Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Clérey-la-Côte

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher

Clérey-la-Côte est une commune française, située dans le département des Vosges et la région Lorraine.

La mairie est le siège de la Communauté de communes des Côtes et de la Ruppe

Ses habitants sont appelés les Clercycurtiens.


Géographie[modifier]

Clérey-la-Côte se situe au nord-ouest du département des Vosges, précisément à la frontière avec la Meuse et la Meurthe-et-Moselle, comme en témoigne le Site des 3 bornes situé dans la forêt. C'est curieusement le seul endroit où trois départements lorrains se côtoient.
Le village fait partie du canton de Coussey, dans une région rendue célèbre par Jeanne d'Arc puisqu'il est à 7 km de Domrémy-la-Pucelle. Il est aussi à 55 km de Nancy par Colombey-les-Belles, et à mi-chemin entre Toul et Neufchâteau. Le site gallo-romain de Grand se situe à 23 km.

De superficie modeste, la commune occupe une position à flanc de coteau exposée plein sud, sur une côte culminant à 427 mètres où s'ouvre un panorama unique sur la vallée. Elle fait partie des Côtes de Meuse, considérées comme une véritable portion de Méditerranée en Lorraine, d'où la présence d'une faune et d'une flore parfois typiques du climat méditerranéen. De nombreuses sources y prennent naissance, dont la source Saint-Mathieu.

Histoire[modifier]

Les traces de la période préhistorique sont rares avec quelques outils taillés découverts dans la région, mais le village était présent à la période romaine et portait le nom de Clareium ad Rupem, la voie romaine allant de Lyon à Trèves passant à proximité.

Malgré sa faible population, ce village, autrefois nommé Clairey-la-Côte, avait deux châteaux dont des vestiges sont encore visibles rue du Bois et au-dessus de l'église. Deux seigneurs régnaient encore à la veille de la Révolution, M. de Cholet de Saint-Martin et le Baron de Saint-Amand.

Une épidémie de choléra a fait de nombreuses victimes qui ont été entassées dans un trou muré dans la forêt encore visible aujourd'hui.

La production d'un vin bien apprécié (clairet) était la principale activité du village, grâce à ses coteaux exposés plein sud, avec une production de 500 hl pour 25 hectares de vignes en 1889, une rue porte même le nom d'un vigneron (Tysopin).

Mais au début du XXModèle:E siècle, les vignes furent abandonnés suite à la crise du phylloxera et à la concurrence des vins bon marché du sud, certaines descente de caves de maisons anciennes témoignent de ce passé vinicole.

Les Allemands arrivèrent les 19 et 20 juin 1940 de la Meuse par la route de Sauvigny. Clérey-la-Côte abritait quelques maquisards.

Aujourd'hui subsiste un bouilleur de cru, Georges Fresnais. La tempête de 1999 fit de lourds dégats dans la forêt. Le maire Jean-Louis Schmit fit venir des bûcherons suédois et reçut l'ordre du mérite agricole ; il fit beaucoup pour le village mais décéda en mai 2003.

Quelques dates 
  • 1763 : Construction de l'église avec saint Mathieu pour patron
  • 1869 : Les habitants se cotisent pour construire un beffroi et achètent les cloches
  • 1821 : Construction du lavoir
  • 1851 : Construction de la mairie/école

Administration[modifier]

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
Depuis 2003 Daniel Fresnais
-2003 Jean-Louis Schmit Décédé en cours de mandat
Les données antérieures ne sont pas encore connues.

Démographie[modifier]

Évolution démographique
1710 1773 An XIII 1830 1866 1962 1968 1975 1982 1990 1999
28 30 204 260 167 71 72 68 66 56 45
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Curiosités[modifier]

La situation particulière de ce village permet la production de Mirabelles, fruit typique de la Lorraine.

L'exposition de son coteau a également permis la production d'un vin bien apprécié

Moncourt[modifier]

Près du village se situait l'ancienne localité de Moncourt, détruite lors de la Guerre de Trente ans et dont il ne subsiste aujourd'hui que la chapelle datant du XIIIModèle:E siècle.

Bien que située en Meuse sur le territoire de Sauvigny, la chapelle fut achetée par les habitants de Clérey-la-Côte comme bien national. Ce lieu de culte fut la demeure de nombreux ermites.

Cette chapelle dédiée à saint Gibrien était le centre d'un pélerinage, saint Gibrien étant invoqué par ceux qui ont perdu un membre ou qui sont coupables d'insouciance religieuse.

La source qui y coule aurait des vertus contre les maladies intestinales, elle est au centre de nombreuses croyances : par exemple, si on posait un vêtement horizontalement sur la fontaine et qu'il tombait au fond, la guérison était assurée.

De nombreuses tombes mérovingiennes sembleraient se situer autour mais aucune fouille n'a été effectuée à ce jour.

Liens externes[modifier]

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues