Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Bolivie

De Wikitravel
Aller à : Navigation, rechercher
Bolivie Drapeau
Plaza Murillo, La paz
Localisation
Capitale Sucre (capitale)
La Paz (siège du gouvernement)
Superficie 1 100 000 km²
Population 10 millions (2010)
Monnaie boliviano (BOB)
Langue Espagnol (officielle)
Quechua (officielle)
Aymara (officielle)
Religion Catholicisme 95 %
Protestantisme
Électricité 220V/50Hz, prise type K
Indicatif tél. +591
Fuseau horaire UTC-4


La Bolivie est un pays d'Amérique du Sud, frontalier du Pérou au nord-ouest, du Brésil au nord-est, du Paraguay au sud-est, de l'Argentine au sud et du Chili au sud-ouest. La Bolivie partage avec le Pérou le contrôle du lac Titicaca, le plus haut lac navigable du monde (3800 m).


Comprendre[modifier]

Géographie[modifier]

Climat[modifier]

Histoire[modifier]

Population[modifier]

Fêtes et jours fériés[modifier]


Régions[modifier]

Carte de la Bolivie
Altiplano (La Paz, Oruro, Potosí)
Bolivie sub-andine (Cochabamba, Chuquisaca, Tarija)
Plaines tropicales (Santa Cruz, Beni, Pando)








Villes[modifier]

Autres destinations[modifier]

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

Deux aéroports internationaux, La Paz et Santa Cruz de la Sierra. Celui de La Paz est à 4200 m d'altitude. Il est fréquent que les touristes connaissent les premiers symptômes du mal des montagnes en mettant le pied sur la passerelle. Dans la mesure du possible, il vaut mieux commencer son voyage par Santa Cruz. Peu de compagnies désservent la Bolivie depuis l'Europe. Il faut envisager une escale en Argentine, au Brésil ou ailleurs sur le continent sud-américain.

En bateau[modifier]

Des bateaux touristiques relient Puno, au Pérou, à la Bolivie en traversant le lac Titicaca.

En train[modifier]

Il y a peu de lignes de chemin de fer qui relient les différentes villes du pays. Tous les trajets se font principalement en avion ou en bus. Il est toutefois possible de se rendre au Brésil avec le tren de la muerte (train de la mort).

En autocar[modifier]

Depuis l'Argentine[modifier]

Des bus relient Salta en Argentine à La Quiaca, la ville-frontière côté argentin (7 h, 50/80 pesos (semi-cama/cama)). Le terminal de bus est à 15 minutes de marche du poste-frontière. Côté bolivien, 10 minutes de marche en plus vous conduiront au terminal de bus de Villazón. De là, des bus relient Tupiza sur une route non goudronnée (3 h, 10 Bs), Tarija, Potosí et La Paz (24 h, 80/100 Bs).

Depuis le Brésil[modifier]

Depuis le Chili[modifier]

Des transports occasionnels ou des tours organisés dans le Salar de Uyuni depuis San Pedro de Atacama peuvent vous déposer à Uyuni.

Depuis le Paraguay[modifier]

Bus fréquents depuis Asuncion. Départs autour de 20h pour une vingtaine d'heures de trajets jusqu'à Santa Cruz. Prix: 250 000 Guaranis pour toutes les compagnies. Il est donc fortement conseiller d'aller faire un tour dans le terminal et d'observer les bus de chaque compagnie afin d'en choisir une bonne. Valeur sûre: Nuestra Señora de la Asuncion (NSA), qui comporte un autre avantage: l'achat du billet peut se faire par internet.

Depuis le Pérou[modifier]

Une route longeant le lac Titicaca part de Juliaca/Puno au Pérou et arrive à Copacabana en Bolivie, d'où l'on peut rejoindre La Paz. Si vous arrivez de nuit, la frontière est fermée ; vous pourrez alors passer la nuit dans le petit village de Yunguyo côté péruvien, puis passer la frontière à pied et prendre un micro de l'autre côté pour rejoindre Copacabana. Préparez-vous à patienter : les chauffeurs attendent généralement que le bus soit plein avant de partir.

En voiture[modifier]

Lors du passage de la frontière, il est obligatoire de souscrire à une assurance temporaire. Un permis d'importation valable 30 jours est délivré par la douane.

Circuler[modifier]

En avion[modifier]

Les lignes intérieures sont largement utilisées car les voyages routiers sont très longs. Il y a plusieurs compagnies dont Aero Sur, la plus grande. Les horaires des vols sont souvent modifiés. Il faut confirmer son vol 24h avant... et téléphoner à nouveau peu avant le départ car il arrive souvent que les avions partent ... en avance.

En train[modifier]

Il est encore possible de se rendre de Oruro à Uyuni en train et aussi d'aller de Uyuni à Tupiza.

En autocar[modifier]

C'est le moyen le plus efficace de se déplacer. Il y a des bus partout, pour toutes les destinations. Pour se déplacer entre les grandes villes, le plus simple est de se rendre à la gare routière où il y a plusieurs départs par heure. Le tarif est très bas et les bus sont en général très confortables et propres.

En voiture[modifier]

Le permis de conduire international est obligatoire, la location d'une voiture est possible dès 25 ans.

La signalisation routière est fort éloignée des normes européennes.

Dans les grandes villes, les taxis sont très fréquents. Certains ne font qu'un certain parcours et vous payerez alors un prix unique. Tandis que d'autres sont des taxis "normaux". Pensez à toujours vous mettre d'accord sur le prix de la course avant d'entrer dans le taxi au risque de vous faire arnaquer (surtout avec les taxis "normaux"). Quelques exemples :

  • de l'aéroport de Sucre au centre-ville : ~8 Bs
  • dans Sucre : ~5 Bs
  • de l'aéroport de Santa Cruz "Viru Viru" au centre-ville : ~50 Bs

Limitations de vitesse :

  • Route : 80 km/h
  • Ville : 40 km/h ramenée à 10 km/h à l'approche des écoles

Parler[modifier]

La Bolivie compte trois langues officielles : l'espagnol (souvent appelé castellano), le quechua et l'aymara. Dans les zones rurales, les amérindiens ne parlent souvent que quelques rudiments d'espagnol. La Bolivie est un bon pays pour apprendre l'espagnol car les habitants le parlent lentement et distinctement.

Acheter[modifier]

La monnaie officielle est le boliviano souvent abrégé en Bs. En septembre 2009, 1 € =~ 10 Bs.

On trouve des billets de 200, 100, 50, 20 et 10 Bs, des pièces de 5, 2, 1 Bs et 50, 20 et 10 centavos (1 boliviano = 100 centavos).

On peut échanger des euros, des dollars américains et la plupart des monnaies d'Amérique du Sud dans les casas de cambio (bureaux de change) nombreux dans les zones touristiques. Les dollars américains sont couramment acceptés dans les hôtels, les boutiques touristiques et pour les gros achats.

Tissés ou tricotés, les vêtements multicolores font partie des objets les plus souvent achetés. N'emportez pas de pull ou écharpe ; il y en a sur place en alpaga ou lama qui vous tiendront chaud sur l'Altiplano. Pensez aux ponchos et mantas pour vous protéger du vent.

Pour les plus frileux ou pour ceux qui préfèrent un "look plus traditionnel" il existe des échoppes fabriquant des polaires synthétiques pour quelques euros dans la rue Sagarnaga (par exemple à côté de l'agence Europa Tours) de La Paz. Les guides locaux s'équipent là-bas. Si vous avez deux ou trois jours devant vous, vous pourrez même choisir vos propres coloris !

Pour les personnes qui auraient le "mal des montagnes", une bonne adresse pour les feuilles de coca : se rendre a la basilique San Francisco, incontournable lieu de prière et de dévotion ; sympathiser avec les petits marchands ambulants. Si vous êtes "sympatico", pour 5 Bs, ils vous vendrons un petit sachet de feuilles de coca avec la pâte d'"amorçage", effet garanti pour 3 jours (à consommer avec modération même s'il n'y a pas d'accoutumance). Surtout ne pas en rapporter en France ; cela peut vous coûter cinq ans de prison. Interdit en France alors qu'en Bolivie une utilisation quotidienne est recommandée pour éviter la sensation de faim et surtout les troubles dûs à l'altitude. Plus efficace que l'aspirine et autres substances de la médecine moderne.

Manger[modifier]

Deux restaurants incontournables quant au prix. On mange pour 35 Bs au Paladar Brasileiro, Av Saavedra (près du Radisson Hotel). Beaucoup d'étudiants et de travailleurs tertiaires de la zone.

Une autre adresse se situe au restaurant La Tranquera (resto du Camina Hotel Real). Carte et buffet variés.

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Apprendre[modifier]

Travailler[modifier]

Sécurité[modifier]

À La Paz[modifier]

  • Informez-vous sur les quartiers à ne pas fréquenter. Certains quartiers sont "réputés" pour les vols à la tire.
  • Évitez également de faire confiance à quelqu'un qui vous propose spontanément son aide sans que vous ne le lui demandiez alors que vous êtes dans un lieu plutôt désert. En effet, certaines personnes, voulant soi-disant vous aider, tenteront de vous écarter de la circulation pour vous extorquer plus facilement.
  • Enfin, ne laissez pas vos poches sans surveillance et préférez le rangement de votre argent dans une poche intérieure. Un bon truc pour ne pas attirer l'attention est de ranger votre monnaie dans votre poche de pantalon et vos billets dans une poche intérieure. La monnaie suffisant bien souvent pour un petit achat, vous pourrez payer facilement, rapidement et discètement la personne.

Santé[modifier]

  • Évitez de boire l'eau du robinet, sauf si vous avez des pastilles de chlore pour la traiter. Attention aussi aux nombreuses boissons telles que la Chicha qui sont presque toujours faites à base d'eau du robinet. Pour laver les fruits, vous pouvez utiliser de la poudre de permanganate de potassium. Dans la plupart des cas, les risques encourus se limitent à l'apparition de germes intestinaux provoquant problèmes de digestion et diarrhées. Cependant il y a également des risques d'hépatite A notamment. En cas de fièvre, consulter au plus vite un médecin compétant.
  • Si vous restez sur l'Altiplano, vous ne risquez pas le paludisme. En revanche si vous comptez aller dans les parties basses, il est fortement conseillé de prévoir avant de partir un traitement préventif anti-paludéen tel que le Malarone. Ceci est d'autant plus vrai en été, période humide (novembre à avril). Différents types de paludismes existent, aussi avant de partir, renseignez-vous bien auprès de médecins spécialisés sur les médicaments à prendre selon la zone géographique où vous séjournerez.
  • Si vous arrivez directement à La Paz, vous serez à 3000 m environ et les premiers jours pourront être difficiles (essoufflements, maux de tête, voire petits vertiges). Il n'y a pas grand-chose à faire, sauf d'éviter de faire des efforts pendant quelques jours. Le « mal de l'altitude » est fréquent surtout les premiers jours. Le repos et la feuille de coca à mâcher sont les remèdes incontournables.
  • Les vaccins obligatoires ou conseillés (par ordre d'importance) : DTP, fièvre jaune, hépatites A et B, typhoïde. Le vaccin contre la rage n'est pas obligatoire et peut parfois entraîner des complications. Il n'immunise pas contre la maladie, mais en retarde le temps d'incubation. La rage est généralement transmise par morsure, ou par léchage d'une plaie. En cas de doute, consulter au plus vite un médecin. Les premiers symptômes sont des douleurs et engourdissements à l'endroit de la blessure, suivis par la mort au bout de quelques jours / quelques semaines (la durée dépend de la distance entre la plaie et les centres nerveux, et varie aussi selon les individus).

Respecter[modifier]

Communiquer[modifier]

Afin d'éviter les surprise du retour de vacances, je vous conseille d'acheter une carte prépayée (plusieurs operateurs). Un plus pour l'opérateur historique Entel. Juste prévoir un téléphone (cela regorge chez chaque habitant européen) que vous avez préalablement fait débrider (désimlocker pour les puristes) et, pour 50 Bs, vous aurez le choix du n° parmi moult cartes Sim disponibles. De plus, une réserve de 50 minutes de communications locales est integrée à la puce.


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites