Aidez Wikitravel à s'améliorer en contribuant à un article ! Apprenez comment!

Équateur

De Wikitravel
Amérique du Sud : Équateur
Aller à : Navigation, rechercher
Équateur Drapeau
Volcan Tungurahua vu depuis Riobamba
Localisation
Capitale Quito
Régime République
Superficie 272 000 km²
Population 15 millions (2010)
Monnaie dollar américain (USD)
Langue Espagnol (officielle)
Quechua
autres langues amérindiennes
Religion Catholicisme 95 %
Électricité 110-220V/60Hz, prises américaine et européenne
Indicatif tél. +593
Fuseau horaire UTC-5


L'Équateur est un pays d'Amérique du Sud à cheval sur la ligne de l'équateur, frontalier de la Colombie au nord-est, du Pérou au sud-est et bordé par l'océan Pacifique à l'ouest.

Comprendre[modifier]

Géographie[modifier]

Du point de vue de la géographie physique et, dans une certaine mesure, culturelle, L'Équateur se compose de quatre régions distinctes :

  • la Cordillère des Andes (Sierra en espagnol), est la colonne vertébrale historique du pays. Relativement étroite en Équateur (une centaine de kilomètres d'est en ouest), elle traverse le pays du nord au sud. Les principales villes de la Sierra sont, du nord au sud, Ibarra, Quito, Latacunga, Ambato, Riobamba, Cuenca et Loja. Ces villes sont situées à une altitude comprise entre 2000 et 3000 mètres, mais environnées de sommets atteignant ou dépassant les 6000 m, comme c'est le cas du Chimborazo (6230m, proche de Riobamba).
  • La côte du Pacifique (Costa en espagnol), historiquement moins développée que la Sierra mais qui est en train de rattraper de façon accélérée son retard et regroupe déjà plus de la moitié de la population du pays. La principale ville est Guayaquil, mais d'autres villes d'importance s'y trouvent aussi comme Machala, Esmeraldas ou Manta. La Costa se caractérise par une variété de zones climatiques, donnant des paysages de type savane arborée comme dans la province de Manabí ou forêt tropicale humide dans la province d'Esmeraldas.
  • L'Amazonie (localement appelée Oriente), à l'est du pays. La principale ville de cette région est Coca (officiellement Puerto Francisco de Orellana, du nom du conquistador qui a le premier exploré l'Amazone au départ de Quito). Cette région se caractérise par une végétation luxuriante et est traversée par plusieurs rivières importantes dont le Napo et Pastaza.
  • Les Gálapagos, situées au large de l'Équateur, sont un archipel de nombreuses petites îles abritant des écosystèmes remarquables.

Climat[modifier]

Histoire[modifier]

Population[modifier]

L'Équateur a une population d'environ 14 millions d'habitants. De par son passé colonial, cette population est extrêmement diverse et métissée aussi bien du point de vue ethnique que culturel. Les populations métisses (d'origine mélangée entre colons européens et indigènes) formant la majorité de la population. Les populations indigènes sont également très importantes, en particulier dans les zones rurales des Andes et de l'Amazonie. Ces populations considérées comme des "peuples autochtones" en droit international, comme des "nationalités indigènes" selon la Constitution de l'Équateur ont souvent maintenu une langue et une culture propre, comme le kichwa dans les Andes et certaines parties de l'Amazonie ou encore le Shuar, en Amazonie. ces deux langues ont d'ailleurs un statut de langue co-officiel selon la Constitution équatorienne de 2008.

Fêtes et jours fériés[modifier]


Régions[modifier]

Carte de l'Équateur
Amazone
Andes
Plaines côtières
Îles Galapagos
Archipel isolé renommé pour sa faune unique et les recherches de Darwin sur la théorie de l'évolution.







Villes[modifier]

  • Quito -- Capitale de l'Équateur, vous la survolerez à très basse altitude si vous prenez l'avion. En effet, l'aéroport se trouve en plein milieu de la ville. Depuis Juin 2005, vous pouvez admirer la ville d'une autre façon grâce au téléphérique qui s'est ouvert. Il vous emmène dans les hauteurs de la ville et vous donne une vue absolument unique de cette immense ville.

Guayaquil est une ville très moderne et touristique, Le Malecon Simon Bolivar avec 3 km de promenade à côté d'un des plus grandes fleuves du monde "rio Guayas" vous y trouverez des musées, un jardin botanique et l'imax (cinema 3D) et beaucoup d´autres monuments; Le boulevard 9 de octubre le plus important de la ville, visiter aussi le vieux Guayaquil au quartier "Las Peñas" Là-bas vous obtiendrez une vue magnifique de toute la ville vu qu´il est situe sur la colline "Santa Ana". Dans la ville il y a des grands Malls (Centre commerciaux) San marino, Mall del sol, Riocentro mais également les marchés d´artisans où l´on peut négocier le prix des souvenirs. La meilleure époque pour visiter cette ville c'est au mois de juillet (fête de la ville premier fin de semaine de juillet). La gastronomie de la ville est très variée, les plats les plus typiques sont: Seco de pollo (du poulet avec une sauce de poivron, tomate, oignon, bière et naranjilla (fruit autochtone). Ceviche (des crevettes avec jus d'orange oignon tomate et poivron vert) Arroz con menestra (riz avec haricots et de la viande, poulet ou poisson frit) et crabes des mangroves à l´ail ou a la criolle: un regal!!!

Pour y arriver vous pouvez prendre l'avion jusqu'au l'aéroport international Jose Joaquin de Omedo situé au milieu de la ville et élu meilleur aéroport des Amériques!.

  • Riobamba -- C'est le point de départ du seul train du pays. Une ville à l'aspect typique. Le musée d'art religieux, qui se trouve dans un couvent, est loin d'être une réussite, sauf si on a un humour qui va jusqu'au 4e degré...
  • Cuenca -- Troisième ville du pays et certainement la plus belle.
  • Otavalo -- Cette ville abrite l'un des plus grands (si ce n'est le plus grand) marché indigène du continent sud américain. Bien que des étals soient présents 7 jours sur 7, c'est le marché du samedi qui réunit le plus de monde. Sur ce marché se négocient à la fois des marchandises à usage local comme les vêtements typiques des indigènes et des marchandises essentiellement destinées à la vente aux touristes équatoriens ou étrangers. Le marché est centré sur la place dite "Place des Ponchos", mais le samedi il déborde très largement sur toutes les rues avoisinantes, la ville se transformant en un véritable marché à ciel ouvert. On peut y trouver notamment des toiles, des sacs, pulls en laine de mouton ou d'alpaga, instruments de musiques andins (attention, les instruments dit "afinados" - accordés - sont les seuls qui permettent de réellement jouer de la musique, sinon ils servent uniquement de décoration. Une quena "afinada" vaudra environ 15 dollars contre 5 dollars pour une flûte non accordée destinée uniquement à la vente aux touristes). Ce marché ne doit pas être confondu avec le marché "24 de Mayo", tourné vers les produits alimentaires, ou le marché aux bestiaux ("mercado de animales"), qui se tient au bord de la route Panaméricaine, à la sortie de la ville en direction de Quito, le samedi matin avant l'aube. Ces deux derniers marchés sont tournés très essentiellement vers la population locale plus que vers le tourisme mais permettent de découvrir les produits locaux.


  • Baños -- La ville des sources thermales.
  • Loja -- Ville de l'Amazonie (et oui ça commence déjà là) d'où partent la plupart des tours organisés pour la jungle verte.

Autres destinations[modifier]

À voir[modifier]

Afin de visiter les Galapagos, n´attendez pas la dernière minute car vous n'obtiendrez sans doute pas un meilleur prix. L´occupation des bateaux est très élevée. Il est plus économique de voyager en passant d´une île à l'autre en séjournant dans des hôtels et de participer à des excursions journalières. De plus, l'impact économique est alors plus réparti, au lieu d'être concentré sur les grands propriétaires de bateaux, souvent d'origine étrangère.

Arriver[modifier]

En avion[modifier]

Les deux grands aéroports du pays (Quito - Guayaquil) peuvent vous accueillir. En provenance de l'Europe, l'Équateur est desservi par LAN et Iberia (en provenance de Madrid et Barcelona) ainsi que par KLM (en provenance d'Amsterdam). De nombreuses possibilités existent avec correspondance aux États-Unis, attention aux formalités de transit et au dédouanement des bagages, obligatoire même en transit.

En bateau[modifier]

En autocar[modifier]

Pour venir de Colombie, aller à Ipiales. De là prendre un colectivo pour la frontiere (10 minutes - 650 pessos). Le passage de la frontiere se fait à pied. Une fois en Equateur le taxi-co pour Tulcan est à 0.75 dollars ou 1500 pessos. De Tulcan nombreux bus pour Quito via Otovalo. (données du 21/9/2007)

En voiture[modifier]

Carnet de passage en douane. Le carnet de passage en douane n'est plus obligatoire ( décembre 2013) et assurance nationale obligatoire qui s’appelle SOAT, cette dernière s'obtient généralement au poste frontière (parfois un peu plus loin...).

Circuler[modifier]

En avion[modifier]

Des lignes aériennes (Tame, Icaro, AeroGal) relient les plus grandes villes d'Equateur à Quito. La fréquence des vols est en général d'un par heure pour chaque ville. Ceux-ci coûtent environ dans les 8 000 $

En train[modifier]

Le seul train du pays vous promet une balade inoubliable au départ de Riobamba. Ils vous conduit vers la Nariz del diablo, où les rails sont coincés entre la falaise et le ravin.

Tout touriste qui se respecte se doit de monter sur le toit des wagons pour profiter pleinement du voyage. Il est conseillé d'arriver très tôt (au moins 1 heure avant) si on veut bénéficier des meilleures places. Sinon vous risquez d'être relégués dans les cabines.

En autocar[modifier]

Les bus sont très fréquents et relient la plupart des villes du pays. Les villes les plus importantes ont un "terminal terrestre" qui permet de choisir simplement sa compagnie et sa destination. C'est l'idéal pour profiter des paysages sans subir aucun inconvénient. La moyenne horaire est plutôt faible, ce qui se comprend facilement vu l'état des routes. Les tarifs sont très avantageux (environ 1$ par heure de trajet) et sont négociés a l'avance.

Il y a deux sortes de bus: les intervilles et les internationaux.

Pour les courts trajets on peut prendre les intervilles. Ce n´est pas nécessaire de passer par l´agence. Repérez à la gare routière le quai d´embarquement qui va dans la direction désirée et prendre le premier bus. Ces bus s´arrêtent souvent pour prendre des gens en route. Ils partent souvent quasi vides et se remplissent au fur et à mesure, les derniers passagers voyageant debout. On peut les arrêter à peu près n'importe où sur le trajet pour monter ou descendre.

Les bus internationaux sont des bus grande distance. Ils s'arrêtent à des points précis. Exemple: pour prendre le Quito-Huaquillas nous avons du faire d'abord le trajet Lacatunga-Ambato où le départ de bus se fait devant l´agence en face de la gare routière.

Pendant leur course, ils sont visités par des vendeurs ambulant qui vous proposent leurs produits (généralement de la nourriture).

Exemples de trajets[modifier]

  • Tulcan-Otavalo: départs fréquents. 3 dollars. Durée environ 2h30. (21/9/2007)
  • Otavalo-Quito: départs fréquents. 2,5 dollars. Durée environ 2h30. Départs toutes les 15 minutes jusqu'à 18h y compris le dimanche de la gare routière. On peut prendre aussi un bus le long de la Transamerica mais dans ce cas ce n'est pas sûr de trouver une place assise. (24/9/2007)
  • Quito-Lacatunga: départs fréquents en bas de la gare routière. 1,5$. 2h (28/9/2007)
  • Lacatunga-Quilotoa: quelques départs par jour. 2$. 2h30. Un mardi nous avons pris un bus à 16h à la gare routière. Sinon départs plus fréquents vers Zumbahua puis affréter une camionnette (5$ à 2). (28/9/2007)
  • Quilotoa-Lacatunga: un bus vers 12h30. 2$. 2h30. Certains jours (exemple le mercredi) un bus vers 5-6h. Sinon camionnette vers Zumbahua et bus plus fréquents. (28/9/2007)
  • Lacatunga-Ambato. Départs fréquents. 1$. 1h (28/9/2007)
  • Ambato-Huaquilas: avec Panamericana International, départ à 20h30 devant l´agence en face de la gare routière. Arrivée annoncée à 6h. 8$. Nous avons pris les billets 4h avant le départ. Il restait au moins 6 places. Le bus ne s´arrête pas en route pour diner.(28/9/2007)

En taxi[modifier]

Les taxis, dans les villes sont abondants et relativement bon marché.

Certains d'entre eux sont sans taximètre. Dans ces cas là, veillez à bien négocier le prix de la course avant d'y monter.

En voiture[modifier]

La location de voiture est possible, mais à moins de rester dans les plus grosses villes, vous aurez besoin d'un 4x4 ou d'un Pick-up. Les nids de poules sont très fréquents et certaines bouches d'égout manquent en plein milieu des rues. C'est globalement une mauvaise solution pour les touristes, les bus sont en effet très fréquents et bien meilleur marché.

Partir[modifier]

En autocar[modifier]

  • Vers le Perou
    • par la frontière Huaquillas-Aguas Verde
Il faut savoir que les postes d'imigration se trouvent à l'entrée des villes et non à la frontière. Lorsqu'on arrive par un bus longue distance à Huaquillas, il faut descendre au poste d'immigration quelques kilomètres avant d'arriver à Huaquillas. Les bus gardent les bagages qui sont en soute. On fait les papiers puis on prend un taxi (1$) jusqu'au bureau de la compagnie. Avec un peu de chance on arrive en même temps que le bus. Les bagages sont gardées à la agence (c'est le cas pour Panamericana International).
En ville il y a de quoi se restaurer et un marché. On peut aller à pied jusqu'à la frontière ou prendre un taxi. Les deux villes frontalières sont collées. On traverse le pont et on est à Agua Verdes au Perou. Là il faut prendre un mototaxi (1$) jusqu'à l'immigration. Ce n'est pas faisable à pied. On peut demander au mototaxi d'attendre pour aller au départ des taxi-co ou avec un peu de chance un taxi-co sera dans le coin.
Pour faire Agua Verdes - Tumbes (15 minutes), il y a des taxi peu scrupuleux qui négocient un prix et en cours de route s’arrêtent pour demander une somme exorbitante. C'est pourquoi nous avons trouve qu'il est préférable de prendre un taxi-co (collectivo). On voyage avec tout le monde pour environ 1 dollar.

Parler[modifier]

La connaissance de l'espagnol est indispensable. L'anglais et français ne sont pas parlés en dehors des grandes villes.

Acheter[modifier]

À Cuenca: Panamas (chapeaux qui sont en fait originaires d'Équateur) toutes qualités tous prix, couvertures (chompas) fabriquées par les indiens Otavalos (marché près de la cathédrale)

Manger[modifier]

Alimentation à base de maïs (humitas, tortillas de choclo) et de féculents. Le riz est coutume locale, il remplace volontier le pain que l´on peut trouver nécessairement en boulangerie (panaderia). Les plats principaux sont a base de poulets, de soupes et de poissons (marisco) si l on se trouve sur la costa.

Des magasins grandes surfaces sont implantés dans les villes (Quito-Cuenca), on y trouve de tout à des prix abordables.

Boire un verre / Sortir[modifier]

À Quito, le quartier La Mariscal est celui qui bouge le plus. À Guayaquil, le quartier "Las peñas"; le "Malecon Simon Bolivar", toute la Rue Rocafuerte avec la Zona Rosa et aussi le quartier "Urdesa". Vous y danserez au son de la Salsa, Merengue et d´autres rythmes tropicaux. Ambiance garantie.

Se loger[modifier]

Il y a l'hôtel Quito très abordable.

Apprendre[modifier]

Sécurité[modifier]

Ne pas se promener le soir dans le Quito colonial (sud de la ville). Guayaquil semble aussi une ville dangereuse.

Il est aussi risqué de s'aventurer dans les villes proches de la frontière colombienne. L'incursion des FARC y est possible et s'est déjà produite.

Il est recommandé de prendre un traitement contre le paludisme lors de voyages en Amazonie ou près de la côte.

Santé[modifier]

Ne pas boire d'eau du robinet (à moins d'avoir des pastilles purifiantes), ne pas manger de crudités.

Dans les restaurants, si vous demandez de l'eau, ils vous apportent une bouteille fermée (donc pas de risque).

Respecter[modifier]

Communiquer[modifier]

Variantes

Actions

Enseignants

Autres langues

autres sites