Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Fribourg (Suisse)

De Wikitravel
Suisse : Fribourg
Aller à : Navigation, rechercher

Fribourg[1], en Suisse est la capitale du canton portant le même nom. C'est une ville bilingue dotée d'une Université qui attire les étudiants de toute la Suisse et d'étranger.

Comprendre[modifier]

Dès son origine aux confins de deux influences, Fribourg naît dans la seconde moitié du XIIe siècle de la volonté d’un prince germanique, dont la famille est étroitement mêlée à l’histoire du royaume de Bourgogne.

Pendant près de deux siècles, Fribourg est sous la domination des Habsbourg (1277-1452). De nombreuses vicissitudes, tant militaires que politiques, marqueront cette période. Mais la cité des bords de la Sarine connaîtra également une prospérité certaine. La communauté des bourgeois prend son destin en main : la ville s’agrandit, les métiers s’organisent en corporations, l’éducation et l’assistance se développent. Alors que débute la construction d’une nouvelle église dédiée à saint Nicolas (1283), dont les travaux dureront plusieurs siècles, Fribourg adapte son système politique à son extension. Ainsi, par la Lettre des Bannerets (1404), elle se donne une nouvelle constitution.

Mais dès le milieu du XVe siècle, la situation politique se dégrade. Fidèles de la Savoie et partisans des Autrichiens s’affrontent régulièrement, et ce durant plusieurs années. Devant une telle confusion, la ville se place sous la suzeraineté de la Savoie (1452-1477) et renouvelle l’important traité de combourgeoisie passé en 1403 avec Berne qui, pour sa part, rencontre des difficultés avec la Bourgogne. En effet, Charles le Téméraire reçoit en gage de l’Autriche des terres proches de l’Argovie bernoise (1469). Membre de la Ligue des cantons suisses depuis 1353, Berne va entraîner Fribourg dans une guerre contre le Téméraire et la Savoie, son alliée.

Au cours des XVe et XVIe siècles, Fribourg va se constituer un territoire pratiquement définitif en acquérant plusieurs seigneuries et villages, en participant à la conquête du Pays de Vaud (1536) et, toujours en compagnie de Berne, à la dissolution et au partage du Comté de Gruyère (1554-1555). En politique extérieure, Fribourg adopte une attitude modérée, influencée par la France, sa principale alliée. C’est d'ailleurs dans notre cité que sera signée, en 1516, la Paix perpétuelle entre la France et les cantons suisses, suite aux Guerres d’Italie, paix marquant le début d’une politique helvétique de neutralité.

Grâce à la fabrication et au commerce des lames de faux, des cuirs et surtout des draps, Fribourg connaît, sur le plan économique, une très grande prospérité. Les marchands fribourgeois sont au rendez-vous des grandes foires, notamment à Genève et Zurzach, et bénéficient également des avantages que constitue l’axe du Gothard, ouvert dès le XIIIe siècle. Mais au début des Temps modernes, la conjonction de plusieurs facteurs - baisse dans la qualité de production, guerres, mercenariat, développement de nouvelles voies commerciales, Réforme protestante, etc. - provoque le déclin de son industrie.

Sur le plan artistique, les arts connaissent aux XVIe et XVIIe siècles un brillant développement avec entre autres les œuvres des sculpteurs H. Geiler et H. Gieng (fontaines Renaissance), du peintre H. Fries, auteur de nombreux retables, sans oublier les créations de l’atelier des frères Reyff qui contribuèrent également à façonner l’image du « Fribourg artistique ». C’est aussi le temps de la Réforme à laquelle Fribourg résiste, se trouvant même entièrement entourée de pays protestants dès 1536. Participant activement à la « renaissance de l’esprit catholique », les jésuites s’engagent dès 1580 dans la fondation du Collège Saint-Michel, dont Pierre Canisius sera « l’âme » pendant dix-sept ans. D’autres communautés religieuses rejoindront peu après la Compagnie de Jésus, s’ajoutant à celles déjà établies dans notre cité au XIIIe siècle. C’est également à cette époque que sont imprimés à Fribourg les premiers livres (1585)

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

En train[modifier]

Fribourg se trouve sur la ligne de chemin de fer reliant Lausanne à Berne.

  • Depuis Lausanne: arrivée aux minutes 04 et 33.
  • Depuis Berne: arrivée aux minutes 25 et 54

En voiture[modifier]

Si vous arrivez de Genève, évitez de prendre l'A1 en direction de Berne car elle ne passe pas directement à Fribourg. Continuez jusqu'à Vevey pour bifurquer sur l'A12.

En autocar[modifier]

En bateau[modifier]

Circuler[modifier]

En transport public[modifier]

Le réseau de bus [2] est bien fourni. Le prix du billet est de 2.60 CHF pour toute l'agglomération fribourgeoise quelque soit le nombre d'arrêts pour un adulte (16 ans et plus) et 0.90 pour un enfant. Il est possible d'acheter une carte journalière valable un (4.50 jusqu'à 25 ans, puis 6.-) ou trois jours (7.- jusqu'à 25 ans puis 11.-). Des abonnements pour une semaine ou plus sont vendus à des prix avantageux à la Rue des Pilettes ou directement à la gare [3].

Le réseau de trains des CFF [4] est assez étoffé et permet de relier un bon nombre de gares du cantons.

Le canton est découpé en zones. Le prix du billet est calculé en fonction du nombre de zones traversées. Ce billet est valable autant pour un trajet en bus qu'en train.

En vélo[modifier]

Fribourg est une ville en pente et n'est pas à proprement parler la capitale du vélo. Parquer n'est pas non plus chose facile, excepté le grand parc à vélos de la gare.

En voiture[modifier]

Rouler en ville de Fribourg est assez aisé. Évitez cependant les zones d'engorgement aux heures de pointe (route des Alpes et quartier de la Cathédrale, route du Jura).

Visiter[modifier]

Cathédrale Saint-Nicolas peut être visitée le :

Lundi, mardi, mercredi et vendredi 9h00 à 18h00. Jeudi 9h00 à 14h30 et de 16h00 à 18h00 Samedi 9h00 à 17h30 Dimanche 14h00 à 18h00

Visite de la tour : La tour frontale de 74 mètres de haut est ouverte au public de la mi-juin à la fin septembre. Vous devrez gravir les 365 marches pour arriver au sommet. Vue somptueuse sur Fribourg

Horaires de visite de la tour : Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi 10h00-12h00 et 14h00-17h00 Jeudi 10h00-12h00 Dimanche 14h00-16h00

Tarifs : Adultes CHF 3.50 Etudiants / AVS CHF 2.50 Enfants de 6 à 14 ans, individuels et groupes CHF 1. Les billets sont en vente directement à la Cathédrale St-Nicolas.

Faire[modifier]

Parcs[modifier]

Apprendre[modifier]

On compte près de 10 000 étudiants à Fribourg. Sont recensés, 3 universités, 3 collèges, des écoles secondaires (que l'on nomme "cycle d'orientation"), et des écoles primaires.

L'Unipop et l'École-Club Migros offrent une grande palette de cours pour tous. Aucun diplôme requis.

Travailler[modifier]

Acheter[modifier]

Fribourg compte plusieurs centres commerciaux, dont Pérolles Centre et Fribourg Centre.

Un certain nombre de boutiques, agences de voyages, cabinets de médecins et d'avocats sont présents sur le Boulevard de Pérolles.

Les Rue de Romont et Rue de Lausanne sont marchandes, piétonnes et mènent de la Gare à la Cathédrale Saint-Nicolas.

  • Boutique Chocolat Villars, Route de la Fonderie 2, +41 (0) 26.426.65.49, [5]. Villars, qui était dans Fribourg depuis 1901, a un magasin/café qui vend seulment les choses Villars (c'est la seule en Suisse). En plus des barres aux chocolats et napolitaines qui sont disponsibles dans tout le pays, on peut acheter les bonbons ganache (avec fruit, épices, etc) et autres chocolats frais. On peut y rester pour un pause café ou chocolat chaud; aussi disponibles sont les grains de café Villars, livres sur chocolat, et autres choses intéressantes. C'est ouvert presque 9-17 Lundi-Vendredi et 9-12 Samedi (voir le website).  edit

Manger[modifier]

  • le Café des Arcades, 1, Place des Ormeaux, un café-comptoir-restaurant situé à proximité de la cathédrale de Fribourg. Cet établissement du Quartier du Bourg a vu le jour il y a plus de 140 ans. Vous aimerez son accueil chaleureux et sa cuisine de qualité où les mets préparés avec soin tiennent la vedette. Avocats, artistes, journalistes, politiciens, étudiants, retraités, midinettes et touristes lui donnent ce caractère hétéroclite et vous plonge dans l'ambiance typique des cafés qui font le charme de Fribourg.
  • le Café du Midi, 25 rue de Romont, propose une succulente fondue
  • le Café populaire, 9 rue Rue St. Michel, propose une cuisine moderne à des prix fort intéressants
  • le Sauvage, place de Planche Supérieure, propose une cuisine très soignée, imprégnée des saveurs locales, rapport qualité-prix appréciable (compter 60 à 70 CHF pour un menu)
  • Le Pérolles, Boulevard de Pérolles, est l'un des meilleurs restaurants gastronomiques de Suisse (17/20 au Gault-Millault)
  • le kiosk à côté de la place de jeu

Boire[modifier]

Fribourg est le siège de la brasserie Cardinal [6] depuis 1788, cette bière est servie dans tous les bars de la ville. 2011-2012, la brasserie Cardinal n'a pas pu être sauvée, elle est actuellement en phase de destruction, il devrait subsister le musée Cardinal, à sa place devrait voir le jour un parc technologique... la bière de marque Cardinal existe toujours, elle est brassée en suisse allemande par la brasserie Feldschlösschen à Rheinfelden. (BL)

Si vous voulez aller boire un verre sur l'une des plus belle terrasse de la ville, aller au café du((( PUB Belvèdère à la Rue du Stalden. PUB )))) La vue sur la basse ville et la rivière, appelée "La Sarine" est superbe.

Dormir[modifier]

Communiquer[modifier]

Téléphone[modifier]

  • Indicatif régional: 026
  • Depuis l'étranger: +4126

Internet[modifier]

  • Cybercafé Matrix, rue St-Pierre 12
  • LAGAVULIN, rue de Romont 23

Sécurité[modifier]

En dehors des services de gendarmerie, une équipe de policiers est particulièrement mobilisés en tant que Police de proximité [[7]], dont l'un des buts principaux est la prévention chez les jeunes. Ces policiers utilisent à cet effet un véhicule avec une décoration unique.

Partir[modifier]

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites