Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Île de Pâques

De Wikitravel
Océanie : Polynésie : Île de Pâques
Aller à : Navigation, rechercher

L'île de Pâques (en espagnol : isla de Pascua, en polynésien : Rapa Nui « la grande Rapa ») est une des îles les plus isolées du monde, située dans l'océan Pacifique Sud, approximativement à mi-chemin entre Tahiti et les côtes du Chili dont elle est officiellement un territoire, et particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moai) .

Comprendre[modifier]

Ahu Kote Riku copyright


Géographie[modifier]

Climat[modifier]

Histoire[modifier]

L'île a été "découverte" par un Néerlandais, Jakob Roggeveen, le jour de Pâques 1722 d'où son nom. Ses habitants l'appellent Te Pito o te Henúa (le nombril ou navire du monde), et dans le reste de la Polynésie elle est connue sous le nom de Rapa Nui (Grande Rapa) pour la distinguer de l'île de Rapa ou Rapa Iti, la « petite », en Polynésie française, similaire par son isolement et son climat rigoureux.

Cette île est fascinante car elle porte une longue histoire, dont une large part est tombée dans l'oubli, depuis la fabrication des gigantesques moai, jusqu'au rongo rongo, une ancienne écriture encore non déchiffrée à ce jour. La population a été presque entièrement décimée suite aux incursions des étrangers (esclavage et apport de maladies).

Population[modifier]

Fêtes et jours fériés[modifier]

Arriver[modifier]

Par avion[modifier]

L'aéroport Mataveri (AITA : IPC) (OACI : SCIP) est situé au sud-ouest de l'île.

Malgré son isolement, l'île est desservie par la compagnie LAN [1] qui offre un vol quotidien depuis / vers Santiago du Chili (5 h) et un vol hebdomadaire depuis / vers Papeete, Tahiti (6 h). En l'absence de compétition, les vols sont assez onéreux (A/R depuis Santiago : ~500-1000 €).

Depuis l'aéroport, 15 minutes de marche vous conduisent au centre d'Hanga Roa, l'unique village de l'île.

Par bateau[modifier]

Les plus courageux pourront naviguer avec la compagnie Tallship Soren Larsen [2] qui effectue la traversée une fois par an depuis la Nouvelle-Zélande pour une durée d'environ 35 jours.

Circuler[modifier]

À vélo[modifier]

Pour les sites les plus proches de Hanga Roa comme Orongo et le volcan Rano Kau. Moins pratique pour les sites plus éloignés, les sentiers étant parfois en mauvais état et très venteux. Location : 1000 Ch$ / h.

À scooter[modifier]

Très pratique pour visiter l'ensemble de l'île. Location 4 h / 8 h : 10 000 / 15 000 Ch$. Un permis de conduire est parfois exigé pour la location de scooter.

En voiture[modifier]

Pour les plus pressés, il est possible de visiter les principaux sites en voiture en quelques heures. Plusieurs agences de location sont disponibles. Les hébergeurs louent aussi parfois leur véhicule privé.

Voir[modifier]

Carte de l'île de Pâques

Les moai sont l'attraction principale de l'île. Les statues sont souvent placées sur des plate-formes rituelles appelées ahu. Ne montez pas sur les ahus : ce geste est considéré comme un manque de respect total de ces lieux sacrés.

Voici une sélection des différents sites à voir sur l'île, dans le sens des aiguilles d'une montre depuis Hanga Roa :

  • Hanga Roa. Le seul village de l'île situé en bord de mer, tranquille, arborant le drapeau chilien, où habitent la plupart des Pascuans. Il compte deux ahu, situés sur les deux ports du village, l' Ahu Rata et l' Ahu Tautira.  edit
  • Musée anthropologique d'Hanga Roa. Petit musée retraçant l'histoire de l'île, des différentes hypothèses sur la fabrication des moai aux plaquettes d'écriture rongo rongo. 1000 Ch$.  edit
  • Tahai. Ce site constitué de maisons bateaux ainsi que de trois plateformes : l' Ahu Tahai, l' Ahu Vai Uri, l'un des plus anciens moai restaurés, et l' Ahu Kote Riku, le seul moai restauré avec une reconstitution des yeux et surmonté de son pukao (chapeau).  edit
  • Grottes d'Ana Kakenga. Plusieurs réseaux de grottes à l'ouest de l'île dont la Caverna de dos Ventanas (grotte des deux fenêtres). Attention, ces grottes peuvent être pentues et glissantes. Mieux vaut se faire accompagner d'une personne connaissant les lieux.  edit
  • Ahu Akivi. L'unique plate-forme à l'intérieur des terres, constituée de 7 moai, les seuls ayant le regard dirigé vers la mer.  edit
  • Anakena. La seule plage de sable blanc de l'île. Elle héberge l'Ahu Nau Nau, certainement la plus belle plate-forme, constituée de 7 moai coiffés de leur pukao.  edit
  • Te Pito. Ce site est constitué de l'Ahu Te Pito Kura, le plus grand moai érigé, d'une hauteur de 9,80 m (coiffe comprise), et, à proximité, du site Te Pito o Te Henua (le nombril du monde), un ensemble de pierres arrondies installé là par le dieu Make Make.  edit
  • Ahu Tongariki. La plus grande plate-forme restaurée, constituée de 15 moai, et mesurant près 150 m de long et 4 m de haut. Cet ahu est l'un des plus impressionnants.  edit
Ahu Tongariki copyright
  • Rano Raraku. La carrière du volcan Rano Raraku servait à l'extraction des moai. Sur les flancs se trouvent près de 400 moai à différents stades d'avancement. C'est certainement le lieu le plus marquant de l'île.  edit
  • Ahu Aka Hanga. Cette plate-forme n'a pas été restaurée ; elle est restée en l'état depuis les guerres tribales. On peut y observer la décapitation des moai.  edit
  • Ahu Vaihu. Cette plate-forme n'a pas été restaurée ; elle est restée en l'état depuis les guerres tribales. On peut y observer la décapitation des moai.  edit
  • Puna Pau. La carrière du volcan Puna Pau servait à l'extraction des pukao, les coiffes de tuf rouge des statues. On peut encore voir des pukao dans le cratère du volcan.  edit
  • Ahu Vinapu. Cette plate-forme est constituée de gros blocs de pierre parfaitement ajustés. C'est le seul endroit à la construction parfaite. Les autres ahu sont plus grossiers.  edit
  • Volcan Rano Kau. Le volcan de la pointe sud-ouest de l'île avec un magnifique lac dans son cratère.  edit
  • Orongo. Ce village, constitué d'une trentaine de maisons-bateaux, a été construit en bord de falaise, sur le flanc du volcan Rano Kau, face aux îlots Motu Nui et Motu Iti, où avait lieu la cérémonie de l'Homme-Oiseau. Le site rassemble aussi le plus grand nombre de pétroglyphes de l'île, comme celui du dieu Make Make ou de l'Homme-Oiseau. 5000 Ch$.  edit

Bien sûr, la liste n'est pas exhaustive. Une semaine sur l'île laisse largement le temps de la découvrir tout entière quelque soit le mode de transport, à pied, à cheval, à vélo, à moto, en quad ou en 4x4.

Faire[modifier]

  • Plongée sous-marine. Au large d'Hanga Roa  edit
  • Bronzage sur la plage. Les trois plages principales sont Hanga Roa au sud-ouest, Anakena et Ovahe au nord-est  edit

Acheter[modifier]

Changez votre argent avant de partir, car vos chances d'arriver à le changer sur place sont maigres. Ne comptez pas trop non plus sur votre carte de crédit ou vos chèques de voyage.

Deux distributeurs de billets sont disponibles à Hanga Roa : le premier, appartenant à Banco Estado, sur la rue Tu'u maheke, qui accepte MasterCard, Maestro, Cirrus mais PAS Visa, l'autre dans la banque Santander (l'unique banque de l'île), Avenida Policarpo Toro, un peu plus loin, qui accepte Visa, Mastercard, Maestro, Cirrus. Il y a également un distributeur dans le hall de l'aéroport et un autre à la station-service près de l'aéroport.

La monnaie est le peso chilien, mais les dollars américains sont également appréciés. Il est parfois possible de payer en francs Pacifique (monnaie de Polynésie française).

Le troc est abondamment pratiqué sur l'île, aussi ce peut être une bonne idée d'emporter avec vous des produits tels que vêtements, denrées alimentaires (beaucoup sont introuvables sur l'île), etc. Ne troquez pas de médicaments ! Ceux-ci sont responsables d'empoisonnement, car distribués sans prescription ni conseils d'un médecin, ils sont utilisés à mauvais escients par la population.

Vous pourrez acheter diverses pièces d'artisanat local, notamment des tikki (statues de bois), des reproductions de rongo rongo (ancienne écriture ressemblant à des hiéroglyphes), de moai (les célèbres statues de pierre) ou de pétroglyphes (gravures symboliques sur pierre). Les prix se négocient.

Parler[modifier]

Outre la langue locale rapa nui, qui entre dans le groupe des nombreuses langues polynésiennes, tout le monde parle espagnol, langue nationale du Chili. Il est également fréquent que les habitants parlent anglais, parfois aussi français car des visiteurs de Polynésie française y passent régulièrement.

Manger[modifier]

Routard[modifier]

Classe moyenne[modifier]

Plein aux as[modifier]

Boire un verre / Sortir[modifier]

Se loger[modifier]

Routard[modifier]

  • Camping Mihinoa, Avenida Pont, Hanga Roa, face à la mer. Possibilité de louer des tentes.

Plusieurs chambres d'hôte chez l'habitant sont disponibles sur l'île.

  • Residencial Meme, Calle Tu'u Koihu, Hanga Roa, à gauche de l'église et du marché artisanal. Tél : (+56 32) 255 1454, portable : 8475 68 31. 2 chambres avec salle de bain commune, salon, cuisine, dans un bâtiment séparé de celui de la propriétaire, Carolina, qui parle français et espagnol. 10 000 Ch$ / nuit.

Classe moyenne[modifier]

Plein aux as[modifier]

Rester en contact[modifier]

Plusieurs cyber-cafés sont disponibles à Hanga Roa avec une connexion Internet convenable.

La poste chilienne, fiable, se fera un plaisir d'acheminer vos cartes postales avec le tampon-moai faisant foi de votre passage sur l'île.

Santé[modifier]

Gérer le quotidien[modifier]

Aux environs[modifier]

Les vols LAN peuvent vous transporter au Chili et au Perou, à l'est, ou à Tahiti, à l'ouest.

Si vous avez réussi à naviguer jusqu'à l'île en bateau par vos propres moyens, l'étape logique suivante devrait être les îles Pitcairn, les plus "proches" voisines, qui constituent elles-même une des destinations les plus isolées sans desserte aérienne et quasiment sans touristes.

Important : cet article est une Ébauche et a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !



Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites