Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Dole

De Wikitravel
Jura : Dole
Aller à : Navigation, rechercher

Dole est une ville française située dans le Jura en Franche-Comté. Les habitants de Dole sont appelés les Dolois.

Présentation[modifier]

Capitale de l'ancienne Comté, située au bord du Doubs et du canal du Rhône au Rhin, au pied de la forêt de Chaux (2ème forêt de France). Ville d'Art et Histoire, Dole vous offira un patrimoine de 43 monuments historiques, dans un secteur sauvegardé de 114 hectares. C'est la ville natale de Louis Pasteur.

Situation[modifier]

  • Altitude 194 m
  • 27 000 habitants
  • Paris 360km, Dijon 45km, Besançon 45km, Genève 149km, Pontarlier 87km
  • Autoroutes A36 et A39
  • Gare routière, SNCF (TGV), transport urbain Dolebus, Aéroport Dole Tavaux

Histoire de la Ville[modifier]

C'est sur une corniche calcaire qui surplombe de Doubs que la ville a été implantée (Dole signifie "petite hauteur")(il manque une référence). Au XIème siècle, le comte de Bourgogne décide d'y construire un château afin de surveiller le trafic sur la rivière. La population va se fixer autour de ce château. Au XIIIè siècle, Dole est la capitale de La Comté, et vit un véritable âge d'or. En 1386 on y verra un parlement, plus tard une université. Mais la ville (comme toute La Comté) est bien souvent victime de pillages et de tentatives de conquête (notamment de la part de la France et de la Suisse). Elle sera assiégée par le roi de France en 1479 sans succès, Charles-Quint la fortifia en 1530. Finalement, le traité de Nimègue en 1698 rattache la Comté à la France, et fait de Besançon la capitale de la Franche-Comté. Au XIXe siècle, la ville de Dole connaît une industrialisation tardive et les nouvelles constructions se situent à la périphérie du centre ancien. Celui-ci est fort peu transformé. En 1967 est crée le secteur sauvegardé. Ses 114 hectares permettent de protéger toute la vieille ville et ses abords.

Arriver[modifier]

En train[modifier]

  • SNCF ligne Paris - Dijon - La Suisse
  • SNCF ligne Paris - Besançon avec liaisons TGV quotidiennes et directes vers Paris (2h)
  • SNCF depuis Lille
  • SNCF depuis Turin - Milan - Venise (Italie)
  • SNCF depuis Eurodisney (Marne-la-Vallée)
  • SNCF depuis Roissy

En voiture[modifier]

  • RN 5 Dijon - Genève
  • RN 73 Chalon - Besançon
  • A 36 Beaune ( A 31/ A 6 )
  • Mulhouse ( A 35)
  • A 39 Dijon ( A 31/ A 38)
  • Bourg-en-Bresse / Lyon ( A 40)

En avion[modifier]

  • Aéroport régional Dole-Tavaux
  • Lyon + voiture ou train
  • Paris + voiture ou TGV
  • Genève (Suisse) + voiture ou train

En bateau[modifier]

Canal Rhin-Rhône, rejoignant à 17 km des infrastructures à grand gabarit ( 1500 tonnes). Dole est le port le plus important sur le Doubs (le fleuve).

Circuler[modifier]

On peut tout visiter à pied, et même aller un peu plus loin pour les randonneurs (Mont-Roland par exemple).

En voiture[modifier]

Une grande partie du centre ville est piéton. Mais il est bordé de parkings plus ou moins payants (les parkings gratuits se trouvent notamment Place Grévy - le sousterrain - et derrière le théâtre). A Dole, la voiture ne va vous servir qu'à en partir ...

En vélo[modifier]

La ville fait régulièrement des efforts pour améliorer la circulation des cyclistes. Circuler à vélo, si vous prennez les bons itinéraires, est très agréable : traversée de parc, passerelle piétonne, zones piétonnes. En longeant le canal du Rhône au Rhin, vous pouvez faire de jolies ballades sans croiser de voitures. Itinéraires de VTT dans le coin, notamment en forêt de Chaux.

En bus[modifier]

douze lignes de bus : http://www.reseau-tgd.fr

A voir à Dole[modifier]

L'hôtel Dieu (XVIIème siècle)[modifier]

Actuellement il abrite la médiathèque : Site internet

Le Musée des Beaux-Arts[modifier]

> Site internet

Bâtiment du XVIIIème siècle. Vous pourrez y voir :

  • scultures bourguignonnes et comtoises du moyen-âge au XVIIIème siècle
  • peintures françaisses des XVIIèmes et XVIIIèmes siècles (Vouet, Lefèvre, Allegrain, Patel )
  • écoles italienne et nordique (l'Albane, Maître de Saint Gilles, Van Boucle )
  • Histoire de Dole et du Comté de Bourgogne (Van der Meulen, Martin des Batailles et Martin des Gobelins)
  • Egypte ancienne
  • découvertes archéologiques du Jura, du néolithique à l'époque mérovingienne
  • art contemporain, des années 60 autour de la Figuration Narrative et des Nouveaux Réalistes

L'Atelier Pasteur[modifier]

Indispensable, les deux sites sont excellents. Tout est sur le site internet.

Églises, chapelles, et couvents[modifier]

  • La Collégiale Notre-Dame (1586) : style gothique, mobilier rennaissance en marbre ploychromes. Grand orgue (1754) de Karl Joseph Riepp. En été, on peut monter au clocher, et sont organisées des visites guidées.
  • L’église Saint-Jean l'Évangéliste (1964)
  • Chapelles et couvents : Nombreuses chapelles et couvents datant des XVIe et XVIIe siècles. En 1635, Dole comptait 1 religieux pour 14 habitants. Vous pourrez visiter la chapelle des frères des écoles chrétiennes, la chapelle des Carmélites et celle du Refuge. Aussi : Le cloître des Cordeliers (39, rue des Arènes); le jardin et le cloître de la Visitation (avenue Aristide Briand); le cloître des Tiercelines (12, rue Boyvin - s’adresser au salon de coiffure “ Acropole ”).

Hôtels particuliers et escaliers[modifier]

Vous trouverez en vous promenant nombre d'hôtels particuliers et belles maisons qui ont été conservés jusqu'à nos jours (XVIe au XVIIIe siècle) :

  • Hôtel de Vurry (7 rue de Besançon) : Portail en pierres polychromes et escalier construit sur la cour, il est enserré dans une tour ronde ou polygonale.
  • Hôtel Froissard (7, rue Mont-Roland - XVIe siècle) : façade et escalier en fer à cheval intégré au corps de logis sur rue et laissant assez de place pour le passage de la voiture vers la cour (où se trouvaient écuries et communs).
  • Escalier Matherot de Preigney (XVIIIe siècle)
  • Escalier de l'hôtel Rigollier de Parcey
  • Portail de l’hôtel de Champagney (20, rue Pasteur)
  • Hôtel Laborey de Salans (22, rue Mont-Roland) à la façade composite
  • La cour intérieure de l’hôtel de Reculot (13, Grande rue) avec la belle rampe en fer forgé de l’escalier.

Places et fontaines[modifier]

Au Moyen-Âge l'alimentation de la ville était assurée par les sources qui jaillissent au bas de la ville et les puits creusés dans les grands axes, les cours des hôtels particuliers et les cloîtres des couvents. En 1678, la Comté entre dans le Royaume de France. Louis XIV décide alors de faire de Besançon la nouvelle capitale de la province, aux dépends de Dole. Les remparts sont aussi détruits alors qu’à Besançon, Vauban construit la citadelle. Cette destruction des remparts est l’occasion pour la ville de s’étendre et de créer de vastes espaces, jardins et places. Le Cours Saint Mauris, la place Neuve (actuelle place Grévy), la place d’Armes (actuelle place Précipiano) sont crées à cette époque. Plusieurs fontaines sont édifiées dans la partie haute de la cité. C’est ainsi que l’on construit la fontaine Ratez (à l’angle de la rue du collège de l’Arc et de la rue de la monnaie), la fontaine Attiret (rue des Arènes), la fontaine du Dauphin (rue de la Sous-Préfecture), la fontaine du Lion (actuellement cours Saint-Mauris)… A la fin du XVIIIe siècle, on construit une fontaine monumentale ornée d’une statue de Louis XVI en pied, sur la place principale de la ville (sur l’actuelle place Nationale), contre le flanc nord de l’église. Elle a été rebaptisée fontaine de la Paixun peu plus tard. Au XIXe siècle, on cherche à aérer la ville et à améliorer la circulation. C’est ainsi que la disparition d’un îlot d’habitations a permis la création de l’actuelle place aux fleurs, agrémentée de la fontaine à l'enfant, œuvre du sculpteur Rosset.

Cicuit des fontaines[modifier]

Départ du cours Saint Mauris.

  • Fontaine du lion, cours Saint Mauris
  • Grande Fontaine appelée encore la Fontaine des lépreux (entrée de ce lavoir souterrain : rue Pasteur)
  • La place Nationale : la fontaine de la Paix, la fontaine Lumineuse et le marché couvert
  • Fontaine de la place aux fleurs
  • Fontaine Attiret, rue des Arènes
  • Place Barberousse
  • Fontaine de l’Hôtel de Ville et place de l’Europe
  • Fontaine derrière le Théâtre cours G. Clémenceau
  • Fontaine Ratez, à l’angle de la rue du collège de l’Arc et de la rue de la monnaie
  • Fontaine du dauphin, rue de la sous-Préfecture

A voir en pays Dolois[modifier]

Poligny[modifier]

Sur la N5 à 36 km de Dole et 60 km de Besançon par la N83. Gare TGV de Mouchard à 18 km. Bus pour Lons-le-Saunier, Besançon et Dole.

Collégiale St-Hippolyte (15e s.) - Eglise Notre-Dame de Mouthier-le-Vieillard du 12e s. et cloître des Ursulines du 17e s. - Eglise des Jacobins du 13e s.

  • Belvédère de la croix du Dan
  • Grottes de Moidons, d'octobre à mars,(Tèl. 03.84.51.74.94).

Arbois[modifier]

Charmante petite ville perdue au milieu des champs de vignes sur la N83 à 50 km de Besançon et 9km de Poligny, à 9 km de la gare TGV de Mouchard. Réputée pour ses qualités œnologiques, elle n’est pas la capitale du vin pour rien et son site qui incite à la promenade, vous serez enchanté de votre passage.

  • Site de l’office du tourisme
  • Site de la ville
  • Visites guidées gratuites de la ville et de l'église Saint-Just avec montée au clocher (XVIème siècle - 209 marches).
  • Maison de Louis Pasteur, visite guidée de la maison telle qu'elle était à sa mort en 1895, 83 rue de Courcelles, Tél. 03.84.66.11.72.
  • Musée de la vigne et du vin au Château Pécauld : témoignage sur la place de la vigne dans le pays d'Arbois et sur l'évolution du travail du vigneron. Tél. 03.84.66.40.45.
  • Reculée des Planches: paysage typique dans une vallée en cul de sac fermée par des amphithéâtres rocheux atteignant 245 mètres et due à des effondrements et à l’érosion de ruisseaux souterrains.
  • Grottes des Planches, visite guidée de 1h de la rivière souterraine en activité due à un phénomènes d'érosion. Site archéologique et galerie d'exposition. Tél. 03.84.66.13.74.
  • Le cirque du fer à cheval et le belvédère.


Mouchard[modifier]

Salins-les-Bains[modifier]

Situé sur la D472, 8 km après la bifurcation de Mouchard, comme son nom l’indique la ville a un grand passé lié au sel et à son exploitation. La visite à ne pas manquer est sans aucun doute celle des « Salines Royales » situées en plein centre ville. Vous découvrirez toute la technologie d’obtention du sel à partir de saumure chauffée dans de grands bacs, ainsi que les conditions de travail épouvantables que devaient subir les ouvriers. Ville thermale, sources d’eau salée, détente et remise en forme. Fabrique de faïence, exposition, vente.

La visite de ce site ne peut s’achever sans un détour par Arc-et-Senans dans le région de Besançon pour comprendre toute l’importance du sel sur la vie des hommes.

A voir dans le Jura[modifier]

Voir la rubrique du Jura

A voir en Franche-Comté et proche Bourgogne[modifier]

Voir les département du Doubs, le Territoire de Belfort et de la Haute-Saône.

Informations utiles[modifier]


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites