Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Discussion:Égypte

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher

J'ai mis des extraits d'un guide que j'avais déjà rédigé pour d'autres lecteurs, je remanierai l'ensemble plus tard...

Pour quelqu'un qui s'y connaitrait mieux que moi, ou qui voudrait prendre la suite, ou pour me servir de pense bête... :

  • il serait bon de rajouter quelquepart (mais où) un article relatif à la monnaie (cours et évolution des cours) : c'est utile dans le cas de l'Egypte où les cours on beacoup évolués récemment et où il est très important d'avoir toujours de la petite monnaie sur soi.
  • dans le tableau qui spécifie les langues parlées (je n'ose pas y toucher, ça ne m'a pas l'air très simple) : dans les coins touristiques l'anglais est parlé par pas mal de monde mais c'est rarement le cas du français. Hors ce qui est écrit dans le tableau le laisse croire.
A ajouter dans la section "Parler". Allez-y ! Yann 30 mar 2004 à 02:07 (EST)
  • Je ne m'y connais pas en crédit d'image mais la carte n'est pas top (elle n'indique pas les oasis, par exemple). Michmaa

Ce n'est pas facile de trouver des cartes dont la licence permette de l'inclure dans Wikitravel. Ce n'est pas non plus si facile de dessiner une carte, mais Lancez-vous ! Yann 30 mar 2004 à 02:07 (EST)

Antiquités[modifier]

La version anglaise fait la distinction entre "antiques" (agées de 100 ou 200 années environ) et "antiquities" (du temps où l'Egypte avait sa propre langue et les Pharaons régnaient). Comment dit-on ça en français? -phma 27 jul 2005 à 09:45 (EDT)

Salut Pierre, j'ai bien l'impression que nous n'avons qu'un seul mot en français pour les deux cas. --David 27 jul 2005 à 10:23 (EDT)

Contenu à intégrer[modifier]

Informations et conseils :

  • Peuples et ethnies : Berbères, Bédouins, Nubiens.
  • Indicatif téléphonique du pays : 20
  • Capitale : Le Caire, agglomération de près de 18 millions d’habitants, la ville seule, 7,2 millions, Giza, 1,8 millions (indicatif téléphonique de zone: 2);
  • Principales villes : Alexandrie (4 000 000 hab; ind. tél.: 3), Louxor (700 000 hab.; ind. tél.: 95), Port-Saïd (ind. tél.: 66), Suez (ind. tél.: 62), Assouan (1 600 000 hab.; ind. tél.: 97).
  • Décalage horaire : GMT/UTC + 2, soit 1 heure d'avance sur Paris. L’horaire d’été existe mais les dates de changement n’étant pas les mêmes, l’heure est parfois identique pendant quelques jours entre la France et l’Égypte.
  • Poids et mesures : le système métrique est en vigueur.
  • Courant électrique : 220 Volts, 50 Hz, prises à deux fiches rondes de type européen. Attention cependant, les trous sont parfois trop étroits (comme autrefois en France) et on peut avoir besoin d'un adaptateur.
  • Transports : En ville : taxis, métro, tramways, bus et calèches.
  • Tourisme : L'Organisme de promotion touristique a pour objectif d'établir un plan pour le développement du tourisme, en encourageant les investissements, en préservant l'environnement, en soutenant le développement durable et en distribuant les terres par le biais d'un comité ministériel. Il joue un rôle dans la réhabilitation des régions se trouvant autour des sites historiques. Ce fut le cas à Alexandrie en ce qui concerne le site de Pharos, la forteresse de Qaït Baï, le projet de Kom el-Dick, ainsi qu'au Caire dans le projet de la cité de Fostat, la région de la mosquée de Amr Ibn El-As, l'église de Al-Mouallaqa et le temple juif, l'embellissement et l'élargissement de la rue des pyramides.

En raison de son rôle dans la protection de l'environnement, l'Organisme a établi des zones écologiques et des zones d'isolation, tout en introduisant des activités touristiques ayant un impact limité sur l'environnement dans la région de la mer Rouge. Il a créé plusieurs sites touristiques importants tout le long du Golfe d'Aqaba, Taba, Nouéba, Dahab et Charm El-Cheikh, et en mer Rouge, Sahl Haschich, le golfe de Macay, Abou Soma et El-Gouna. Sur une partie des terrains soumis à la supervision du ministère du Tourisme, des stations balnéaires ont été construites comprenant principalement des hôtels de 3 à 5 étoiles, avec un potentiel de plus de 30.000 chambres et des installations comme des terrains de golf, des ports d'attache et des centres de plongée sous-marine.

  • Séjour en Egypte : Un passeport en cours de validité (valable 6 mois après la sortie du pays) ainsi qu'un visa sont obligatoires. A partir de l’âge de 15 ans, il est impératif d’être titulaire d’un passeport à son nom. Le visa s'obtient en 24 h, son prix est de 25 €. Il est valable 3 mois, durée de séjour maximum 1 mois. Se rendre au Consulat d'Egypte munis de deux photos d'identité et du passeport.

Depuis le mois de mai 2002, pour les Français et les Belges, il n'est plus obligatoire d'avoir de passeport pour se rendre en vol direct sur l’Égypte. Avoir une carte d'identité sécurisée (plastifiée), puis obtention du visa sur place à l'aéroport (penser à avoir des photos d'identité). Une photocopie du passeport ou de la CNI peut être utile en cas de perte ou de vol.

  • Bagages : Attacher sur chaque bagage une étiquette comportant à l’aller l’adresse du lieu de séjour, au retour l’adresse du domicile. Mettre une seconde étiquette collée à l’intérieur. Emporter, en plus du bagage principal, un petit sac de voyage qui permettra lors d’excursion de 2 ou 3 jours de laisser la valise pour n’emporter que le minimum. Ne pas mettre dans les bagages enregistrés d’articles fragiles, périssables ou de valeur. Fermer les bagages à clef.

Garder dans les bagages à main la trousse de toilette avec un minimum de rechange, les médicaments ainsi que les papiers (sauf ciseaux, coupe-ongles... qui seront refusés par la sécurité aux aéroports).

  • Limitations en douane : Il est strictement interdit de sortir des antiquités.

Droit à l'importation : 200 cigarettes, 25 cigares, 200 grammes de tabac, 2 litres d'alcool, 1 litre de parfum, articles divers n'excédant pas 500 Livres Égyptiennes. Les bijoux de valeur doivent être déclarés.

  • Achats : L'Égypte est un paradis pour ceux qui raffolent des souvenirs de voyage bon marché, voire kitsch ! On peut faire une orgie de pyramides en albâtre, de chats pharaoniques en onyx, de papyrus peints, de portefeuilles ornés de dieux et de déesses.

Si on a peu de chances d'acquérir de véritables antiquités, on trouve en revanche de beaux échiquiers, des ustensiles en bronze et en cuivre, des tapis, des bijoux en or et argent, des objets d'artisanat en cuir, des instruments de musique, des parfums, des épices...

  • Moyens de paiement : Devise : Gineh ou Livre Égyptienne (LE ou EGP, Egyptian Pound)

Une livre se divise en 100 piastres. Billets de 10, 25 et 50 piastres, de 1, 5, 10, 20, 50 et 100 Livres. Les pièces ne sont presque plus utilisées (sauf dans les transports en commun). Taux de change au 25/05/2003 : 1 € ≈ 7,14 LE. Banques : ouvertes de 8 h à 14 h du dimanche au jeudi. Distributeurs automatiques dans les grandes villes. Les cartes de crédit sont acceptées dans un nombre de plus en plus grand de banques et magasins mais le montant est majoré d’un pourcentage. Il est interdit d'importer et d'exporter la monnaie locale.

  • Pourboires : En Égypte le “Bakchich” est une institution nationale et pour beaucoup d'Égyptiens une façon de gagner leur vie. Garder à cet effet les petites coupures.

Les gardiens de mosquées et de temples antiques, les personnels, le guide local, le chauffeur, sont sensibles à un geste, mais sans obligation... Sujet d’agacement : les demandes répétées des enfants, habitués à recevoir. S’abstenir de donner quoi que ce soit et évincer les quémandeurs avec un sourire.

  • Histoire (petit résumé): Bien avant Ménès (Narmer), qui vers 3000 av. J.C., réunit les deux états de Haute et Basse-Egypte et permit l'avènement de l'ère la plus fabuleuse de cette ancienne civilisation, l'Egypte couvre plus de cinquante siècles d'histoire :
    • - Epoque paléolithique
    • - Epoque néolithique (environ 10000 avant JC)
    • - Epoque énéolithique (environ 5500 avant JC)
    • - Epoque prédynastique (environ de l'an 5500 à l'an 3000 avant notre ère )
    • - Egypte pharaonique :
    • Epoque thinite ou archaïque (environ -3000 à -2670)
    • Ancien Empire (-2670 à -2195)
    • Première période intermédiaire (-2195 à -2065)
    • Moyen Empire (-2065 à -1781)
    • Deuxième période intermédiaire (-1781 à -1550)
    • Nouvel Empire (-1550 à -1069)
    • Troisième période intermédiaire (-1069 à -664)
    • Basse époque (-664 à -332)
    • - Epoque grecque (-332 à -30)
    • - Epoque romaine (-30 à 395 après JC)
    • - Epoque copte ou byzantine (395 à 641)
    • - Epoque islamique (658-1517)
    • - Epoque ottomane (1517-1882)
    • - Protectorat Britannique et royauté (1882-1952)
    • - La République Egyptienne (1953-...)
      Quelques dates récentes :
      1922 - Découverte du tombeau de Toutankhamon dans la Vallée des Rois.
      1952 - Coup d'état d'un groupe d’officiers menés par Gamal Abdel Nasser. L'occupant anglais accepte le fait accompli et Farouk, roi fantoche, quitte le pays.
      1953 - Proclamation de la République.
      1956 - Le colonel Nasser accède au pouvoir. Nationalisation des terres et départ massif des étrangers. En octobre, crise du canal de Suez entre l'Égypte, la France et la Grande-Bretagne.
      1967 - Israël attaque par surprise l'Égypte et réduit à néant son aviation (guerre des Six-Jours).
      1970 - Décès de Nasser qui est remplacé par Anouar el-Sadate.
      1973 - L'armée égyptienne lance une attaque contre Israël pendant la fête du Yom Kippour.
      1979 - Signature des accords de Camp David. L'Égypte reconnaît l'état hébreu et Israël accepte de quitter le Sinaï.
      1981 - Assassinat de Sadate au cours d'un défilé militaire par un extrémiste musulman. Le vice-président, Hosni Moubarak, lui succède.
      1989 - L'Égypte réintègre la ligue Arabe.
      1997 - Attentat de Louxor qui fait 62 morts dont 58 touristes. Condamnation unanime de la classe politique, y compris le parti des Frères musulmans.
      1999 - Après plus de 4 ans de fouilles tenues secrètes, le Conseil supérieur des Antiquités annonce la découverte d'une nécropole contenant plus de 200 momies dans l'oasis de Bahareya, dans le désert occidental égyptien. Hosni Moubarak est réélu à l'élection présidentielle.
      2000 - Réuni au Caire en octobre, le sommet extraordinaire de la Ligue arabe est solidaire du soulèvement palestinien, mais le gouvernement égyptien évite toute rupture avec l'État hébreu. L'Égypte garde donc son rôle d'acteur privilégié dans l'espoir de paix au Proche-Orient.
  • Géographie: L'Égypte multiplie les extrêmes : pays arabe le plus peuplé, 90 % de sa population habite dans une bande de terre fertile qui longe le Nil, 24 kms dans sa plus grande largeur près du Fayoum, en moyenne 10 kms, mais peut n’avoir qu’une centaine de mètres. Le reste du territoire est désertique.
      Au sud, le Nil se heurte à une barrière montagneuse; à mesure qu'il se dirige vers le nord, le paysage devient de plus en plus plat et désertique.
      Au nord du Caire, la vallée se transforme en un vaste delta de 200 km de large, semblable à un grand éventail fertile plongeant dans la Méditerranée.
      A l'est de la vallée se trouve le désert d'Arabie, à l'ouest le désert de Libye, plateau aride ponctué de formations géologiques bizarres et d'oasis luxuriantes.
      A l'est, par delà le canal de Suez, s'étend la péninsule du Sinaï, extension du désert d'Arabie, où le mont Sainte-Catherine culmine à 2 642 m.
      Si l'Égypte est à 94 % désertique, elle n'en abrite pas moins divers écosystèmes qui se sont adaptés à des conditions particulièrement hostiles : lotus, papyrus, palmiers, tamaris, acacias, jacarandas, poincianas, mangroves...
      Côté faune, on dénombre environ 430 espèces d'oiseaux et une centaine de mammifères, au nombre desquels les dromadaires, les ânes et les gazelles...
      On comptait auparavant une variété extraordinaire de grands mammifères (léopards, oryx, hyènes, lynx du désert...), aujourd'hui anéantis par la chasse. Très à leur aise, en revanche, 34 espèces de serpents, des scorpions et quelques crocodiles du côté d'Assouan.
  • Climat : Le climat de l’Égypte est exceptionnel et se résume à deux mots : chaud et sec. L’air y est particulièrement sec et salubre, et seul le Nil fait qu’on n’y retrouve pas totalement le climat saharien. En hiver, la température est douce et les gelées nocturnes sont exceptionnelles. Mis à part les mois de janvier, février et mars, parfois assez froids dans le nord, les températures moyennes avoisinent 20° sur la côte méditerranéenne (maximales 31°) et 28° à Assouan (maximales 50° !). Dans le désert, les extrêmes sont de rigueur - incandescent le jour, glacial la nuit.

Devenue sensiblement plus humide depuis la construction du haut barrage, la Haute Égypte ignorait pratiquement la pluie dans l’Antiquité, au point que celle-ci apparaissait comme un présage, en général funeste, aux yeux de ses habitants. Le Delta et surtout le cordon littoral connaissent une moins grande sécheresse. Pendant l’hiver, de violentes ondées transforment la région en marécages, mais ces précipitations restent encore assez rares (la moyenne au Caire est de six jours de pluie par an). Alexandrie est la ville égyptienne qui reçoit le plus de précipitations, environ 19 cm/an, tandis qu'Assouan ne reçoit qu'environ 10 mm tous les cinq ans. Au printemps sévit assez souvent le khamsin, un vent sec, chaud et très poussiéreux , souffle brûlant des déserts du Sud-est. A la vitesse de 150 km/h, il arrache les feuilles des arbres et donne au ciel une teinte orange foncé; l'air se charge de poussière ce qui rend la respiration oppressante. Pendant cette saison, l’Égypte connaît quelques violents orages, symbolisés par le dieu Seth. En été, la température est élevée, mais une brise régulière du nord rafraîchit l’atmosphère, si bien que cette chaleur sèche est plus supportable qu’une chaleur humide. Ce grand soleil, cette chaleur sèche n’ont pas été sans influencer sur les mœurs des anciens Égyptiens : le besoin de vêtements ne se faisait guère sentir, mais la perruque était utile pour se protéger des rayons du soleil; les bains et les soins de la toilette rafraîchissaient l’épiderme, tandis que les fards, les cosmétiques, les parfums protégeaient la peau et les yeux de la réverbération solaire, et masquaient l’odeur de la transpiration. C’est aussi pour recueillir quelque fraîcheur que l’on construisait en briques épaisses, que l’on travaillait sous les vérandas, que les gens aisés cachaient leurs demeures dans la verdure des jardins.

  • Vêtements & accessoires : Légers toute l'année, de préférence en coton aux formes amples. En hiver (de novembre à fin février) prévoir un pull pour les soirées parfois assez fraîches (5° à 10°). Les tenues trop courtes ou trop décolletées sont à éviter (surtout lors de visites de mosquées).
      Avoir de bonnes chaussures confortables (à talons bas); préférer des mocassins, plus faciles à enlever et remettre que des chaussures à lacets (il faut se déchausser pour visiter les édifices religieux).
      Avoir également des lunettes solaires et un chapeau, et pour la gente féminine, un foulard pour couvrir les cheveux. Pratique, un porte-bouteille d’1,5 l d’eau (consommation minimum à envisager : une bouteille par jour et par personne).
      Ne pas oublier le sac de couchage (indispensable pour les nuits sur felouque) et une paire de jumelles ainsi qu’une lampe de poche pour certains sites.
      Et bien sûr, appareil photographique et caméra (ticket-droit d’utilisation sur de nombreux sites à prévoir, voir tarifs en fin de ce chapitre), sans oublier pellicules et piles de rechange.
  • Hygiène : Pour un séjour sur felouque, préférer un shampooing sec, petit savon, mouchoirs en papier ainsi que des lingettes (pour le visage, les toilettes intimes, ...).
  • Santé : Aucune vaccination n’est obligatoire. Mais il est recommandé d’être à jour des vaccins antitétanique et contre les hépatites.
    • Paludisme: zone de transmission faible. Sous réserve de consulter au retour en cas de fièvre, il n’est pas nécessaire de prendre de traitement préventif. Prévoir des mesures de protection anti-moustiques (bombe insecticide, essence de citronnelle).
    • Parasitose intestinale : très fréquentes surtout lorsque l'on se baigne dans le Nil. Consulter éventuellement son médecin avant de partir pour se faire prescrire des médicaments en cas d'éventuels problèmes intestinaux.
    • Rage : existante.
    • Eau : potable, mais l'eau du robinet est à proscrire (nombreux problèmes de pollution du réseau), l’eau minérale (en bouteilles capsulées) est conseillée ou prévoir des comprimés à écraser d’hydro-clonazone, désinfectants pour l'eau.

Attention donc à la déshydratation, aux troubles digestifs très fréquents, aux coups de soleil et aux mycoses. Pollution élevée dans la ville du Caire.

    • Infrastructures sanitaires : bon équipement hospitalier. Corps médical de qualité, mais disparate.
  • Trousse médicale : Penser à emporter carte de groupe sanguin et les ordonnances médicales avec les médicaments. Attention aux suppositoires qui fondent.

Garnir la trousse avec des ciseaux, pince à épiler (échardes), épingles de nourrice, (sauf si on garde la trousse en bagage de cabine), coton, boule Quiès, aspirine NON effervescente, tricostéril pré-découpé, sparadrap en rouleau, collyre...

  • Arts: La culture musicale est omniprésente en Égypte. La musique classique a connu son apogée dans les années 50, incarnation du nationalisme qui fit alors du Caire le cœur du monde arabe. Emblème et star, Oum Khalsoum, dont les chansons d'amour et les qaÒæyed (longs poèmes) exprimaient au mieux l'identité collective.

La musique populaire a connu un renouveau dans les années 70 avec Ahmed Adawayya, qui a lancé un style de musique appelé el-gîl (la génération). Autre héritage d'Adawayya, le shaabi, beaucoup plus cru et provocant, est considéré comme le véritable vecteur de la classe populaire égyptienne. La danse, institutionnalisée au Moyen Age sous la forme des ghawazee, assez semblables à nos troubadours, changea de nature au XIXème siècle avec l'arrivée des premiers voyageurs: les autorités religieuses, offusquées de voir des musulmanes danser devant des “infidèles”, les taxèrent si lourdement qu'elles se prostituèrent pour survivre. La danse du ventre ne regagna un semblant de crédibilité qu'avec l'arrivée du cinéma, mais elle n'est toujours pas “respectable”. L'industrie égyptienne du cinéma, autrefois si vivante qu'elle s'exportait dans tous les pays arabes, est actuellement en sommeil, victime d'une lourde imposition et de la censure, avec une exception de taille, Youssef Chahine.

  • Religions : Environ 90 % des égyptiens se réclament de l'Islam, fondé au début du VIIème siècle par Mahomet et introduit en Egypte en 642. La prière représente une partie essentielle de la vie quotidienne du croyant, que le muezzin (et maintenant les hauts-parleurs) appelle cinq fois par jour du haut des minarets. L'autorité religieuse suprême est le sheikh d'Al-Azhar, dont le rôle est de définir la ligne officielle de l'islam sur... à peu près tout.
      Les Coptes (7 %) forment la principale minorité religieuse. Avant l'arrivée de l'islam, le christianisme était la religion prédominante dans le pays, l'un des premiers à avoir embrassé cette nouvelle foi. Les Coptes sont la résultante d'une scission de l'église orthodoxe d'Orient. Longtemps voués à la vie monastique, ils constituent aujourd'hui une élite cultivée (dont le représentant le plus connu est l'ancien Secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros-Ghali) et une minorité économiquement puissante. Les mariages interreligieux sont prohibés, mais les deux communautés cohabitent de manière assez pacifique.
  • Festivités : Les fêtes religieuses varient suivant le calendrier lunaire (Baîrams, Aïd el-Kebir, Mouled el-Nabi). Le calendrier islamique étant plus court que le calendrier grégorien, les fêtes religieuses reculent de 11 jours environ tous les ans. Le ramadan est respecté quoique beaucoup d'égyptiens tentent de contourner la règle du jeûne en modifiant leurs heures de veille. L'abstinence et le manque de sommeil rend les gens parfois irritables à cette période. Mais le ramadan est aussi un temps magique pour faire des rencontres et participer aux nombreuses fêtes qui débutent à la rupture du jeûne.

En 2002 le Ramadan a débuté le 5 novembre.

    • Principales fêtes :

- L'Aïd el-Fitr (petit Baïram), fête de 3 jours marque la fin du Ramadan; - L'Aïd el-Kebir (grand Baïram), qui marque la période du haj, ou pèlerinage à la Mecque; - 1er janvier : Nouvel An (banques seulement); - en janvier : marathon de Louxor et de Guizeh; Fête du printemps. - 22 février : Jour de l’Unité - le Sham an-Nessim (“senteur de la brise”), fête copte d'origine pharaonique, le premier lundi après la Pâque copte, célébrée par tous les égyptiens ; - 25 avril : anniversaire du Sinaï (restitution par Israël); - 1er mai : Fête du Travail; - 18 juin : Fête de la République; - 23 juillet : Fête Nationale, anniversaire de la Révolution; - 6 octobre : Fête des Forces Armées, journée nationale fériée marquant la victoire remportée sur Israël en 1973; - 24 octobre : Fête de Suez; - Octobre : Rallye des Pharaons. - Octobre et février : Festival culturel d'Abou Simbel. - Novembre : commémoration de la découverte des tombes pharaoniques; - 23 décembre : Fête de la Victoire. Enfin, les moulid, mélange de foire et de fête religieuse, qui célèbrent l'anniversaire d'un saint local et donnent lieu à une débauche de couleurs, de nourriture, de spectacles, de bénédictions, de circoncisions publiques. Au chapitre des événements culturels cairotes, le Festival de musique arabe (début novembre), la Foire du livre (janvier), le Festival international du film (début décembre), le Festival de théâtre expérimental (septembre).

  • Horaires d'ouverture : En Égypte, les bureaux et administrations sont fermés le vendredi, jour de la prière collective. Les magasins sont ouverts de 9 h à 14 h et de 17 h à 20 h, mais la journée continue est assez fréquente dans les sites touristiques et dans les grandes villes. De nombreux magasins ferment le dimanche, surtout dans les grandes villes.

En général, les musées sont ouverts de 9 h à 16 h sauf le vendredi pendant la prière, entre 11 h 30 et 13 h 30. Pour ce qui concerne les monuments et sites archéologiques, les horaires varient en fonction des endroits. Les grandes mosquées, considérées comme des monuments, sont ouvertes à la visite de 8 h à 17 h mais mieux vaut éviter, par correction, les heures de prière, (aurore, midi, vers 16 h, coucher du soleil et soir), et notamment la prière du vendredi midi. Les églises et monastères sont ouverts en principe tous les jours, sauf pendant les messes, les périodes de carême et les grandes fêtes chrétiennes.

  • Adresses utiles, en France :
    • Office de Tourisme d'Egypte

90, avenue des Champs Elysées, 75008 Paris Tél : 01 45 62 94 42 Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 16 h. Minitel : 3615 EGYPT www.ot-egypte.com

    • Ambassade d'Egypte

56, avenue d'Iéna, 75016 Paris Tél : 01 53 67 88 30 Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 13 h et de 15 h à 17 h.

    • Consulat d'Egypte

58, avenue Foch, 75016 Paris Tél : 01 45 00 77 10 Dépôt des demandes de visas du lundi au vendredi entre 9 h 30 et 11 h 30 et retrait le lendemain entre 14 h et 15 h.

    • Centre culturel Égyptien

111, boulevard Saint Michel, 75005 Paris Tél : 01 46 33 75 67 Ouvert du lundi au samedi de 16 h à 21 h. Doté d'une belle bibliothèque spécialisée, le Centre propose également des exposition ainsi que des sessions d'apprentissage de l'arabe.

    • Institut du Monde Arabe

1, rue des fossés Saint Bernard, 75005 Paris Tél : 01 40 51 38 38 L'Institut du Monde Arabe dispose d'un musée, d'une bibliothèque et organise souvent des projections de films arabes et notamment égyptiens.

  • Adresses utiles, au Caire :
    • Ambassade de France

29, rue de Giza Tél : (2) 570 39 20

    • Centre Culturel Français

1, rue Madraset al-Houqouq, Munira, Garden City Tél : (2) 355 37 25

    • Office du tourisme: 5, rue Adly, Centre Ville

Tél : (2) 391 55 90

    • Air France : 2, place Taalat Harb, Centre Ville,

Tél : (2) 575 88 99

    • Égypt Air : 6, rue Adly, Centre Ville,

Tél : (2) 390 24 44

  • Adresses utiles, à Alexandrie :
    • Consulat de France

2 Midan Orabi, Mansheya, Alexandrie Tél : (3) 483 56 15

  • Adresses utiles, à Louxor :
    • Banque et change:

American Express, près du Sofitel Winter Palace, ouvert de 8 h à 20 h.

    • Office du tourisme:

Il est situé dans le complexe “Tourist bazar”.

    • Poste centrale :

Elle se trouve à l'entrée de la rue de la gare, derrière le temple de Louxor.

  • A lire : Il existe une multitude d’ouvrages concernant l’Égypte. Parmi ceux-ci :

- Prix Nobel de littérature, Naguib Mahfouz est l'auteur, entre autre, d'une trilogie qui retrace la saga d'une famille dans les quartiers du Caire (Impasse des deux palais, Le Palais du désir et El-Sokkerya). - Un infidèle en Égypte (Seuil, 1994), d'Amitav Ghosh, est proche de l'œuvre anthropologique. Outre son style chaleureux et drôle, ce récit dans un village du delta fourmille de merveilleuses observations. - Pour aborder l'histoire, l'Égypte ancienne (Seuil, Point/Histoire, 1996) est une petit ouvrage présenté et écrit par des spécialistes. Robert Solé, dans Égypte, passion française retrace les relations entre les deux pays. - L'islam est bien traité dans le livre de Joseph Burlot, La Civilisation islamique (Hachette, 1990), qui décrit l'histoire du monde islamique, et dans celui d'André Miquel, l'Islam et sa civilisation, VIIe-XXe siècle (Armand Colin, 1991). - Léon l'Africain (Lattès, 1992), l'ouvrage d'Amin Maalouf, évoque Le Caire de la période Ottomane, où le héros se trouve confronté aux événements tumultueux de l'époque. - Dans le roman d'Andrée Chédid, Le Sixième Jour (J'ai lu, 1998), que Youssef Chahine a porté à l'écran, la vieille Oum Hassam lutte pendant six jours pour sauver son petit-fils du choléra. - Sans oublier le prolifique Christian Jacq.

  • Monuments, Temples, Tombeaux et Musées : avec prix d'entrée, en LE; photo/caméra (prix entre parenthèses).
    • Alexandrie :

Catacombes de Kôm-el-Chouqafa 20,00 Fort Qaït Bey 20,00 Musée Gréco-Romain 30,00 Jardins du Palais de Montazah 2,00 Colonne de Pompée 10,00 Amphithéâtre Romain 10,00

    • Abu Simbel :

Temple de Néfertari 20,00 Temple de Ramsès II 30,00

    • Assouan :

Jardins Botaniques 5,00 Haut Barrage 2,00 Musée de Nubie 35,00 Musée d’Assouan 20,00 Temple de Kalabsha 20,00 Temple de Philae 35,00 Sons & Lumières de Philae 33,00 Tombeaux des nobles 12,00 Obélisque inachevé 20,00

    • Le Caire :

Musée Agricole 0,10 Citadelle 35,00 Musée Copte 30,00 Papyrus Institute du Dr. Ragab's 4,00 Village Pharaonique du Dr. Ragab's 50,00 Musée Égyptien des Antiquités 40,00 Momies royales (supplément) 70,00 Musée d'Art Islamique 16,00 Musée de Mahmoud Khalil 25,00 Musée de Mohammed Nagui 10,00 Musée de Makhtar 1,00 Musée national d'art moderne égyptien 10,00 Panorama Guerre d'Octobre 10,00 Pyramides de Giza 40,00 Khéops 100,00 Khéphren 20,00 Mykérynos 25,00 Musée du Bateau Solaire 35,00 Musée Ferroviaire 1,50

    • Près du Caire :

Saqqara 35,00 Memphis 25,00 Dachour 20,00

    • Hurghada :

Musée de biologie marine 5,00 Aquarium de la Mer Rouge 5,00

    • Louxor :

Temple de Karnak 40,00 Sons & Lumière (temple de Karnak) 33,00 Temple de Louxor 35,00 Musée de Louxor 35,00 (10,00/100,00) Musée de la Momification 35,00 (10,00/100,00) Colosses de Memnon

    • Vallée des rois (trois parmi ceux ci-dessous) 55,00

Ramsès I (N° 16) (5,00/100,00) Ramsès III (N° 11) (5,00/100,00) Ramsès IV (N° 2) (5,00/100,00) Ramsès V (5,00/100,00) Ramsès VI (N° 9) (5,00/100,00) Ramsès VII (N° 1) (5,00/100,00) Ramsès IX (N° 6) (5,00/100,00) Séti II (N° 15) (5,00/100,00) Amenhotep II (N° 35) (5,00/100,00) Tausert/Sethnakht (N° 14) (5,00/100,00) Merneptah (N° 8) (5,00/100,00) Touthmosis III (N° 34) (5,00/100,00) Saptah (N° 47) (5,00/100,00)

    • Visite individuelle

Ay 10,00 (5,00/100,00) Temple d'Hatshepsout 20,00 Ramesseum 20,00 Medinet Habu 20,00 Deir-el-Medina 20,00 (5,00/100,00) Temple de Séti Ier 20,00 Tombeau de Toutankhamon (N° 54) 70,00 (Interdit)

    • Vallée des reines

Titi, Amenherkhopshef, Kahemwaset 20,00 (5,00/100,00) Néfertari 100,00 (Interdit)

    • Tombeaux des nobles

Nakht , Menna 20,00 (Interdit) Rekmirê , Sennefer 20,00 (5,00/100,00) Ramosê , Userhet, Khaemhet 20,00 (5,00/100,00) Khons , Userhet , Benia 20,00 (5,00/100,00) Pabasa 20,00 (5,00/100,00) Keref, Anchhor 20,00 (5,00/100,00) Région de Khokha 20,00 (5,00/100,00) Roy, Shroy 20,00 5,00/100,00) Abydos 20,00 Dendera 20,00 Esna 15,00 Edfu 35,00 Kôm Ombo 20,00 Sinai : Parc National de Ras Mohammed $10,00 Monastère de Ste Catherine $10,00 Tarifs au 15 novembre 2004; certains datent déjà un peu et peuvent donc être légèrement plus élevés.

copie[modifier]

Le chapitre cuisine me semble être une copie de [1]. Dom 28 juillet 2006 à 15:43 (EDT)

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues