hornblende d'un esprit gardien avec une ramure de fer, provenant de l'entrée de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 163 - Deux plaques d'épitaphe de granite (une pour le roi et une pour la reine), provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕릉 지석/
    武寧王陵 誌石)
    163 - Deux plaques d'épitaphe de granite (une pour le roi et une pour la reine), provenant de la tombe du roi Munyeong, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 164 - Repose-tête du roi, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕비 베개/
    武寧王妃 頭枕)
    164 - Repose-tête du roi, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 165 - Repose-pieds du roi, Musée National de Gongju, Gongju
    (무령왕 발받침/
    武寧王 足座)
    165 - Repose-pieds du roi, Musée National de Gongju, Gongju.
  • 166 - Jarre en porcelaine blanche avec motifs de prunier et de bambous, glaçure de fer (백자 철화매죽문 항아리/白磁 鐵畵梅竹文 壺), Musée National de Corée, Séoul.
  • 167 - Aiguière à vin en céladon en forme d'immortel assis, Musée National de Corée, Séoul
    (청자 인물형 주전자/
    靑磁 人物形 注子)
    167 - Aiguière à vin en céladon en forme d'immortel assis, Musée National de Corée, Séoul.
  • 168 - Bouteille en porcelaine blanche avec motifs de prunier et de chrysanthèmes, glaçure de fer (백자 동화매국문 병/白磁 銅畵梅菊文 甁), Musée National de Corée, Séoul.
  • 169 - Bouteille de porcelaine avec des motifs de bambou, de la période Goryeo (청자 양각죽절문 병/靑磁 陽刻竹節文 甁), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 170 - Jarre de porcelaine bleue et blanche avec motifs de prunier, oiseau et bambou (백자 청화매조죽문 유개항아리/白磁 靑畵梅鳥竹文 有蓋壺), Musée National de Corée, Séoul
  • 171 - Bol à pédale en bronze (청동 은입사 봉황문 합/靑銅 銀入絲 鳳凰文 盒), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 172 - Objets trouvés lors des fouilles de la tombe de la famille Jinyang Jeong (진양군영인정씨묘출토유물/晋陽郡令人鄭氏墓出土遺物), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 173 - Arhan assis en céladon, motif pointillé, glaçure de fer (청자 퇴화점문 나한좌상/靑磁 堆花點文 羅漢坐像), Gangnam-gu, Séoul.
  • 174 - Paire de chandeliers en bronze doré de la période Shilla (금동 수정 장식 촛대/金銅 水晶 裝飾 燭臺), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 175 - Bol en porcelaine blanche avec arabesques de lotus (백자 상감연화당초문 대접/白磁 象嵌蓮花唐草文 大楪), Musée National de Corée, Séoul.
  • 176 - Jarre de porcelaine bleue et blanche avec motifs de pin et bambou et inscription de Hongchi (백자 청화‘홍치2년’명 송죽문 항아리/白磁 靑畵‘弘治二年’銘 松竹文 立壺), Université de Dongguk, Séoul.
  • 177 - Jarre Buncheong avec motif estampillé (분청사기 인화국화문 태항아리/粉靑沙器 印花菊花文 胎壺), Université de Corée, Séoul.
  • 178 - Bouteille aplatie Buncheong avec motif de poisson incisé (분청사기 음각어문 편병/粉靑沙器 陰刻魚文 扁甁), Seodaemun-gu, Séoul.
  • 179 - Bouteille aplatie Buncheong avec motifs de poisson et lotus, Musée Horim, Séoul.
  • 180 - Paysage en hiver, peinture de Kim Jeong-hui (김정희필 세한도/金正喜筆 歲寒圖), Jongno-gu, Séoul.
  • 181 - Certificat de réussite de l'examen d'État pour Jang Ryangsu, District d'Uljin (장양수 홍패/張良守 紅牌).
  • 182 - Statue en bronze doré du Bouddha debout, Musée National de Daegu, Daegu
    (구미 선산읍 금동여래입상/
    龜尾 善山邑 金銅如來立像)
    182 - Statue en bronze doré du Bouddha debout, Musée National de Daegu, Daegu.
  • 183 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva debout (구미 선산읍 금동보살입상/龜尾 善山邑 金銅菩薩立像), Musée National de Daegu, Daegu.
  • 184 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva debout (구미 선산읍 금동보살입상/龜尾 善山邑 金銅菩薩立像), Musée National de Daegu, Daegu.
  • 185 - Sūtra Saddharmapundarika (상지은니묘법연화경/橡紙銀泥妙法蓮華經), Musée National de Corée, Séoul.
  • 186 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva de Yangpyeong, Musée National de Corée, Séoul
    ( (양평 신화리 금동여래입상/
    楊平 新花里 金銅如來立像)
    186 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva de Yangpyeong, Musée National de Corée, Séoul.
  • 187 - Pagode à cinq étages en imitation brique (영양 산해리 오층모전석탑/英陽 山海里 五層模塼石塔), Bonggam, Yeongyang.
  • 188 - Couronne d'or et de jade avec pendentifs, période Shilla, provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Hwangnam-dong, Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do
    (천마총 금관/天馬塚 金冠)
    188 - Couronne d'or et de jade avec pendentifs, période Shilla, provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Hwangnam-dong, Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do.
  • 189 - Coiffe dorée, période Shilla, provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Hwangnam-dong, Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do
    (천마총 관모/天馬塚 金製冠帽)
    189 - Coiffe dorée, période Shilla, provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Hwangnam-dong, Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do.
  • 190 - Ceinture dorée avec pendentifs, période Shilla, provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong) (천마총 금제 허리띠/天馬塚 金製銙帶), Hwangnam-dong, Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do.
  • 191 - Couronne d'or et de jade avec pendentifs, période Shilla, provenant de la tombe Hwangnamtaechong, Musée National de Corée, Séoul
    (황남대총 북분 금관/
    皇南大塚北墳 金冠)
    191 - Couronne d'or et de jade avec pendentifs, période Shilla, provenant de la tombe Hwangnamtaechong, Musée National de Corée, Séoul. Abrité au Musée National de Corée depuis 2005, mais appartient au Musée National de Gyeongju.
  • 192 - Ceinture d'or et de jade avec pendentifs, datant de la période Shilla et trouvée dans la tombe Hwangnamtaechong (황남대총 북분 금제 허리띠/皇南大塚 北墳 金製 銙帶), Gyeongju, province du Gyeongsangbuk-do.
  • 193 - Aiguière de verre bleu-vert, période Shilla, provenant de la tombe Hwangnamtaechong (경주 98호 남분 유리병 및 잔/慶州 九十八號 南墳 琉璃甁 및 盞), Gyeongju.
  • 194 - Collier d'or, période Shilla, provenant de la tombe Hwangnamtaechong (황남대총 남분 금목걸이/皇南大塚南墳 金製頸飾), Gyeongju.
  • 195 - Jarre en argile avec figurines, tombe du roi Michu, Musée National de Gyeongju, Gyeongju
    (토우장식 장경호/
    土偶裝飾 長頸壺)
    195 - Jarre en argile avec figurines, tombe du roi Michu, Musée National de Gyeongju, Gyeongju.
  • 196 - Sūtra sur papier blanc de la période Shilla (신라백지묵서대방광불화엄경 주본 권/新羅白紙墨書大方廣佛花嚴經 周本 卷一∼十, 四十四~五十), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 197 - Stupa du prêtre bouddhiste Bogak (충주 청룡사지 보각국사탑/忠州 靑龍寺址 普覺國師塔), temple Cheongnyongsa, Sangju.
  • 198 - Stèle du roi Jinheung, période Shilla, Danyang
    (단양 신라 적성비/
    丹陽 新羅 赤城碑)
    198 - Stèle du roi Jinheung, période Shilla, Danyang.
  • 199 - Personnages bouddhistes de la grotte du temple Sinseonsa (경주 단석산 신선사 마애불상군/慶州 斷石山 神仙寺 磨崖佛像群), mont Danseoksan, Gyeongju.
  • 200 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva, Musée Municipal de Busan, Busan
    (금동보살입상/
    金銅菩薩立像)
    200 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva, Musée Municipal de Busan, Busan.
  • 201 - Statue du Bouddha assis taillée dans la pierre, Bukji-ri, Bonghwa
    (봉화 북지리 마애여래좌상/
    奉化 北枝里 磨崖如來坐像)
    201 - Statue du Bouddha assis taillée dans la pierre, Bukji-ri, Bonghwa.
  • 202 - Sūtra Avatamsaka (대방광불화엄경 진본 권37/大方廣佛華嚴經 晋本 卷三十七), Jung-gu, Séoul.
  • 203 - Sūtra Avatamsaka (대방광불화엄경 주본 권6/大方廣佛華嚴經 周本 卷六), Jung-gu, Séoul.
  • 204 - Sūtra Avatamsaka (대방광불화엄경 주본 권36/大方廣佛華嚴經 周本 卷三十六), Jung-gu, Séoul.
  • 205 - Monument Goguryeo, Jungwon, Chungju
    (충주 고구려비/
    忠州 高句麗碑)
    205 - Monument Goguryeo, Jungwon, Chungju.
  • 206 - Blocs d'impression bouddhistes Goryeo (합천 해인사 고려목판/陜川 海印寺 高麗木板), temple Haeinsa, Hapcheon (28 entrées).
  • 207 - Rabat de selle avec peinture du "cheval céleste", provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Musée National de Corée, Séoul
    (경주 천마총 장니 천마도/
    慶州 天馬塚 障泥 天馬圖)
    207 - Rabat de selle avec peinture du "cheval céleste", provenant de la tombe du cheval céleste (cheonmachong), Musée National de Corée, Séoul.
  • 208 - Boîte hexagonale sarira en bronze doré (도리사 세존사리탑 금동 사리기/桃李寺 世尊舍利塔 金銅舍利器), temple Jikjisa, Gimcheon.
  • 209 - Pagode à cinq étages en pierre avec inscription "Bohyeop" (보협인석탑/寶篋印石塔), Université Dongguk, Séoul.
  • 210 - Sūtra de la période Goryeo à l'encre argentée (volume 30) (감지은니불공견삭신변진언경 권13/紺紙銀泥不空羂索紳變眞言經 卷十三), Yongin.
  • 211 - Sūtra Saddharmapundarika à l'encre sur papier blanc (백지묵서묘법연화경/白紙墨書妙法蓮華經), Fondation Seongbo pour la Culture, Séoul.
  • 212 - Sūtra Suramagma (대불정여래밀인수증료의제보살만행수능엄경(언해)/大佛頂如來密因修證了義諸菩薩萬行首楞嚴經(諺解)), Université Dongguk, Séoul.
  • 213 - Pagode miniature dorée (금동탑/金銅塔), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 214 - Brûle-encens en bronze provenant du temple Heungwang (흥왕사명 청동 은입사 향완/興王寺銘 靑銅 銀入絲 香垸), Kaesong, Musée Ho-Am, Yongin.
  • 215 - Sūtra de la période Goryeo à l'encre argentée (volume 31) (감지은니대방광불화엄경 정원본 권31/紺紙銀泥大方廣佛華嚴經 貞元本 卷三十一), Yongin.
  • 216 - Inwangjesaekdo, éclaircie après la pluie au mont Imgang
    (정선필 인왕제색도/
    鄭敾筆 仁王霽色圖)
    216 - Inwangjesaekdo, éclaircie après la pluie au mont Imgang . Inwangjesaekdo ("Eclaircie après la pluie au mont Imwang" ou "Après la pluie au mont Imwang") est une peinture réalisée en 1756, pendant la dynastie Joseon sous le règne du Roi Yeongjo, par le célèbre peintre Jeong Seon. Elle a été classée Trésor national n° 216 le 6 août 1984. La peinture est actuellement abritée par le Musée Ho-Am à Yongin, Province de Gyeonggi; elle appartient à Yi Geonhui.
    Le mont Inwangsan est un pic près de Séoul, où Jeong Seon passa les dernières années de sa vie. Réalisée sur un rouleau, cette peinture fait 1,38 mètre de large pour 79 centimètres de haut. La scène représente la montagne après la pluie, un jour d'été lorsque la brume commence à s'épaissir dans la vallée en contrebas. La montagne est représentée de manière très réaliste, l'artiste ayant utilisé une technique répétitive de traits verticaux à l'encre de Chine pour représenter la montagne et les rochers mouillés par la pluie. Le type de brosse utilisée et l'effet d'épaississement de l'encre accentuent l'impression d'immensité et d'épaisseur de la montagne. L'artiste utilise l'encre noire pour représenter les crêtes et les arbres, qui ressemblent à des fils en train de s'effilocher. En contraste avec les sommets des montagnes, le brouillard dans la vallée est blanc.
    Jeong Seon était célèbre pour ignorer les tendances artistiques importées de Chine et développer des thèmes inspirés des paysages coréens. De ses 400 oeuvres, cette peinture est l'un de ses chefs d’œuvre, qu'il a peinte à l'âge de 76 ans.
    • Emplacement. Musée Ho-Am, Yongin, Province de Gyeonggi. Le musée est ouvert de 10h à 18h, du mardi au dimanche, entrée 4.000 ₩. Site officiel du musée.
    • S'y rendre. Yongin est située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Séoul. On y trouve également un parc d'attractions, Everland.
      • Navette gratuite depuis le parc d'attractions Everland, toutes les heures.
      • En voiture: autoroute (expressway) Youngdong, sortie Maseong.
      • En bus: de Séoul, bus 5002 à la station Gangnam, bus 5700 à la station Kangbyun, ou bus 1113 à la station Cheonho-dong (ou le 1500-2 via Bundang).
    • Coordonnées: 37.294852° N, 127.191485° E; Plan d'accès détaillé ici.
  • 217 - Geumgangjeondo, peinture des monts Geumgang par Jeong Seon
    (금강전도/金剛全圖)
    217 - Geumgangjeondo, peinture des monts Geumgang par Jeong Seon. Geumgang jeondo (금강전도 金剛全圖) est un célèbre paysage peint par Jeong Seon durant le règne du Roi Yeongjo. Son titre signifie littéralement "Vue d'ensemble du Mont Geumgansan", ("Montagnes de Diamant"). Il fut classé Trésor National n° 217 le 6 août 1984. La peinture est actuellement abritée par le Musée Ho-Am à Yongin, Province de Gyeonggi; elle appartient à Lee Kun-Hee.
    Alors que beaucoup de peintres contemporains se limitaient à l'imitation des tendances artistiques importées de Chine, Jeong Seon les ignorait pour créer des thèmes uniques basés sur des paysages coréens. Son catalogue de peintures de Geumgansan le rendit célèbre et fit de lui, à l'âge de 37 ans, le peintre le plus en vue de son temps. Il finit par peindre une centaine de vues des montagnes, qui existent toujours. L'amour du peintre pour ces montagnes, influença d'autres artistes dans leurs représentations des montagnes de Diamant, et encouragea même les cartographes à dresser des cartes de cette région.
    Bien que Jeong Seon fit plusieurs peintures du mont Geumgansan, celle-ci est la plus grande et est considérée comme sa meilleure. Comme pour beaucoup de ses oeuvres, Jeong Seon peignait le paysage qu'il avait réellement sous les yeux. Cette peinture fait 1,31 mètre de large pour 94 cm de haut; elle est peinte à l'encre de Chine. Elle représente le mont Naegeumgang, à l'intérieur des monts Geumgangsan, et on y compte pas moins de 1.200 pics. Le plus haut d'entre eux, Birobong, se situe à l'arrière-plan, et l'eau s'en écoule jusqu'à une vallée appelée Manpokdong, divisée en deux, de gauche à droite. Le peintre a inclus dans son œuvre le titre, quelques commentaires, ainsi que son nom d'artiste, Gyeomjae, dans le coin supérieur droit. L'inscription permet en outre de dater l'oeuvre de 1734, alors que Jeong Seon avat 59 ans. L'artiste commente ainsi son oeuvre:

    Même si vous visitez vous-même la montagne et en parcourez les coins et les recoins, comment comparer votre joie à ce que vous ressentez en contemplant cette peinture de votre lit?

    • Emplacement. Musée Ho-Am, Yongin, Province de Gyeonggi. Le musée est ouvert de 10h à 18h, du mardi au dimanche, entrée 4.000 ₩. Site officiel du musée.
    • S'y rendre. Yongin est située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Séoul. On y trouve également un parc d'attractions, Everland.
      • Navette gratuite depuis le parc d'attractions Everland, toutes les heures.
      • En voiture: autoroute (expressway) Youngdong, sortie Maseong.
      • En bus: de Séoul, bus 5002 à la station Gangnam, bus 5700 à la station Kangbyun, ou bus 1113 à la station Cheonho-dong (ou le 1500-2 via Bundang).
    • Coordonnées: 37.294852° N, 127.191485° E; Plan d'accès détaillé ici.
  • 218 - Peinture d'amitabha flanqué de deux bodhisattvas (아미타삼존도/阿彌陀三尊圖), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 219 - Jarre de porcelaine du début de la dynastie Joseon (백자 청화매죽문 항아리/白磁 靑畵梅竹文 立壺), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 220 - Bol de porcelaine (청자 상감용봉모란문 합 및 탁/靑磁 象嵌龍鳳牡丹文 盒 및 托), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 221 - Statue en bois d'un manjusuri assis, temple Sangwonsa (평창 상원사 목조문수동자좌상/평창 上院寺 木造文殊童子坐像), Pyeongchang.
  • 222 - Jarre de porcelaine bleue et blanche avec motifs de prunier et bambou (백자 청화매죽문 유개항아리/白磁 靑畵梅竹文 有蓋立壺), Musée Horim, Séoul.
  • 223 - Salle Geunjeongjeon, Palais Gyeongbokgung, Séoul
    (경복궁 근정전/
    景福宮 勤政殿)
    223 - Salle Geunjeongjeon, Palais Gyeongbokgung, Séoul.
  • 224 - Pavillon Gyeonghoeru, Palais Gyeongbokgung, Séoul
    (경복궁 경회루/
    景福宮 慶會樓)
    224 - Pavillon Gyeonghoeru, Palais Gyeongbokgung, Séoul.
  • 225 - Salle Injeongjeon, Palais Changdeokgung, Séoul
    (창덕궁 인정전/
    昌德宮 仁政殿)
    225 - Salle Injeongjeon, Palais Changdeokgung, Séoul.
  • 226 - Salle Myeongjeongjeon, Palais Changgyeonggung, Séoul
    (창경궁 명정전/
    昌慶宮 明政殿)
    226 - Salle Myeongjeongjeon, Palais Changgyeonggung, Séoul.
  • 227 - Salle principale Jeongjeon, tombeau royal Jeongmyo, Séoul
    (종묘 정전/宗廟 正殿)
    227 - Salle principale Jeongjeon, tombeau royal Jeongmyo, Séoul.
  • 228 - Cheonsang Yeolcha Bunyajido, planisphère en pierre gravée (천상열차분야지도 각석/天象列次分野之圖 刻石), Musée Royal de Corée, Séoul.
  • 229 - Horloge à eau du pavillon Borugak, Musée Royal de Corée, Séoul
    (창경궁 자격루/
    昌慶宮 自擊漏)
    229 - Horloge à eau du pavillon Borugak, Musée Royal de Corée, Séoul.
  • 230 - Instrument astronomique et horloge (heunchonsigye), Université de Corée, Séoul
    (혼천의 및 혼천시계/
    渾天儀 및 渾天時計)
    230 - Instrument astronomique et horloge (heunchonsigye), Université de Corée, Séoul.
  • 231 - Treize moules pour armes en bronze et instruments (전 영암 거푸집 일괄/傳 靈巖 鎔范一括), Université Soongsil, Séoul.
  • 232 - Certificat de sujet méritant pour Yi Hwa, pour son service éminent lors de l'établissement du royaume Joseon (이화 개국공신녹권/李和 開國功臣錄券), Jeongeup.
  • 233 - Jarre d'agalmatolite avec inscription de la deuxième année de l'ère Yeongtae (전 산청 석남암사지 납석사리호/傳 山淸 石南巖寺址 蠟石舍利壺), Musée Municipal de Busan, Busan.
  • 234 - Sūtra Saddharmapundarika en argent sur papier indigo (감지은니묘법연화경/紺紙銀泥妙法蓮華經), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 235 - Sūtra Avatamsaka en or sur papier indigo (감지금니대방광불화엄경보현행원품/紺紙金泥大方廣佛華嚴經普賢行願品), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 236 - Pagode orientale à cinq étages, temple de Janghang-ri, Wolseong, Gyeongju
    (경주 장항리 서 오층석탑/
    慶州 獐項里 西 五層石塔)
    236 - Pagode orientale à cinq étages, temple de Janghang-ri, Wolseong, Gyeongju.
  • 237 - Gosan gugoksi hwabyeong, paravent avec calligraphie et peinture (고산구곡시화도 병풍/高山九曲詩畵圖 屛風), Goyang.
  • 238 - Album du prince Yi Yong, milieu du XVe siècle (소원화개첩/小苑花開帖), Goyang.
  • 239 - Portrait de Song Siyeol, Musée National de Corée, Séoul
    (송시열 초상/
    宋時烈 肖像)
    239 - Portrait de Song Siyeol, Musée National de Corée, Séoul.
  • 240 - Portrait de Yun Duseo, Haenam
    (윤두서 자화상/尹斗緖 自畵像)
    240 - Portrait de Yun Duseo, Haenam.
  • 241 - Sūtra Mahaprajnaparamita (초조본 대반야바라밀다경 권249/初雕本 大般若波羅蜜多經 卷二百四十九), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 242 - Monument Shilla (울진 봉평리 신라비/蔚珍 鳳坪里 新羅碑), Bongpyeong, Uljin.
  • 243 - Commentaires sur la sūtra Yogacaryabhumi, volume 11 (초조본 현양성교론 권11/初雕本 顯揚聖敎論 卷十一), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 244 - Sūtra Yogacaryabhumi volume 17 (초조본 유가사지론 권17/初雕本 瑜伽師地論 卷第十七), Musée de l'Université de Myongji, Yongin
  • 245 - Index du Tripitaka, volume 20 (초조본 신찬일체경원품차록 권20/初雕本 新纘一切經源品次綠 卷二十), Musée National de Corée, Séoul.
  • 246 - Sūtra Daebojeokgyeong (초조본 대보적경 권59/初雕本 大寶積經 卷五十九), Musée National de Corée, Séoul.
  • 247 - Statue en bronze doré d'un bodhisattva debout (공주의당금동보살입상/公州儀堂金銅菩薩立像), Uidang, Gongju.
  • 248 - Carte de Corée tracée pendant la période Joseon (조선방역지도/朝鮮方域之圖), Gwacheon.
  • 249 - Donggwoldo, peinture d'une vue panoramique pour les palais Changdeokgung et Changgyeonggung, Université de Corée, Séoul
    (동궐도/東闕圖)
    249 - Donggwoldo, peinture d'une vue panoramique pour les palais Changdeokgung et Changgyeonggung, Université de Corée, Séoul.
  • 250 - Certificat de sujet méritant pour Yi Wongil, pour son service éminent lors de l'établissement du royaume Joseon (이원길 개국원종공신녹권/李原吉 開國原從功臣錄券), Jung-gu, Séoul.
  • 251 - Sūtra Daeseung abidharma (조본 대승아비달마잡집론 권14/初雕本 大乘阿毗達磨雜集論 卷十四), Jung-gu, Séoul.
  • 252 - Bouteille de porcelaine avec des motifs de lotus (청자 음각‘효문’명 연화문 매병/靑磁 陰刻‘孝文’銘 蓮花文 梅甁), Yongin
  • 253 - Bol de céladon avec décor intérieur de pivoine et reliefs de lotus et arabesques (청자 양각연화당초상감모란문 은테 발/靑磁 陽刻蓮花唐草象嵌牡丹文 銀釦 鉢), Musée National de Corée, Séoul.
  • 254 - Bol de céladon avec décor de lotus et branches (청자 음각연화문 유개매병/靑磁 陰刻蓮花文 有蓋梅甁), Jung-gu, Séoul.
  • 255 - Cloches en bronze supposées provenir de Chungcheongnam-do (전 덕산 청동방울 일괄/傳 德山 靑銅鈴一括), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 256 - Sūtra Avatamsaka partie 1 (조본 대방광불화엄경 주본 권1/初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷一), Musée Provincial de Gyeonggi, Yongin.
  • 257 - Sūtra Avatamsaka partie 29 (초조본 대방광불화엄경 주본 권29/初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷二十九), temple Guinsa, Danyang.
  • 258 - Bouteille en porcelaine blanche avec motif de bambou (백자 청화죽문 각병/白磁 靑畵竹文 角甁), Yongin.
  • 259 - Jarre Buncheong avec décor de dragon (분청사기 상감운룡문 항아리/粉靑沙器 象嵌雲龍文 立壺), Musée National de Corée, Séoul.
  • 260 - Vase jarabyeong Buncheong avec décor de pivoine et glaçure de fer (분청사기 박지철채모란문 자라병/粉靑沙器 剝地鐵彩牡丹文 扁甁), Musée National de Corée, Séoul.
  • 261 - Deux jarres de porcelaine blanche (백자 유개항아리/白磁 有蓋壺), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 262 - Grande jarre en porcelaine blanche (백자 달항아리/白磁 壺), Fondation Uhak pour la Culture, Séoul.
  • 263 - Jarre de porcelaine bleue et blanche avec décor de paysage, fleurs et oiseaux (백자 청화산수화조문 항아리/白磁 靑畵山水花鳥文 立壺), Fondation Uhak pour la Culture, Séoul.
  • 264 - Stèle de Naengsu-ri (포항 냉수리 신라비/浦項 冷水里 新羅碑), Yeongil, Pohang.
  • 265 - Sūtra Avatamsaka partie 13 (초조본 대방광불화엄경 주본 권13/初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷十三), Jongno-gu, Séoul.
  • 266 - Sūtra Avatamsaka parties 2 et 75 (초조본 대방광불화엄경 주본 권2,75/初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷二, 七十五), Musée Horim, Séoul.
  • 267 - Sūtra Abidharma partie 12 (초조본 아비달마식신족론 권12/初雕本 阿毗達磨識身足論 卷十二), Musée Horim, Séoul.
  • 268 - Sūtra Abidambipasa 11,17 (초조본 아비담비파사론 권11, 17/初雕本 阿毗曇毗婆沙論 卷十一, 十七), Musée Horim, Séoul.
  • 269 - Sūtra Maha, partie 6 (초조본 불설최상근본대락금강불공삼매대교왕경 권6/初雕本 佛說最上根本大樂金剛不空三昧大敎王經 卷六), Musée Horim, Séoul.
  • 270 - Pot à vin de céladon en forme de visage de singe (청자 모자원숭이모양 연적/靑磁 母子猿形 硯滴), Musée d'art Gansong, Séoul.
  • 271 - Commentaires sur la sūtra Yogacaryabhumi, volume 12 (초조본 현양성교론 권12/初雕本 顯揚聖敎論 卷十二), Musée National de Corée, Séoul.
  • 272 - Sūtra Yogacaryabhumi volume 32 (초조본 유가사지론 권32/初雕本 瑜伽師地論 卷三十二), Musée National de Corée, Séoul.
  • 273 - Sūtra Yogacaryabhumi volume 15 (조본 유가사지론 권15/初雕本 瑜伽師地論 卷十五), Musée National de Corée, Séoul.
  • 274 - (Actuellement vide ; précédemment occupé par un canon en bronze qui s'est révélé être un faux).
  • 275 - Poterie en forme d'homme à cheval, Musée National de Gyeongju, Gyeongju
    (도기 기마인물형 뿔잔/
    陶器 騎馬人物形 角杯)
    275 - Poterie en forme d'homme à cheval, Musée National de Gyeongju, Gyeongju.
  • 276 - Sūtra Yogacaryabhumi volume 53 (초조본 유가사지론 권53/初雕本 瑜伽師地論 卷五十三), Musée Gacheon, Incheon.
  • 277 - Sūtra Avatamsaka partie 36 (초조본 대방광불화엄경 주본 권36,初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷三十六), Fondation Hansol pour la Culture, Jeonju.
  • 278 - Certificat de sujet méritant pour Yi Hyeong, lors de la onzième année du règle du roi Taejong de Joseon (태종11년이형원종공신록권부함/太宗十一年李衡原從功臣錄券附函), Yeongdong.
  • 279 - Sūtra Avatamsaka partie 74 (초조본 대방광불화엄경 주본 권74/初雕本 大方廣佛華嚴經 周本 卷七十四), Guinsa, Danyang.
  • 280 - Cloche en bronze du temple Cheonheung sur le mont Seonggeosan, Musée National de Corée, Séoul
    (성거산 천흥사명 동종/
    聖居山天興寺銘銅鍾)
    280 - Cloche en bronze du temple Cheonheung sur le mont Seonggeosan, Musée National de Corée, Séoul.
  • 281 - Pot à vin en porcelaine blanche (백자 병형 주전자/白磁 甁形 注子), Musée Horim, Séoul.
  • 282 - Statue en bois du Bouddha amitabha assis et reliques (영주 흑석사 목조아미타여래좌상 및 복장유물/榮州 黑石寺 木造阿彌陀如來 坐像 및 腹藏遺物), temple Heukseoksa, Yeongju (4 entrées).
  • 283 - Seconde édition du Dongguk Tonggam (통감속편/通鑑續編), Gyeongju.
  • 284 - Sūtra Mahaprajnaparamita, parties 162, 170, 463 (초조본 대반야바라밀다경 권162, 170, 463/(初雕本 大般若波羅蜜多經 卷一百六十二, 一百七十, 四百六十三)), Gangnam-gu, Séoul.
  • 285 - Pétroglyphes de Bangudae, Daegok-ri, Ulsan
    (울주 대곡리 반구대 암각화/
    蔚州 大谷里 盤龜臺 岩刻畫)
    285 - Pétroglyphes de Bangudae, Daegok-ri, Ulsan.
  • 286 - Bol en porcelaine blanche (백자 ‘천’ ‘지’ ‘현’ ‘황‘명 발/白磁 ‘天’‘地’‘玄’‘黃’銘 鉢), Musée Ho-Am, Yongin.
  • 287 - Brûle-encens en bronze doré de Baekje, Neungsan-ri
    (백제 금동대향로/百濟金銅大香爐)
    287 - Brûle-encens en bronze doré de Baekje, Neungsan-ri. Le brûle-encens en bronze doré de Baekje fut classé Trésor National n° 287 le 30 mai 1996. Il est actuellement abrité au Musée National de Buyeo. Lors de fouilles entreprises sur le site de l'ancien temple à Neungsan-ri, Buyeo, en 1993, ce fut la principale pièce découverte parmi 450 objets exhumés. C'est un symbole de l'art de l'époque Baekje, et un chef d'oeuvre de l'art coréen. Mesurant 64 cm de haut pour 19 cm de diamètre, et pesant 11,8 kg, il a probablement été réalisé au VI ème siècle.
    • Histoire. Point culminant des fouilles effectuées au siècle dernier, le brûle-encens en bronze doré Baekje, a donné un tournant décisif à l'étude de l'histoire de la dynastie Baekje. Il incarne l'esprit des gens de Baekje à la recherche d'un monde idéal avec de techniques délicates et un regard aiguisé. Depuis, nulle part au monde on n'a trouvé un tel brûle-encens. "Il n'est donc pas étonnant qu'on le considère comme un chef d’œuvre" selon le site web de la Culture et du Tourisme, publié par Chungcheongnam-do.
      On admettait communément que le brûle-encens de Baekje fut dérivé des brûle-encens de Baksan (박산 향로/博山香爐), de la dynastie Han, jusqu'à ce qu'une équipe de recherche coréenne comprenant des historiens et des archéologues découvre qu'il différait des prototypes de la Chine ancienne, dans sa structure et ses motifs, en particulier le motif en relief de cinq musiciens, qui ne constituait pas un élément décoratif des brûle-encens de la dynastie Han. De plus, un autre motif en relief en forme d'instrument de musique fournit un indice supplémentaire: l'instrument appelé Wanham (완함/阮咸) fut pour la première fois introduit chez les Tang au VII ème siècle, après que le royaume de Baekje eut sombré dans l'oubli. Selon le Nouveau Livre des Tang (新唐書), il devint très populaire au VIII ème siècle, qui vit apparaître le nom de l'instrument (wanham), d’après le nom d'un musicien en vue de la période Tang, près d'un siècle après la fabrication du brûle-encens de Baekje. Le wanham est originaire de Kucha, où dans les grottes Kizil, on peut encore en voir une forme primitive. Le brûle-encens de Baekje est réaliste et tri-dimensionnel; il incorpore des thèmes bouddhiques et taoïstes, mais certains soutiennent qu'il symbolise en fait des thèmes de la culture de l'Asie du nord-est. Le dragon et le phénix suggèrent un motif yin/yang, et cette théorie tirait quelque poids du fait qu'il fut découvert lors de fouilles sur ce qui était probablement un temple bouddhique. Cependant, le caractère unique de sa réalisation suggère qu'il ait pu être utilisé pour des rites ancestraux ou d'autres cérémonies uniques.
    • Apparence. On peut distinguer quatre parties dans ce brûle-encens: le corps, le couvercle, le bouton en forme de phénix, et la plaque de support. Le couvercle est entouré par 74 montagnes disposées en cinq couches minces atteignant le sommet. Le couvercle contient également diverses figures exprimées en relief dont cinq musiciens avec des instruments différents, seize autres personnages, et trente-neuf animaux dont des tigres, dragons, et des cerfs. Le couvercle a également différents types de paysages dont six types d'arbres, des rochers, des sentiers, des cascades et des lacs pouvant symboliser le paysage idéal d'un ermite taoïste. Cinq oiseaux sont posés sur les cinq plus hauts sommets de la montagne, et le dessus du couvercle est couronné par un dragon. Le couvercle est également ventilé avec cinq trous, un dans la poitrine du phénix, pour libérer le parfum de l'encens. Le dessus du couvercle est coiffé d'un bonghwang (phénix) tenant une perle magique, et dont la queue s'incurve comme un arc. Le corps du brûleur est en forme de lotus en fleur, dont les pétales contiennent vingt-six animaux sur la surface latérale y compris poissons, bêtes célestes, et oiseaux. Certains des animaux sont posés entre les pétales de lotus, tandis que d'autres sont dessus. La plaque de support est en forme de dragon dont la bouche fait face à la base du corps qu'il supporte. Le dragon est entouré d'un motif de bronze en forme de nuages​​, et sa queue est arquée, donnant à la base une impression de mouvement.
    • Signification archéologique. D'avoir découvert que cette trouvaille archéologique soit différente des brûle-encens de la dynastie Han signifie beaucoup pour la communauté internationale des historiens, archéologues, et bibliographes. Le fait que l'instrument de musique soit originaire de Kucha, oasis et porte d'entrée de la Route de la Soie, jette une lumière nouvelle sur l'équilibre géopolitique d'alors, les échanges culturels, et les routes commerciales s'étendant à travers les trois royames de la péninsule coréenne aussi bien que l'ancien Japon. En d'autres termes, l'instrument de musique, avant même qu'il ne soit nommé wanham sous la dynastie des Tang, était déjà apparu dans le brûle-encens de Baekje.
  • 288 - Boîte à reliques bouddhistes en pierre du roi Wideok (부여 능산리사지 석조사리감/扶餘 陵山里寺址 石造舍利龕), Buyeo.
  • 289 - Pagode de cinq étages en pierre, Iksan
    (익산 왕궁리 오층석탑/
    益山 王宮里 五層石塔)
    289 - Pagode de cinq étages en pierre, Iksan.
  • 290 - Salle Daeungjeon et escalier, temple Tongdosa (양산 통도사 대웅전 및 금강계단/梁山 通度寺 大雄殿 및 金剛戒壇), Yangsan.
  • 291 - Yonggamsugyeong (용감수경 권3~4/龍龕手鏡 卷三~四), Université de Corée, Séoul.
  • 292 - Épitre commémorant la rénovation du temple Sangwon
  • 293 - Statue en bronze doré du Bodhisattva Avalokitesvara debout, Musée National de Corée, Séoul.
  • 294 - Jarre de porcelaine bleue et blanche avec motifs de chrysanthème et glaçure de fer (평창 상원사 중창권선문/平昌 上院寺 重創勸善文), Seongbuk-gu, Séoul.
  • 295 - Couronne de bronze dorée, époque Baekje, provenant d'un tumulus de Naju, Musée National de Corée, Séoul
    (나주 신촌리 금동관/
    羅州 新村里 金銅冠)
    295 - Couronne de bronze dorée, époque Baekje, provenant d'un tumulus de Naju, Musée National de Corée, Séoul.
  • 296 - Cinq peintures bouddhistes, temple Chiljangsa, Anseong
    (칠장사오불회괘불탱/
    七長寺五佛會掛佛幀)
    296 - Cinq peintures bouddhistes, temple Chiljangsa, Anseong.
  • 297 - Peinture bouddhiste (안심사영산회괘불탱/安心寺靈山會掛佛幀), temple Ansimsa, Cheongwon.
  • 298 - Peinture bouddhiste (갑사삼신불괘불탱/甲寺三身佛掛佛幀), temple Gapsa, Gongju.
  • 299 - Peinture bouddhiste (신원사노사나불괘불탱/新元寺盧舍那佛掛佛幀), temple Sinwonsa, Gongju.
  • 300 - Peinture bouddhiste (장곡사미륵불괘불탱/長谷寺彌勒佛掛佛幀), temple Janggoksa, Cheongyang.
  • 301 - Peinture bouddhiste (화엄사영산회괘불탱/華嚴寺靈山會掛佛幀), temple Hwaeomsa, Gurye.
  • 302 - Peinture bouddhiste (청곡사영산회괘불탱/靑谷寺靈山會掛佛幀), temple Cheonggoksa, Jinju.
  • 303 - Journal de Seungjeongwon (승정원일기/承政院日記), Université Nationale de Séoul, Séoul.
  • 304 - Salle Jinnamgwan, Yeosu
    (여수 진남관/
    麗水 鎭南館)
    304 - Salle Jinnamgwan, Yeosu.
  • 305 - Salle Sebyeonggwan, Tongyeong
    (통영 세병관/統營 洗兵館)
    305 - Salle Sebyeonggwan, Tongyeong.
  • 306 - Samguk Yusa, parties 3, 4, 5 (삼국유사 권3~5/三國遺事 卷三~五).
  • 307 - Statue d'une triade du Bouddha taillée dans la pierre, Taean
    (태안 동문리 마애삼존불입상/
    泰安 東門里 磨崖三尊佛立像)
    307 - Statue d'une triade du Bouddha taillée dans la pierre, Taean.
  • 308 - Bouddha Maitreya assis en pierre, temple Daeheungsa, Haenam
    (해남 대흥사 북미륵암 마애여래좌상/
    海南 大興寺 北彌勒庵 磨崖如來坐像)
    308 - Bouddha Maitreya assis en pierre, temple Daeheungsa, Haenam.
  • 309 - Grande jarre en porcelaine (백자 달항아리/白磁 壺), Séoul.
  • 310 - Grande jarre en porcelaine (백자 달항아리/白磁 壺), Séoul.
  • 311 - Salle Daeungjeon, temple Bongjeongsa, Andong
    (안동 봉정사 대웅전/安東 鳳停寺 大雄殿)
    311 - Salle Daeungjeon, temple Bongjeongsa, Andong.
  • 312 - Image du Bouddha assis gravée dans un pilier de pierre près de l'Ermitage Chilburam, mont Namsan (경주 남산 칠불암 마애불상군/慶州 南山 七佛庵 磨崖佛像群), Gyeongju.
  • 313 - Peinture murale du bouddha Amitabha (강진 무위사 극락전 아미타여래삼존벽화/康津 無爲寺 極樂殿 阿彌陀如來三尊壁畵), Geungnakjeon, temple Muwisa, Gangjin.
  • 314 - Peinture Hwaeomtaeng dans la salle Hwaeomjeon (순천 송광사 화엄경변상도/順天 松廣寺 華嚴經變相圖), temple Songgwangsa, Suncheon.
  • 315 - Stèle accompagnant la stupa du prêtre bouddhiste Jijeungdaesa (문경 봉암사 지증대사탑비/聞慶 鳳巖寺 智證大師塔碑), temple Bongamsa, Mungyeong.
  • 316 - Salle Geuknakjeon (완주 화암사 극락전/完州 花巖寺 極樂殿), temple Hwaeomsa, Wanju.
  • 317 - Portrait du Roi Taejo
    (조선태조어진/朝鮮太祖御眞)
    317 - Portrait du Roi Taejo. Classé Trésor National n° 317 le 29 juin 2012. Le Roi Taejo (1335~1408) est le fondateur de la dynastie Joseon en 1392, il règne pendant six ans avant de céder le pouvoir à ses fils, Jeongjong en 1399 puis Taejong en 1400. Né Yi Seong-gye le 11 octobre 1335 d’un père officier militaire mineur de la dynastie Yuan, il devient général et participe militairement à l’expulsion des Mongols du royaume de Goryeo, qui deviendra plus tard la Corée. Puis alors qu’avec son armée de 38.000 hommes il est sur le point d’envahir le Yondong en Chine, il fait demi-tour à la frontière et prend le pouvoir en 1392. Il baptise sa dynastie Joseon en hommage à une ancienne dynastie du même nom 4.000 ans auparavant, change son nom en Yi Dan puis déplace en 1394 la capitale à Séoul. Lorsque ses fils se battront pour obtenir la couronne, il abdiquera en 1398. Son second fils Jeongjong aura d'abord sa préférence, mais son cinquième fils Taejong lui reprendra le pouvoir l'année d'après. Taejo meurt en 1408, et sera proclamé empereur post-mortem (il est roi durant son règne) en 1899 par Kojong lorsqu'il fonde l'Empire coréen.
    • Emplacement. Sanctuaire Gyeonggijeon (경기전/慶基殿), Jeonju, province du Jeollanam-do.
    • S'y rendre.
      • En bus. Afin de promouvoir la région de Jeollabuk-do (Jeolla du Nord), le gouvernement provincial met en place à partir du 1er mars 2013 et jusqu’au 25 août 2013 une navette gratuite destinée aux touristes pour relier Séoul et la capitale de la province, Jeonju. La navette circulera en fin de semaine dans les deux sens, les vendredi, samedi et dimanche (à 8h00 au départ de Séoul et à 17h00 au départ de Jeonju). Le trajet dure environ 3 heures. Pour bénéficier de la navette gratuite, vous devez apporter votre passeport et effectuer une réservation au moins 3 jours avant votre départ. Une personne peut prendre jusqu’à 2 billets. Si vous êtes plusieurs, il faudra donc faire plusieurs réservations. S’inscrire ici; départ du parking du magasin hors-taxes Donghwa à 8h, retour du parking du village folklorique (Hanok village) à 17h.
      • Par la route. Jeonju est à environ 275 km de Séoul. Compter deux heures et demie (sans les embouteillages!), et 13.000 ₩ de péage.
      • En train. Par le KTX (tél.: 1544-7788); prendre le train à Séoul, jusqu'à Iksan via Daejeon: un train toutes les heures, temps de voyage: 1h50. Prendre en suite le bus jusqu'à Jeonju.
    • Coordonnées: 35.814854° N, 127.149833° E; plan d'accès ici.