Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Barneville-Carteret

De Wikitravel
Europe : Europe de l'Ouest : France : Basse-Normandie : Manche : Barneville-Carteret
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Marina de carteret

Barneville-Carteret est une station balnéaire de France, située dans le département de la Manche, sur la Côte des Isles.

Située face aux îles Anglo-Normandes (Écréhou à 12 km, Jersey à 22 km, Sercq à 40 km, Herm à 45 km, Aurigny à 45 km, Les Minquiers à 45 km, Guernesey à 55 km), et de Chausey à 55 km, Barneville-Carteret est une station balnéaire appréciée d’une clientèle cosmopolite : Français, Anglais et Jersiais, Belges et Néerlandais.

Avec 1578 résidences secondaires, une capacité hôtelière de 151 chambres et 600 emplacements de camping, on estime la population estivale à 12 000 personnes. La population touristique est attirée, entre autres, par le port de plaisance (311 postes en bassin, 60 places visiteurs et 95 places en échouage).

L'activité de la pêche est importante et diversifiée depuis le port de pêche : poissons (barbue, tacaud, roussette), mais surtout crustacés (araignées, tourteaux et homard). Les activités sont nombreuses : baignade et activités nautiques, pêche à pied (sur la plage de Barneville, à marée basse dans les rochers ou le sable, il est possible de récolter des patelles, des coques, des buccins, des bigorneaux, des crabes, des étrilles, des crevettes… À la pointe de Carteret, il est possible de trouver des vives.), randonnée dans les dunes, golf et cheval…

Depuis 1993, le Pavillon Bleu d'Europe distingue Barneville-Carteret (plages et port), pour la qualité environnementale dont elle est dotée. La commune est station balnéaire classée par décret du 18 décembre 2002 et dénommée « commune touristique » depuis octobre 2009.

Plusieurs villes dans une seule[modifier]

Les cabanes accrochée à flanc de falaise sur la plage de la Potinière
Le Cours des archers du Roy, dans le bourg de Barneville
Le littoral nord-ouest du Cotentin vu depuis les hauteurs du Cap de Carteret
Les résidences secondaires à Barneville-plage

La station est en fait une commune regroupant plusieurs villages et zones urbaines différentes.

Le port de Carteret et son bourg (ex-Carteret)[modifier]

Sur le port, vous trouverez la plupart des restaurants et des hôtels ainsi que les commerces touristiques: cinéma, épiceries traditionnelles, gastronomie, sandwicheries, étals de pêcheurs (en projet), sports nautiques (aviron et voile), prêt à porter de luxe, boutiques de souvenirs, bars à thème, port de plaisance, yacht-club, magasins d'accastillage... La plage de la potinière, posée dans une crique avec ses charmantes cabines accrochées à flanc de falaise et son bar-restaurant, se trouve tout au bout du port. Certains soir en été, le bar organise des soirées festives électroniques avec les DJ sur la plateforme et le public sur la plage. La fréquentation à atteint jusqu'à 3000 personnes l'an dernier, la moyenne d'âge va de 15 à 30 ans. Presque un air d'Ibiza !

Le bourg de Barneville (ex-barneville-sur-mer)[modifier]

Centre officiel de la commune, le bourg c'est la vieille ville avec ses remparts et son église fortifiée de la guerre de cents ans. C'est ici que se situent les grandes surfaces, la zone industrielle et les commerces de proximité (centres commerciaux, maison de la presse, tabac, salons de coiffures, pharmacie, boulangeries, PMU, agences immobilières, pressing, garages automobiles, chantier naval...). Le grand marché s'y installe le samedi, c'est une institution, très fréquentée où l'on est sur de pouvoir rencontrer tout le monde et n'importe qui. En revanche, pas n'importe quoi, on y étale les produits frais du coin, de la mer comme de la terre: cidre, calvados, produits de Jersey, carottes de Créances, Homard de Carteret, navets et salades des jardins de St-Pierre-d'Arthéglise, fromage de Coutances, huîtres de Denneville ou pommes des vergers de La-Haye-d'Ectôt, faites votre choix, il y en a pour tous les goûts ! Allez-y plutôt à pied, trouver une place de parking libre tiens de la mission impossible et les embouteillages (en pente pour la plus part) y sont devenus récurrents.

Le Cap de Carteret (ex-Carteret)[modifier]

Petit "Beverly Hills" local, on a construit sur le cap une zone résidentielle qui surplombe toute la côte, les villas de luxe valent plusieurs centaines de milliers d'euros. La vue est magnifique depuis la corniche. Une partie du cap est toutefois protégée, c'est la que se situe le sémaphore, la maison-phare, l'antenne relais de l'armée ainsi que le superbe sentier de randonnée appelé "Chemin des douaniers" qui permet d'aller de la plage de la potinière à celle de la vielle église en ruines en marchant au dessus des falaises restées sauvages. Avec un peu de chance, on y croise des chèvres et boucs en liberté ainsi que l'ancien corps de garde des douaniers du XIXe siècle...

Barneville-Plage (ex-Barneville-sur-mer et ex-Saint-Jean-de-la-rivière)[modifier]

Comme son nom l'indique, c'est "LA" zone balnéaire de la commune qui longe la grande plage de sable fin de 10km allant jusqu'à la ville de Portbail. N'étant encore qu'une vaste étendue de dunes il y a 50 ans, Barneville-plage s'est aujourd'hui urbanisé sur plus de 4 km. On y trouve toutes les infrastructures de vacances populaires, ses pins, son sable qui déborde sur la route et tous ses pavillons secondaires et de locations où se mélangent cris d'enfants qui jouent, odeurs de barbecue, verres de pastis, petits bateaux à moteur et soleil couchant, donnent à la station un air d’Arcachon, voire même l'ambiance du film "Camping", avec de nombreux "Franck Dubosc" en puissance! En effet, Barneville-plage c'est tout d'abord le royaume du camping, 5 au total, toutes avec piscine et presque collés les uns aux autres.

Puis, il y a le golf, immense, dans lequel on se demande comment l'herbe peut être aussi vaste puisqu'il est construit sur du sable. Dans le même secteur, à mi-chemin entre le sable de la mer qui se termine et la terre du bocage qui commence, se trouve le centre équestre LYPCA, maison-maître du cheval, on peut faire aussi bien une promenade en étalon sur la plage, qu'un peu de poney dans un manège pour les enfants ainsi que regarder un tournoi de Horse-ball ou encore une séance de sauts d'obstacles. Tous les ingrédients sont vraiment là, n'oublions pas les terrains de tennis, les rosalies, le terrain de pétanque et son association, quelques bars restaurants et boutiques au centre, le centre-aéré, le square, le club de natation pour apprendre à nager au petit dernier, le festival du Cerf-Volant en juillet, le rugby de plage avec son terrain gonflable en août...

Enfin, et ce serait un tort de ne pas en parler : La plage à marée basse pardi ! C'est le paradis du pêcheur à pied. Juste pour s'amuser ou pour préparer le repas du soir, avec une bonne paire de bottes, un crochet et un panier on est sur de ramener quelque chose. En effet c'est l'un des meilleurs endroits pour s'y adonner, la mer découvre une gigantesque plateforme rocheuse sur plusieurs kilomètres. On pourrait croire, à s'y méprendre, que l'île de Jersey devant nous est accessible à pied !

Le village du Tôt[modifier]

Le petit fleuve de la Gerfleur et le village du Tôt

C'est un tout petit hameau plein de charme consrtuit sur l'estuaire de la gerfleur, qui sépare le bourg de Barneville, le port de Carteret et Barneville-plage. Temoin de l'architecture typique (maisons en pierre), le village du Tôt a été rendu célèbre par la fameuse "Mère Denis" qui y lavait linge au lavoir et aussi parce que Nicolas Dutot (qui tire son nom du hameau), célèbre économiste de l'époque moderne y a passé son enfance. A la belle époque, dans les années 30 et ensuite, Barneville-Carteret fait partie des stations balnéaires des "bains de mer" et des "premiers congés payés". Le petit fleuve qui borde le village, la Gerfleur, est navigué par les plaisanciers à bord de radeaux ou de petits canoé. Beaucoup de citadins en villégiature passent par le Tôt pour y découvrir le terroir local, les habitants et la douceur de vivre. Le village devient alors un lieu représentant de la vie simple, sans modernisme ni industrialisation où il n'y a pas de petites économies, ainsi que le goût du travail bien fait (essentiellement l'artisanat, manuel et traditionnel). Le village ne sera jamais industrialisé ou modernisé (à part Internet et électricité). Il gardera cette image et cet aspect jusqu'à nos jours.

A la libération, une ancienne garde barrière, Jeanne Marie Le Calvé, s'installe au village et se reconvertit en lavandière (une des dernières de France). Cette mère de famille sera remarquée en 1972, par les publicitaires de la marque Vedette qui lui donneront le sobriquet de « mère Denis » et viendront tourner leurs pubs au village du Tôt.

La renommée de la philosophie de la mère Denis et du hameau lui même traversent les frontières. Aujourd'hui, le site est toujours resté à son état de hameau, l'urbanisation nouvelle est encore à plus de 400 mètres.

Histoire[modifier]

Église St-Germain de Barneville-bourg, fortifiée pour accueillir les habitants lors des raids anglais de la guerre de cent ans
Rommel en inspection sur le Cap de Carteret, le 16 janvier 1944

L’histoire de Barneville-Carteret commence à la préhistoire avec un regroupement d'hommes de néandertal qui trouvent refuge dans les grottes du Cap de Carteret. Les premières traces d'urbanisation remontent à l'époque romane (XIe et XIIe siècles), Carteret (le port) et Barneville (le bourg) sont alors deux villes biens distinctes. L'une est un port modeste, dont la date est incertaine, l'autre est une ville fortifiée, qui repousse plusieurs fois les anglais lors de la guerre de cent ans.

Entre les deux, à l'embouchure du fleuve la "Gerfleur", se crée un petit village dont l'histoire commence au XVIe siècle, le "Tôt", qui était le lieu vie de laboureurs, aussi occasionnellement pêcheurs. Ce sont eux qui construisent les plus vielles maisons que l'on peut encore voir au village. À cette époque, les toits des maisons sont en chaume. Vers le XIXe, des tendeurs de basse-eau s'installent. Pêcheurs sans lignes ou embarcations qui installent à marée basse des filets sur les rochers de l'estran. Leur arrivée va contribuer à créer l'identité du village. En plus de l'activité de la pêche à pied, l'agriculture croît à la fin du siècle. En plus du labourage, les paysans créent des vergers où ils cultivent les pommes. Pour la cuisine ou pour le cidre. À cette époque, on y construit le fameux lavoir, sur la Gerfleur ainsi qu'une petite halte sur la Ligne de Carentan à Carteret, encore debout aujourd'hui et réhabilitée en maison d'habitation. De nos jours, cette ligne de chemin de fer est empruntée par le Train touristique du Cotentin.

Il s’établit alors, outre la pêche et l'agriculture plusieurs petits métiers artisanaux exercés par les habitants qui ne sont ni pêcheurs, ni agriculteurs : Lavandière, garde-barrière ou encore charpentier de marine, comme Adrien Dutot, le père de Nicolas Dutot, économiste fondateur de l'étude quantitative des phénomènes économiques qui passa son enfance au village.

Autour on commence à construire, il y avait déjà l’église fortifiée et les remparts au bourg, ensuite le port et... c'est l'époque des bains de mer. Les connexions avec Jersey commencent et les loisirs aussi : On construit un Casino à Barneville-plage, seul avec son hôtel, en plein milieu des dunes ! Barneville et Carteret vont croître doucement, chacune de leur côté et devenir des destinations assez prisées à partir de 1936 avec les congés payés.

Pour peu de temps, car arrive alors de la Seconde Guerre mondiale. la station balnéaire fut à la fois un des chantiers du mur de l'atlantique considérés comme prioritaires par Erwin Rommel et le lieu d'une opération stratégique importante de l'armée américaine en juin 1944 lors de la bataille de Normandie, quelques jours après le Débarquement des alliés. en effet, car c'est par le ciel de Barneville-Carteret, que les avions C-47 transportant les troupes aéroportées ont pénétré au dessus du territoire français dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Témoins vivants de ce glorieux passé : les sites historiques (parfois cachés), la vieille ville, les remparts, les villas et châteaux Belle-Époque du Cap rappellent au visiteur la richesse d’une cité dont l’authenticité est aujourd’hui l'un de ses atouts incontestables.

Culture et Tradition[modifier]

La Neire Maove, le vieux gréement qui vous emmène aux écrehous

Tradition et tourisme, s'articulent autour de nombreuses manifestations d’envergure internationale, notamment:

  • La Fête de la mer, tous les ans au mois d'août sur le port de Carteret.
  • Les défilés de vieux gréements, comme la "Neire Maôve".
  • Les Soirées festives de la Potinière, bar-restaurant sur une plage entourée par le Cap de Carteret, en période estivale.
  • Le Festival du Cerf-volant, tous les ans en juillet à Barneville-Plage.
  • Le Défi du Daubon, course à la godille ayant lieu tous les ans dans le port de Carteret depuis les années cinquante.

Mais Barneville-Carteret c’est aussi le célèbre Lavoir de la Mère Denis (effigie de la marque des machines à laver Vedette dans les années 1980, le Manoir de Graffard, le berceau de l'emission de France 5 Silence, ça pousse !, un air d'irlande, d’être l’une des cités les plus charmantes de France, un décor apprécié des réalisateurs de cinéma, la plage, la plaisance, les sports nautiques...

Aujourd'hui[modifier]

Barneville-Carteret est la seconde station balnéaire du département avec plus de 10 000 estivants chaque année et port de plaisance le plus convoité de Basse-Normandie (plus de dix ans d'attente). Son développement économique s’articule autour des pôles d’activités orientés vers le tourisme balnéaire, gastronomique et sportif (nautisme) ainsi que la pêche.

Sport[modifier]

Parapente au dessus du Cap de Carteret

Barneville-Carteret, c’est aussi une des ville sportive avec beaucoup de clubs et associations sportives différentes. Le bocage, le cap, la plage et les dunes sont des paradis pour le surfeur, le skipper, le coureur, le nageur, le plongeur, le parapentiste, les amateurs de char à voile et de Speed-Sail, le cycliste, le cavalier ou le simple marcheur du dimanche.

Notons également les événements sportifs suivants :

  • La course cycliste dite "la Gainsbarre", en hommage au chanteur qui donna un "gros chèque" au club cycliste organisateur et qui à lieu tous les ans au mois d'avril depuis 2004.
  • Les Courses pédestres de La Mère Denis et des Lavandières.
  • Le Tour des ports de la Manche et le Challenge de La Déroute, régates à la voile organisées chaque année au mois de Juin et au début du mois de septembre.
  • Le Raid d'aviron de mer Jersey - Carteret à lieu tous les ans, le dernier samedi du mois de juillet et celui des "Culs gelés" en décembre.

A voir, A faire[modifier]

les Ecrehous
Le charme local, une petite maison du bourg de Barneville
Une partie de Beach Rugby à Barneville-Plage
Eglise St-Germain-le-Scot à Carteret, datant du XXe siècle

Les Incontournables[modifier]

  • L'archipel d'Ecrehou. A partir du port, vous pouvez prendre la goélette "La Neire Maôve" (vieux gréement) pour passer la journée dans cet incroyable archipel rocailleux, totalement coupé du monde et appartenant à la couronne britannique. A défaut, il est toujours possible d'y mouiller avec son propre bateau ou embarquer sur celui d'un plaisancier. Il est situé à 7,5 milles nautiques du port de plaisance.

A découvrir là-bas, entres autres:

    • le "hameau de la Marmotière" : Pâté de petites maisons collées les unes aux autres et construit sur un tas de cailloux.
    • la "Maîtresse île" : île la plus grande, seul endroit de l'archipel où l'on trouve de l'herbe. On y voit encore les ruines d'un prieuré, le plus vieux batiment, ainsi que la maison du contrebandier Philippe Pinel qui y vivait en ermite et fut sacré "Roi des Ecrehous" par la reine d’Angleterre au XIXe siècle.
    • La "Maison des douaniers": Maison construite sur un rocher qui fait tout juste sa taille, .
    • Les Dirouilles: Impressionnants rochers sortant de la mer et culminant à plus de 13 mètres de hauteur. Il est agréable d'y faire du kayak ou de sauter depuis le sommet.

Par thématique[modifier]

Sites dunaires:

  • Les Dunes d'Hatainville.
  • Flèche dunaire de Barneville: table d'orientation.

Plages:

  • Plage de La Potinière : orientée au sud, à l'abri de la falaise.
  • Plage de la Vieille église.
  • Grande Plage de Barneville à Portbail.

Lieux de culte:

  • Église Saint-Germain-d'Auxerre de Barneville, classée au titre des Monuments historiques. Son maître-autel est classé à titre d'objet
  • Église Saint-Germain-Le-Scot de Carteret du XXe siècle.
  • Ancienne église Saint-Louis de Carteret.
  • Vestiges de l'ancienne église Saint-Germain-le-Scot de Carteret.

Villages et Rues typiques:

  • Cours des archers du Roy, dans le bourg de Barneville.
  • Hameau des Landes.
  • Mielles de Carteret, dites aussi « La Mer de sable ».
  • Muret des falaises du Petit Puits.
  • Rue des Ormes: anciennes maisons de capitaines de marine.
  • Hameau du Valnotte : table d'orientation.
  • Le Village du Tôt et le Lavoir de la mère Denis.
  • Village des Rivières : ancien village de pêcheurs.

Manoirs et Châteaux:

  • Manoir de Graffard, ferme-manoir, ancien château du Moyen Âge, inscrit au titre des Monuments historiques.
  • Manoir de Carteret, du XVIIIe.
  • Château des Sirènes, construit et habité par le peintre Adolphe Lalyre, puis vendu à Henry Franklin-Bouillon.

Grands sites naturels:

  • Le cap de Carteret (ou Roche Biard) et son ancien corps de garde, inscrit au titre des Monuments historiques. Site classé depuis le 2 janvier 1942.
  • Masse de Romond (dont le cap est le prolongement jusqu'à la mer) : panorama, altitude 99 m.
  • Estuaires de la Gerfleur et du "fleuve" (appelés aussi "Havre de Barneville ou de Carteret).

Patrimoine:

  • La Neire Mâove goélette du Cotentin.
  • La maison-phare de Carteret, sur le Cap de Carteret.
  • Gares du train touristique du Cotentin. Une voiture de voyageurs de type Bruhat est classée à titre d'objet aux Monuments historiques.
  • Port de pêche et de plaisance.

Acheter[modifier]

Gastronomie, Œnologie, pâtisseries...[modifier]

  • La Maison du biscuit :

C'est un incontournable, plus qu'une biscuiterie artisanale, elle est carrément devenue une curiosité touristique, c'est "LE" temple normand du savoir-faire biscuitier qui se transmet depuis 5 générations dans la famille Burnouf.

La façade est un pan de rue de l’époque 1900 avec le charme des boutiques aux façades d’antan réalisé par le décorateur du film "Monsieur Batignolles" de Gérard Jugnot. . Dès la porte franchie, vos papilles sont en éveil et vous aurez doit à l'accueil chaleureux auquel tout le monde à droit: “Bonjour messieurs-dames, goûtez un petit gâteau en entrant!“! Se mêlent alors les senteurs de chocolat chaud, de poudre d’amandes… autant d’ingrédients de qualité entrant dans la composition de toute la gamme de biscuits maison pur beurre fabriqués quotidiennement : petits fours financiers, cookies (aux pépites de chocolat, aux éclats de caramel d’Isigny, aux noisettes), doigts de dames, congolos, rochers coco, brownies, amandines, cakes aux raisins, sablés diamants… qui sont les références des gourmets qui connaissent la maison.

A l’intérieur de la boutique, là aussi le décor à l’ancienne vous replonge dans un autre temps ! Des espaces dédiés à la gourmandise, où les produits régionaux et les produits du terroir français sont rois. Sucrés ou salés, chacun y trouvera son bonheur ! Ici et là, la décoration de la boutique vous fera redécouvrir des objets d’une autre époque, et la magie des sens vous fera profiter de cette halte gourmande. Bienvenue à La Maison du Biscuit ! http://www.maisondubiscuit.fr/

  • Le comptoir de Carteret
  • Côté nature
  • De la cave au cellier
  • La boulangerie du phare
  • Patou et Loic Guérin

Sortir[modifier]

Se divertir/ Boire un verre[modifier]

  • Le cinéma Le Select, sur le port de Carteret.
  • Le Kissing Clug et L'étage, discothèque. Saint-Jean-de-la-rivière
  • La Potinière, située sur la plage de Carteret portant le même nom. Pub dansant, concerts, soirées électroniques.
  • Le Bar du Port, à Carteret, concerts.
  • Le Carteret.


Manger[modifier]

Homard et coquilles Saint-Jacques de Carteret, spécialités locales

Il existe peu de villes où vous trouverez autant de contrastes qu'à Barneville-Carteret : des viandes accompagnés de légumes qui poussent au milieu du bocage du vieux Cotentin des terres jusqu'au homard avec vue sur l'ile de Jersey ou l'archipel des Ecréhous, il n'y a que quelques minutes ! On trouve à Barneville-Carteret toutes sortes de restaurant, du fast-food au restaurant gastronomique en passant par la sandwicherie, ce qui devrait suffire à satisfaire vos envies en respectant votre budget. Pensez à réserver les week-ends et pendant l'été. Petit guidage gastronomique :

S'il ne devait y en avoir qu'un seul[modifier]

  • La Cale Marine:

C'est son nom officiel, mais les habitués lui ont donné celui qui est aujourd'hui sur toutes les bouches et dans tous les esprits :La Kalakiki. Traduisez "Cale à Kiki", ce dernier étant le surnom du patron arrivé dans les années 90. A l'époque où il s'installe, il est nouveau au milieu des grands restaurants du port de pêche, ceux-là proposent des plateaux de fruits de mer, des homards, du poissons frais... Le contexte est donc difficile pour se démarquer et pourtant, Kiki a réussi le pari et, plus qu'un surnom, s'est fait un véritable "nom" dans la station.

Son secret : rester dans le contexte du port de pêche et proposer le pas cher, pratique, rapide et bon (voire délicieux). Alors ce sera... des moules frites, pour 12 euros ! Cuites à la crème et au muscadet, c'est devenu le plat le plus servi de la station. Kiki a quelques autres astuces, à la cale par exemple, il n'y a pas de réservation, on s’assoit dès qu'une table se libère. Tout est étudier pour aller vite, mais ce n'est pas l'usine pour autant. On peut attendre (la salle d'attente, c'est la promenade sur les quais du port de pêche ou bien on n'a qu'a demander son seau de moules à emporter ! Il n'y a plus qu'a revenir au camping et réchauffer cela au camping gaz et le déguster sous les pins. On trouve aussi de la sole, de l’entrecôte, des salades garnies ou végétarienne.

Enfin l'ambiance et la déco, tout de bois brun bien verni, comme si l'on était dans la cale d'un vieux gréement. Bref, venir à Carteret sans manger à la Cale c'est comme déguster une soupe (de poissons) sans sel.

Sur le pouce[modifier]

  • La p'tite Boutique

Sandwichs, Paninis, Kebabs, Crêpes, gauffres, situé sur le port des américains sur une balade piétonne qui borde la mer, établissement toujours très propre, qui respire la fraîcheur.

  • Ha-long

Établissement récent, situé dans le bourg de Barneville à une dizaine de mètres de l'entrée de l'église dans une maison pittoresque du bourg. L'accueil est agréable, bon rapport quantité/qualité/prix, spécialités vietnamiennes à emporter. Original et exotique.

  • Le Délicious

Petit snack troglodyte, creusé dans la falaise à l'entrée de la plage de la potinière, idéal pour la plage quand on a envie d'un hot-dog, d'une glace, d'une boisson fraîche, d'une crêpe ou d'une gaufre après le beach-volley ou la bronzette.

  • Le Carpe Diem

Seul snack de Barneville-plage, situé quasiment sur celle-ci. Crêpes, sandwichs, gaufres... On peut manger ou prendre un verre sur la terrasse sympathique en caillebotis, parasols et plexiglas avec vue imprenable sur la plage tout en étant protégé du vent.

  • Le Mig Burger

Snack du petit bourg de Carteret, le must pour une glace, un kebab, un hot-dog ou une gaufre en faisant du lèche vitrines.

La grande classe[modifier]

  • Hôtel de la Marine

Restaurant étoilé au guide michelin, pour les budgets aisés bien sûr, mais de très grande qualité. Le critique gastronomique Gilles Pudlowski n'en dit que du bien. L'établissement est géré par la famille Cesne depuis plusieurs générations. C'est le fils qui tient les fourneaux depuis 1986(après avoir fait des études de médecine, il a fini par choisir la lignée familiale) et la mère qui tient la salle. Vue imprenable sur le chenal, les dunes et le port de Carteret, on voit passer les plus beau yacht et la configuration du lieu laisse à imaginer que l'on est sur un bateau de croisière pour gens du grand monde. Le service est de grand standing, mais le spectacle est aussi, et surtout, dans les assiettes bien entendu. Le chef a fait ses classes à La Côte Saint Jacques à Joigny dans l'Yonne (trois étoiles au guide Michelin) auprès du fameux Jean Michel Lorain. Il officie aussi un peu chez Bernard Loiseau à Saulieu (en Côte-d'Or). Il est l'ambassadeur de la "cuisine iodée" et a d'ailleurs publié un ouvrage sur le sujet.

Gilles Pudlowski dit de lui qu' « En cuisine, Laurent, ennemi absolu du chichi, travaille avec une science totale et une dextérité vraie les meilleurs produits de la terre comme de la mer, auxquels il imprime sa musique et son mouvement propres. »

Le Petit futé loue « la créativité d'un cuisinier, virtuose des saveurs du terroir et des spécialités gastronomiques »

Il est qualifié de « roi de le cuisine bas-normande » et de « maestro de la mer » par le magazine Le Point. Pour vous donner l'eau à la bouche, voici quelques spécialités et créations :

- Huitres creuses de Denneville grillées, lard croquant et crème aux œufs de hareng.

- Saint-Pierre aux deux haricots terre et mer, étuvé au beurre d'algues, bigorneaux et crevettes grises.

- Consommé glacé de fruits rouges, glace à l'huile d'olive, financier aux olives tagliascca.

- Crème légère de langoustines au lait de coco et tartare de langoustines en chaud-froid.

http://www.hotelmarine.com/

  • Le Cap

Il s'agit de l'ancien Hôtel "Terminus", au début du siècle, qui est passé entre les mains de plusieurs tenanciers avant de retrouver un nouvel mise au goût du jour il y a une dizaine d'années. Tout le potentiel de cet établissement du bout du port est maintenant révélé.

Situé en face la gare maritime, la déco y est originale, lumineuse, chaleureuse, détendue, voire même romantique avec plusieurs plantes, une grande baie vitrée qui permet de regarder passer les bateaux et d'admirer toute l'étendue de la grande plage, une vieille cheminée, des longues et fines bougies, des grandes banquettes molletonnées, un salon de thé calme et posé, une terrasse ensoleillée côté sud, des lustres à la sobriété artistique et dans l'assiette, un régal qui vaut son prix. Plutôt élevé mais à bonne hauteur. Produits frais et bons, beaucoup de choix de poissons fruits de mer, et même un un plat du marché, avec les aliments de saison. Rien à dire, surtout quand on a la bouche pleine...

http://www.hotel-le-cap.fr/

  • Le Restaurant de l'Hôtel des Ormes

Le bocage[modifier]

  • Le Gohan
  • Le Clos Rubier

La mer[modifier]

Pizzerias, creperies et brasseries[modifier]

  • Le Tivoli
  • Restaurant de l'Hôtel de Paris
  • Le Noroît
  • Le Carteret
  • Le Hétier
  • Les Frangins
  • La Potinière
  • Le Bar des Sports

Dormir[modifier]

De nombreuses possibilités existent : Hôtels, camping, chambres d'hôtes, bed and breakfast, locations, bivouac.

Location vacances[modifier]

Du studio à la villa avec piscine

Routard[modifier]

La solution la moins chère est le camping, il y en a dix':

  • Camping BEL SITO

50270 Baubigny 02 33 04 32 74. bel-sito.com Pour les soucieux de la tranquillité: le camping ne propose pas d'animation. Lieu symbolique du retour aux valeurs traditionnelles de la simplicité et de la convivialité . A réserver aux amateurs de grands espaces.

  • Camping du Golf

45 Chemin de Coutances, 50270 Saint-Jean-de-la-Rivière 02 33 04 78 90 ‎ · camping-du-golf.fr piscine couverte

  • Les Bosquets

50270 Barneville-Carteret 02 33 04 73 62 ‎ · camping-lesbosquets.com

  • Le Pré Normand

50270 Saint-Jean-de-la-Rivière 02 33 53 85 64 ‎ · pre-normand.fr

  • La Gerfleur

50270 Barneville-Carteret lagerfleur.fr

  • Les vikings, 4 étoiles

4 Rue les Vikings, 50270 Saint-Jean-de-la-Rivière 02 33 53 84 13 ‎ · camping-lesvikings.com

  • Camping du Bocage

11 Rue du Bocage, 50270 Barneville-Carteret 02 33 53 86 91 ‎

  • L'Ermitage

50270 Saint-Jean-de-la-Rivière

Classe moyenne[modifier]

Les hôtels bon marché, sont nombreux (prix : entre 40 et 80 euros pour une chambre double en pendant l'été) :

  • LE CAP

16 promenade Abbé Lebouteiller 02.33.53.85.89 - 02.33.04.99.53 toute l'année hotel-le-cap@wanadoo.fr www.hotel-le-cap.fr

  • LA GERFLEUR

106 avenue de la République 02.33.04.61.31 - 02.33.04.08.45 15 Mars au 15 octobre

  • HOTEL JERSEY

4 rue de la Sablière 02.33.04.91.23 - 02.33.04.77.87 toute l'année jersey.hotel@wanadoo.fr

  • HOTEL DE PARIS

8 place de l'Eglise 02.33.93.17.60 - 09.70.62.88.74 toute l'année hpb8@orange.fr

  • LA PLAGE

63 avenue de la Mer 02.33.53.85.75 toute l'année zebboudji.sivard@hotmail.fr www.hotel-restaurant-barneville-plage.fr

  • LES SPORTS

1 place du Dr Auvret 02.33.87.01.06 toute l'année

  • LE CARTERET

5 avenue de la République 02.33.04.95.63

  • L'HERMITAGE

6 promenade Abbé Lebouteiller 02.33.04.46.39 - 02.33.04.88.11 toute l'année contact@hotel-hermitage-carteret.com www.hotel-hermitage-carteret.com

Plein au as[modifier]

  • LES ISLES

9 boulevard Maritime 02.33.04.90.76 - 02.33.94.53.83 toute l'année sauf du 8 février au 10 mars hotel-des-isles@wanadoo.fr www.hoteldesisles.com

  • LES ORMES

13 quai Barbey d'Aurevilly 02.33.52.23.50 - 02.33.52.91.65 4 février au 31 décembre hoteldesormes@wanadoo.fr www.hoteldesormes.fr

  • LA MARINE

11 rue de Paris 02.33.53.83.31 - 02.33.53.39.60 20 février au 22 décembre infos@hotelmarine.com www.hotelmarine.com

Chambres d'hôtes[modifier]

C'est une autre solution, pour voir vivre les habitants, la plupart sont ouvertes toutes l'année.

Arriver[modifier]

En voiture[modifier]

  • Sur la RN13 prendre la sortie 44 et continuer à travers le parc des marais du Cotentin en direction de Barneville-Carteret.
  • On peut également s'y rendre par les routes D650 (depuis Cherbourg ou Coutances) et D902 depuis Valognes.

En avion[modifier]

L'aéroport le plus proche est celui de Cherbourg-Maupertus, desservi par des vols en provenance de plusieurs villes différentes.

En train[modifier]

Les trains SNCF "corail et TER" assurent les services régionaux et locaux, la gare la plus proche est celle de Valognes.

En autocar[modifier]

La commune est desservie toute l'année par deux lignes Manéo :

  • 103 : Barneville-Carteret - Les Pieux - Cherbourg-Octeville
  • 105 : Portbail - Barneville-Carteret - Bricquebec - Valognes

Une ligne s'ajoute en période estivale:

En bateau[modifier]

En bateau[modifier]

Il existe, en saison uniquement, des liaisons avec les îles Anglo-Normandes :

  • Barneville-Carteret-Jersey
    • Arrivée à Gorey (assurée par les Vedettes du Cotentin depuis 2010 et par Manche Îles Express)
    • Arrivée à Saint-Hélier (assurée par Manche Îles Express)
  • Barneville-Carteret-Guernesey
    • Arrivée à St. Peter Port (assurée par Manche Îles Express)

Circuler[modifier]

En Train "touristique" d'époque[modifier]

En période estivale, surtout lors des jours de marché, on peut aller de Portbail (charmante ville voisine de 10 km au sud) jusqu'au centre de Carteret (où se trouvent le terrain de boules, le cinéma…) en prenant le train touristique du Cotentin (« Train des années 1930 » composé d'une locomotive diesel, trois voitures « Bruhat » et géré par l'« Association du Tourisme et des Chemins de fer de la Manche »).

En voiture[modifier]

Comme dans beaucoup de stations balnéaires, la circulation automobile et le stationement peuvent être problèmatiques en saison, notamment les jours de marché. Pour les trajets les plus courts préférez donc la marche, le vélo ou encore l'âne ou le cheval.

A vélo[modifier]

Il vous faudra avoir des mollets solides, car il faut savoir que les routes, même en bord de mer, sont rarement plates. En outre, il faut noter qu'il n'existe que peu de pistes cyclables.

Un peu plus loin[modifier]

  • Jersey.
  • Guernesey.
  • La baie de seine et les plages du débarquement.
  • La baie du Mont-Saint-Michel et la Bretagne nord.


Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites